Archives par mot-clé : bib expresso

mon bébé, son biberon, et moi… (suite de mange, bébé, mange)

Donc, on en était là. Et si vous n’avez pas suivi, le début de l’histoire se trouve ICI:

Le choix est fait, je n’ai pas sorti mon sein pour nourrir ma progéniture, stopper les jets de pierres, c’est trop tard de toutes façons!

Le biberon, donc. Soit disant, un truc pour les feignasses. Tu parles!

Déjà, le concept n’est pas évident. Enfin, pas SI évident. 30ml d’eau pour 1cuillère doseuse. On sent bien qu’il ne faut pas sortir de Polytechnique pour avoir un sans faute. Sauf que. Sauf que déjà, tout le monde ne connait pas sa table de trois. Bon, ok, ce sont des exceptions, mais je jure que j’en ai vu pour qui ce n’était pas forcément fingers in the nose!

Après, il y a le problème de la nuit. Oui, parce qu’attends, c’est bien gentil de faire genre je calcule super vite et c’est trop fastoche de faire un bib, sauf qu’en fait, à 3heure du mat, alors que le rejeton aura cumulé 4heures de sommeil à tout cassé (et que toi tu en auras profiter pour dîner, te laver et éventuellement poser des théories fortement philosophique à ton conjoint à propos la dernière texture trouvée dans sa couche). La nuit, donc, alros que tu seras endormie depuis environ 2heures et que tout à coup, ton mari deviendra subitement sourd, ton bébé hurlera de son petit cri de chat pour signifier que « CA Y EST J’AI LA DAAAAAALLE! »

Penser à développer un concept pour le lit à barreaux.

 

Là, avec tout le mal que cela va te procurer, tu vas aller dans la cuisine, remplir le biberon d’eau en tentant d’ouvrir l’œil suffisamment grand pour viser le trait. 120. Ok, pendant que le biberon tourne dans le micro-onde (tu as déjà renoncé à utiliser le chauffe biberon, trop d’attente pour le gniard qui hurle comme si on ne l’avait pas nourri depuis 48heures), tu es déjà en plein calcul scientifique: 120ml, ca fait 4 dosettes. Ouais, c’est ça, 4 dosettes. Tu ne te rappelles plus très bien comment le bib est sorti du four, et tu es déjà en train de remplir avec la poudre. Sauf que tu ne te rappelle plus à quel moment tu as commencé. Tu ne sais même plus si tu as compté le « un »… bref, parfois (souvent), il faut recommencer. Sachant que plus le nombre de dosettes augmente, plus la tâche se complique. Et plus ca te plombe ton budget. Et plus ça t’énerve. Et plus le gosse hurle parce que tu prends un peu trop ton temps à son goût. Le pire, c’est de savoir que nous ne sommes pas tous égaux fasse à ce problème. Certaines vont se lever avec l’oeil vif, alors que d’autres, comme moi, vont devoir organiser un rassemblement de neurones pour ne pas attendre devant le frigo pour que l’eau chauffe.

Je crois qu’il y a des gens qui ont bien compris le soucis. Ces gens là ont du faire plein d’études et ont forcément un master en lecture de pensées. Car ces gens ont inventé LA machine qui t’aide! OUI! Le truc dont je rêvais chaque nuit. Tu prépares à l’avance l’eau et la poudre (mais à ce moment là, tu étais réveillée et apte), et quelle que soit l’heure, tu appuies sur le bouton, façon machine à café et « blblblbl » ton bib se rempli. Si tu as pris la peine de le mettre dessous évidemment, sinon, t’en fous partout. C’est un peu comme si Georges Clooney était la nounou du p’tit. En plus de te faire le café, il fait les biberons. Et pour le clin d’oeil, ils ont appelé ça le Bib’expresso (rien que le nom me fait jouir). Et il fait même stérilisateur.

Mon graal.. si seulement j’avais connu ce truc au bon moment!

 

Oui, parce qu’il faut stérilisé. Au moins au début. Un peu (et si possible quand une gastro traine, ca peut servir aussi).

Déjà qu’on a connu la vraie galère la toute première fois qu’on a dû acheter un biberon, il faut après s’organiser pour qu’ils soient bien propres. Et selon le modèles, c’est pas facile tous les jours.On a le choix, c’est le problème. Alors que la maman qui allaite n’a qu’une forme de téton, nous, on nous refourgue de la tétine triple vitesse, en caoutchouc ou silicone, plus ou moins large, plus ou moins percée… WAHOU! C’est le souk de la tétine! Et les biberons, c’est la même: petits, grands, à col large ou étroit, avec valve anti-régurgitation, anti-collique ou que sais-je, recourbés, avec poignée, gradués par tranche de 30 ou 50 (si tu aimes les défis, la nuit), décorés ou sobres, en verre, en plastique, en silicone, en or ou en titane… pffff…. trop de choix tue le choix. D’autant que t’as une chance sur deux pour que ton enfant n’aime pas celui que tu as mis 54 minutes à choisir. Et avec un peu de chance, il va opter pour celui qui a le fond qui se dévisse histoire que ca soit bien galère à chaque fois que tu le laves ou pire, que tu le revisses un peu trop vite et un peu trop mal, histoire de regarder le Bib’expresso remplir ton biberon pendant que celui ci fuit par le bas et s’étale sur la table de la cuisine… et que tu contemples la scène pendant 5 bonnes minutes avant de réagir (je rappelle qu’il est toujours 3heure du matin!)

Satan est mysogine

 

Bon, mais concrètement, c’est aussi bien pratique, je l’avoue, parce que pouvoir sortir sans stresser à l’heure de la tétée et faire profiter Mamie, Papa ou tonton de ces petits moment c’est aussi un choix et un moment privilégié qu’on partage.

Et puis l’enfant grandit….

(A suivre…)