Les gosses c’est la merde n°812

Épisode 1870 de la désormais célèbre chronique « les gosses c’est la merde ».
Parce que ça me permet de compiler tout ça quelque part (sait-on jamais que Facebook meurt demain) et que, au fond, tout au fond, plaignez moi, ma vie n’est pas tous les jours facile.

« Maman, est ce que tu as déjà été bourrée une fois ? »
« Oui. UNE FOIS. »
(Je lui en pose moi des questions ?)
(Je l’ai couché plus tôt du coup au cas où il en ait d’autres du genre à me demander)

14102550_10153648821032234_2693793373571984036_n

Message de mes parents :
« Je suis à poil en train de me raser, ta mère à côté aux toilettes, Clapiotte passe la tete par la porte, voit la scène, et tranquillement rentre pour dire bonjour et discuter. Bonjour Clapiotte ! »
Je leur ai souhaité la bienvenue dans ma vie.

« Je voudrais vos conseils pour des portes »
« Pas de problème. Vous cherchez quoi ? »
« Des portes »
Au niveau de la patience du vendeur LEROY MERLIN je donne un 9,5/10
(OUi, c’est moi, pas les greffons, mais ça me fait encore rire)(OUI, je ris à mes propres blagues. OUI !)

 

« C’est pas comme ça Clapiotte »
« Je sais… T’as vu mes doigts ? T’as vu mes bras ? C’est pas fait pour cette boule.
Alors c’est comme ça et c’est tout. »
The Dude is back !
clapiotte blog maman

« Macron il pourrait être président ? « 
« ….. »
« Moi je voudrais être président »
« Ah toi je veux bien. »
« Tu dois avoir des millions de followers quand t’es président »
L’AMBITION by n°1.

 

« J’ai une leçon à apprendre aujourd’hui !  »
« Oh super ! Ça veut dire que tu es grande maintenant dis donc ! »
« Oui. Mais je sais pas pourquoi tu dis que c’est super, y’a rien de super. C’est pas du tout amusant.  »
OKAY !

– C’est quoi une visière ?
– tu vois la vitre des casque qu’on rabaisse ? Bah c’est ça.
– Donc c’est une vitre.
– voilà.
– Bah pourquoi tu dis « visière » ?
– parce que c ca s’appelle comme ça.
– MAIS C EST UNE VITRE !!!!
#MerdeALaFinByClapiotte

« Tu savais que le 1er mai, c’était le jour on on s’offrait des groseilles ? »
Ha bah non.
Je savais pas tiens.
#LesTraditionsByClapiotte

« Tu peux me passer la patte de lapin ? »
Il a donc cru qu’une patte de lapin était un petit pied de biche et cherchait ça avec un regard hagard.
JE N’INVENTE RIEN JE VOUS DIS !
#MonCheriCeBouletDuBricolage
(Ouais, ça non plus c’est pas les Greffons, mais faut que ça soit graver quelque part quand même)

J’ai failli faire un malaise en constatant la poignée de cheveux blancs sur ma brosse.
Et puis je me suis rappelée que j’avais appuyé ma tête sur la porte fraîchement peinte hier.
Ouf je suis pas si vieille.
Je suis juste un peu conne.
(… voilà voilà….ça aussi je suis obligée de garder)

– Rhaaaa c’est chiant de repeindre un radiateur j’ai pas envie.
– T’as qu’à le faire à la bombe ça marche bien
– Ah ? Cool.
– N°1 Quelle couleur ton radiateur ?
– Orange !

NE. FAITES. JAMAIS. ÇA.
JAMAIS !

L’image contient peut-être : plante et intérieur

– Elle habite ou ma cousine déjà ?
– En Bretagne.
– Ah booon ? Mais elle parle bien français quand même !
Clapiotte is BACK !

– Attention tu vas salir mon lit.
– C’est pas que ton lit hein.
– Oui ok notre lit. Le lit des grands.
– Plutôt le lit des vieux.
Contre le blues de fin de week end, Clapiotte est bien pourrie quand même.

 

– Bon j’ai faim moi…
– Oui oui Papuche achète des croissants là.
– Mais il est où ?
– Bah il est en train. Il arrive.
– EN TRAIN ? Mais il est allé les acheter où les croissants ?
#ClapiotteIsBack Bonjouuuuuur !

– Mais c’est quoi votre histoire de Lesbienne Game ?
– ESCAPE GAME !
Ma belle mère doit avoir un lien avec Clapiotte… Forcément.
(Quitte à balancer mon chéri et moi-même, allons-y pour la famille entière du coup)

 

– Bonne fête Maman !
– Oui à propos, tu as été adopté.
– Ah. Je me disais bien que je pouvais pas tenir de toi.
BEST CADEAU EVER : mon fils me bat dans la répartie (et les blagues pourries)

– Maman, tu sais que la Poubelle c’est Monsieur Poubelle qui l’a inventée ?
– Oui ma chérie.
-Et un piéton c’est Monsieur Piéton ?
– haha non, ça vient de pied, un piéton c’est quelqu’un qui va à pieds.
– Et qui marche sur du thon.
C’est con, c’était presque bien partie cette conversation matinale….
#ClapiotteTapprendLaVie.

 

– L’an prochain comme sport je préfère faire du piano.

– Tu sais pourquoi je veux faire du piano maman ?
– Non…
– Tu vois cette boite ?
– Oui.
– Je l’amènerai avec moi et mon clavier, je la poserai dans la rue, et les gens me donneront plein d’argent. Parce que là, elle est vide quand même.
Ha.
#LAmbitionByClapiotte

blog maman famille
Elle est pourtant si mignonne…

– C’est quoi que vous regardez le soir quand on dort ?
– Une série.
– ça parle de quoi ? Lire la suite →

Rendez-vous sur Hellocoton !

Si si la fatigue !

Ça ne vous aura pas échappé si jamais vous me suivez ici régulièrement, la fréquence des publications est en forte baisse, et pour cause, je n’ai plus vraiment de temps à moi depuis quelques mois. Je sais que ma vie d’avant va bientôt revenir à la normale et que cette passade n’est justement que passagère, n’empêche que le tunnel me paraît bien long et que j’ai légèrement du mal à tenir la fin de route sans avoir les yeux qui piquent à 21h.

Sachez donc que cumuler 2 boulots, dont un en freelance en y rajoutant 1mois et demi de travaux, des enfants et la tentative (souvent avortée) d’avoir une vie sociale n’est que pur masochisme et que je rêve d’hiberner depuis juillet environ.

Le pire dans tout ça, c’est que la fatigue cumulée à l’énervement de ne pas arriver à tout faire (parce que ouais, je crois toujours que je VAIS y arriver, du coup je m’auto-énerve quand ça ne fonctionne pas), les nuits ont commencé à devenir plus courtes et à se hacher au fur et à mesure que le temps avançait.

J’ai une copine qui me soufflerait bien que c’est de l’ego de lion derrière ça, ce truc de ne jamais être satisfaite, de vouloir tout gérer et de ne pas accepter de ne pas être capable de tout assumer. Moi, je te dirais que c’est moi. Je suis comme ça. Ca me permet d’avancer, on m’a souvent soufflé que je n’y arriverai pas. Je ne publierai jamais mon livre, je ne travaillerai jamais avec les enfants, je ne pourrai jamais vivre de ma passion, je ne serai jamais une bonne mère… En fait si. Je peux. Tout le monde peut. Alors je fais. Je tente. Je râle et je suis épuisée. Et puis au moment où je me rends compte qu’il est temps que je lâche un peu sans quoi c’est physiquement que ça va commencer à être compliqué, je regarde un peu mon rythme et mes habitudes et je me rends compte qu’en plus de tirer sur la corde, je fais n’importe quoi niveau nourriture. C’est à ce moment là qu’on vient toquer à ma boite mail pour me proposer la cure Visa Equilibre. Une cure complète, avec des vitamines le matin, du magnésium le soir et même de l’huile de foie de morue, le tout proposé par les LABORATOIRES YVES PONROY .

1475695191930

Je tente des cures une fois par an environ (parfois 2 quand je me motive). Des vitamines la plupart du temps, qui aide à tenir par rapport au changement de saison et à mon déséquilibre alimentaire (bouhhh s’pas bien hein).

Là, c’était nouveau, il y avait plein de petites gélules et ampoules à avaler, ça faisait sérieux genre remise en forme, j’avais rien à perdre au point où j’en étais. Ça fait pile un mois. Pile le temps de la cure.

J’ai donc pris, chaque matin, des capsules d’huile de foie de morue, réputée pour fortifier l’organisme, la protection cardiaque, la vision, les fonctions cognitives et le bien être émotionnel et les inflammations. Huile de foie de morue, donc, associée à des ampoules de « Gelée royale, acérola et Ginseng », un genre de cocktail Molotov de la pêche. Le soir, je prenais une gélule de magnésium et vitamine B6, pour la détente et la relaxation.

Et je peux constater plusieurs choses : Je ne suis pas tombée malade même si je me connais et que vu le niveau de fatigue, j’aurai dû. Je dors des nuits complètes sans me réveiller 15 fois, sans mettre 10 plombes à m’endormir. Je suis moins exécrable. Je suis toujours chiante hein, mais quand même moins à cran qu’avant.

Je ne suis pas médecin, je ne saurai dire qui a fait quoi dans ce que j’ai pris, n’empêche que globalement, il y a une nette amélioration par rapport à la rentrée. Et pourtant je rentrais de vacances, c’est pour dire !

J’ai encore un mois un peu tendu à venir et environ 2 milliards et demi de chouettes projets dans les tuyaux d’ici la fin d’année, je continue à râler (pour la forme) et à péter des plombs de temps en temps, rapport que les journées de 24h, c’est naze comme concept. MAIS je vais bien mieux. Et je vais vraiment penser sérieusement à me programmer des cures complètes une fois l’an plutôt que d’avaler des vitamines ou du magnésium seuls, ça me paraît faire de bons cocktails dans mon cas.

Et je vais aussi me décider à reprendre une activité physique et à manger plus sainement (hahaha). Aussi (il faut y croire). Mais là, va falloir me motiver façon coach les gars, parce que je suis très très nulle pour ça !

D’ailleurs, si pour ces mois froids à venir vous avez aussi des conseils à me donner genre « mange du chou ca relaxe » ou « bois du jus de goyave-épinard ça empêche d’avoir froid », je prends TOUT, j’y connais rien de toute façon (et pas la peine de me dire de tenter l’arsenic, hein, je m’y connais bien mieux en toxines mortelles qu’en botanique immuno-sympathique.)(chacun sa culture).

Je compte sur vous !

image

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une maman a-t-elle le droit de craquer ?

Bon, ok, je dis « maman » dans le titre, mais en soi, ça marche aussi pour les pères hein, on s’en fiche. La question c’est en fait : est ce que, quand tu es parent, tu peux te permettre de craquer devant ton gosse sans que celui-ci t’en veuille jusqu’à la fin de sa vie en te faisant en plus claquer ton salaire en frais de psy sur 18 ans ?

Te casse pas, j’ai pas la réponse absolue.
Mais si ça ne tenait qu’à moi de choisir, je dirais que oui, hein, t’as le droit.

Pour moi, être parent, en plus de t’enlever des heures de sommeil et te rajouter des heures de stress, c’est etre un genre d’accompagnateur.

J’ai fait une soirée samedi et une copine était pas d’accord. Pour elle, on est des référents, on n’a pas le droit de craquer, il faut être solide pour leur apporter le cadre, la stabilité, la réassurance.
C’était parce qu’elle venait, elle, de craquer, avec son ado qui lui avait balancé une énième vacherie, et vlan, elle a claqué la porte. La mère. Pas la fille.
Du coup elle s’en voulait, elle se trouvait mère en carton et pire encore, elle pensait avoir tout mal fait depuis le début pour que la gamine lui fasse la misère aujourd’hui et sa réaction en était la preuve absolue.

Bah j’étais pas d’accord.
Et la discussion s’est arrêtée là parce qu’on avait du champagne à boire et de l’houmous à manger.
Elle m’a juste dit d’en faire un article. Du coup, faut pas me le dire 2 fois, moi, d’étaler mon avis sur mon blog !

Je ne prône pas particulièrement le « bad mother », mais je dis souvent qu’on n’est que des mères, et que bon, on fait du mieux qu’on peut avec ce qu’on a.

J’ai beau me répéter ça, j’ai déjà un paquet de casseroles qui trainent derrière moi pour bien me faire culpabiliser sur environ 4 vies entières, donc, pour moi, il est même VITAL que j’intègre le principe du « tu fais ce que tu peux du mieux que tu peux ». Lire la suite →

Rendez-vous sur Hellocoton !

Look tendance malgré la croissance

C’est assez marrant que je parle look parce que depuis quelques temps, à part m’acheter des tshirts marrants quand je tombe dessus, je ne dépense pas grand chose. C’est un peu parce que les quelques kilos en trop m’empêchent d’investir dans quoi que ce soit, mais c’est surtout parce que niveau budget, j’ai presque tout qui part dans les habits des enfants.

Déjà, parce que j’aime bien les habiller, c’est un fait. Mais surtout parce que je ne sais pas ce qu’ils mangent en cachette sous leur couette la nuit, mais si on me disait que c’était de l’engrais, j’y croirais peut être.

Sans blague, Clapiotte a pris au moins 10cm de jambe pendant les vacances. Une plaie quand on sait que j’avais prévu de lui mettre les 2 jeans achetés en solde en juillet pour la rentrée et qu’aujourd’hui, on dirait juste qu’elle part à la pêche aux moules.

Pareil pour N°1 qui pousse, lui, au niveau… des pieds !

Perso, pas d’inquiétude, ça vient clairement pas de ce que je prépare à manger, je fais toujours moins d’un mètre soixante, donc ça vient pas de moi ni des gènes, ni de la soupe.

N’empêche, à la vitesse où ils poussent et parce qu’en plus ils font ça de façon sournoise, sans prévenir, d’un seul coup et pas qu’un peu, j’ai arrêté d’acheter des fringues trop chères, vous pensez bien.

Outre les soldes classiques, du coup, je pratique beaucoup les magasins du genre de Kiabi. Enfin… Quand je dis « pratiquer », c’est plutôt sur le net hein ! Kiabi, c’est pile mon bon plan quand je veux me faire des gros plaisirs pour les greffons sans y laisser un rein. Ils sont devenus très très bons depuis quelques années et je découvre toujours la nouvelle collection avec plaisir. Et cette année n’échappe pas à la règle avec un revival des 70’s qui n’est pas sans déplaire à mon buffet en formica…

Le look de ma mère au lycée pour Clapiotte pour 37 euros (et la fierté de mamie)

Bref, je kiffe, comme d’habitude.

Mais la surprise, c’est qu’on m’a fait découvrir que même pour les femmes, il y avait des trucs plutôt cool (oui, quitte à ne rien m’acheter depuis des mois, je ne m’étais pas dit une seconde qu’en fait, je pouvais quand même me faire quelques petits plaisirs pas chers)

Genre ça :

Pas mal non ? Je peux plus vous parler parce qu’en faisant les looks j’ai déjà mis environ 15 articles dans mon panier… Et rien pour moi. Il faut que ça change. C’est le moment je crois !

Quoi que… Ce genre ce look trouvé aussi chez Kiabi, façon Ashton Kutcher dans 70’s show, pour 37 euros tout compris, ça me va bien aussi pour N°1 !

Bon… Ok… Ça sera peut être encore une nouvelle fois pour les enfants mais je vais me faire soigner et je reviens !

Cet article a été écrit en collaboration avec la marque, cependant tous les mots présents dans l’article sont les miens.

Rendez-vous sur Hellocoton !

le classe pas classe de l’entrée au collège

BIM, N°1 est rentré au collège. J’ai mis du temps à l’accepter, mais nous y voilà, déjà presque 3 semaines que c’est un fait. Il est au collège. Et parfois c’est classe… Parfois moins.

 

Classe : La rentrée s’est bien passée.
Pas classe : si on exclut que j’ai eu ce qu’on appellera la « gastro du parent angoissé » pendant 3 jours (et que, non, ça fait même pas maigrir)

Classe : l’au-to-no-mie
Pas classe : Se dire la veille de la rentrée que du coup, faudrait voir s’il arrive à ouvrir la porte seul. Et constater que ce n’est pas le cas. Y passer donc 30 minutes. Pour être sûr.

Classe : habiter à 50 mètres du-dit collège, c’est pratique hein !
Pas classe : retrouver le collège dans mon salon régulièrement, parce qu’on habite à 50mètres, c’est pratique hein !

Classe : Proposer qu’il rate un jour de cantine par semaine pour rentrer à la maison manger.
Pas classe : redécouvrir qu’on est tellement pas organiser en général et se rappeler à 21h30 la veille que le repas du lendemain n’est pas prêt.
Genre DU TOUT.
OH DU JAMBON !

noodles-689546_960_720

Classe : L’apparition du téléphone portable personnel pour qu’on puisse se joindre si besoin.
Pas classe : avoir un coup de fil pour tout et n’importe quoi mais zéro reponse quand j’appelle pour savoir si tout va bien.

Classe : les systèmes de présence, de notes, d’agenda et d’infos informatisés en temps et en heure.
Pas classe : le coup de fil pour cause d’absence à 8h10 au taquet… Alors que c’est pas ta semaine et que t’as l’air con, du coup, un peu, rapport que toi non plus tu savais pas.

Classe : Comprendre l’emploi du temps en moins de 48h.
Pas classe : L’emploi du temps qui change après 15 jours de cours.

Classe : Découvrir qu’il a plein de super profs passionnants et passionnés lors de la réunion de rentrée.
Pas Classe : Beaucoup de profs = beaucoup de temps = finir à point d’heure en ne se souvenant plus trop de qui est qui et a dit quoi à la fin.

Classe : Avoir un fils qui te dit « Mon but cette année, c’est d’avoir les meilleures notes »
Pas classe : et l’entendre ajouter « enfin… en sport hein ».

Classe : savoir que ça se passe bien avec les classes supérieures.
Pas classe : avoir quand même la trouille qu’il se fasse emmerder à un moment.

Classe : Il grandit.
Pas classe : Il grandit (et fait des blagues de plus en plus nazes)

Classe : Lui dire régulièrement à quel point je suis fière de lui.
Pas classe : Lui dire régulièrement qu’il est mon petit bouchon-chonchon juste pour lui rappeler que c’est MON BÉBÉ (et que j’ai absolument pas peur de lui foutre la honte).

 

photo-1417577792096-106a2c4e353d

Allez, ça va bien se passer (oui je m’auto persuade, mais je vais déjà mieux hein)(pour dire d’où je pars !)

Rendez-vous sur Hellocoton !

La boule au ventre

Je trouvais ça un peu bête de faire un article sur la rentrée. Le énième noyer dans la masse de tous ces parents qui veulent raconter, partager, garder un souvenir quelque part pour ne pas oublier, pour plus tard.

J’aime pas la rentrée.
Pas parce qu’elle sonne les levers aux aurores mais parce qu’elle signifie le changement et l’envol de nos enfants. Un peu plus à chaque fois.
Traitez moi de ce que vous voulez, voir qu’ils grandissent aussi vite me fout le cafard.

Une fois par ans, début septembre, j’ai envie de rester planquer sous ma couette, de caresser de nouveau mon gros ventre tendu, de le regarder dormir avec ses petits points serrés et de l’écouter parler Moldave couramment.

Mais aujourd’hui ils ne dorment plus en serrant leurs petits points.
Ils ne parlent plus Moldave.

Comme si tout cela n’avait jamais existé.

Je les ai vus de loin lorsque j’arrivais.

Aujourd’hui il avait une mine un peu fatiguée parce qu’il avait beaucoup stressé et un peu pleuré jusqu’à tard. L’entrée au collège fait un peu peur comme le monstre sous le lit qu’on imagine terrible et qui n’est que l’ombre d’une chaussure perdue.

Mais je n’étais pas là pour lui dire tout ça.

Aujourd’hui elle avait cette jolie petite robe un peu courte, les tresses un peu défaites et encore du nutella sur la joue.

Mais je n’y pouvais rien.

Je l’ai accompagnée jusque devant les longues listes, au milieu de tous les autres parents et enfants un peu perdus parce qu’ils venaient tout juste de ranger leurs serviettes de bain la veille pour être propulsés dans le préau ce matin.
Elle était pas bien heureuse de savoir qu’elle allait avoir un maitre cette année et pas une maitresse, parce qu’elle n’a jamais eu de maitre et que le changement c’est pas son truc.
J’ai serré un peu plus fort sa main dans la mienne en lui chuchotant que ça allait aller, elle verrait.

J’avais tellement mal au ventre.

Alors je l’ai serrée très très fort toute entière en faisant attention de ne pas faire remonter sa robe et je suis partie.

J’ai attendu l’appel dans la trop petite cour de ces désormais grands.
Il était content de se savoir dans la même classe que certains. Je l’ai embrassé une toute dernière fois. La seule fois où je pourrais peut-être encore le faire en public, sûrement.

Et puis je ne l’ai pas entendue parler de son maitre, de là où elle s’était assise, de sa classe et de ses nouveaux copains. je ne sais pas ce qu’elle a mangé à midi même si je sais qu’elle m’aurait dit qu’elle a oublié.
Je n’ai pas eu les détails de ses premiers pas dans les couloirs, de ses professeurs et de ses livres trop lourds et de sa toute nouvelle classe, sa toute nouvelle vie.

J’étais juste là quelques minutes et j’ai un peu tout raté.

Et je n’ai pas eu de photo de rentrée.

Je crois bien que même si ma boule au ventre est passée, elle est remontée dans ma gorge ce soir.

Je trouvais ça un peu bête de faire un article sur la rentrée. Un énième noyer dans la masse de tous ces parents qui veulent raconter, partager, garder un souvenir quelque part… ou juste l’écrire pour oublier.

rentree-ecole-2015

A défaut, celle de l’an dernier fera office pour cette année.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Au lit on dort

Combien de fois ai-je entendu cette phrase qui, au lieu de m’inspirer, m’angoissait totalement, rapport que perso, du coup, j’associais mon lit à un gros lion endormi qui allait très certainement se réveiller en ayant bien faim, avec moi en première ligne de mire.

 

Mais bon, je vais pas donner des leçons d’éducation vu mes prédispositions à faire douter mes enfants alors que je voulais juste bien faire à la base.

 

Toujours est-il que quand je veux parler sommeil, c’est la première phrase qui me vient.

Et le sommeil, j’en parle souvent depuis quelques mois à la maison. J’ai eu un rythme de vie quelque peu chamboulé avec des montées de fatigues et de stress, saupoudrés de quelques angoisses, dues à 2 boulots, des travaux, un déménagement qui s’est moyennement passé et un aménagement toujours pas terminé. Autant vous dire que les vacances étaient plus que les bienvenues.

 

D’ailleurs,  en vacances, je pense que je passe plus de temps dans mon lit qu’à la plage. J’ai pris un rythme du grand n’importe quoi, et même si je tâchais de ne pas (trop) penser à la rentrée, je l’ai un peu mal vécu, du point de vue du réveil qui sonne à 7h.

Je ne parle même pas des greffons qui se lèvent tous les jours entre 9h et 10h30. Visiblement, ils sont pourvus de mes gènes dormeurs, donc par extension, de mon souci de mise au pli du rythme de vie « normal ». Ça va être sympa la rentrée, je vous dis pas.

sleeping-1159279_960_720

J’avais trouvé une excellente solution pour pallier ma mauvaise humeur et fatigue chronique de septembre en utilisant un réveil simulateur d’aube. Bon, la vie a voulu que MON simulateur n’ait pas vraiment eu le droit de partir avec moi suite à mon déménagement. Donc depuis, ça se passe avec mon téléphone portable, et c’est nettement moins enchanteur.

 

Je sais qu’il existe d’autres moyens de réguler son sommeil, et je recommence à me pencher sur la question étant donné que j’ai bien l’impression que mon souci de fatigue/mauvaise nuit/ mauvais réveil me plombe mon humeur au jour le jour.

 

Moi qui fais partie de ces gens « connectés », justement, les solutions comme ce que propose SevenHugs serait vraiment pas mal pour, déjà, analyser les habitudes de sommeil de chacun et agir en fonction. Comme j’ai déjà des ampoules intelligentes, je pourrais les connecter au système pour remplacer le simulateur d’aube et me réveiller moins « en stress » qu’avec une sonnerie lambda. Les capteurs hugOne surveillent aussi la température et le taux d’humidité de chaque pièce ainsi que la qualité de l’air ce qui est un gros plus quand on habite en ville pour veiller à la qualité de notre environnement intérieur. J’ai tellement un bon souvenir de mes réveils en douceur que je suis à ÇA de craquer pour toute la famille avec ces capteurs. En plus, moi qui débranche et coupe toutes les ondes quand je dors, là, ça le fait tout seul, j’ai même pas à avoir peur de me faire irradier les oreilles avec le capteur sous mon drap housse.

sevenhugs

Sevenhugs-Products-help-us-care-about-our-loved-ones.-__-My-Application

Bref. Je me tâte. Et je me demande si vous avez des solutions, vous, pour mieux gérer sommeil et réveil de votre côté. En attendant… Je vais faire une sieste hein !

 

Article sponsorisé

Rendez-vous sur Hellocoton !

j’voudrais couper cette rentrée au sécateur

Plus que quelques jours et on y sera.
On oubliera vite les tongs, on retrouvera nos marques et tous les gens qui font partis de notre quotidien « normal ».
On regardera nos enfants s’engouffrer dans le hall de leur école, avec leurs gros cartables encore vide et les poches encore pleines de sable.

C’est la rentrée. D’habitude, je me dirais « chouette » rapport que ça implique surtout de ne plus avoir à s’organiser pour les garder et les occuper. Deux mois à courir dans tous les sens, la rentrée, souvent, en fait, c’est surtout une libération du parent.

Mais bon, hein, je vais faire la mère nostalgique et pleine d’une grosse boule dans la gorge.
Ca changera. J’arrive pas à faire de calembours sur le sujet de toute façon.

Tu sais, l’an dernier, Clapiotte est rentrée en CP. Je savais que c’était une étape, que mon « bébé » allait évoluer très très vite à compter de ce moment là. Ca n’a pas raté. Déjà, parce qu’elle a des jambes d’un mètre de long (un peu comme moi, mais avec 30cm de plus) et puis parce qu’elle est devenue… vraiment elle.
Parce que l’école des grands, ça t’apprend aussi qui tu es.

apple-256262_960_720

Alors bon… cette année… que te dire.

N°1 rentre en 6ème.
Le collège.
Il redevient le petit dans une école de plus grands.
Et il va changer encore un peu plus.

Il a eu son petit coup de mou en rentrant des vacances, parce qu’on parle beaucoup (trop ?) du harcèlement scolaire. Il ne s’est jamais trop posé la question de « et si c’était lui ». Non, d’habitude, il prend plutôt le sujet en se disant « et si je suis témoin de… ».
Mais je n’ai pas trop peur de ça (je préfère me dire que ça va aller, sinon je m’en sors pas avec mes 4 milliards d’autres d’angoisses à gérer).

Je lui ai dit que le seul souci qu’il allait réellement avoir au collège, c’est avec la conjugaison.
Ca l’a fait rire.
Il s’est endormi.

Moi moins, mais j’ai essayé d’oublier qu’il allait tant changer, tant apprendre, tant grandir, tant devenir encore plus « lui » et m’échapper pour de bon.

Je m’étais dit que je ferais les courses en ligne pour les fournitures et au final, j’y ai vite couru pour qu’il ait tout bien en face de lui, histoire qu’il se rende vraiment compte.

J’ai fait la queue devant les cahiers 24*36 grands carreaux et j’ai pris le dernier rouleau de scotch au risque de me faire crever les yeux à coup de compas.
J’ai failli faire une crise d’épilepsie à force de vérifier et re-vérifier encore au fond du chariot que j’avais bien les bons carreaux dans les bons formats et 4 couleurs sans spirale c’est interdit les spirales on t’a dit.

colorful-1558997_960_720

J’ai acheté un agenda tout simple parce que chez moi, les agendas, ça se décore pour refléter notre personnalité dès la rentrée et bien montrer à tout le monde qu’on se rabaisse pas à acheter le même agenda Fido Dido que tout le reste de la classe (par contre, crois moi sur parole; la feuille de cannabis que t’as trouvé dans le parc et que tu colle sur la couverture, en 5e, c’est pas une bonne idée DU TOUT, non, même si tu croyais que c’étais plutôt une feuille d’érable atrophiée).

Pendant près de deux heures, donc, j’ai cherché comme tout le monde, je suis même rentrée dans un étalage pour chopper un des derniers petits cahier grands carreaux 96 pages.
Et encore, ca va que j’avais quelques fournitures de l’année d’avant et que, comme chaque année (et merci hein), Top Office m’envoyait mon petit colis de « bon courage » avec quelques accessoires qui serviraient dans l’année…
Oui parce que bon, 100 balles tout de même (avé le moule-bite de piscine et les lunettes-parce-que-je-sais-plus-ou-elles-sont-vraiment, ouais, ok).

Mais N°1 était content.

Content comme nous, quand nous étions tout heureux de ces nouvelles fournitures scolaires, comme si ça allait changer quelque chose à notre scolarité d’avoir un nouveau stylo à plume. Limite on se roulait dedans tel Picsou dans son coffre fort… Ouaaaah une équerre ! Un porte-vues ! Un compaaas, mon préféré !

Pareil.

Mais ça l’empêchera pas de grandir vite dans les prochaines semaines.

Et j’ai pas trouvé de sécateur à maturité au rayon fournitures…

 

Trêve de chouinerie de mère, je sais, mais ca me fait du bien.
je te parlais plus haut de Top Office, et comme chaque rentrée, je peux te faire gagner le même colis que moi, et ça, c’est cool, tu verras, ça sert bien.

IMG_20160826_145428

Pour participer, c’est hyper facile : tu chouines un coup poses un commentaire ci dessous. Si tu peux éviter les « je participe » tout con, ça m’arrange, parce que j’aime bien la lecture, mais j’aime moins bien les répétitions.
Sinon c’est tout.
Vous avez jusqu’à mercredi 31 à 14h.
Tu peux aller liker la page Facebook de Top Office pour les remercier (et la mienne (qui est tout de même la page la plus drôle du monde, faut le savoir)(j’ai pris un coup de modestie à la plage je crois)).
Tu peux aussi partager cet article, même si tu as trouvé que je partais dans tous les sens (je te l’accorde, les hormones sont des connasses).
Allez hop.

Je vous souhaite une bonne rentrée, plein de courage et plein plein plein de bébés compas !

 

EDIT : Bravo à Valerie Bouvard qui gagne le lot offert par Top Office.
Et merci à tous pour vos gentils mots au passage <3

Rendez-vous sur Hellocoton !

la rentrée vs/ les moustiques en vacances : tu préfères quoi ?

Ca y esttttt c’est fini les vacances, sortons nous les doigts du … et retournons au boulot dans la joie et la bonne humeur, oui, celle-là même qui a disparu dès la seconde où tu as éventré ta valise sur ton parquet et qu’elle t’as renvoyé à la réalité des 12 machines à laver qui allaient s’en suivre, tout en t’aspergeant de cette odeur de monoï imprégné dans tous les vêtements.
Donc la bonne humeur : tu la retrouves, peut-être au fond d’une poche, tu te débrouilles, et tu te la colles au visage histoire que les collègues ne croient pas que tu viens de passer les 3 dernières semaines dans ton garage à ratisser ton plafond.

Ou alors, tu te souviens des moustiques. Au moins, tu regretteras un peu moins.

Moi, je suis partie au Cap d’Agde. Enfin, pas que, mais principalement. Et au Cap d’Agde, à part des gens tout nus aux mœurs quelque peu déviants, il y a les moustiques.
Mais pas le moustique de la ville, tu vois. Le vrai bon moustique qui te fait jurer que le napalm, en fait, c’est une super bonne solution et qui développe ton syndrome de la Tourette au niveau irréversible en moins de 24h
Des moustiques qui trouvent ça malin (et ça l’est, de leur point de vu, si tu regardes bien) de venir te piquer les chevilles à partir de 15h30. Pile avant que tu partes à la plage quoi. Un genre d’apéro avant que tu reviennes et qu’ils recommencent à sucer ton sang jusqu’à la moelle. On dirait des fanatiques de l’EFS les mecs.
Genre, ils supportent moyennement que tu n’aies pas jugé bon d’aller te faire prélever ton litre de sang dans le camion au bord de la plage, alors que toi, tu te disais juste, à la base, que donner ton sang avec un cubis de rosé qui coulait dans tes veines depuis la veille, c’était pas franchement faire une bonne action.

13886837_10153614123577234_854233396878139105_n

Le moustique du Sud, il s’en bat les ailes du rosé. Il KIFFE. Il a été élevé au pastis et au rosé, donc ça l’arrange plutôt ce petit arrière goût qui le rend pompette.
Du coup, depuis quelques temps, il a invité aussi ses potes les moustiques tigres.
Le moustique tigre, c’est un peu le cousin relou du fin fond de la campagne, tu vois ? Celui qui parle fort, qui rit fort, qui est aussi alerte qu’un lamantin mort, qui est hyper lourdingue et qui te trouve tellement sympa qu’il te colle jusqu’à la fin du mariage de tata Lucille. A la fin, tu ne rêves que d’une chose : le napalm.
L’avantage avec le moustique tigre, par rapport au cousin du mariage de tata Lucille, c’est que tu peux VRAIMENT lui décrocher la tronche sans déclencher une guerre civile au sein de ta famille.

992837_10151488368762234_2025321804_n

SANS . DECONNER !

Donc les gars, ils déboulent en bande organisée sous ta table (note quand même qu’ils sont pas si cons et se mettent pas à découvert direct), ils te sucent tout ce qui dépasse (et non, c’est pas aussi bandant que la phrase veut bien le sous-entendre) et une fois que l’effet rosé s’active (et que, concrètement), de toute façon, t’as plus un cm2 de peau non piquée au niveau du mollet), là, ils se mettent à vouloir te piquer sur la gueule. Rapport à l’haleine aux sulfites, je pense.

Tu te mets à faire les gestes incohérents et spasmodiques d’un épileptique pour finir par mimer Jackie Chan dès que t’en as eu un.
C’est la guérilla autour de ta jugulaire, t’en viens même à te mettre des grosses gifles sans prévenir alors que tu dissertais  sur le fait de plutôt prendre un ou cinq kilos pendant les vacances.

J’ai TOUT essayé.

On a foutu des prises dans les chambres pour pas que les mecs pensent faire des after, on a bruler des bougies à la citronnelle, des spirales de la mort, on a acheté 150 produits différents en tout je crois. On est les bêta testeurs de l’éradication du moustique en fait.
Pour info, sur la terrasse, les SEULS trucs qui nous ont donné un peu de répits sont les sprays Cinq Sur Cinq tropique (le Cap d’Agde, ce nouveau territoire d’Outre Mer…) et le diffuseur portable Thermacell.

Chez Cinq sur Cinq, on avait le spray et le stick, hyper pratique pour tartiner les greffons sans le mettre un coup de pshitt dans les yeux et les rendre aveugles.
J’ai du coup découvert à la pharmacie (qui était devenu un peu comme ma deuxième maison et qui, grâce à mon budget anti-moustiques, pourra très largement réparer sa clim ET refaire sa façade extérieure en pétales d’or) qu’ils avaient même fait un répulsif anti UV en même temps, ce qui est pas con du tout vu que ces cons-sanguins de diptères (plus communément surnommés fils de flûte) se réveillent vers 15h.

pack_stick_famille_rvb

Je voudrais d’ailleurs m’adresser à Cinq Sur Cinq pour leur dire merci, hein, mais aussi leur suggérer d’inventer des lessives anti-moustiques, des gel-douches anti-moustiques et même, je sais pas, des steaks anti moustiques. Bien que sur ce dernier point, je doute un peu du franc succès, vu le nombre de fois où, telle une Blège (une blonde-belge, on dit Blège), je me suis touchée le bras couvert de produits pour ensuite porter les doigts fautifs à ma bouche (c’est dans ces moments là que tu te rends compte le nombre de fois où tu te touches la bouche, c’est presque dérangeant, j’avais l’impression de minauder en permanence comme une blogueuse beauté)(si ça se trouve je fais le duck-face pareil mais y’a pas d’anti-moustiques pour me le faire remarquer). Bref, c’est dégueulasse comme goût, il faut pas faire ça les gens (ils le disent, hein, de pas manger, mais je suis Blège, je répète).

Thermacell, c’est un anti-moustiques portable, lui. Comme une prise que tu mets dans la chambre, mais là, tu peux le mettre sur ta table de terrasse. Ca couvre environ 20m2 autour de toi, ce qui, on avouera, est largement suffisant, sauf si tu loues chaque année un manoir avec 18 hectares de jardinet.
On met une plaquette, un tube de… genre de gaz, on clique comme pour allumer le chauffe-eau (et on a peur pareil que ça nous explose à la tronche, tout en sachant que ça n’arrivera pas, mais on peut pas s’empêcher de cliquer frénétiquement les bras bien tendus à l’avant histoire d’être bien certain que « si ça saute », on sera manchot mais pas défiguré) et c’est parti pour 4h de tranquillité.

portable-anti-moustiques

Et je rigole pas, c’est très efficace.
Juste c’est franchement pas bien beau en fait. les gars, je sais que bon, à la base, c’est pour camper, et qu’en camping, on est capable de mettre des Crocs, donc ça devrait pas gêner, mais franchement, c’est vilain ce design hein…

Bref bref bref, voilà.
Maintenant, mes premiers boutons de début de vacances commencent à moins ressembler à des furoncles (je rigole pas, les gens m’ont demandé si je ne m’automutilais pas avec des cigarettes) et j’ai été plutôt épargnée par la suite (et les enfants aussi, soit dit en passant, c’est important, les enfants)

MAIS ça reste un souvenir traumatisant.
Du coup, je me dis qu’au bureau, avec la clim dans la tête, je suis pas si mal, finalement…. Non ?

Non.

Courage quand même !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une histoire de rentrée des classes à préparer…

Cette année je n’ai pas pu pleurer. Et pourtant, j’avais le cœur gros. Un des avantages, s’il en est, de ne voir ses enfants qu’une semaine sur deux, c’est peut-être que parfois, on rate aussi des moments pas cool. Du genre, le tout dernier jour d’école primaire de son fils.

Je me connais, j’aurais croisé les yeux embrumés de certains élèves, j’aurais vu les larmes couler sur les joues des profs de CM2. J’aurais observé les accolades, les « à l’année prochaine » des enfants jetés la gorge serrée sous des airs de grands.

Et j’aurais pleuré comme je ne peux m’en empêcher quand je sais qu’un de mes enfants franchi une de ces étapes dont on se souvient toute sa vie.

J’ai raté ce moment. Tant mieux, tant pis, je ne sais pas.

Mais je n’ai pas raté l’essentiel : l’inscription au collège et les joies qui l’accompagnent. Les demandes de 1000 papiers différents parce qu’on est séparés mais pas encore divorcés, qu’on n’a pas la même adresse mais les mêmes enfants (OH WAIT). Et surtout, je n’ai pas raté la trèèèès longue liste de fournitures scolaires qui allaient avec. Les « PAS de grands carreaux en maths et les petits carreaux interdits en français. Les crayons HB, 2B et ce flutain de cahier de musique petit format une page de portée sur deux. »

liste-fournitures-scolaires-

Ça fait bien un mois que la liste est accrochée sur mon frigo alors même que j’avais dit que cette fois ci, on accrocherait RIEN sur le frigo parce que ça fait pas joli quand on a une cuisine ouverte.

Et je n’avais encore rien acheté, prétextant un manque de temps alors que j’avais juste la flemme de devoir réfléchir des heures devant des rayons encombrés de fournitures scolaires.

Pourtant, j’aime bien les fournitures scolaires et cette impression qu’elles nous donnent de recommencer à zéro et proprement. Bon… Peut-être que je préférais surtout ça quand elles étaient pour moi et que je ne m’en occupais pas si ce n’est à les regarder et les ranger dans mon sac de rentrée.

Et puis il y a eu la découverte de services tels que List&Go de chez Auchan qui a dû sortir de la tête de quelqu’un au moins aussi fainéant que moi. Le principe c’est « ça me saoule donc je le fais faire par quelqu’un d’autre ».

ob_2c3172_thumbnail-list-go

En gros, on se connecte sur la plateforme, on télécharge notre liste de fournitures (une photo suffit d’ailleurs), quelqu’un se charge de nous proposer cette liste sous forme de panier virtuel, on nous prévient par notification, on clique sur ce qu’on souhaite commander et… bah on commande.

Donc en gros, si VRAIMENT on est les pires feignasses du monde, en 3 clics et un code de carte bleue, c’est réglé. Plus qu’à se faire livrer ou à aller chercher tout ça au magasin ( c’est gratuit à partir de 25€) ou en point relais ou à domicile. N’en jeter plus, je voudrais que ces gens aient une statue en leur honneur devant tout collège qui se respecte.

Si jamais tu veux en savoir plus, ils officient sur les réseaux sociaux avec les #LaRentréeQueJaime #Auchan et #ListAndGo.

ob_958859_list-and-go-auchan

Pendant ce temps là, je vais encore glandouiller quelques jours à la playa et prévoir la livraison pour mon retour, histoire d’impressionner le fiston qui commence à se demander si j’ai bien compris l’importance d’avoir ses fournitures pour la rentrée.

Mais si mon chéri, t’inquiète pas, maman le mec de chez Auchan gère. Va chercher une beignet s’il te plait. Au chocolat. Merci.


(j’attends cette MàJ hein les gars)

Cet article a été écrit en collaboration avec la marque, cependant tous les mots présents dans l’article sont les miens.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Page 4 sur 132« Début23456102030Fin »