Gouzi-gouza m’parle pas comme ça.

J’aime bien les bébés. Les bébés bien potelés avec 3 genoux et des cuisses à faire pâlir les Sumos super entrainés.

J’aime bien leur prouter dans le cou, là où ça sent pas toujours que le lait caillé, parce qu’on a oublié de sécher entre deux plis.

J’aime bien leurs éclats de rire, purs, parfaits et sans artifice ni obligation.

J’aime bien les petits trous sur leurs phalanges et leurs petits doigts de pieds collés les uns aux autres comme des petites billes qu’on aurait collé là.

J’aime bien quand ils se concentrent avec un air tellement profond qu’on dirait qu’ils sont sur le point de découvrir le secret de l’univers en contemplant une étiquette de bavoir.

Et puis j’aime bien faire la zouave avec eux, leur raconter des bêtises, dire n’importe quoi et aller chercher leur rire comme une junkie de la rigolade, les laissant ensuite tellement excités qu’ils finissent par faire une crise de nerf à leurs parents.

Mais il y a un truc que je n’aime pas, c’est m’adresser à eux comme s’ils étaient la moitié d’une huitre.

Enceinte de N°1, j’avais entendu dire qu’il fallait parler à son bébé, même dans son ventre. Trouvant la démarche un petit peu ridicule rapport que j’avais peur de me faire prendre à parler seule en me caressant le ventre, j’avais vite ranger cette mode au placard.
Mais j’ai pris le parti de toujours parler à mon enfant. C’est à dire que je lui expliquais tout. Du genre, » je vais t’allonger sur ta table de change, là, et maintenant, je te change la couche parce qu’elle est sale. Aller, on va se coucher dans ton lit et tu vas faire une grande sieste. Je t’avoue que si tu pouvais dormir 3 heures ça m’arrangerait ». Même à 3h du matin.
En gros, j’expliquais ce qui allait se passer, dans les 5 minutes à venir, me doutant que lui faire le planning de sa journée en une seule fois serait peine perdue.
Pas la moitié d’une huitre mais quand même pas non plus une mémoire vive très très puissante.

Alors je ne sais pas si c’est ça, mais mes deux enfants ont fait leurs nuits rapidement et sont relativement attentifs quand je leur explique quelque chose. Mieux, ils savent anticiper certaines activités en prenant les devants (ce qui n’inclue pas de mettre leurs chaussures, là, je crois qu’ils font un blocage, je n’ai aucune explication à cet oubli quotidien… c’est pas comme si c’était utile pour aller dehors en plus).

Mais j’aime bien me dire que c’est grâce à ça et pas juste leur constitution qui fait qu’en fait, ils sont plutôt cools.

En parallèle, j’ai quand même dû lutter des mois durant pour que les gens s’abstiennent de leur parler comme à des ganaches abouliques.

Oui, parce que « le » gens aime parler aux bébés comme s’ils n’étaient aptes qu’à comprendre des dédoublements de syllabe et des fins de phrases aigues prononcées de la façon la plus niaise possible (parfois, il doit même y avoir des challenge je pense).

« mais qu’il est crocro mignonnet ce petit bébinou d’amour ah bah oui hein, comment tu fais, hein, comment tu fais, areuuuuuuh oui voilààààà mais c’est bien bébinou tu vas etre un grand hein. Et si je te fais des guili guili là hein, et les guili guili…ah oui, guili guili rho tu aimes hein les guili guili. »

Dans le monde « du » gens, tout est petit et finit aussi en « et » ou « ette » pour qualifier de la choupitude des choses. Évidemment, l’enfant a un surnom ridicule parce que vous comprendrez bien que le prénom que vous avez choisi, c’est plutôt de la merde à côté de « bébichounet ».

Pourquoi tant de haine?

Attention, je ne dis pas qu’il est de rigueur de parler à son gosse comme s’il rentrait à l’ENA le lendemain. On va pas non plus exploiter ses chances de devenir un être chiant. Mais « juste » ne pas le prendre pour une moule cuite. « Juste ».

Même bébé.

Et encore moins quand ils ont 3 ans.

Et je ne vous parle même pas de ce que j’ai envie de faire à ceux qui font ça à mon fils de 7 ans et demi.

parler-enfant-« Alors choubidou, il a fait un beau caca mon choubidou? Oh ouiiii le beau cacounet de choubidou c’est biiiien »

« SAV des enfants bonjouuuuuur »
« Oui, bonjour, c’est pour ma tante là,  je crois qu’on la perd.  Je peux en changer ou…. »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

22 comments

  1. Minute Papillon says:

    Chez mes BP ça fini en « ou » Bidou, Bébénou, serviettou, maladou, le poupou (ça c’est pour téter le sein, avec le verbe pouper…), momo (ah oui, c’est en o celui là)…

    C’est une maladie très répendu, comme de tout répéter 3 fois…

  2. 4enfants2bras says:

    Arf… LE gens parle à LE bébé comme si il parlerait à son chien.
    D’ailleurs, je suis sûre que ceux qui parlent aux bébés comme s’ils n’avaient pas de cerveau, sont les mêmes qui parlent à leurs chien comme si, eux, les caniches avaient un cerveau humain… Hmmmm… suis sûre qu’il y a une étude à faire là-dessus. !

    Un autre truc qui me sidère : ma belle-mère parle d’elle-même à la troisième personne : Ben voui, mamie, elle va t’essuyer ton cucul plein de caca…

    Ah ! mais, c’est ça ! son chien est mort quand j’ai eu ma première fille !!!!!!!
    Mon dieu ! Ma belle-mère croit que mes enfants sont des caniches !! (et pourtant, Dieu sait qu’ils ont les cheveux raides !!)

  3. amalise says:

    Très drôle … et tellement vrai! Je n’ai jamais parlé « bébé » à mes enfants non plus (à part « dodo » et « bobo » je crois), et je trouve qu’ils s’expriment très bien (en toute objectivité, bien sûr ;-). En tout cas je peux dire que je me marre bien quand des gens leur parlent par onomatopées, et qu’ils ne comprennent pas .. « Il est où le wouah wouah, hein, où qu’il est ? ». Bah, dans ton … !

  4. Rêves de Bulle says:

    Ma belle famille me prend pour une illuminée quand je leur dis de pas parler à mon fils comme à un débile. Et ouiii, depuis sa naissance…! Je suis donc, selon eux, une originale. Perso, je penche pour l’orGENIALE x) Je sais qu’il comprend. Même quand il était tout petit. Oui, pas la même compréhension, mais il comprenait. Moi aussi je lui parlais tout le temps, pour lui dire ce qu’on allait faire… Il est cool aussi, bon, je sais pas ce que ça donnera dans quelques années, mais à 17 mois, il sait déjà demander ‘pourquoi’ je veux qu’il sorte de là, me demander ‘quoi’ et je sais très bien que même si son langage à lui est limité, il comprend parfaitement le français, sans les nunucheries (même si j’avoue, il va au dodo, et pas dormir… x) ).

    Bref, je plussoie ton billet =D

  5. djaj says:

    Je craque moins sur le bébé sumo (j’ai eu trois modèles sans plis, et avec une petite tête qui plus est, dont j’étais (et suis toujours) très satisfaite).
    Mais je partage ton aversion sur le « babytalk » !
    A tel point que je me rends compte que quand je leur parle de ce que je fais, je parle bien à la première personne du singulier, je ne fais pas des phrases du genre « maman va aller faire ceci ou cela ».
    Mes filles ont plutôt l’air d’aller bien, au cas où y’en a qui s’inquièteraient !

  6. cacaboudin says:

    Bon en meme temps,y en a plein dans le langage courant,deux neuneuteries:le doudou,le caca,le pipi ou autre sont « normaux » pr moi.et quelques autres aussi,que j’utilise frequemment(honte sur moi).Apres cet aveu honteux,des fois je me dis que les gens vont chercher loin quand meme,dans leur delire.le bebinou au lieu du bebé,ça ne simplifie pas vraiment la comprehension pr les petits.c’est juste une peu debilou,non? ;D

  7. Hati says:

    Pfou, ici aussi on peste contre les « ékicé ki va prendre le bibiiiiii maintenaaaaaaant? le bibiiii ouiiiiii le bibiiiiii pour le loulouuuuuu »…
    Heureusement qu’on a ma cousine d’amour : elle ne s’adresse à lui que comme à une vraie personne, et nous l’a clairement dit dès qu’elle est venue le voir : il est hors de question que je lui parle comme à un débile, c’est un mini-humain.

  8. Anso says:

    « et il veut faire pipi ?  »
    « mais c’est qu’il est grand ce garçon »
    « et comment il s’appelle ? »

    Non, mais tu peux lui dire « tu » directement…….

  9. clairettededie69 says:

    Allô bonjour, ici Françoise Dolto !!!
    évidemment que les bébés nous comprennent ! c’est pas tant le sens de nos paroles que l’intonation qu’on prend, c’est bien ça qu’ils perçoivent le mieux.

    le pire pour moi, c’est encore le parent qui parle de lui à la 3è personne… ma belle-soeur le fait encore avec ses 2 filles de 6 ans et demi…!!! ça me navre.

    et si y’avait besoin de préciser, mon gamin savait parler à 2 ans, de façon parfaitement intelligible (dommage, il ne s’arrête plus depuis !).

  10. Laetitia says:

    Bonjour !
    J’ai toujours parlé à ma fille normalement, en lui expliquant tout en la changeant, en l’habillant… elle a parlé très vite et très bien, elle a fait tout de suite des phrases et n’a jamais parlé du waouhwa ou du miaou ou encore de la meuhmeuh ! A 5 ans tout juste elle commence à lire, suis trop fière de ma fille !!! oui je me la pète !!! ça fait du bien parfois !

    @ bientôt

  11. Silavie34 says:

    Bon j avoue que j aime particuliereement cranemou dnt les articles peuvent, oui oui c possible, me faire hurler de rire! Mais la je dirai simplement merci!!! je suis educ et mon 1er memoire portait sur « le parler vrai et le parler juste » simplement pour demontrer qu il n etait aps necessaire de parler aux enfants comme a des debiles et puis un beau jour décréter qu il faut qu’il parle « normalement » bon voila je voulais juste vous dire merci! J ai aussi parlé a mes enfants en leur disant ce que j allais ou faisais pour eux, pour l histoire mon fils ainé a prononcé son 1 er mot a 7 mois et a 7 ans il m expliquait ce que voulait dire obsolète!!!! et que lon vienne me dire qu’il n est pas utile de leur parler normalement !!!! Il ne faut par contre pas tout leur expliquer mais ça ce sera l objet d unprochain article….. A ta plume !!!

  12. Oriane says:

    Tellement vrai !
    Ma mère nous racontait aussi la stupeur de ma soeur devant une voisine qui lui avait demandé « t’as du mémeil dans tes neunoeils ? ». Ma mère s’était alors tournée tranquillement vers ma soeur en lui expliquant : « elle demande si tu as sommeil ».

  13. Cat à Strophes says:

    J’ai moi aussi parlé à la lady en permanence lui expliquant tout ce que l’on allait faire, ce que l’on faisait et ce qui allait se passer, je ne sais pas si c’est à cause de ça mais aujourd’hui à 9 ans je suis obligée de continuer de tout lui expliquer car sinon elle panique devant l’imprévu. Jusqu’à ses 8 ans elle m’a demandé tous les matins sans exception, faisant même demi tour quand elle avait oublié, si elle mangeait à la cantine le midi. Donc pendant 6 ans tous les matins d’écoles il a fallu que je lui explique que oui [put** de bord** de m**] elle mangerait à la cantine comme tous les matins depuis 6 ans, ouf cette année ça lui est passé.

    Du coup je me pose la question de savoir si pour le bébé je vais faire pareil…

    Sinon pour le langage je pense comme toi (et je ne cesse de reprendre mon conjoint là dessus) je lui parle normalement (par contre je ne peux pas m’empêcher de lui donner plein de surnoms comme « la boulette » ou « ma lu » par exemple) et je boycotte les mots lolo, popo, tututte…

  14. Cleophis says:

    Je parle aussi énormément à ma fille, je lui explique tout ce que je fais, où on va et pourquoi. Elle comprend tout et répond facilement à mes demandes, je ne sais pas si ça a un lien. Par contre, j’utilise le « Maman va changer la couche », « Maman fait à manger à Lulu » car j’avais lu qu’il fallait utiliser ce système au début pour qu’ils assimilent la différence entre « maman » et leur prénom. Maintenant qu’elle a 2 ans et demie, je voudrais passer au « je » et « tu » mais les habitudes ont la vie dure et j’ai encore du mal à le faire ! Surtout que BB2 vient d’arriver et qu’à lui, je dis encore « Maman ».
    Sinon, j’ai horreur des répétitions de mot, combien de fois j’ai bouilli intérieurement en entendant ma belle-mère dire: « Oh Lulu prend son poupouce ! »

  15. La Prune says:

    En fait je pense que je vais être un peu comme ça, je suis un peu mitigée, comme avec mes chats. Je peux leur parler comme s’ils comprenaient parfaitement tout « nan mais, arrêtez de déconner là, il est 3h du matin, vous savez très bien que c’est pas l’heure, foutez-moi la paix et retournez vous coucher ! » et je peux avoir des moments de faiblesse « ouuuuuuuuuuh c’est le miminou à maman ça !!! ouuuuuuuuuuuuh le gros miminou !!!! »

    Et pour le ventre c’est pareil, généralement je lui parle pas, mais des fois je lui dit « et bah purée c’était une sacrée galipette ! » « non mais déconne pas bébé, c’est ma vessie là, si tu pouvais éviter… »

  16. Stephanie says:

    Dans la théorie, entièrement d’accord. Je parle à la choupette comme à un adulte classique, et je lui parle tout le temps.
    Mais j’avoue… Parfois, j’ai des moments de gâtisme! Un « t’es trop choupinette! » qui sort tout seul, une répétition de la même phrase deux fois (« Mais c’est une couche effroyable! c’est une couche effroyable! ») qui me donne un léger instant de honte à chaque fois. Ainsi que de nombreux adjectifs excessifs (« un énooorme bisou »; « une odeur effroyable »; « un minuscule machin »…)
    Mais bon, on n’est pas parfaites, hein!
    Et certains mots qui, pour moi, sont « normaux » comme ça : un dodo, un doudou, un bib’, un caca… Je me vois mal lui dire « Oh, mais tu as déféqué pendant ton sommeil »…

  17. Straou says:

    Haaaaaaaannnnnn mais merciiiiiiiiiii !!!!!!!! Comme ça fat du bien de lire çce genre de truc en ce moment !!!!!! Ici c’est l’overdose du côté BP : Et cé tinamourasamamie ça et voui mon tinamour AHEUUUUUAHEUUUUU !!!! Mais bordel il va avoir un an et il a un prénom !!!!!!! Sans parler des léchouilles et autres prout accompagner du flot de postillon dans lequel je vois tout un tas de restes de miettes et autres vieux restes…. Sainte patience…

Laisser un commentaire