I wanna be a part of it

Aujourd’hui, c’est nostalgie.Rien à voir avec la choucroute de d’habitude, mais c’est comme ça.

Nostalgie de ma jeunesse passée, où rien ne semblait pouvoir perturber ma petite vie tranquille. Aucune angoisse ne m’habitait encore, je n’avais à penser qu’à moi, et c’était bien facile comme ça.

Lorsque j’avais 15 ans, nous avons collecté avec des amis suffisamment de fonds pour partir à New York. Ça nous a pris du temps: ventes de gâteaux pendant les récrés, soirée payante, aide en caisse du supermarché du coin. Bref, juste avant Pâques, la collecte était décrétée suffisante pour qu’on puisse tous partir. Le CPE avait organisé ça super bien, nous avions un étage dans un hôtel, et il avait prévu toutes les sorties. Nous sommes allés voir Grease à Broadway, mangés au Mc Do de Wall Street, celui avec le piano à queue. Nous avons arpenté la 5ème Avenue, fait du shopping dans les Malls, nous sommes retournés voir un spectacle de danse dont je ne me rappelle plus le nom parce que je m’étais endormie.

Oui, parce qu’il faut dire qu’on ne dormait pas beaucoup. Pendant une semaine, avec les copains, nous avions décidé de ne pas prendre le décalage horaire.

Nous partions de bon matin pour les escapades New-Yorkaises, on sortait le soir et en rentrant à l’hôtel, une deuxième journée commençait. Autant avouer tout de suite que si un  jour j’apprends que mes enfants font le quart des mes bêtises de l’époque, je les désherite!

Donc, le soir, on s’échangeait les chambres, on buvait les petites fioles qu’on avait volé dans l’avion, on faisait des rencontres d’américains en périple scolaire dans la grosse Pomme eux aussi. Je crois même être sur une vidéo d’un mec de l’Alabama en train de faire des saltos dans le couloirs de l’hôtel. N’importe quoi.

Et puis un soir, alors que nous avions invité dans notre chambre un groupe d’ado de Toulouse, un coup de fil dans la chambre.

Un vieil accent américain me parlait, je comprenais pas grand chose à part que c’était le réceptionniste. Forte de mon manque de sommeil évident, je lui réponds que je descends le voir parce que j’aurai moins de mal à comprendre de visu.

Arrivée à la réception (il était 2heure du matin), le réceptionniste me regarde éberlué, genre « mais qu’est ce qu’elle veut cette gamine à cette heure là ». Visiblement, il n’avait jamais appelé ma chambre.

Je décide de remonter quand tout à coup, la porte du Motel explose dans de grands cris. Je reste figée. Un gars de l’hôtel qui a dû plus dormir ces derniers jours et qui est donc un chouille plus réactif me protège en me cachant derrière une banquette. Ça hurle, ça se bastonne. Et moi, je suis là, à 15 ans, planquée derrière un canapé en skaï du hall d’un hôtel à New York, me demandant qui a bien pu me faire cette belle blague du réceptionniste pas content. La Police débarque, on menotte un type louche ensanglanté et on me demande de remonter dans ma chambre.

J’ai l’impression d’avoir assisté à un épisode d’une grosse production américaine avec sons et couleurs.. et même les odeurs, pour faire plus vrai.

Mes copains étaient plus que mitigés quant à ma version de mon escapade, mais ont dû se rendre à l’évidence quand il s ont constaté l’état de la porte d’entrée. Quant au petit blagueur qui avait appelé, il a dû me demander pardon environ 100 fois avant que j’accepte de le regarder sans avoir une envie de meurtre.

Le lendemain, nous sommes allés voir les Twin Tower et l’Empire State Building, et la ville ne me semblait pas tout à fait la même que la veille.


Voilà, c’était ma participation pour Chocoladdict qui nous demande un souvenir de groupe. Ce voyage et ces souvenirs pour me rappeler que tout peut arriver et de toujours garder un oeil sur mes marmots quand ils seront ados, parce que non, définitivement, ils ne se rendront pas compte!

Et vous? des souvenirs un peu spéciaux en groupe?

Et sinon, toujours tu peux voter car tu m’es solidaire, c’est ici et c’est la photo N°8 avec l’escarpin. Et jusqu’à dimanche,toujours le boba à gagner!


J’vais demander à Virginie B si ce fou furieux peut être mon homme sur mon blog de ce vendredi…je viens d’y penser (l’homme glauque du vendredi c’est bien non?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

29 comments

  1. chocoladdict says:

    eh ben quelle histoire ! digne d’une série américaine , déjà qu’on a l’impression de passer de l’autre côté de l’écran quand on va aux etats-unis..j’aimerais beaucoup découvrir NY un jour en tous cas !

    merci pour ta participation !

  2. Béatrice says:

    Ben dis donc ….. !!
    Pas de souvenirs, à part me plomber la visite de Rome quand j’étais en 3ème, pour cause d’entorse dans le couloir de l’hôtel (et je n’avais rien bu …) …. assise dans le bus toute la journée, rien vu :-(

  3. Poulette Dodue says:

    Des anecdotes à la pelle ! J’ai fais des colos…plein !
    J’me rappelle par ex en Autriche où l’on s’est paumé (les monos nous avaient laissé quartier libre..) pris le mauvais bus (aucun ne parlant schleu). 7 kms à pince pour retrouvé notre campement !! La colère/inquiètude des monos, lmes flics, notre révolte et notre fatigue !!
    Que du bonheur !
    Ton anecdote est hallucinante !

  4. sabine says:

    dingue!!! ça me fait penser à un voyage que j’ai fait avec l’école à Londres et à l’explosion dans le quartier de la city juste après le passage de notre bus! NY à quinze, chouette voyage :)

  5. eddie says:

    le macdo au piano à queue et réceptionniste à l’entrée, j’y suis allée aussi :-))
    Chouette souvenir que tu as là… mais je te rassures, il n’y a strictement aucune chance que nos enfants fassent ce genre de voyage scolaire, tellement l’administration met des conditions drastiques quand on veut ne serait-ce qu’aller au cinéma de l’autre côté de la rue avec ses élèves… alors aller à new york ^^

Laisser un commentaire