J’y vais mais j’ai peurrrr

Bon, donc, comment vous dire… aujourd’hui, c’est férié, et aujourd’hui, je suis à Paris (demain aussi d’ailleurs), et la semaine dernière, j’ai été taguée. 5 fois. Tout ça n’a rien à voir à part qu’aujourd’hui, bah je réponds aux tag de Madame Frimousse , LMO, Clem, maman@home et Raquel… les coquines!

 

alors, d’abord, un tag à quatre mains… c’est Tony qui va être content! A la manière des Z’amours (j’ai mes références), ses réponses en bleues, les miennes en roses.

1-As tu toujours connu ton conjoint blogueur ? Est ce que cela à changé quelque chose ? Sinon, est-ce qu’elle t’en a parlé dès le début?

Non, je la connaissais ‘normale’ et le pire c’est que c’est moi qui lui ai donné l’idée… et depuis… elle est toujours à Paris… et moi… je fais la nounou!!!

Non, avant, elle savait à peine allumer un ordinateur. Ca a changé son emploi du temps, surtout… Et non, puisque c’est moi qui lui ai donné l’idée.

2-Comment juges-tu le fait qu’elle raconte sa vie (entre autres) sur l’Internet? Et que des gens s’y intéressent et y répondent?

Je m’en détache et c’est toujours imagé même si le fond c’est la vie quotidienne. ( on s’ennuie jamais!!!). Les gens? comprends pas.

Je n’aime pas spécialement qu’elle parle de moi, mais sinon, ça va. Que des gens la suive et répondent, je trouve ça bizarre, mais pourquoi pas…

3- Qu’est-ce qui t’énerve dans sa pratique du blog? A l’inverse qu’est-ce que tu apprécies?

Rien le soir je peux regarder ce que je veux à la télé (même le foot) elle, elle est devant l’ordi. En plus tous les jours il y a des colis qui arrivent.

Elle y passe trop de temps, et de manière désorganisée. J’apprécie qu’elle y trouve son compte et que ça marche pour elle (j’attends qu’elle fasse vivre toute la famille en racontant ses bêtises)

4- Aimerais-tu participer à ce blog? Si oui, as tu déjà eu le droit d’y écrire?

Non je n’ai pas ce talent de l’écriture. Le droit? Non, mais, s’il fallait je ne me priverais pas.

Non, et non, mais pourquoi pas… comme aujourd’hui.

5- As-tu un message à faire passer à des gens dans ta situation et veux-tu profiter de ce tag pour dire quelque chose à ta blogueuse ?

Pour une maman qui passe sa journée avec ses enfants, je trouve ca génial de pouvoir partager via blog mais aussi par des rencontres, des expériences et de la faire sortir un peu du quotidien.

Ma blogueuse c’est la meilleure !!!

bon courage et qu’est ce qu’il y a à manger?

 



 

Et ensuite, 7 choses sur moi (on va tenter de dire des choses que vous ne savez pas déjà)…

Mais c’est quoi ce badge tout moche?

(oui, hein, chacun ses goûts)

1/ Je rêve de faire 5 cm de plus… juste 5, ça me comblerait, rien que pour atteindre le dernier rayon chez Carrefour!

2/ Je crois que je sais chanter. Je sais que c’est faux, mais j’y crois à chaque fois que je le fais. Évidement, je tente ma chance tout le temps et évidemment, je suis très déçue de mes performances… mais pas autant que les gens qui passent par là (même Clapiotte me met la main sur la bouche quand je chante les Marionnettes)

3/ Je suis née à la mauvaise époque et peut être dans le mauvais pays. Au collège et au lycée, alors que tout le monde était fan des Gun’s & Roses et de Noir Désir, j’écoutais en boucle Marvin Gaye, Diana Ross, Les Jackson Five, Rare Earth et Thelma Houston… Je suis fan de Queen et de Barry White et je suis toujours à la rue quand on me parle de certains groupes que j’aurai dû connaitre en même temps que ma génération…

4/ J’ai eu un poster de Dylan (Luke Perry) derrière ma porte en grandeur nature quand j’avais 14 ans.

5/ Je suis TRES rancunière. Je rajoute rien, j’en suis pas forcément fière!

6/ J’ai volé un bouchon de stylo quand j’avais 7 ans parce qu’on me l’avait piqué en classe et qu’il était franchement canon (une Minnie qui faisait de la balançoire, la grande classe)… en passant la porte, ça a sonné, je m’en suis jamais remise (c’était même pas moi qui sonnait, mais ça m’a vacciné)

7/ Je pleure très facilement devant la télé, des films, du sport et devant mon écran dès que c’est un tout petit peu émouvant… J’ai jamais vu la fin de Titanic (ouais, ouais, je sais que le bateau coule quand même) à partir de la scène où la maman couche ses enfants… je pleurais trop, et j’ai pleurer pendant 30 minutes après la fin de La Liste de Schindler. Depuis, j’évite les films trop hard côté larmes!

Voilà, voilà… bon, je devrais citer 7 d’entre vous pour vous y coller, mais j’assume que la foudre s’abatte sur mon jeans fétiche (sans moi dedans). En revanche, dénoncez-vous, celles qui veulent le faire (l’un ou l’autre… ou les 2!), et je vous colle ci dessous:

 

En vous souhaitant un bon lundi (férié pour les plus chanceux), je vous quitte sur 2 petites vidéos…

Enjoy




Une vidéo avec CRANEMOU, VIRGINIE B ET SHALIMA dedans!!! par ParoledeMamans

 

Et hier, j’étais à l’honneur ICI, si vous voulez cliquer sur « J’aime » à droite de la photo, histoire de relever un peu l’honneur (et pour ma petite fierté aussi :D)


Vis ma vie de Clapiotte

Nannn… pfff… rho mais …naaan. Mamannn, naan.

Et voilà, elle recommence, elle-nan, elle va pas oser quand même? Ah bah si, elle me pose par terre. Même pas honte la daronne.

Ouais c’est ça ouais, fais genre t’as mal au dos… Avec mes 9 kilos et demi, tu vas pas me faire croire que je te casse le dos. Je ne suis qu’une plume (surtout par rapport à toi, gnark gnak).

Mouhahaha, qu’est ce que je me marre quand elle déplie la poussette, nan mais franchement, ma mère, elle a fait l’école du rire. 6 ans qu’elle se traine la même poussette et elle galère toujours autant au dépliage.

Aller, vas-y maman, fais gaffe à pas me la déplier sur la tronche cette fois-ci… voilààà… Si je pouvais, je t’applaudirais, mais non seulement je dois virer cette crotte de nez  qui m’énerve, mais en plus j’ai pas envie que tu me refasses le coup de la mère gaga devant sa fille qui applaudit. Nan, je fais faire mine que j’ai pas vu. Voilààà… bon, c’est bon, elle s’en sort et elle me regarde pas. Aller, pose moi dedans qu’on en parle plus.

(…)

Pfiou… c’est quoi l’odeur là? Ah oui, tiens, j’avais planqué un peu de gâteau et de compote dans les sangles (et cette feignasse n’a rien lavé), bon, bah je vais me faire un petit casse dalle, surtout que si j’ai tout compris, on va devoir se farcir le parc après ça, et je suis prête à parier qu’elle a oublié mon goûter, comme la dernière fois.

Aïe! Aïe aïe aïe…. Arghhh, je déteste cette route pavée pour aller chercher N°1, ça me casse les reins. Avant, je m’amusais à faire « aaaahhhh » et ça faisait un drôle de bruit quand je rebondissais mais là, ça devient franchement lourd cette histoire. Pis je parle même pas de ma mère qui oublie souvent de lever l’avant de la poussette et qui bute dans le trottoir. On a dû lui donner son permis poussette pendant une de ses soirées où elle rentre et qu’elle sent comme l’oncle fétide, je ne vois pas d’autres explications. Ah, si, peut être qu’elle pense à autre chose… genre à ce qu’elle va faire avec son écran magique en rentrant à la maison.. Elle adore son écran magique!

Tiens, voilà le parc. Héhé, je vais lui faire un p’tit caprice pour descendre de là… Ouhla… Elle a pas l’air contente. Voilààà, je souris avec mes dents, je sais que ça marche à tous les coups! Aller, je lui fais un petit câlin… rho… si on peut même plus râler gratuitement…

Bon, pendant qu’elle discute avec les autres grands, je vais attacher mon doudou dans la poussette, elle y verra que du feu. gnark gnark, je vais filer en douce et elle, elle croira que c’est MOI dans la poussette!!! LIBERTÉ!!! Je vais faire du boggan et de l’abeille à ressort, je vais ramasser les papiers par terre et même que je vais enfin pouvoir manger des graviers! Et avec un peu de chance, je vais trouver une poussette digne de ma personne, parce que la mienne, j’ai limite la honte dedans (bah oui, tu crois que je me cache derrière mon Doudou pourquoi? Je voudrais pas que mes copains de la crèche me grille dans mon tacos tout pourri!! Naaaan, moi, en fait, je voudrais ça:

Tellement plus classe.

 

Mais ma mère, elle sera jamais d’accord…

Bon, aller, je l’aime bien quand même, ma mère, elle joue chez Miss Brownie pour en gagner une nouvelle, parce que je crois que même elle, elle a la honte de me pousser dans ce truc rouillé… Pis comme je fais aucun effort pour marcher (je vais pas user mes pieds non plus, faut pas rigoler avec ça: je suis FRA-GI-LE), elle a bien compris qu’une poussette neuve (et belle) serait vite amortie!

Merci Didier

Un petit mot pas comme les autres aujourd’hui.

Je vais vous parler d’une chose extra-ordinaire qui s’est passée dans ma vie, il y a peu.

Je suis une personne timide, et plutôt méfiante. Je me suis faite avoir tellement de fois en pensant que le monde n’était rempli que de gentilles personnes que je suis devenue presque parano du contraire. Aujourd’hui, avant toutes choses je me demande « qu’est ce qu’il va vouloir me voler celui là? » (ça marche aussi au féminin). Je sais, c’est pas bien, mais « chat échaudé… ». Je préfère m’enrouler dans une carapace plutôt que de croire en quelque chose de bon, de bien. Au premier abord en tout cas. Je ne suis pas idiote et j’arrive à m’ouvrir au bout d’un moment!

Je m’étale beaucoup ici, j’écris, je raconte ma vie, mes miochons, mes coups de gueule, de cœur, mes agonies de filles gâtées…

Il y a peu, je fêtais 2 ans d’écriture et de connexion. je n’ose compter les heures passées devant cet écran.

En 2 ans, j’ai vraiment rencontrer de belles personnes, des amis, des gens que j’admire, des gens que je n’aurai jamais abordé. J’ai appris à dire oui, non, peu-être. J’ai appris comme un nouveau travail, enrichissant, tant intellectuellement que socialement.

Et il y a quelques semaines, j’ai ré-appris que la générosité, la bonté, la gentillesse existait. Comme ça. Ça m’a fait un choc au début, et mon entourage m’a affirmé que si, il existait encore des personnes un peu folles pour juste donner. Que si cette personne pensait que je le méritais, alors il fallait accepter.

Et dire MERCI.

Pour les 2 ans de ce blog, j’ai reçu un cadeau. Un inconnu m’a envoyé un cadeau qui veut dire beaucoup. Cet inconnu m’a redonné confiance en la bonté pure.

Vous pouvez pensé que j’exagère, mais non, à ce moment là, je me suis dit qu’il existait (encore) des personnes comme lui, capable de donner par pur plaisir, capable d’offrir un peu d’eux même par simple générosité et qui oserait même rajouter que c’est mérité. Des personnes capables de ne pas rester enfermées dans leur petite vie egoïste. Moi, je fais partie plutôt de cette deuxième catégorie, et j’en suis pas fière.

Je ne crois pas mériter quoi que ce soit, j’ai demandé à Mon Inconnu de réfléchir. Et j’ai reçu mon cadeau, comme un rayon de soleil illuminant ma journée.

J’ai déjà de beaux souvenirs grâce à ce blog, mais ce geste là a réussi à dégommer tout le reste pour prendre la première place.


MERCI DIDIER,

de m’avoir émerveillé.

 

Cleptomane autodidacte

Pour répondre à votre question: non, je ne sais pas ce que deviendrai ce blog sans mes enfants. D’autant qu’ils sont particulièrement en forme ces derniers temps. Après le tact de N°1, parlons plutôt de la Clapiotte.

Clapiotte est mignonne comme le cousin machin avec sa tignasse chevelure de princesse, elle est douce au moins autant que de la mousseline, elle est adôôôrable quand elle ne fait pas sa tête de pioche et surtout, elle a déjà autant d’humour qu’un goonies. Ce que j’ai appris récemment, en revanche, c’est qu’elle avait aussi du sang de cleptomane qui coulait dans ses veines. A croire que Wynona Ryder et Shipper feraient partie de la famille.

C’est ce que j’ai découvert un matin, alors que je faisais mes courses. Clapiotte, calée dans la poussette avec son 39°5 qui ne descendait pas, je me suis dit que rester dans le rayon frais un moment ne pourrait pas lui faire de mal (j’ai dit « frais », pas « surgelé »), bref, je flâne entre les tranches de jambons, j’hésite entre les gruyères, je craque pour une pâte feuilletée et des yaourts à la vanille (ma vie est passionnante, je sais, ne soyez pas envieux, parfois, je fais des choses tout à fait ordinaire, comme vous). Je prends mon temps pour que Clapiotte profite des 18°c ambiants et qu’elle arrête de se prendre pour une bouillotte.

Une fois que je m’ennuyais bien et que j’étais au bord de l’hypothermie, je suis allée payer. je suis honnête, moi. C’est arrivée à la maison que je me suis aperçue que Clapiotte en avait profité pour ramasser tous les fromages qui étaient à sa portée, à savoir, les petite portion vendue à l’unité habituellement. 6 portions en tout, c’est qu’elle devait avoir la dalle cette petite!

C’était avant hier, et j’avoue, ça m’a fait rire. Je me suis dit qu’elle n’avait pas fait exprès.

C’était sans compter la journée d’hier.

Tranquillou, je pensais pouvoir faire ma petite affaire aux toilettes en calant les mioches devant la télé. Mais bien sûr. On sait tous que ce genre d’activité est proscrite dès lors que nous enfantons. Même pendant la grossesse ils nous font déjà comprendre que ce sont EUX qui, désormais, auront le contrôle de nos activités post-digestion. Mais parfois, j’ai un regain d’espoir, cherchez pas à comprendre.

Bref, je suis tranquille, j’ai même pu lire trois lignes d’un magazine quand Clapiotte déboule avec son camion. Elle me parle.

« épapa épapa épaépapa? »

« Oui, oui, ma chérie, c’est ça, aller, va voir N°1 dans le salon ».

Elle insiste et me choure mon magazine. Dans ma position, impossible de riposter. Elle s’installe tranquillou devant moi et tourne les pages. J’y vois un moment d’accalmie et me reprends un magazine  pour tenter de retourner à ma concentration (et Tony qui se demande pourquoi j’ai 20 magazines aux toilettes… c’est parce que j’ai lu environ 3 lignes dans chaque mon chéri!). Clapiotte trafique autour de moi mais en soi, elle n’essaye pas de m’enlever le pantalon ou de me monter sur les genoux, je continue donc ma lecture.

Et puis elle part. Elle me fait un geste d’au revoir avec sa petite main gracieuse et file sur son camion rejoindre son frère. Ahhh… c’est bien quand les enfants grandissent, tout de même…

Je profite encore de deux minutes de liberté relative et….

Et je me rends compte que cette peste s’est tirée avec le PQ. Sous mon nez, sans que je m’en aperçoive, elle l’a planqué dans son camion et s’est tirée, trop heureuse de pouvoir aller dérouler son Graal sur le canapé du salon. J’entendais déjà les petits cris hystériques et joyeux de ma descendance, alors que j’étais seule et bien coincée dans mes commodités.

Les 10 minutes de plus à attendre que l’un d’eux veuille bien ramener au moins une feuille m’auront au moins permis de finir un article en entier… Je trouve le positif où je peux, ces derniers jours!

 

Et chez vous? ils vous font des blagues vos enfants? Ils sont voleurs?

Et sinon, question de fond… chez vous aussi c’est compliqué de trouver un créneau pour… enfin vous voyez quoi

(je ne mets pas de mots exprès car j’en ai marre de me coltiner tous les scato du web sur mon blog ;) )

Petite fillasse deviendra grande, mais pas aujourd’hui, aujourd’hui, elle a pâte à modeler.

Clapiotte veut tout faire comme son frère.

Elle va rigoler quand il rigole, elle va tenter de prendre les mêmes positions que lui quand il joue ou qu’il regarde la télé, elle pousse même le vice de boire et de s’arrêter en même temps que son Dieu vivant, j’ai nommé N°1.

C’est marrant à voir, mais j’avoue que sur le long terme, c’est pas facile facile.

Par exemple, à table, on pourrait croire que ça aide, mais non. N°1 mange seul et se débrouille très bien. Sa sœur nettement moins. MAIS, il faut lui laisser le champs libre pour tenter de faire pareil que le grand, et je vous jure que Tony est proche de l’arrêt cardiaque à chaque volée de haricots dans l pièce.

N°1 n’ayant toujours pas saisi le concept du « tu ne sautes pas sur le canapé » montre donc le bel exemple à sa sœur, et c’est régulièrement que je frôle l’apoplexie en la retrouvant debout, prête à faire le saut de l’ange.

Ou encore dans la salle de bain, alors que N°1 se brosse les dents consciencieusement (si je veux je mens, c’est mon blog), Clapiotte en profite pour se nettoyer la glotte à coups de réflexes vomitifs et de brossage de gencives.

Je vous passe les expériences avec les petits pions et les légos qu’elle pourrait se coincer au fond de la gorge ou dans n’importe quel orifice d’ailleurs… j’en frémis encore!

Non, à 18 mois, ce n’est pas facile de copier le plus grand, avec toute la bonne volonté qu’elle y met, on est souvent au bord du plantage.

D’autant que pour être tout à fait sincère, ça me dérange un peu que mon bébé veuille à ce point devenir grande. Le petit dernier, on aimerait qu’il grandisse plus doucement, en prenant son temps. Mais non. Elle, elle a décidé qu’il fallait faire comme une grande, même certains de ses gestes sortent tout droit des pires stéréotypes de la fillasses en puissance. Pour le coup, je ne sais pas d’où elle sort ça, mais elle imite très bien Eva Longoria dans ses pubs pour les cheveux!

Et puis, bon, elle pourrait au moins tenter l’imitation jusqu’au bout, à savoir, elle pourrait réellement marcher ou être propre par exemple. Nan parce que bizarrement, pour le coup, ça, elle s’en tamponne la coquille la Clapiotte, elle préfère continuer à user ses fonds de culottes su les graviers plutôt que de risquer (Oh Mon Dieu) d’utiliser ses pieds!

Pour le reste, j’essaie tout de même de sauver les meubles quant aux catastrophes. J’ai donc ressorti les couverts en plastiques et les assiettes en mélamine, j’ai retrouver un gobelet dans le fond du placard, j’ai surélevé les légos avec l’accord de son frère, et N°1 a pour mission de hurler si jamais Clapiotte se met debout sur le canapé (en général, j’ai compris avant, vu qu’ils se bidonnent tous les deux en se jetant l’un sur l’autre). Bref, je commence à gérer sa mémé côté précaution suite aux catastrophes que notre boulette provoque avec ses essais!

Alors, aussi, je dis merci à Bébé au Naturel qui a offert une petite gourde Sigg à Clapiotte, et qui, en plus d’être super jolie, NE FUIT PAS! Et ça prend toute son importance quand on voit comment Clapiotte se sert d’une bouteille d’eau (puisque le biberon est devenu obsolète, surtout devant son frère). Non, maintenant, quand on sort, c’est chacun sa bouteille, et Clapiotte adore la sienne. Et moi, j’ai moins de fringues de rechange dans le sac!!!

Message personnel à Clapiotte (puisque tu fais tout comme N°1, tu dois presque savoir lire ces lignes): je ne t’empêcherai pas de grandir, ni te pousserai vers l’avant, mais prends tout de même ton temps, laisse moi encore te regarder comme un bébé… ET MARCHE Bordel!

 

Sur ce, je voulais souhaiter la bienvenue aux lecteurs d’InfoBébés qui se retrouveraient ici suite à (attention, sortez le tapis rouge) un article dans le magazine de juillet en kiosque aujourd’hui! Oui, je suis une star, oui, oui, je crâne(mou), mais c’est pas tous les jours qu’on a un encart dans un magazine (et promis, mes chevilles iront mieux dès cette après midi quand je devrais retourner au parc avec les 2 nains). Merci à Virginie Péducasse pour cette opportunité, pour l’expérience et pour sa gentillesse!

La suite? chez ton marchand de journaux! :D

 

Etre mère, trentenaire et avoir une vie sociale et nocturne, c’est possible.

Voilà un titre qui devrait faire venir la femme au foyer cernée et quasi dépressive de n’avoir des conversations digne de ce nom qu’à la sortie de l’école, chez le pédiatre ou au téléphone quand elle a la chance de trouver une copine qui ne bosse pas (oh… on dirait moi).

J’ai toujours été intimement persuadée que mes enfants n’allaient pas bouleverser ma façon de vivre. Genre, je mangerai à n’importe quelle heure, je pourrai sortir, je continuerai ma vie, sauf qu’il allait falloir l’organiser de façon optimisée.

Je suis une fêtarde, je ne l’ai jamais caché ici, alors vous pensez bien que le point « je continuerai à sortir » était LE point sur lequel je n’avais aucunement envie de faire la moindre concession. Et en y regardant de plus prêt, j’y suis quand même pas trop mal arrivée jusque là. J’emmenais N°1 partout où nous étions invités et de temps en temps, je le laissais à garder.
Il faut dire que quand tu as un enfant avant tous les copains, ils t’invitent nettement moins souvent qu’avant, au cas où « ils dérangent »…
Ils dérangent? C’est sérieux ça? Ils dérangent quoi? A tout casser ils risquent de me réveiller s’il appellent après 21h30, mais j’ai une fierté, je ne vais pas leur avouer!

Bref, au bout d’un temps, quand on leur a expliqué (en pleurant) qu’il ne fallait pas qu’ils renoncent à nous inviter sous prétexte qu’au dernier anniversaire, on a dû partir précipitamment parce que le p’tit hurlait à la mort avec la nounou ou qu’on n’a pas pu être là (ni l’un ni l’autre) à la crémaillère de Miche-Linne pour cause de fièvre et râles inexpliqués (« nan mais tu rigoles, tu restes avec moi, tu vas pas me laisser avec le gosse qui va pas bien non? »), au bout d’un temps, donc, ils ont recommencé à nous téléphoner. Pour les grandes occasions en gros.

Ce week end par exemple, c’était la grande folie de notre vie sociale. 2 soirées coup sur coup. Même pas chez les mêmes (on a plus que 2 amis! On a plus que 2 amis!).


Vendredi soir: soirée dite « pépère » chez des amis. On prend les nains avec nous et on décide que tout le monde dormira sur place, bien plus simple que de réveiller les enfants pour prendre la voiture et risquer d’avoir trop bu pour faire tout ça correctement.

On trinque, on parle, on rigole, on trinque, on mange, on boit, on trinque, on se marre, on prend le dessert, on re-boit, on trinque, on est bien joyeux de se retrouver ce soir, on se dit qu’on est un peu fatigué, on se rend compte qu’il est 3h30, on tente de boire de l’eau avec un efferalgan et on s’échoue dans le lit où ronfle N°1.

Samedi matin: A 7h30 on a du mal à se dire qu’on a passé une bonne soirée car un gars a décidé de faire péter le marteau piqueur en frontal et on s’entend plus penser. Mais c’était bien. Mais là, tout de suite, donner un biberon n’a jamais été si compliqué. J’aurai dû allaiter, au moins je boirai pas (huhu).

Samedi, je ne suis que zombie. je ne sais même plus comment la journée a pu se dérouler. Il parait que j’ai quand même fait à manger et que j’ai tenu l’intendance des couches… Parfois, je me dis que j’aurai pu être Lara Croft, en fait. Parfois.

Samedi en fin de journée, alors que je me prends une radée en allant chercher N°1 à un anniversaire, j’apprends que Tony est rentré plus tôt du boulot et que franchement, j’aurai pu au moins débarrasser la table: ah mais c’était çaaaa? Je me disais bien que javais oublié un truc! Bon, j’ai un peu honte, mais j’ai pas vraiment le temps de me morfondre en excuses du genre que « nan mais toi t’as fait des siestes alors que pas moi nanana jsuis pas de mauvaise fois, nan jsuis pas feignasse, j’ai plus l’habitude et de toute façon c’est tout de ta faute si on a des enfants et qu’on peut pas dormir un lendemain de fête ». Je ne dis rien, je fais vite fait le sac de Clapiotte qui ira dormir chez des amis (les mêmes que la veille, tiens, ils avaient qu’à pas proposer alors qu’on avait trop bu) et nous, on embarque N°1 pour fêter les 30 ans du meilleur copain de Tony.


Samedi soir: N°1 est l’excuse général de tous les mecs présents pour jouer au foot dans le jardin. C’est mon excuse suprême pour rester à moitié morte dans le canapé en lui faisant des crapouillis dans les cheveux: « il est fatigué »: tu parles!
Boire relève du défi, quoi que dans mes souvenirs d’étudiantes, traiter le mal par le mal marchait relativement bien. Je tente le coup, mais je sens bien que je n’ai plus le même entrain que la veille.
Je tiens tout de même quelques conversations pour ne pas qu’on croit qu’avoir des enfants c’est aussi désespérant que le suppose mes traits. On offre des cadeaux, on mange du gâteau, on boit du champagne et la, misère, on danse.
J’aime danser. J’adore danser. J’adore faire la con en sautant partout sans craindre le ridicule. Et là, c’est le drame, mes fesses restent scotchées aux coussins, pas moyen de m’imaginer en train de bouger quoi que ce soit. Intérieurement, c’est le grand questionnement, qu’ai-je fait pour mériter ça? ne plus pouvoir enchaîner deux soirée de suite, est-ce donc là la fin de ma vie? Suis-je donc devenue ce que j’abhorrai en soirée; celle qui s’assoie en début de soirée et qui ne se relève que pour dire au revoir? Mon corps se met alors à bouger, je me dirige sur « la piste ». je bouge, je saute.
Pas très en rythme, mais je fais acte de présence. Et j’avoue, j’ai passé une bonne soirée. Une seconde fois de suite.

Epilogue:

Je me suis réveillée avec des courbatures: bien joué mamie!

On a récupéré Clapiotte avec un joli 39°. Elle tousse en non-stop depuis (bon, j’avoue, on le sentait arriver celui là). La 3ème nuit ressemblait donc vaguement aux deux précédentes, sans alcool, certes, mais la musique était assurée par Clapiotte et N°1 qui nous ont offert un magnifique concerto de toux en La mineur pendant 1 heure au couher, puis, en alternance, histoire qu’on n’ai que peu de répis, faut pas déconner.

Vers 1heure, le mec au marteau piqueur était revenu. Ah, non, c’est Clapiotte qui hurle.

Vers 3 heure, alors qu’une accalmie s’abattait sur la maisonnée, nous étions debout avec Tony, toute lumière éclairée, à chasser le moustique.
A 6heure, Clapiotte affichait un nouveau 40° d’accueil.
A 8heure elle faisait un débordement de couche sur le canapé.

Il n’est que 9 heure!

A 30 ans, parents, on peut quand même avoir une vie sociale.

Mais tout se paye.


Et vous? Vous sortez? Et vous payez cher le lendemain?

tiens, voilà, prends ça et vraiment: tais toi!

La petite souris n’a qu’à bien se tenir (cadeaux inside)

J’en avais déjà parlé ici, le brossage des dents est une affaire en court. Une histoire d’acharnement, où je me répète inlassablement. Une histoire que N°1 ne tient pas particulièrement à cœur, mais quand je lui parle de mes problèmes de chicos, en général, ça suffit à le faire déguerpir dans la salle de bain.

Jusqu’à il y a peu de temps, c’était moi, qui brossait les dents de N°1, mon dentiste m’ayant précisé qu’un enfant n’était pas « apte » à le faire correctement seul avant de savoir écrire en attaché, rapport à sa dextérité.

N°1 commence à manier son stylo de manière tout à fait étonnante, alors j’ai commencé à le laisser se brosser seul, le matin, m’occupant de la session du soir pour « être sûre ». Mais je dois avouer que ses dents n’étaient pas toujorus nickels.

Il y a peu, N°1 a reçu un courrier, et N°1 adoooore recevoir du courrier en son nom. Surtout celui de la banque. Mais là, il s’agissait d’un rendez-vous. Tout heureux d’ouvrir sa lettre, il me l’a tendu pour que je la lui lise. Il s’agissait d’une invitation pour se rendre à une visite chez le dentiste, pour la campagne M’T Dents. Je l’ai vu bien déçu mais un soupçon de fierté éclairait son visage: N°1 va très prochainement fêter ses 6 ans. Et 6 ans, c’est important, pour un tas de choses.

N’empêche que le brossage des dents reste un soucis quotidien et que je lutte contre les « oublis ».

Et voilà qu’on me propose, pour N°1, une brosse à dents électrique. Je n’y avais même jamais songé, mais qu’elle bonne idée, finalement. Depuis que N°1 est l’heureux propriétaire de cette brosse, il a les chicos propres, et moi, j’ai la paix pendant 3 minutes (ah, non, pardon, il en suffit de deux avec une brosse électrique) 2 à trois fois par jour, car il n’a désormais plus besoin de moi.

Cette brosse, c’est Oral B qui lui a offert, et franchement, je les bénis!

Depuis qu’il l’a, il va se brosser les dents sans que j’ai besoin de le répéter 100 fois. Le petit bruit de la brosse m’indique qu’il fait son boulot et après plusieurs vérifications, ses dents sont brossées correctement, pas besoin de repasser derrière: miracle! Et dire que je n’y avais jamais pensé! Bon, j’avoue que les 2-3 premières fois, valait mieux être à côté parce qu’il faisait tourner la brosse avant de la mettre dans la bouche, histoire de ne pas aspérger la salle de bain de dentifrice (du fluocaril au goût bubblegum… pareil, j’ai toujours acheté fraise, suis-je donc idiote? Il adore, je le suspecte de vouloir manger le tube!).

Le soucis maintenant, c’est que Clapiotte qui elle, a eu droit a une brosse à sa taille ne jure que par celle de son frère, vous pensez, bien… Il va falloir qu’elle s’y fasse, et attendre sagement ses 3 ans pour tester. Pour le moment, elle restera donc à la brosse manuelle et c’est moi qui m’y colle (grrr).

Pour sensibiliser vos enfants, vous pouvez aussi jouer avec Patty le tube de dentifrice sur ce site.

Et comme on est quand même sympa, vous pouvez vous aussi tester chez vous une de ces brosses (ça tombe bien vu qu’il faut en changer une fois par trimestre).

lot 1 : une brosse à dent électrique Oral-B Power Mickey +  un dentifrice Fluocaril (adapté à l’âge de l’enfant du gagnant) +  un kit de brossettes de rechange
lot 2 : une brosse à dents électrique Oral-B Power Cars ou Princesse (en fonction du sexe de l’enfant du gagnant) + un kit de brossettes de rechange
lot 3, 4 et 5: une brosse à dents manuelle Oral-B Stages + dentifrice Fluocaril (sachant que là encore le produit remporté sera adapté à l’âge et au sexe de l’enfant).

Pour tenter votre chance, c’est simple, vous me racontez comment vous vous en sortez avec les dents de vos enfants en commentaire et vous répondez à ce petit questionnaire, vous avez jusqu’au 8 juin inclus pour jouer, je tirerai au sort les 5 gagnants.
EDIT: Les gagnant(e)s sont:

Lot N°1: Loumaloé
N°2: Sabine
N°3: Kaki
N°4: Ma vie de mère
N°5: Globulle
Si vous pouviez me donner vos adresses par mail ainsi que l’âge et le sexe de l’enfant à qui est destiné la brosse: merci et bravo à vous!
Merci à vous tous pour vos participations et vos bonnes idées :D

Loading…

les vacances sans soleil… on fait quoi?

Voilà, nous sommes rentrés. Et il fait froid et moche ici aussi… finalement, c’est donc sans regret d’être restés au bord de mer malgré un temps digne de novembre.

Pour me réchauffer, j’ai dû faire du shopping. Pour commencer, parce que je n’avais pas prévu qu’on se caillerait à ce point et que Clapiotte manquait cruellement d’une bonne veste. En quête de mon Graal, je me suis retrouvée chez Orchestra (youhou, ce n’est pas un article sponso, hein!). Et là, joie, ils proposaient une carte avec laquelle tout le magasin était à 50%. Vous pensez bien que j’ai abusé de mon tout nouveau pouvoir!

Hop, un joli ciré à pois pour 15 euros!

Et hop, les tenues pour le baptême de la petite cousine

 

Total des dépenses: 60 euros au lieu de 120 (rajouter 30 euros pour la carte valable 1an)

Ha bah j’étais pas peu fière tiens! Même Tony a trouvé que ca valait le coup, pour tout dire (et c’est rare que Tony soit d’accord avec moi côté dépense de fringues)

Pour occuper notre temps autrement qu’en achetant des fringues, on a aussi écumé tous les parcs du coin, y compris le parc de jeux pour enfants avec des trampolines et structures gonflables à ne plus savoir où donner de la tête. Ca aurait été royal si on avait pu faire un aller retour pour faire faire la sieste à Clapiotte, mais la dame du parc a refusé catégoriquement qu’on revienne. Nooon, elle a dit que ca ne serait pas gérable (bah oui, on était au moins 10 dans le parc) et que si on voulait revenir, il faudrait repayer (à raison de 9 euros par tête, même pour les adultes)… Sympa non? Nan mais attendez, elle a été digne d’une princesse en nous proposant une reduction de, tenez vous bien, 1 euros pour revenir l’après midi! Le sens du commerce l’étouffera. N°1 a été super déçu et j’en veux vraiment à cette dame d’une gentillesse tout à fait relative qui n’a jamais voulu rien entendre. Vous comprendrez bien qu’elle nous a pris pour de beaux pigeons, sauf qu’en fait, non. Rha… j’en garde un goût amer, même si l’heure et demi passée dans le parc a été sympa. (pour info, il s’agit du Dino Park au Cap d’Agde, je vous aurai prévenu).

revivre sa naissance…

Ou revivre son enfance…

 


Bon, c’était pas mal, en fait, ces vacances!!

 

 

News en vrac

Je suis toujours absente, toujours en bord de mer, dans le sud. Genre dans une station balnéaire réputée pour son camp de naturistes. Sauf qu’on n’est pas naturiste, hein, je vous vois avec votre petit rictus. Nan… nous, on est dans un petite résidence charmante et familiale. Enfin, familiale, surtout en saison, hein, parce que là, mis à part le club de bridge et des hollandais, y’a pas foule au portillon.

Et tant mieux, ça permet de mieux en profiter.
Enfin, en profiter, faudrait qu’il arrête de faire 12°c aussi, parce que ça meule sévère aujourd’hui, j’ai dû aller acheter une parka à Clapiotte, pour tout dire.

Clapiotte… ahhhh… Clapiotte à la plage. Grand moment. Bon, bah, voilà, hein, elle hurle. Pas moyen de mettre les pieds dans le sable. Elle qui sait marcher de manière tout à fait aléatoire réussi à nous grimper dessus aussitôt qu’on tente de la poser par terre, comme si elle était repoussée du sol par une force invisible.
Heureusement que son frère est là pour clamer les hurlements en faisant diversion.

Comment?
En se jetant littéralement dans le sable et en se roulant dedans comme on pourrait rouler des beignets dans la farine (ouais, je sais pas si c’est comme ça qu’on fait les beignets, mais c’est l’image que j’avais en tête). Après la douche du soir, j’en suis encore à lui gratter du sable de son crâne ou d’en voir sortir de ses oreilles… à croire qu’il tente de faire des réserves en sachant qu’on ne verra pas la mer cet été!
N°1 se plaind tous les soirs depuis que nous sommes arrivés parce qu’il est fatigué et qu’il voudrait rentrer. La faute à nos activités trépidentes. Et il se plaind le salopiot.
Rhaaa ces gosses!

et sinon quoi d’autres?

Bah j’ai vu un couple qui croyait certainement être sur un tournage porno en plein milieu de la plage, heureusement pour leur hygiène, ils se sont arrêtés avant que j’arrive avec ma poignée de sable et ma colère.

J’ai fait du trammpoline et même que c’était chouette. J’ai aussi tenté de revivre ma naissance, photo à l’appui, mais évidemment, j’ai pas le câble pour transférer les photos.

Etbpour finir, je vais être obligée de m’acheter un sac vu dans mon magasin préféré… Je ne les remercie pas de ne aps avoir fait faillite!

Voilà… Sinon, ça va, je rentre jeudi et je réponds à vos coms, vos mails et je finis de m’occuper des gagnants des concours parce que…oui, j’ai du retard, mais j’arriiiiive!

Et vous? Ca va la vie?