He’s fresh, so fresh….

Il fait chaud heiiin?

Ouais, dans l’appartement, on est vite monté à 28°c… autant vous avouer qu’on n’est pas super actifs, tous autant que nous sommes, histoire de ne pas trop suer.

Heureusement, Twinings a eu la bonne idée de nous envoyer du thé frais. D’abord pour tester, mais aussi pour jouer. Et je ne vous cache pas que ce blog m’a rendu extrêment joueuse (peut être même trop joueuse, mais bon…).

Donc, avec tous mes nouveaux sachets de thé Twinigs Fresh, on s’est fait des super verres de thé aux glaçons, ultra rafraîchissants. J’ai eu un penchant bien marqué pour le thé vert à la menthe… bien frais, hmmmmmm…

Pour la sortie de sa nouvelle gamme Thé Vert Citron, Twinings Fresh organise un concours sur le thème de… la fraîcheur… bah voui!

Il suffit de proposer sa photo du contenant le plus original/décalé et de la poster sur ce site: www.mytwinings.fr

A gagner, un voyage en Finlande avec nuits d’hôtel, nuit dans un igloo, chiens de traîneau… de quoi nous faire oublier ce petit épisode de canicule non?

Je suis plutôt « fille du soleil », mais les pays nordiques m’ont toujours fait de l’oeil, ne serait ce que pour une aurore boréale. Alors, une fois de plus, je joue, oui, il va falloir une fois de plus vous coltiner des votes, je sais, ce n’est pas marrant, mais dites vous que le temps que je passerai dans mon igloo sera autant de temps où je ne vous ennuierai pas!

Voilà la photo que je propose:

Oui, on a de TRÈS grands verres ;)

Soyez créatifs et bonne chance à tous! (Et votez pour moi ici: http://www.mytwinings.fr/jeuconcours.html!!!)

 

Article sponsorisé

Vidéo virale par ebuzzing

Une vocation ratée

Dimanche, nous avions organisé l’anniversaire de N°1 avec 7 de ses petits copains. C’était bien, c’était chouette, c’était bruyant et il faisait 34°c.

Sachez que le week end qui suit le 24 juin, il fait TOUJOURS 34°c, c’est la tradition. Avis aux futurs mariés… parce que nous, on a tenté le 7 juin, et le 7 juin, il fait toujours 12°c avec de la pluie.

Bref, après mon samedi aux urgences pour Clapiotte, autant avouer que j’étais pas super motivée pour me transformer en animatrice de centre aéré- en moins aéré parce que dès qu’il y a des gosses, je cloisonne les fenêtres- mais pour N°1, j’ai rassemblé ce qu’il me restait de courage pour accueillir toute la marmaille.

L’enfant abandonné:

Le rendez-vous est à 14h30. A 13h24, coup de fil:

« bonjour, c’est la maman de Maïkeul, ça vous dérange pas si je vous amène Maïkeul en avance? »

« C’est à dire? »

« Vers 13h30 »

… Là, tu sais que si tu dis non, le pauvre Maïkeul ne pourra pas venir parce que ses parents avaient plutôt prévu de faire sieste, à 14h30, alors tu dis oui, tu ravales ta salive en te rappelant que ça fait juste 2 semaines qu’ils connaissent la date et l’heure mais c’est pas grave. 2 minutes plus tard, l’enfant est déposé par son père qui nous lance un « oui, 17h30, c’est un peu tôt, on viendra le récupérer plutôt vers 18h »… Même pas le temps de lui dire qu’on est capable de foutre Maïkeul dans une consigne de la gare que le père s’est barré.

L’enfant pas de bol:

Quand j’ouvre la porte, je manque de tourner de l’œil tellement il est méconnaissable. La veille, il s’est vautré sur des gravier, tête la première, il a dû glisser sur quelques mètres pour se retrouver avec les lèvres de Loana, gratos.

Il a gagné au concours de grimaces.

Il s’est pris le ballon au moins 5 fois dans la tête au ballon prisonnier.

L’enfant pas de bol (bis)

Il est 17h17, tout s’est bien passé, aucun enfant n’est déshydraté, ni perdu, ni cassé/ Plus que 13 minutes avant que les parents débarquent. Le foot bat son plein, il court après le ballon, tente de faire une feinte que Tony lui a montré et là… c’est le drame. Vautrage. Genou râpé. On pose l’enfant dans l’herbe, à l’ombre. Il hurle out ce qu’il peut quand je rince le genou à l’eau. Tout à coup, il se rend compte qu’il a un peu mal au coude aussi. Oui, donc, le coude, il pisse le sang, c’est vachement impressionnant, et finalement, il ne criait pas si fort, pour le genou. Je rince comme je peux en en mettant de partout parce que je tremble, parce que dans une autre vie, je voudrais emballer les enfants dans du papier bulle et les faire jouer dans des pièces capitonnées. Le coude aurait mérité un petit strip, mais il est courageux, avec ses compresses et ses pansements, même si maintenant, il ne veut plus être militaire.

L’enfant conneries:

L’enfant connerie a des alliés, il faut le savoir.

Il arrive sous des airs angéliques, il joue tranquillement jusqu’à ce qu’une idée fantastique lui traverse l’esprit: il va lancer les toupies sur la table. Si, parce que c’est plus drôle.

On renvoie l’enfant dans la chambre en lui faisant remarqué qu’on le pensait plus futé que ça. Il nous prouve qu’il l’est quand N°1 vient me prévenir que… eus… y’a un soucis. L’enfant connerie fait tourner les toupies contre le mur blanc. Les toupies Beyblade, ça les occupe bien, mais les traces noires, on aime moins. Je ne crie pas, je demande que les responsables se désignent (j’aime bien foutre la honte), je leur ramène une éponge imbibé au Mr Propre et je les fais nettoyer. Bah ils n’ont plus bronché, après ça!

L’enfant fantôme

Nan, bah il est pas venu, pas de nouvelle…

L’enfant qui veut pas

Dès son arrivée, il s’assoit avec nous plutôt que de jouer avec les autres. je l’envoie bouler à chaque fois, hein, j’aime bien boire mon café sans moins d ‘1mètre 20.

Au parc, même combat. Il fait plutôt ramasseur de balles, redresseur de quilles ou rêveur dans l’herbe, bref, j’ai l’impression qu’il s’ennuie à mourir mais quand ses parents le récupèrent, il dit qu’il a passé une merveilleuse après midi…

Et sinon, je m’auto proclame mère de l’année, avec ces petites remarques qui font du bien:

« Tu vois! Ma mère elle sait faire les gâteaux toupie Beyblade! »

« Wahouuuuu, elle est trop forte ta mère »

« Hé, N°1, ta mère, elle est pas maitresse? » (je prends ça comme un compliment, même si, concrètement, je faisais un peu psychorigide…hum…)

Oui, c’est un gâteau Toupie Beyblade

Oui, prosterne toi!

52560 heures avec toi…

Pas de long billet aujourd’hui.

Aujourd’hui, j’aurai pu vous raconter encore une fois comment c’était, j’aurai pu vous dire à quel point il est beau, à quel point il a grandi, à quel point je suis fi§re de lui.

J’aurai aussi pu y aller de ma larmichette en vous parlant d’avant, du temps qui passe.

J’aurai pu vous dire qu’il est le grand frère rêvé.

J’aurai pu vous faire rire en vous racontant une énième de ses frasques.

Aujourd’hui, N°1 a 6 ans. Pour lui, c’est une étape de plus dans sa vie de petit garçon, pour moi, c’est une bouffée de fierté maternelle de le voir grandir, encore.

Il y a 6 ans, on passait le pire jour de notre vie. Aujourd’hui, certaines heures bien précises me rappellent à quel point c’était une longue journée.

Mais depuis 52560 heures, je sais à quel point ça valait le coup!

 

BON ANNIVERSAIRE, N°1!

Un bol d’air… frais: Ain no Sunshine

Tout a débuté il y a un mois et quelques jours. J’ai reçu un mail de la très réputée Camille. Camille, comme ça, quand elle t’aborde par mail, d’abord t’es méga flattée, après, tu te dis qu’elle est sympa. ce n’est qu’après avoir répondu à ce mail par la positive que tu te demandes si t’étais pas méga impressionnée par ton interlocutrice et que du coup, t’as réagit avec l’entrain d’un teufeur shooté au GHB: exagérément réjouis.

Oui, car dans le mail de Camille, il y avait bel et bien écrit « randonnée », et dans la pièce jointe, il y avait bien précisé 6 heures.

Et j’ai dit oui. Moi. La non sportive depuis… je ne sais même plus quand.

7 blogueuses. Un Scénic et un GPS complètement bourré, et nous voilà, quelques heures plus tard (au lieu d’une heure, à vrai dire) dans l’Ain. On a commencé super soft par une visite d’une fruitière Comté. Autant avouer que j’en ai mangé plus qu’il n’est décent d’avouer… surtout à 10 heure du matin.

Direction ensuite Abbatiale St Michel de Nantua. Quand on connait mon aversion pour les église, on comprendra bien que j’ai pas sauté de joie. N’empêche que parfois, c’est BIEN de faire un effort (oui, je m’auto congratule, si je veux). Oui, parce que, non, je ne suis pas une passionnée des lieux de culte, mais quand c’est Jeanette qui nous fait son exposé, passé le laïus sur les dates approximatives, elle était tellement passionnée que j’étais capable d’aller prendre une pelle pour fouiller les sous sol avec elle.

Bon, c’est là que ça se gâte. On remonte en voiture, direction le Lac Genin, histoire de remplir nos panses de blogueuses affamées… Je note que nous sommes toutes aussi vaillantes: en regardant la pluie au travers de la baie vitrée (à défaut d’admirer le beau lac), on se dit que la rando de l’après midi sera annulée. On s’imagine déjà à siroter de la verveine toute l’aprem en se racontant des histoires de blogs, de filles et de non-randonnée.

Et Gilles arriva. Gilles, c’est notre guide. Il débarque méga équipé au resto, décapsule sa salade Petit Navire d’une seule main et nous assure que si, si, on va y aller. Ah ouais.

Et c’est même combat pour les 3 courageuses qui avaient choisi la rando VTT.

On dégaine des capes de pluie toutes plus belles les unes que les autres et c’est parti Charly, le bois est à nous.


En 2 heures (un peu plus, rapport à un raccourci qui n’en était pas un, mais on s’est vite habituée  à se perdre, pendant ce week end), j’ai appris pourquoi certains arbres n’avaient plus d’écorce, à quoi servait une gouille (à part à prendre un bain de boue après vol plané de VTT… n’est-ce pas Cyl?), je sais même reconnaitre une table d’écureuil et savoir si il est droitier ou gaucher, bref, j’ai de quoi draguer le prochain homme des bois que je rencontrerai, et ça, c’est quand même la grande classe!

Nous sommes rentrées trempées mais relativement ravies d’avoir survécu.

Arrivées au Gïte Les Pelaz, nous sommes accueillies avec une bonne soupe à l’ortie (je jure que je n’aurai pas parier dire ça un jour dans ma vie). Un bon repas sur une grande tablée. J’ai 15 ans et j’ai l’impression d’être avec de vieilles copines. On fini la soirée à la tisane, auprès du feu.. . extatiques.



Le lendemain, c’est reparti pour THE rando sur le plateau du Retord. De beaux paysages ensoleillées, verdoyant et ponctués de narcisses, des moutons, de la grimpette et toujours Gilles, au taquet, nous apprenant à manger des fourmis et à faire divers digestifs à base de plantes de montagne. Je suis presque prête pour faire Koh Lanta. Ah non, pas tout à fait. D’abord, on va se prendre un petit coup de pluie, parce que ça nous manquai, depuis la veille. Et puis une petite grêle histoire de stimuler nos mollets dévêtus (le pantacourt, c’est tellement fun quand il fait 12°c). On se réchauffe avec une technique bien particulière et on repart… sous la neige. LA NEIGE!!!



Crédit photo: Cyl

 

J’ai les pieds congelés. Au bord de l’amputation, on retrouve finalement notre point de départ où nous sommes une nouvelle fois accueillies « comme à la maison » (les cris des enfants en moins): une bonne tarte au sucre et un thé bien chaud.

Vous voulez savoir ce que j’en ai pensé, finalement? J’ai adoré. Qui l’eût cru.


Et vous? Un souvenir rando ou escapade montagnarde un peu particulière?

 

Mention spéciale à Gilles qui regardait mes chaussures de rando (type baskets en toile) (et qui sait parler aux femmes):

« Ce type de chaussures, c’est bien, mais pour l’été »

« Bah…on est le 15 mai donc… »

« Nan, mais ici, il y a l’hiver, et il y a le 15 août »

Je note.

Merci Camille et ses copines de Lyon69, Cyl et Ain tourisme de m’avoir permis de découvrir la randonnée d’une si chaleureuse manière (oui, j’ai bien dit chaleureuse!)

 

INFOS:

Gîte les Pelaz: http://www.gite-jura-lespelaz.com/

Ain Rando: http://www.ain-rando.com/

Gilles (rando): http://bugey-escapadeloisir.fr/ (gilles.lebeau@lesaem.org)

Philippe (VTT): http://jappaloup.free.fr/

 

 

 

Vendeuse prêt à porter: les règles de l’art.

Aujourd’hui, les soldes commencent. Je n’avais pas spécialement prévu un article sur ce sujet étant donné qu’il va certainement être récurent sur pas mal de blog, mais j’ai lu un article chez Yahoo qui m’a donné l’idée d’en parler, de mon côté.

Moi qui, à la base, avant d’être blogueuse, avant d’être mère, suis vendeuse. Pas par vocation, par nécessité. Par facilité aussi. Bref, là n’est pas la question.

Pour info, je bossais dans une enseigne dite « de luxe », avec une clientèle qui, logiquement, devait suivre… A méditer…

 

FEUuuuuuuuu

 

Tu garderas le sourire: oui, même si tu as laissé ton fils malade ce matin, même si on vient de t’annoncer qu’il fallait que tu restes une heure de plus, même si tu entends un mère dire à sa fille « tu vois, chérie, il faut que tu travailles bien à l’école, sinon, tu finiras comme elle » en te pointant du doigt. Tu seras toujours aussi souriante quand une énième fois, une cliente demandera son 38 et qu’une énième fois, tu lui auras répondu qu’il n’y en a plus, même si elle pense que t’es une grosse menteuse qui veut se garder le dernier pour elle.

Tu ressembleras à une veuve au 8ème jour de deuil: Cheveux attachés, maquillage léger, tenue noire exigée. Pas la peine de tenter une rébellion sans se voir être obligée d’acheter un TShirt noir de toute urgence. De toute façon, comme tu souris tout le temps, tu es une veuve heureuse, de quoi te plains tu?

Tu accepteras la critique publique: « non mais vous êtes bête? », « nan mais vous comprenez ce que je dis?« , « ahahah, on sait à quoi servent les études quand on vous voit » oui, oui, j’ai bien compris, je me concentre juste pour ne pas t’empaller avec le cintre que je tiens dans ma main.

Tu accepteras l’impolitesse et la mauvaise éducation: passer le seuil d’une boutique, les mots « bonjour, « merci », au revoir », « s’il vous plait » « excusez moi » ne font plus partis du vocabulaire. En revanche, on note une montée en puissance de l’impératif.

Tu accepteras que tes supérieurs te sous estiment et ne t’adressent pas directement la parole: non, ils suivent la règle de la hiérarchie. Donc, si ils ont quelque chose à te dire (ça marche encore mieux quand c’est quelque chose de négatif), ils le diront à celle qui est « juste » au dessus de toi pour qu’elle fasse le sale boulot. Oui, même si eux sont à 3 mètres et regardent la scène du coin de l’œil.

Tu accepteras qu’on te prenne pour la femme de ménage: « elle est là pour ça« . Donc, oui, tu va replier pour la 50ème fois ce pull impliable que cette cliente a chiffonné pour le plaisir, sans même le regarder, tu vas aussi refaire cette pile que les jumeaux de ce couple ont défoncé dans la joie et allégresse, pour la plus grande tranquillité de leurs parents. Mais en plus de ça, tu ramasseras les serviettes hygiéniques, les rasoirs et la bouffe laisser dans les cabines parce que on, faut les comprendre, hein, en période de soldes, on n’a pas le temps de tout faire! Mention spéciale à celle qui avait fait pipi dans deux gobelets en plastique et au gros caca déposé dans du sopalin sous la chaise. Nan, vraiment, merci!

Tu apprendras par coeur des choses inutiles: la composition de chaque article ainsi que les techniques et l’histoire de chaque matière: oui, parce que ça t’intéresse grave, au cas où une cliente te demande un jour de quel couleur est le lama dont on a utilisé la laine dans les 3% de ce pull.

Tu apprendras à souffrir en silence quand tu t’enfonceras les clous des antivols sous les ongles. Nan, c’est tout, t’as pas le droit de crier.

Tu tâcheras d’insulter les gens dans ta tête: et je jure que c’est pas facile.

Tu accepteras que tes supérieurs te prennent pour une sous cultivée: oui, parce que ça fait 3 feuilles de paye de suite qu’on ne te paye pas tes heures supplémentaires, que tu les réclames, qu’on te dit « oui, oui » mais qu’en fait, il ne se passe rien. Mais comme tu es d’une stupidité sans nom, ils attendent que tu oublies qu’on te doit, depuis le début de l’année, 43 heures sup et qu’on t’as retiré 2 jours de congés que tu n’as PAS pris puisque tu étais obligée d’être là pour remplacer une collègue.

Tu apprendras à travailler dans le stress: le listing de soldes? Ah bah on l’a reçu l’avant veille des soldes. Etiquetter 10000 pièces en une journée de boulot, tout en laissant ouvert, c’est preuve de self contrôle (quand on y arrive)/ Sur mon CV, je pense que j’insisterai sur ce point!

Tu prendras sur toi quand on ne te laissera pas le choix. Et la seule fois où tu ne le feras pas, tu seras fichée comme la chieuse de service et on fera de ta vie un enfer. Oui, parce que  ce que j’ai écrit plus haut, c’est assez banal, finalement.

Patience et self contrôle seront tes maitres mots: ne pas s’énerver, même si cette cliente n’a vraiment pas l’air de comprendre qu’elle ne peut PAS  rentrer dans un 36 avec son 42 bien tassé…

Tu ne supporteras pas certaines vendeuses mais sauras apprécier la gentillesse d’autres. Oui, parce qu’il faut pas se leurrer, des vendeuses super connasses, y’en a aussi beaucoup (mais siiii, celle qui vous tourne le dos quand vous êtes sur le point de leur demander un renseignement!)

 

Bonne chance à toutes mes anciennes collègues… et toutes les autres qui vont supporter les humeurs des clientes, les remarques, les insultes et qui rentreront chez elles sur les rotules, bien plus tard que d’habitude… pour recommencer demain, encore et encore!

 

Et vous? vous vous comportez comment dans les boutiques? Et pendant les soldes?

 


Ouaiiiis, j’ai écrasé la vieille, hiiiiiiiii

 

Préparer la rentrée avec le plus beau des cartables… mais lequel?

N°1, comme tous les petits écoliers de France, en a bientôt fini avec son année scolaire.

Mais cette année, N°1 en a aussi fini avec l'école maternelle, il commence a réalisé qu'il va très prochainement changé d'école, passer un cap, devoir rester assis à une table durant 6 heures par jour et… avoir un vrai cartable. Nan, parce que le cartable, c'est ce qui fait de toi un écolier, un vrai, de ceux qui travaillent et qui rentre avec des devoirs à faire à la maison… Avec la trousse!

Alors, après se pose le choix. J'ai très, très peur que N°1 me demande un cartable à l'effigie d'un super héros en collants… mais je viens de découvrir que je pouvais encore garder espoir grâce à vertbaudett.

Oui, j'ai bien dit Verbaudet, le spécialiste mode et déco de nos enfants. Cet été, la marque organise un concours Graines de Stylistes spécial rentrée: les enfants de 4 à 12 ans peuvent créer leur cartable de leur rêve et 10 d'entre eux seront choisis parmi les plus belles créations: les 10 gagnants auront la joie, la fierté, même de voir leur cartable réalisé "pour de vrai" et le recevront en cadeau avec, en prime, 150 euros d'achats sur le site  www.vertbaudet.fr et un un diplôme de « graines de stylistes ». La grande classe, en somme.

Du 20 juin au 30 juillet!

J'ai évidemment mis N°1 au charbon pour qu'il tente sa chance, et vous pouvez vous aussi faire participer vos enfants en téléchargeant le modèle de cartable sur  www.vertbaudet.fr et que la graine d'artiste qui se cache en eux prenne toute son ampleur! C'est ludique, créatif et ça vaut le coup de tenter pour être le plus classe de la cours de récré!

 

 

A Vos Crayons (ou feutres, peinture, stickers…)

 



Article sponsorisé

Vidéo virale par ebuzzing

L’interview exclusive d’Ayrton B. Schumi, appendice automobile. (Double concours inside)

Aujourd’hui, j’ai la chance d’accueillir chez moi un personnage célèbre.

Ayrton Schumi, appendice automobile de son état, a eu la grande mansuétude de répondre à mes questions concernant son travail passionnant. Un personnage remarquable, tant par sa fonction que par  sa modestie. je vous laisse savourer!

 

Cranemou: Ayrton, bonjour (je peux vous appeler Ayrton?)

Ayrton B. Shumi: (rires) Mais biensûr, je suis quelqu’un de très abordable, vous savez!

C: Pouvez vous nous expliquer plus clairement quelles sont vos fonctions? « Appendice automobile », ça consiste en quoi?

ABS: Alors, d’abord, je trouve que le terme « appendice » est assez réducteur. Je me vois plutôt comme un protecteur de l’enfance dans le domaine automobile. Je me dois d’être confortable et sécuritaire. Je le suis. J’ai un réel devoir envers les conducteurs et les enfants, et je suis fier de dire que j’ai toutes les normes obligatoires répertoriées dans mes papiers d’identité.

C: (hum). Oui, vous êtes indispensable, c’est ça? Mais qu’est ce qui fait de vous quelqu’un de si exceptionnel?

ABS: Indispensable, c’est le mot (rire guttural). Déjà, je m’allonge super facilement, ce qui permet à mon utilisateur de pouvoir s’endormir dans une position bien plus confortable que la tête sur la poitrine, langue pendante. Je suis très confortable grâce à mes mousses et avec mes sangles, je maintiens les plus petits, même en cas de freinage brusque (type, rencontre avec un cerf sur l’autoroute)

C: Que pensez vous des évolutions dans votre secteur?

ABS: Vous parlez sûrement de mes collègues prétentieux avec leurs protubérances dorsales… oui, bon, pourquoi pas, mais j’ai le privilège, moi, de m’adapter à TOUTES les voitures. Je ne suis pas sectaire. Quand je pense que mes propriétaires actuels étaient transportés dans des caisses en bois il y a 30 ans, je comprends mieux pourquoi aujourd’hui ils m’insultent à chaque fois qu’ils attachent le harnais: les dommages cérébraux ont dû être vraiment énormes (et irréversibles, à ce que je peux constater). Donc, je dis: heureusement que notre métier a évolué!

C: Une expérience? Une anecdote pour les lecteurs?

ABS: Ah oui, oui, oui, j’en ai des tonnes. Pour vous montrer à quel point mon travail est difficile, je pourrais vous parler de la fois où le N°1 a fait sa première selle débordée. Un grand moment de solitude, et l’enfant était tellement bien calé qu’aucune odeur ne s’échappait. Les parents ne sont intervenus que beaucoup plus tard. Trop tard. Depuis, je suis obligé de porter une cagoule à vie. Mais en fait, je vais plutôt vous parler des sévices que je subis, comme la fois où ils étaient partis à une soirée et qu’une de leurs amies avait cru bon de s’assoir sur moi. Cette femme s’est littéralement encastrée dans moi, ils ont passé 1/4 d’heure à l’en faire sortir. Une honte. A croire que les femmes ne se voient vraiment pas grossir! Bref, entre ces expériences, et les reflux de Clapiotte il y a quelque mois, on apprend vite à faire fi de son amour propre.

C: Vous vouliez nous parler de vos amis?

ABS: Oui, aujourd’hui, Kiddy, une autre société, a engagé des petits nouveaux et vous pouvez les gagner. C’est très simple, il suffit que vous, Cranemou, soyez choisie parmi les 25 autres blogueuses participant à l’opération et non seulement vous recevrez un nouvel appendice chez vous, mais vous pourrez alors en faire gagner un deuxième à l’un de vos lecteurs qui aura laissé un commentaire en bas de cet article! Ça vaut le coup de tenter, et au cas où vous gagneriez, je serai ravie de prendre ma retraite (je me sens usé, je voudrai laisser ma place aux jeunes). Les commentaires déposés ici même jusqu’au 29 juin 16h seront pris en compte pour le tirage au sort. Je ferai bien le tirage au sort moi même, mais j’ai des moignons au bout des accoudoirs, alors je laisserai N°1 faire.

C: Vous souhaitez rajouter quelque chose?

ABS: Je vais vous présenter les heureux élus qui trouveront refuge chez vous, je l’espère:

Le kiddy Guardian Pro 2 évolutif (Groupe I /II / III), sorti vainqueur de sa catégorie avec une note de 1.8. et le kiddy Cruiserfix Pro (Groupe 2/3 avec système Isofix)qui a eu une note de  de 1.7. de la part de la « Stiftung Warentest » (une association allemande de protection des consommateurs renommée et par l’AGRe.V (campagne pour des dos en meilleur santé))



Ayrton, ne sois pas comme ça, tu es très bien et je voudrais te décorer pour service rendu à la nation à la famille Cranemou… Toutes tes petites tâches de vomi vieillesse ne sont que le témoignage de ton utilité. Ayrton, Clapiotte va devoir très prochainement changer de siège auto, mais sache que tu resteras toujours dans nos cœurs. La maison te sera éternellement ouverte pour que tu puisses venir voir les enfants grandir et nous, parents, murir…

 

Alors? Vous avez tout compris ce qu’a dit Mr Ayrton? A vos coms, et si jamais vous avez le courage, vous pouvez toujours aller chez elles pour tenter aussi votre chance! (mais j’espère bien que c’est ici qu’on aura la chance de gagner!)

 

Un grand merci à Parole de Mamans pour ce concours!

Varier les idées de cadeaux (avec de la réduc et du giveaway inside!)

On arrive à la fin de l’année, et jusqu’à présent, N°1 comptabilise plus d’une dizaine d’invitations à des anniversaires. Non pas que je ne sois pas ravie que mon fils ait une vie sociale plus rythmée que la mienne, mais au bout d’un moment, j’avoue que ça fait beaucoup.

Ah, non, oui, j’avoue, c’est super de me débarrasser d’un enfant tout un samedi après midi de temps en temps (même si, concrètement, je préférerai que ce soit Clapiotte, pour des raisons de saturation), mais le budget cadeaux pour les copains, ça, j’avais pas prévu, et puis au bout de 3 gosses, j’avais épuisé mon stock d’idées. Avouez moi que ça vous est déjà arrivé!

Bref, aujourd’hui, donc, je vous présente le bon plan cadeau avec une boutique en ligne tout à fait originale côté choix et franchement honnête côté prix: l’enfant CaDo.

Chez l’enfant CaDo, on trouve un large choix de jouets éducatifs et/ou ludiques mais surtout originaux, d’excellentes idées cadeaux, donc, quand on en a marre de zoné dans les rayons des grands magasins en passant 10 fois devant les mêmes jouets, depuis 5 ans!

 

Des jouets pour les 0-10 ans, mais aussi une excellente idée, celle de vous proposer des coffrets cadeaux entièrement personnalisable: une très belle boite (2 tailles au choix), dans laquelle vous choisissez de cacher entre 2 et 8 cadeaux selon leur taille: de quoi pouvoir vraiment gâter son neveu ou pourquoi pas, offrir des jouets de tout âge pour souhaiter la bienvenue au petit dernier de la cousine Bertha, une façon de l’accompagner un petit moment!

Et parce qu’Elisabeth est une mom-preneur pleine d’excellentes idées, elle nous permet tous les mercredi, sur son blog, de gagner un nouveau cadeau, l’occasion aussi, chaque semaine, de découvrir un article de la boutique.

 

Aujourd’hui, Elisabeth vous permet de mieux découvrir sa boutique l’enfant caDo en vous proposant un giveaway et un bon de réduction! La classe!


Valable pour toute première commande, non cumulable, hors soldes et promo

 

 

Comme giveaway du jour, nous avons choisi ce jouet-ci, un de mes coups de coeur, qui plairait beaucoup à N°1 ET à Clapiotte (de quoi les occuper un long moment!).

Pour jouer, vous allez devoir chercher un peu sur le site et revenir me dire en commentaire ce que vous offririez à mon N°1 qui va avoir 6 ans vendredi…  6 ans…. Et tout à coup je me prends une belle claque, quand même…

A votre guise (et votre bon cœur), un relai facebook et/ou twitter et un petit « j’aime » sur facebook ne seraient pas de refus!

Vous avez jusqu’au 26 juin à 23h59 pour jouer.

Bonne chance à tous!

 

 

AH OUI! Biensûr, j’oubliais un truc méga important (mon côté radine): Les soldes auront lieu du 22/06 au 26/07 et il y aura de -20% à -50% (et + sur une petite série d’articles).

 

EDIT du 27/06/2011:

Merci à tous pour ces belles idées cadeaux. j’ai compter en tout 51 particpations valides.

Et Random a parlé:

Le N°19: Gaomie remporte ce joli cadeau! Bravo à toi et merci encore à tous!

N’oubliez pas de vous rendre sur le blog de l’enfant CaDo tous les mercredi pour faire le plein de cadeaux!

Bon, maintenant, si vous voulez faire des cadeaux à N°1, pas de soucis (y compris le lot qui était en jeu, il me plait beaucoup ;) ) ;D

Fête de l’école #2

Voilà, c’est fini, et c’est tant mieux, parce que mes tympans et ma patiences ont rendu les armes bien tôt cette année!

Depuis que N°1 est à l’école, j’aide un peu, et surtout pour la fête de fin d’année. Cette année, je me suis battue et j’ai fait de la lèche à la crèche pour qu’ils me gardent Clapiotte toute l’après midi de vendredi. Ils ont accépté.

N°1 était fou de joie quand je lui ai dit que je serai là pour faire la kermesse. Ahhh, la fierté d’un fils…

Oui, bon, j’avais juste oublié que la kermesse, c’était le matin, et pas l’après midi.

Premier Fail.


Bon, comme du coup j’étais quand même disponible  l’après midi, j’ai rempli consciencieusement une centaine de gobelet en plastique de bonbons divers et variés (beaucoup mins variés sur la fin d’ailleurs).

A 16h30, les monstres étaient dehors, envahissaient la cours de récré et se précipitaient sur les stands de gâteaux et de bonbons.

Je donne ses tickets à N°1 qui se permet une tranche de fondant, un gobelet de bonbecs et une briquette de jus. C’était sans compter que je m’assoie de tout mon poids sur le gobelet, qui finira épapillé sur le sol ou collé sur mon jeans.

Même joueur, joue encore.

Comme j’avais quand même des tas de choses ultra importantes à raconter à mes copines, j’indique à N°1 l’endroit où j’allais d’un grand geste de ma main… qui s’arrêta net en rencontrant un obstacle. C’est dans ce genre de moment qu’on se rend compte que la perception du temps est toute relative. La part de gâteau d’un papa a volé au ralenti  pour se retrouvé quelques mètres plus loin, triste fin de vie, émietté sur le bitume d’une cours d’école pleine d’enfants en furie…

Jamais honte (ou presque).

17h30, l’heure du spectacle. Je suis déjà morte de rire à l’idée de venir vous raconter les exploits de mon fils en bouteille de javel. Mais non. Un spectacle sur les dangers domestiques, avec tout l’humour dont on peu être doté, ce n’est pas drôle. Et oui, N°1 a bien fait le produit ménager: il est allé le chercher sous l’évier et a fait semblant de le boire avant qu’un autre élève ne lui dise « Stop! Tu pourrais t’intoxiquer »…  Autant vous dire tout de suite, mon fils est trop fort pour faire du teasing, mais bonjour la déception!


18h, mon seuil de tolérance au bruit, aux hurlements, aux enfants qui me bousculent etc… est en train de s’étioler. Quelques gouttes arrivent, le ciel est menaçant, le pique est annulé, comme chaque année, finalement, et c’est lessivée que j’ai réussi à me hisser sur les deux étages et me laisser mourir sur le parquet… jusqu’à ce que Clapiotte m’achève en m’enfonçant dans les narines les petits animaux en plastiques que N°1 avait gagné à la kermesse.

 


Vie de Mère.

 

Et vous? c’était bien la fête de l’école?

Fanions le pingouin de l’espace

 

Fête de l’école #1

« Au fait, N°1, vous faites quoi pour la fête de l’école? »

« On fait des trucs qu’on n’a pas le droit de faire! »

« Ah… Euh… comment ça? »

« Bah par exemple, les cacahouètes, le bain, les fenêtres, les médicaments. »

« Sur les dangers domestiques c’est ça? »

« Oui, oui. »

« Et tu dis quoi, toi? »

« Je dis rien, je suis un produit ménager!! »

 

J’ai hâte d’y être

J-1