J’habite une maison témoin, rapetipeton, le soleil est pas loin. (cadeau déco)

C’est pas facile tous les jours de vivre avec Tony, maniaque de son état, accro au chiffon microfibre et à l’aspirateur, obsédé du rangement. Aussi.

Mais l’avantage non négligeable que j’y trouve, outre le fait que je ne fasse plus JAMAIS le ménage, c’est que je me suis débarrassée de toutes sortes de déco plus ou moins kitsch accumulées au fil des ans. Petit à petit, l’appartement s’est épuré, et j’ai beau clamé que vivre dans une maison témoin n’est pas toujours drôle, j’aime beaucoup la sensation apaisante que me procure justement le trop net.

Depuis un peu plus de deux ans maintenant, nous avons aménagé dans cet appartement où nous avons tout refait, des sols aux plafonds à la sueur de nos fronts (et de ceux de beau-papa et beau-frère aussi, rendons leur hommage comme il se doit, tout de même).
Mais depuis deux ans et des brouettes, toujours rien n’habillait nos murs. Par manque de temps, manque d’entrain après les travaux, problèmes d’accords entre les deux partis… bref, on était depuis ce temps encadrés par des murs blancs, partout, tout le temps et c’était vraiment froid et peu accueillant, faut dire ce qui est.

Longtemps, je me suis posé la question: un tableau, des photos, des stickers?… Le temps a passé et la décision n’était toujours pas prise, mon salon était triste comme un samedi sans Fort Boyard pour les enfants (hommage à N°1 qui se languit déjà)

Et puis j’ai vu un stickers design à un croisement de clics. Un stickers qui disait « regarde moi, je suis tout comme ta maison » « carré » comme dirait N°1 qui ne comprend pas pourquoi nos meubles ne ressemblent pas à des ballons.

Quelques semaines plus tard, le stickers arrivait à la maison dans son étui, tellement bien protégé que j’ai bien cru que je ne l’en sortirait jamais.

Je me suis mise tout de suite en action:

Déroulage de stickers. Ah oui, c’est grand quand même.

Ah, tiens, ils ont fourni la petite raclette pour bien le plaquer au mur, chouette.

Tony me regarde, douteux: « je repars au travail, tu veux pas attendre ce soir, on le fera tous les deux? »

Tssss, la confiance, ciment du couple, bah dis donc notre couple doit être aussi solide qu’un château de sable un 15 aout sur la côte d’azur… si il le prend comme ça… soit, il va voir.

Je découpe, je prend ce dont j’ai besoin ET la raclette et me voilà, tendant les bras comme si j’allais tout à coup prendre 20cm.

Ok. Ça commence mal, je suis trop petite. Qu’à cela ne tienne, j’empile les tabourets, même pas peur. (un peu quand même)

Je décolle le papier du stickers (encore collé, lui, au papier type transfert), et je racle, et je racle.

Je tente d’enlever le papier transfert, pensant que la fée de la déco allait être de mon côté.

Bon, en fait, elle avait prolongé ses vacances en Costa brava, parce que rien ne restait sur le mur. Misère de misère.

Le téléphone sonne. C’est Tony. Il se moque. Un peu. « T’as lu le mode d’emploi? »

(re) tsss, le mode d’emploi, GENRE je saurai pas coller un stupide stickers!

Bon… il est là qui pendouille à moitié collé mais pas vraiment sur mon mur… je vais sur le site iDzif.com … pour voir. j’en n’ai pas besoin mais bon, peut être que ce stickers est défectueux.

Bon, finalement, ça devait venir de moi, après avoir compris deux trois choses primordiales (genre, faut VRAIMENT racler), je gère la pose mieux qu’une Valérie Damidot alors que j’ai même pas mis la salopette. Devant les yeux admiratifs de mon fils, on voit le mur s’habiller.

Et hop, je suis fierté!

Dans la foulée, j’avais aussi choisi un stickers enfant pour la chambre de N°1 (des graphistes Paristic, que j’adore tout particulièrement). Bon, en fait, je l’ai plutôt garder pour mon bureau, en bonne mère égoïste que je suis (mais je lui ai promis que je lui en prendrais un autre très bientot)

Au final, je suis ravie, Tony aussi et les enfants s’amusent à taper sur les cubes « comme dans Fort Boyard » (décidément). Je regrette de ne pas avoir osé la couleur mais je le saurai pour la prochaine fois. Et j’espère continuer la déco autour de mon bureau dans le même genre… ça me divertit quand je lève la tête!

Aller, comme je suis certaine que vous devez trouver ça teeeellemeeeent magnifique, iDzif.com et moi-même vous offrons un bon d’achat sur le site: 30 euros pour se faire un petit plaisir déco et pourquoi pas, comme moi, tester pour la première fois les stickers.

Pour jouer, vous avez jusqu’au 16 septembre 22h.
Vous me dites en commentaire  quel stickers vous ferait envie sur le site.
En relayant cet article sur les resaux sociaux ou blogs, et en le mentionnant dans le même commentaire, vous gagner une chance supplémentaire pour le tirage au sort.

Vous pouvez liker la page facebook iDzif.com et celle du blog pour nous remercier, ca coute rien et nous, ça nous fait drôlement plaisir!

Bonne chance à tous!

Stickers offerts par iDzif.com

 

EDIt: C’est lulu qui remporte le bon d’achat! BRAVO!
Merci à vous tous pour vos participations et pour les compliments sur mon joli salon… si vous pouviez dire à Tony de se détendre un peu coté ménage, ca serait top aussi ;)

Autant bien travailler (déco-bureaux enfants)

Pour en finir avec cette rentrée (et peut être passer à autre chose, que j’arrive enfin à m’organiser), j’ai pensé qu’il serait bon de voir ce qui existait niveau bureaux pour enfants.

Que ce soit pour les plus petits ou les plus grands, je trouve ca exaspérant de trouver des bureaux à plus de 150 euros.
Ok, ils vont s’en servir un moment (quoi que pour les petits, ça ne va pas dépasser 4 ans d’utilisation, si on lui prend dès ses deux ans), mais ce n’est pas une raison pour se ruiner non?

Petite sélection:

 table et 2 chaises Ikea 18 €

Bureau avec banc, modèle « Arthur » chez Alinéa: 39,90€

Bureau et rangements, 59,90€ chez Oxybul

Bureau et banc en carton, Green Lullaby (à customiser selon les envies)
49€

Bureau et tabourets en carton, Kidsonroof, 49€

Et vous avez toujours la possibilité de trouver un bureau d’écolier à retaper sur le bon coin, ebay ou le vide grenier près de chez vous…

On trouvera assez facilement des bureaux comme ceux ci-dessus (trouvé ici et ) pratique, simple et pour moins de 90 euros.

Et pour ceux qui ont des chambres toutes petites, je trouve celui-ci très sympa pour un pré ado et ado:


Bureau escamotable Les 3Suisses, 199€

Quand y’en a marre, y’a pas que le ménage par le vide

(j’ai senti que vous aviez envie de dire « y’a Malabar » à la suite du titre non? Ne me remerciez pas pour cet instant nostalgie)

Je vous en avais parlé, il y a quelques mois, j’ai fait un vide-grenier . Je n’ai pas dit « plus jamais » mais parfois, tout de même, j’ai eu quelques élans d’exaspération. Toute la préparation, l’organisation, l’installation, et ces gens qui me sautaient dessus alors que je n’avais même pas bu mon café (misère).

Bref, au fond de moi, je me disais que tout de même, ça serait bien que ça existe ces vides greniers comme on voit dans les séries américaines: on installe des tables devant chez nous et hop, c’est fait. Qui veut vient. Bon, certes, en parallèle, les américains collent des tracts publicitaires sur tous les arbres du quartier, en cachant même la disparition de Minouche le chat blanc et noir de M. Smithandson.

Je n’ai jamais vu ce genre de choses en France. Pour tout dire, je ne savais même pas que c’était autorisé.
Et puis bon, comme on n’est pas américain et que nous ne sommes de toute façon pas tous pourvus d’une énorme agrafeuse, annoncer un vide-grenier parait déjà bien compliqué.

vide-grenier

Et bien en fait, non. Si jamais l’idée vous prend (et je pense qu’elle sera bonne) de faire un vide maison, non seulement vous passez outre l’organisation et le stress de l’installation à mille à l’heure avant que les pilleurs vous mettent tout à l’envers, mais vous aurez les avantages du bouche à oreille de votre quartier. Et comme il ne suffira sûrement pas, alors, vous irez inscrire votre « événement » sur les site Debarrachezmoi.fr.
Vous pouvez inscrire votre vide grenier ou simplement en chercher un dans votre région, c’est ultra simple.

Sans compter que vous trouverez sur le site une belle liste de conseils pour organiser un vide-grenier, une liste VRAIMENT utile, croyez moi, que ce soit pour chez vous ou pour une vide grenier classique!

Alors? Prêts à vous la jouer à l’américaine?

(oui, j’ai conscience que ca implique une maison… mais on a bien des copains qui.. enfin vous voyez quoi!)

Your browser does not support iframes.

 

Article sponsorisé

Cold case: affaire classée

Ca y est, c’est ça? C’est la fin?

Ou plutôt c’est le début d’autre chose non?

Je le vois bien. je le vois bien que Clapiotte a pris une dose d’assurance supplémentaire.

Pas comme si elle en manquait, mais deux fois 1h15 d’école et zou, elle se prend pour le parrain avec sa démarche assurée et son regard au dessus de tout, comme si ELLE savait.

Évidemment, à 2ans et des brouettes, on ne se rend pas compte que les autres savent aussi. Clapiotte, en ce moment, elle a simplement l’impression d’avoir le pouvoir absolu. De détenir le secret du monde au fond de son cartable, entre deux culottes Mincesses et un sac en plastique.

Ce dont ne se rend pas compte cette petite sicilienne, c’est que moi, sa mère, je souffre en silence.

Pas tant parce qu’elle m’intimide avec ses airs de pontife, mais parce que derrière, j’angoisse à fond que sa pédanterie ne se révèle bien précaire après une incontinence sur le toboggan (ou entre deux comptines, un brainstorming « puzzle à encastrement » ou pendant le plan drague de Marius).

N’empêche, il faut croire que l’école rend moins borné. En tout cas du côté de la Moldavie, dont on perd peu à peu la trace, à mon grand désespoir, cette langue sera morte d’ici très peu de temps.

Clapiotte, depuis la rentrée, conserve sa couche uniquement pour la sieste et la nuit. Et elle réclame son pot. Elle dit même « veut faire pipi » et pas « haaaaa, mamannnnnn a couuuule a chanché la couuuuche ».

Ma fille devient censée et raisonnable.

Je pense que si je dis que la propreté est une affaire classée, j’aurai le droit à mon sac à pipi dans la foulée, alors je dirais simplement que pour le moment, on a rangé le dossier et que Lily Rush viendra le tamponné classé dans… aller.. disons 10 jours?

En attendant, on a ouvert un dossier « effronterie ». Parce que la confiance en soi, c’est bien, mais trop, j’ai tendance à penser qu’on va avoir le droit à de beaux débordements.

 

Bon, sinon, contents par chez vous? Faut que je me détende!

On aurait pu s’en douter que ça n’allait pas être aussi facile qu’avec son frère ces histoires…..

Rentrée en rangs serrés

Je ne vais pas faire dans l’originalité. Non, je ne pourrai pas passer outre un petit article sur la rentrée de mes greffons.

N°1 en CE1, Clapiotte en Petite section, aujourd’hui, c’était un grand jour et ce matin, ça sentait la fierté à plein nez dans la maison des Cranemou.

Aucun accident en fond de culottes, les cartables bien remplis, le pas décidé, le sourire aux lèvres, pas de cri, pas de pleur, à peine une petite appréhension de la nouveauté, tout le petit monde a géré.

Sauf moi, peut être. Une nuit à r^ver de fins du monde, pour commencer et après avoir dégommé 3 expressos en attendant 11h30, j’avais le coeur qui battait tellement vite qu’on m’a proposé un sac en papier pour y souffler un coup. (je blague, je n’ai eu aucune assistance, bande d’ingrats) (ou alors tous les sacs étaient utilisés peut être)
Mais tout va bien, mes enfants assurent pendant que j’angoisse pour une raison qui m’échappe.

Je vous souhaite à tous une belle rentrée. Sincèrement.

Et ce début d’année maintenant entamé annonce de beaux projets pour tout le monde…

C’est pas parce que que t’as des lunettes qu’il faut faire cette tête! (cadeau!)

Quand, après 1 mois en Petite Section, on m’a annoncé que N°1 avait la vue d’une taupe de 108 ans, j’ai d’abord été très en colère contre ces médecins qui n’avaient pas compris que mon fils n’avaient simplement pas voulu répondre par timidité. Et puis quand l’ophtalmo nous a dit pareil, j’ai dû sortir du cabinet tant je ne retenais pas mes larmes.

Faut savoir que j’ai un soucis avec les yeux, une phobie, alors que mon fils avait un problème, déjà, c’est dur, mais que j’allais être incapable de m’en occuper, c’était bien plus embêtant encore.

Heureusement, il y a Tony qui se charge désormais de ces rendez-vous. Pour ce qui est du choix des lunettes, j’arrive de mieux en mieux à prendre sur moi, faut dire que niveau goûts et couleurs, je préfère avoir un droit de véto.

Récemment, N°1 a changé de lunettes, en choisissant une monture de « grand », en métal, plus légère en poids mais aussi visuellement, j’aime beaucoup, mais je trouve qu’elle lui donne un air sérieux, ce genre de montures sont très classiques, et pour un enfants, je trouve ça un peu dommage.

Chez Générale d’Optique, non seulement ils se positionnent sur des tarifs abordables, mais ils proposent de chouettes lunettes avec des branches qui se tournent. Les Pilou Face, elles s’appellent, ces montures. Les branches sont flexibles et pivotent afin d’avoir la possibilité de deux looks en une seule paire de lunettes! La grande classe.
Niveau prix, on est à 86€ la monture seule (110 avec les verres organiques et l’étui).

N°1 les a tout de suite adoptées et a hâte de retourner chez l’ophtalmo (sans moi) pour qu’il renouvelle son ordonnance et enfin pouvoir les utiliser avec des verres à sa vue.

Faut dire que dessus, il y a des balles de tennis et des ballons de basket, deux sports qu’il vénère. Ça aide. Et puis le coup e changer de look, ça le branche bien (huhuhu) (j’espere que vous avez noté cette touche d’esprit merveilleuse dans cette dernière phrase) (je précise, juste au cas où)

Comme à la maison on a trouvé ça cool et qu’on me l’a proposé, je vous propose de gagner une monture garçon comme celle de N°1 (mais en vert) (on a hésité longtemps)

 

En cette veille de rentrée, ça peut être un bon coup de pouce non? Oui. Je sais.

Pour peut être gagner cette jolie paire de lunettes pour votre garçon (oui, pour les filles, vous pouvez aller aller voir chez Maman On bouge), dites moi en commentaire ce que vous avez VU de plus beau pendant vos vacances.
Vous avez jusqu’au 12 septembre 16h. Je tirerai au sort le gagnant.
N’hésitez pas à relayer auprès des parents autour de vous, c’est un beau cadeau, autant en faire profiter les copains, même si vos propres enfants ont des yeux de lynx!!
Bonne chance

BON A SAVOIR: du 7septembre au 8octobre: offre Family Pack chez Générale d’Optique: bénéficiez de -20 à -70% sur la monture, dès le premier enfant!

Lunettes offertes par la marque

EDIT du 13/09/12: Bravo à Chritinemm qui remporte la paire de lunettes, je t’envoie un mail pour avoir tes coordonnées! Et merci à tous pour vos relais et vos beaux souvenirs! Vous pouvez encore gagner une monture fille chez E-zabel jusqu’au 15/09.

Madeleines de rentrée (cadeaux)

A la veille du jour qui me séparera définitivement de mon « bébé », j’ai le coeur à la fois serré et léger.
Serré parce que je vais assister impuissante à l’échappée de ma petite dernière, elle grandira sans moi la moitié de son temps, elle affrontera seule certaines difficultés et d’autres bonheurs auxquels je ne participerai pas. Des choses rien qu’à elle.

Et puis le cœur léger parce que se voir grandir, aller de l’avant, se faire une place, c’est aussi enrichissant qu’une maman un peu stressée. C’est la fierté et la promesse de merveilleux souvenirs.

Dans un tiroir de mon âme, j’ai tout un tas de souvenirs de ces années, de cette petite enfance, ces amis, ces maitresses, ces jeux, cette naïveté et cette insouciance. J’ai le souvenir de rires, de joies, de victoires qui n’appartiennent qu’à moi, et je les garde précieusement. C’est le moment de les ressortir en cette veille de rentrée, pour me rappeler que Clapiotte va vivre des beaux moments, même si ça implique qu’elle devra être loin de moi 6 heures par jour.

De ma petite enfance, donc, je garde des souvenirs; dans ma tête et sur quelques photos. Malheureusement, mes « petits trucs » de gamine, ces petits trésors que j’accumulais, ont disparu au fil des années. Étrangement, il n’y a qu’une chose que j’ai gardé. Précieusement Il m’a suivi depuis ma rentre au CP et je n’ai jamais su m’en débarrasser, malgré les multiples déménagements, les tris et l’âge.
26 ans qu’il est là. Toujours fidèle. Et quand je le vois en ouvrant mon tiroir, je ne peux réprimer un sourire.

Oui, un feutre. Qui n’a toujours pas rendu l’âme depuis 1986.

C’est idiot non? Toujours est-il que ce précieux souvenir, en plus de me servir encore aujourd’hui (oui, un feutre rouge, ça sert) m’a laissé une trace indélébile quant à sa marque: Crayola, c’est pour moi un des must du dessin enfantin, une valeur sûre.

Alors quand j’ai eu mes enfants, je n’ai eu de cesse de leur acheter toute la panoplie du parfait petit artiste, made by Crayola: des feutres, d’abord, de la peinture, des crayons gras, des gomettes….
Et lorsque j’ai ouvert mon colis il y a quelques semaines, une petite bouffée d’enfance s’en est échappée:

 

Des crayons de couleurs effaçables (qui s’effacent vraiment), des feutres, toujours et des crayons gras à la mine rétractable (les « twistable », qu’on a eu aussi en crayon de papier: mieux que le criterium pour les enfants et adieu au taille crayon!). Tous ont été aussitôt testés et approuvés par N°1 et Clapiotte.
« C’est trop magique d’effacer des crayons de couleurs ». Ouais. C’est trop magique. Ça m’aurait sûrement évité de gros trous dans mes copies en tentant de faire partir un trait raté avec le côté bleu de ma gomme….

Au fond du colis il y avait aussi quelques tubes de colle (sachant qu’ils en réclament 5 pour la rentrée en CE1, j’étais plutôt ravie). Pas n’importe quelle colle. Des Stics Magic Uhu. Au lieu d’être blanche, la colle est bleue, ce qui permet à l’enfant aux mains en mousses de bien voir où il a déjà mis de la colle. Simple, efficace. Et tout redevient transparent en séchant. Et puis parce que le mot « magique » fait l’effet d’une révélation sur les enfants, N°1 se sent tout puissant avec ses tubes de colle. Comme quoi il leur en faut peu pour être heureux à ces enfants blasés. Bon, par contre, il se balade sans arrêt avec 2 tubes dans les poches, heureusement qu’il ne fait pas trop chaud histoire que ça ne fonde pas.

Et comme je ne vais pas vous laisser devant tant de souvenirs d’enfance sans vous en faire profiter, j’ai l’occasion de vous faire gagner de quoi remplir les trousses de nos têtes blondes:

5 chanceux gagneront un lot de crayons, feutres Crayola et un tube UHU stic Magic.

Pour tenter votre chance, vous me dites en commentaires ce que vous avez gardé en souvenir « materiel » de votre enfance. Si jamais vous n’avez rien sous le coude, vous pouvez toujours me raconter une anecdote d’école qui vous a marqué.
Les 5 gagnants seront tirés au sort.
Vous bénéficiez d’une chance supplémentaire en relayant ce jeu sur les réseaux sociaux (merci de me l’indiquer dans le même commentaire que votre participation dans la mesure du possible)
Et vous gagnerez toute ma gratitude et l’occasion surtout de ne rater aucun bon plan ni une occasion de rire ensemble, en likant la page FB du blog.

Bonne chance à tous. Vous avez jusqu’au 10 septembre 18h. Et pas la peine de me contacter à 18h01 pour savoir qui a gagné. Les gagnants seront prévenus par mail ainsi que dans un édit de ce billet, dans les meilleurs délais.

 

Les 5 gagnants sont:
*chocololita
*Gaêlle
*Laure DMdc
*Maria
*PetitsDiables

Les mails sont partis!

Bravo et merci à tous pour ce retour en enfance aux odeurs de colle Cleopatre (bande de drogués!!! ;) )

Abonnés absents

Alors que tout le monde ou presque a repris depuis lundi, nous, nous ne sommes rentré qu’hier (Tony a un mois imposé, du 1er au 31 aout) en précipitation, rapport au temps pourri dans le sud et à N°1 qui souhaitait accueillir la nouvelle rentrée avec un abcès à la gencive, histoire de nous remettre dans le bain tout de suite.

Avec ma toute belle connexion de la maison, j’ai lu plein plein d’articles histoire de me rattraper un peu. Et je suis tombée sur 1000 billets sur l’organisation pour la rentrée.

Vous savez quoi? ça m’a fait flipper. j’ai RIEN fait, je suis pas prête (Clapiotte non plus hahaha), on n’a même pas encore fait la liste de rentrée en entier, ni véririfieé qu’ils ont des pantalons potables, ni un frigo rempli, ni un planning digne de ce nom pour la famille.

Tony rentre demain, les enfants mardi et en ce vendredi, je réalise que quand même : FAUT QUE JE ME BOUGE L’ARRIÈRE TRAIN!

Journée marathon-rentrée donc, je serai aux abonnés absents pour la peine.

En revanche, comme j’ai écrit un magnifique article (si si, au moins) chez Véronique Delachaux, je vous invite à venir me lire là bas (vous pouvez même donner votre avis).

Et de toute facon, si je peux ce week end ou au pireà partir de lundi, je vous pourris de cadeaux. pour la peine.

 

Vous m’avez manqué.


C’est parti!

Les clés de l’échec: les points clés à appliquer pour rater l’apprentissage de la propreté

Suite de : « Toi aussi rate la propreté de ton enfant »
Vous l’avez compris, je n’ai pas de conseil à prodiguer afin d’aider à la propreté de l’enfant. Clapiotte en est la preuve.

En revanche, je peux lister les points clé pour rater l’épreuve avec brio:

Sérénité de la mère, réalisé AVEC trucage

1/ L’ultimatum:

« Tu vas rentrer à l’école, il faut enlever la couche maintenant »
Effet: stress de l’enfant ET du parent, rejet de l’école.
Bilan: on gagne sur tous les plans: non seulement l’enfant n’est toujours pas propre, mais en plus, il a déjà peur de mettre un pied à l’école.
Génial.
Chance d’échec: 75%

2/ Le chantage affectif:
« si tu fais pipi dans le pot,maman sera vraiment très contente et très fière de toi »
Effet: parfait pour rajouter un peu d’angoisse de séparation à l’enfant. ce qu’il comprend: « si tu fais encore pipi dans ta couche, ou par terre, maman ne t’aimera plus »
Bilan:on aura même le droit à des cauchemars, elle et pas belle la vie?
Chance d’échec: 95%

3/ Le chantage à la carotte
« On n’ira pas faire du manège si tu as une couche »
Effet: aucun. L’enfant s’en tape le coquillard de ne pas allé faire du manège. En tout cas, c’est ce qu’il veut nous faire croire.
Bilan: si on a un ainé, de toute facon, on va quand même y aller, au manège, donc bon…
Chance d’échec: 98%

4/ La menace
« Si tu refais pipi dans ta culotte tu iras au coin »
Effets: aléatoires: soit l’enfant refera pipi dans le coin (dans la mesure où on pousse jusqu’à l’application de la punition), soit il associera la propreté à une torture.
Bilan: Meilleur plan anti-propreté. Ever.
Chance d’échec: 100%

5/ le coup de la maturation
« Tu es grand(e) maintenant, il faut enlever la couche »
Effet: pour peu que ce soit le petit dernier, il comprendra instantanément que son statut de petit privilégié dépend de sa volonté à viser dans un pot. Vous me suivez j’imagine?
Bilan: Tout dépend à quel point vous considérez vous-même l’enfant, en fait.
Chance d’échec: 50%

6/ le cul à l’air
Nos mères nous l’ont dit: « les fesses à l’air pendant tout l’été et c’est bon, ça va se faire tout seul »
Effet: Étrangement, ça ne marche pas si bien. Il lui suffit d’écarter les jambes pour le pas s’en mettre de partout, pas bien compliqué finalement.
Bilan: Danger qu’il préfère se soulager comme un chiot plutot que dans une couche. risque éventuel de se faire greffer une serpillère à la place de la main.
Chance d’échec: 70%

7/le pantalon moulant ou le jeans
Nos mères sont formelles: « tu lui mets un pantalon bien épais et/ou moulant et ca va le déranger bien comme il faut une fois mouillé »
Effet: effectivement, ca le dérange. il hurle, donc.
Bilan: maintenant, il sait se déshabiller seul. C’est déjà ça.
Chance d’échec: 55%

8/ La dépression
Se mettre à pleurer quand il refait pipi sur le canapé.
Effet: angoisse de l’enfant, situation de stress et découverte d’une nouvelle force: le sadisme. Il nous tient par les émotions, il a TOUT gagné. L’empathie, c’est pas son fort de toute façon.
Bilan: Plus qu’à espérer qu’il ne sache pas qu’on pleure en cachette quand il est malade, quand il tombe, quand il pleure, quand il ne mange pas, quand il ne dort pas etc…
Chance d’échec: 99%%

9/ Le mensonge
« Ooooh, dommage, y’a plus de couche, va falloir faire sans »
Effet: Le prendre pour un abruti ne fera jamais de lui un enfant bien dans sa peau. Surtout si on a annoncé la nouvelle devant le placard contenant 2 jumbo Pack en taille 5+. Ouvert, le placard.
Bilan: non seulement il va se moquer de nous mais aura désormais une confiance toute relative en notre bonne foi.
Chance d’échec: 60% (ca a marché pour N°1, ceci dit)

10/ Le renoncement
« Je m’en fous, de toute façon, il sera propre un jour, il portera pas de couche à ses 18ans »
C’est vrai.
Effet: fin du stress pour tout le monde
Bilan: Ca l’aidera pas forcément à être propre, mais ça aura au moins le mérite de nous enlever ce poids de la poitrine.
Chance d’échec: 45%


Au pire…..

Bonne rentrée à tous nos sans culottes et bon courage aux instits et Atsem qui vont se coltiner le résultat…
Et pardon.

 

Toi aussi rate la propreté de ton enfant.

J-6.

Dans 6 minuscules jours, N°1 reprendra le chemin de l’école pour rentrer en CE1 et Clapiotte fera ses premiers pas dans la sphère des écoliers.

Clapiotte, ma petit moldave du sud qui n’utilise pas encore tous les bons mots pour s’exprimer, qui ne sait rien faire d’autre que de courir pour se déplacer (alors qu’elle ne marchait pas encore il y a un an, je vous le rappelle).
Clapiotte qui renie le pot comme on tournerait le dos à son ennemi juré.

Et qui, donc, n’est toujours pas propre.

De cette propreté que l’on attend de son enfant qui rentre en maternelle, comme un Graal suprême de sa capacité à réguler ses sphincter et à le faire passer du stade ultime de bébé à enfant.

Clapiotte, c’est le Peter Pan de la couche culotte. Elle s’y agrippe comme une arapète à son rocher et l’idée même de poser son royal fessier sur autre chose qu’un moelleux et douillet canapé la fait frémir de… terreur.

Comme si le pot en question allait l’aspirer dans ses bas fond tout de PVC recouvert.

Je n’ai pas besoin de préciser que les toilettes, c’est même pas en rêve?

faut dire que je lui ai biiiien mis la pression au mois de juillet à Clapiotte. Et qu’elle est doté d’une fonction d’opposition automatique. Aussi.

En gros, j’ai fait absolument n’importe quoi, n’importe comment et je me retrouve à 6jours du jour fatidique avec la boule au ventre de récupérer chaque soir un petit sac à pipi accroché au poignée dodu de ma fille jusqu’à ses 17 ans.

Pas d’inquiétude, elle, elle s’en tape le cul par terre. d’ailleurs, elle a elle-même dit à la maitresse, en juin, alors que cette dernière lui expliquait que la couche… compliqué…trop d’enfants…grandir etc….:

« Moi garde la couche à Calepiotte et pas aux toilettes le pipi. Non non non »

Ambiance.

J’ai lâché l’affaire, je lui ai enlevé la couche et tant pis si elle se fait dessus. Ca rentrera, elle fera comme les autres et pendant ce temps, j’allumerai des cierges et j’apporterai des cadeaux aux Atsem pour qu’elles ne me détestent pas de trop.

je compte sur le mois de septembre où elle ira à l’école que le matin pour faire office de sas de décompression.

En attendant, étrangement, je suis nettement moins stressée pour cette histoire de culotte mouillée qu’il y a 2 mois.

De là à dire que je crois inconsciemment aux miracles, il n’y a qu’un pas.

craneur