Cauchemar en culotte

Définitivement, ce blog a une tendance à parler pipi-caca quasiment pathologique.

Il faut bien dire que mes enfants y mettent du leur aussi. Surtout Clapiotte d’ailleurs, mais N°1 au même âge était assez gratiné dans le genre.

Donc, mettons nous en situation.

Ce week end, j’ai eu l’immense honneur, joie, fierté (rayer la mention inutile) d’être conviée au lancement de la saison de Noël à Disneyland Paris.

J’ai sauté au plafond et fait quatre danses de la joie à cloche pied en découvrant mon invitation, je dois bien l’avouer. D’autant que nous avions renoncé à y aller pour l’anniversaire de Clapiotte pour des raisons budgétaires (bonjour, je cherche du travail… quelqu’un?), c’était trop beau.

Bref, nous voilà en route pour le pays magique de la musique planquée dans les arbustes et des humains aux oreilles de Mickey.

Je vous ferai un débrief plus tard de tout ça, mais tout d’abord, laissez moi vous dire que je m’auto-décerne la médaille de la bravoure.

Arrivés sur place, la surprise à son comble, nous nous dirigeons vers l’attraction fétiche de N°1 (et du monde entier il faut croire): Peter Pan. On a des Fast Pass, ces petites cartes qui nous permettent de couper les files d’attente. N°1 ne se sent plus d’être VIP et Clapiotte a encore du mal à comprendre où on est.

5 minutes plus tard, nous sommes devant le portillon pour faire notre première attraction du séjour donc.

Il fait environ 8°c, tout gris, mais les sourires béats de tous ces enfants illuminent les humeurs (je suis poète. Poët).

« Veux faire pipi Maman »

WHAT?

Clapiotte a un don pour faire ce genre de truc (N°1 nous a fait exactement la même 4 ans plus tôt, mais on avait fait la queue en plus).

« Ok, tu penses que tu peux te retenir? On fait le manège et on y va d’accord? »

« D’accord »

Nan mais faut pas non plus déconner quoi.

Tourne tourne petit bateau au dessus de Londres, les pirates, la fée Clochette, hop, hop, trois petits tours et puis s’en vont.

Voilà, c’est fini. « Ça va Clapiotte? c’est bon? »

« Oui, oui »

On sort et on se rue vers les toilettes.

Je déshabille vite fait Clapiotte et la pose sur les WC (recouvert du film protecteur là, vous voyez?).

Sauf que.

Sauf que quand tu fais vite, tu fais mal. Et que quand ton enfant a envie de pisser depuis 15minutes, autant te dire que ca sort comme un geyser.

Je me rends bien compte que tout ne part pas là où ça devrait mais les périnées des autres ne se contrôlent pas à distance le temps de rectifier le tir.

Trop tard, me voilà avec une Clapiotte le pantalon trempé, la culotte avec et moi me demandant où est la corde la plus proche.

J’ai donc passé les 25 minutes suivantes à sécher un jeans taille 4 ans au sèche main Dyson, ma Clapiotte cul nul dans les WC de Pinocchio. Classe.

Clapiotte sait vendre du rêve et de la magie dès le début du séjour.

Mais croyez moi, elle sait aussi conclure les séjour en finesse.

Après un ultime tour de train Casey Jr., Clapiotte se tortille.

« Veux une couche pour faire caca maman » (oui, elle a toujours ce rapport étrange avec l’étron et la couche)

Je maitrise savamment la pose de couche en milieu hostile, et hop, j’annonce: « voilà, tu peux faire caca » (Classe, bis)

Tout à coup, elle se fige, entre un buisson et la queue pour rencontrer une Princesse. Elle devient rouge et pousse un cri d’outre tombe. Elle pleure un peu aussi. Et me demande un calin? Re-Crie. Re-rouge.(oui, quand on se soulage 2 fois par semaine, en général, c’est assez douloureux)

Même pas en rêve je regarde les gens passer à côté de moi. no hablo el frances, entchuldigung.

20 minutes scotchée comme ça au milieu du chemin, à deux pas de « Small World », certainement, l’une des attractions qui draine le plus de monde dans le parc…

Le rêve. toujours le rêve. Sans Clapiotte, nous aurions pu avoir la grosse tête avec nos pass V.I.P et notre traitement de faveur.

Mais étrangement, on a préféré la jouer profil bas.

Sinon, en rentrant à la maison hier soir, elle a conclue les 3 jours de rêve par une course vers son pot, et un ratage en regle juste avant la ligne d’arrivée.

Les arrivées et les départs, faut croire que c’est pas son truc.

Mais tant qu’il lui reste la classe….

 

C’est trop mamifique Maman!!

Designer de parc pour enfants ou le job en carton.

« Quand j’s’rai grand, je s’rai architecte. C’est bien architecte, tu fais des grands immeubles et tu découvres des os de dinosaures. »

Presque. Mais il faut souvent que je lui réexplique la différence entre architecte et archéologue, lui expliquant que les deux sont très différents et que très souvent, il est très difficile de faire deux métiers en même temps, surtout ce genre de métier. Il ne faut pas tout mélanger, on ne peut pas être bon en tout, tout ça…

Et en même temps, quand j’explique les grandes théories du monde du travail à N°1, je me dis que c’est comme un coup d’épée dans l’eau. Mes efforts d’explications sont éradiqués à peine le pied posé au square du quartier.

Oui, mon chéri, il y a des gens qui réfléchissent à ces endroits. Qui les conçoivent dans leur tête, puis sur papier, en maquette et d’autres personnes valident et encore d’autres construisent. Et non, PERSONNE ne voit à redire.

Sauf les parents, une fois qu’ils l’utilisent in situ.

Notre parc à nous est tout neuf, très joli et bien spacieux. Il y a des éléments pour les grands et pour les plus petits, des bancs, des endroits où jouer au ballon et des graviers à foison pour se faire quelques pantalons au passage. Pas d’herbe ici, de longues tiges ressemblant à des plumeaux dans lesquelles les enfants adorent se cacher. A côté des crottes de chien et des détritus des moins regardant d’entre nous.

Les espaces petits et grands sont… tellement espacés que je soupçonne les concepteurs d’avoir des gènes de caméléon pour croire qu’on peut aisément surveiller une fratrie dans ces conditions. Sans compter les bancs ronds, ultime supplice des dos de parents quand les places face aux jeux sont déjà prises. Le designer de parc a bon gout, mais le designer de parc n’est qu’un gros sadique qui nous mate nous contorsionner et tourner la tête de façon spasmodique telle une poule en manque de valium.

La seule chose sympa de ce parc, pour les parents, c’est l’absence totale de toboggan, qui nous permet de garder un peu de voix en évitant de hurler qu' »on ne monte pas à l’envers bordel! ». La voix ainsi sauvegardée nous permettra de s’égosiller lorsqu’ils seront prêts à sauter du haut de la structure dans des cordes durcies par le froid qui amortiront la chute aussi bien qu’un beau goudron tout neuf.

J’adore le square.

Vraiment.

Si un jour je choppe un mec de la mairie, je l’attache aux cordes de la structures toute une après-midi qu’il s’imprègne bien de l’ambiance.

 Aller mon chéri, vas y!

 

Bons plans et bonnes actions pour bien finir l’année

C’est pas tout de vous proposer des cadeaux et de vous dire à quel point j’adoooore tel ou tel jeu, mais ne sommes nous pas rien que des petits privilégiés?

Si.

On est bien d’accord.

Si jamais le coeur vous en dit ou si votre conscience vous pousse à faire un geste sympa au profit de ceux qui n’auront peut etre pas les moyens d’offrir du rêve à leurs enfants, il existe plusieurs façon d’acter de façon généreuse et facile.

Personnellement, quand les fêtes arrivent (comme au moment des anniversaires), c’est pour nous le moment de faire un grand tri parmi le bordel absolu que contiennent les placards, tiroirs et autres cachettes à jouets.

On tri, on range et on se débarrasse. ce qui est cassé ou vraiment abîmé d’un côté, ce qui est à garder de l’autre et au milieu, les beaux jeux et jouets encore intacts mais qui ont fini de vivre leur aventure chez nous.

Ceux là, plutôt que de les refiler à des copains, cette année, j’ai mieux (bah oui, les copains sont rien que des petits privilégiés eux aussi, cette année, ca sera pour les autres):

Cette année, la Croix rouge s’associe à Mondial Relay pour que vous puissiez envoyer gratuitement vos jouets et jeux (neufs ou en excellent état) à l’association. Il suffit d’imprimer l’étiquette sur le site et de faire un joli emballage et de présenter le tout dans un des centaines de points Mondial Relay près de chez vous. Et puis c’est tout. Plus facile ca serait franchement ennuyeux. L’opération a lieu jusqu’au 30 novembre.

Autres bonnes actions, tant qu’on y est:

Grégory Cuilleron (oui, celui là même qui a gagné cette émission de télé-cuisine là… oui, rho ca va j’ai oublié laquelle) et qui est lyonnais (oui, c’est un fait, le lyonnais a du talent) s’associe à MyToys.fr en tant que parrain pour l’action Ange de Noël 2012.
Tout le monde peut tenter le coup. Depuis le 1er novembre et jusqu’au 25 novembre 2012, myToys.fr, site spécialisé dans la vente de jouets et jeux en ligne permet à chacun de faire un geste pour des personnes ou associations dans le besoin. Il suffit de sélectionner sur myToys.fr les jouets que l’on souhaite offrir et de remplir la liste disponible en ligne sur le site. Un jury sélectionnera ensuite les souhaits qui seront exaucés avant Noël. Tout est expliqué ICI

Et comme chaque année à cette époque, Pampers et Unicef boostent leur campagne de vaccination: il suffit de vous rendre sur le site, de télécharger une photos de vous et votre enfant et de l’envoyer. Elle s’ajoutera à la grande fresque. Pour chaque photo téléchargée, c’est un vaccin d’offert. Rapide, efficace.

Et sinon, Ginie vous parle de ce petit garçon aimerait recevoir tant de cartes… je vous laisse aller chez elle pour ce geste là que je trouve super touchant.

Et sinon, quelques bons plans aussi, après tout, y’a pas de raison!

  • Jusqu’au 30 décembre, Friends Of Glass France veut sensibiliser les enfants à l’importance du gout. Sur l’application Facebook, découvrez les enfants testeurs et devinez ce qu’ils goutent. Chaque semaine, 3 paniers produits emballés dans du verre sont à gagner!
  • Début Décembre, courrez chercher votre sapin de Noel chez Ikea. Vous le paierez 25 euros et si vous le ramener début janvier en magasins pour le recycler, vous obtiendrez une carte cadeau de 19€. Un sapin qui revient à 6€, 1* versé à l’Office Nationale des forêts et finie la galère de savoir où jeter ce fichu sapin après les fêtes… pensez y!
  • 10 listes de Noel d’une valeur de 120€ chez DisneyStore sont à gagner. Il vous suffit de répondre à un sondage en suivant ce lien. Le sondage porte sur vos habitudes et vos envies de Noel (enfin, plutôt celles de vos enfants) et ça prend environ 3 minutes pour y répondre. N’oubliez pas d’aller jusqu’au bout et d’y indiquer une adresse mail valide afin que votre participation au tirage au sort soit prise en compte.
    Vous avez jusqu’au 18/11/12 18h pour tenter votre chance… ca vous laissera tout le temps de choisir vos cadeaux pour Noel après (si jamais, je veux la poupée Merida. merci d’avance).

 

 

Bye, bye moi vouloir jouer du tam, tam, tam, tam taaaaaaam (cadeau de Noël)

J’aime les jeux. J’aime les jouets. J’aime aussi tout ce qui touche à la puériculture. J’ai 5 ans, et puis c’est tout.

Lorsque j’ai été conviée à être jury pour les sélections de Noël de Kidexpo, je dois bien dire que je n’ai pas réfléchi très longtemps. d’abord, parce que quand on me demande mon avis, j’adore le donner, mais surtout parce que ça me faisait une journée entière à jouer et découvrir de nouveaux jeux, jouets et parfaire mes idées pour les cadeaux de Noël.

D’ici la fin du mois de novembre, voire même un peu en décembre, je vais donc vous donner quelques pistes pour les cadeaux de Noël, en tout cas parmi les choses qui m’ont été présentées. ce que j’ai aimé, pourquoi, pour qui etc… je m’en vais vous détailler tout ca et croyez moi, vous allez en avoir ras le bol une fois que Noël sera là!

Le tout premier jeu qu’on m’a présenté ce jour là s’appelle Tam-Tam.

Ma première impression: « arf, encore un jeu estampillé jeu éducatif, la plaie ».

Oui, parce que dans « jeu », il y a « jeu » (j’ai fait du latin pendant 3 ans, croyez en mon expérience). Et quand j’achète des jeux, je veux qu’on y joue, je veux pas qu’on se prennen la tête avec des règles pas possibles, je ne veux pas que mes enfants aient l’impression d’apprendre une leçon. Je veux juste qu’ils jouent.

Je parais fâchée comme ça mais malgré tout le respect que j’ai pour les créateurs de jeux, certains m’ont paru d’une complexité telle et d’un délire éducatif tellement poussé que ça m’a limite écœuré.

Bref, donc, quand une femme tout sourire me présente son jeu qu’elle a elle même créé, malgré mon appréhension, j’écoute attentivement.

Et je découvre alors que certaines personnes ont compris qu’on pouvait faire un jeu éducatif sans qu’il soit barbant.

C’est le cas de Tam Tam, donc.

Tam Tam, c’est tout simple: un jeu de cartes: la moitié qui comporte des dessins, l’autre moitié des mots.

Sur chaque carte, on trouve des « paires correspondantes », que ce soit ntre les cartes « mots » ou « dessins » ensemble ou même entre elles. Il y a toujours au moins un mot en commun.

Le jeu repose sur la rapidité, mais plusieurs règles permettent des variantes tout aussi sympathiques.

Avec N°1, on adore y jouer. D’abord parce que c’est rigolo, les jeux d’observation et de rapidité et aussi parce que ça ne dure jamais trop longtemps (et ça, c’est pratique, avouez le)

Le vrai plus, c’est que le jeu existe en plusieurs niveaux. Plus l’enfant sait lire, plus les mots et les syllabes sont compliquées.
L’avantage non négligeable que j’ai trouvé à ce jeu, c’est que la lecture de N°1 devient rapide sans même que ce soit un calvaire. Il n’a pas le choix: pour me gagner, il faut qu’il imprime les mots le plus vite possible pour les associer avec leur jumeau dessiné. Le tour est joué, il suffisait d’y penser.

Les jeux Tam Tam ont d’ailleurs recu plusieurs distinctions dont le prix des parents Kidexpo, la médaille du Ministère de l’Education Nationale et deux Médailles au concours Lépine. Rien que ça.

Comme c’est finalement un vrai coup de cœur pour moi et que j’ai beaucoup aimé échanger avec Frédérique (qui est tout de même enseignante spécialisée, hein, elle ne sort pas de nulle part non plus!), nous vous proposons de gagner 5 jeux Tam Tam des éditions AB Ludis à choisir parmi les niveau CP niveau 1, CP niveau 2 et CE1 niveau 1.

Pour jouer et pouvoir rajouter un petit cadeau sympa au pied du sapin, vous me dites en commentaire lequel vous choisiriez et quel est votre avis sur les jeux dits « éducatifs ».

Vous aurez une chance supplémentaire en relayant le jeu sur Facebook, le but étant évidemment de faire connaitre ce petit jeu qui, je le sais, deviendra grand! (merci de me le préciser en commentaire)

Vous pouvez liker la page  AB Ludis, ça sera gage e remerciement aussi, tant qu’on y est!

Vous avez jusqu’au 13 novembre midi pour jouer.

PS: Si vous êtes sages, il y aura peut être une deuxième fournée plus tard… mais il va falloir montrer votre enthousiasme!

EDIT du 18/11/12:

Les 5 chanceux sont:
Mutti
Bealapoizon
Lara
Lejeune Marjorie
Cécile
Je vous envoie un mail tout de suite.
Bravo à vous et Merci à tous… la semaine à venir sera remplie de cadeaux (et ca a déjà commencer)… rester connectés!

 

 

 

 

 

 

Les vacances, ce merveilleux moyen de contraception.

Quand on fait des enfants, nous sommes censés être bien au courant de certains faits. Dont celui de la fatigue chronique qui s’abattra sur nous à dates récurrentes.

La rentrée, les vacances, l’été, tous les soirs à 19h, les jours de pluie, les jours de parcs, les jours de fièvres, les matins trop matinaux….

Il y a toujours une raison de vouloir se remettre sous la couette, de fermer les yeux et de se dire « dors, ça va passer ».

Ça passe rarement, mais on apprend très vite à faire avec. La formidable loi de l’adaptation parentale, ça s’appelle.

Quand tu as un peu de bouteille, même, pendant les vacances, alors que tu n’as ni moyen de garde, ni prévu de partir où que ce soit, ni même prévu de faire l’impasse sur ton propre boulot, tu rajoutes quand même l’option maladie (pour toi, sinon, c’est trop facile). On aime le challenge.

Les vacances de la Toussaint, avant, elles duraient 10 jours et déjà, on avait des envies suicidaires au bout de 4. Cette année, pour une raison qui m’a échappé, c’est 15 jours qu’on se coltine les greffons non  stop. Et par non stop, je n’exagère pas. Noooon. Vous pensez bien. Parce que soit les jours où il fait relativement bon, l’un de nous est malade, soit il pleut, soit il vente à en déraciner les arbres de la place: « Mamaaaan, on peut sortir pour éviter les branches de nous assommer? ». Sachez que je suis sur le point de dire oui. Et de ne pas essayer de les éviter en plus.

Qu’est ce qu’on fait pendant les vacances?

On assume l’achat de l’Hippo Glouton qui nous rappelle un peu plus, chaque instant, pourquoi notre propre mère s’est égosillée pour qu’on y joue dans notre chambre.
Du coup, on carbure aux anti-migraineux pour survivre aux tintements des billes sur le plastique dur en tentant de se rappeler qu’on a-do-rait ce jeu (d’où l’achat, hein, on est nostalgique de notre enfance ou on ne l’est pas)

On part en vadrouille dans les centres commerciaux et on se fait tous les rayons des magasins de jouets. Et on assume une Clapiotte qui se met à chanter à tue tête « Paymobliiiiiil, on avait des hisôaaaaares » en milieu de rayon. Pas du tout, mes enfants ne passent pas du tout leurs vacances devant la télé. Qui me parle?

Moi, je rêve de soleil, de plage, de mojitos les pieds en éventail avec au loin, une douce musique d’un cours de merengue qu’on rate avec délectation. Le calme, le repos et un bon stérilet pour être certaine de passer la Toussaint sans encombre.

Aller, plus qu’une semaine!

 

 

 

Mon fils, file aux oeufs

Y’a des jours où dans ta vie de parents, tu te crois plus malin que tout le monde.

Ainsi, au détour d’une conversation tournant autour d’un vague projet de construction Légo, entre les pâtes et le fromage, quelques copeaux de parmesans à la commissure des lèvres, il te prend l’idée saugrenue de vouloir scotcher ton enfant histoire qu’il arrête deux minutes de la ramener avec ses envies d’architecte de briques à picots.

« Dis donc N°1, tu voudrais pas de poser des questions un peu plus sérieuses parfois? »

« Gné? »

« Par exemple, des questions qui font réfléchir… »

« Bof… c’est quoi? »

« Bah si je te demande qui de la poule ou de l’œuf est arrivé en premier, par exemple, t’en penses quoi? »

« C’est une vraie question? »

« Oui. Tu saurais me donner une réponse? T’en penses quoi? »

« Bah… enfin maman…. La poule, elle a pondu son œuf en courant, et comme l’œuf roule plus vite que la poule ne court, il a passé la ligne d’arrivée en premier. C’est l’œuf qui est arrivé en premier donc »

Il m’a regardé avec cet air de me prendre pour une demeurée profondément atteinte.

Vivement les cours de philo qu’on rigole un peu.

« L’œuf roulant plus vite, il est arrivé avant la poule »

N°1, File aux oeufs du XXIème siècle.

Un cadeau de naissance? Quelle galère…

Ce n’est pas parce que j’en ai fini avec les bébés dignes de ce nom que mon entourage s’est arrêté de repeuplé la planète.

Il faut dire qu’ils ont fait leur premier au moment où je faisais le second, forcément,t j’avais de l’avance, et voilà que depuis quelques temps je retombe dans la spirale infernale des accouchements des copines.

Et qui dit accouchement dit petit bébé tout neuf.

Comme je suis passée par là, je SAIS que le second est nettement moins gâté que le premier, c’est comme ça. Genre la maman connait déjà le truc, elle a déjà tout alors lui demander ce qu’elle voudrait, ou ce dont elle aurait besoin, quelle drôle d’idée…

D’ailleurs, tiens, je parle liste de naissance dans mon dernier article chez Véronique Delachaux, ça rejoint bien le sujet!

Si jamais vous êtes un peu rebelle ou que votre copine n’a pas pris le temps de lister ses besoins, ni de vous dire ce dont elle aurait réellement besoin, j’ai plusieurs solutions à portée de porte monnaie qui peuvent être bien sympathique et qui feront toujours plaisir:

La Mum Box d’Avis de Maman.

Pour 35 euros (ce mois ci en tout cas), vous recevez chez vous (ou vous la faites envoyer, c’est vous qui voyez) une boite bien garnie avec un tas de petits cadeaux pour le nouveau venu.
J’ai eu la chance de la découvrir en avant première (l’avantage d’avoir un pseudo comme Cranemou, j’en suis sûre) et sincèrement, moi qui crains pas mal les box, je ne peux que m’incliner. Il faut dire qu’elle contient LE truc que je voulais pour Clapiotte: le protège matelas Aerosleep et son drap housse. A eux deux, déjà, on dépasse les 90€ dans le commerce! Aerosleep est perméable à l’air pour réduire les risques de suffocation et d’hyperthermie. Avec une Clapiotte qui monte en température comme une cocotte minute et sa mère (oui, moi, c’est ça) qui se levait 100 fois par nuit pour vérifier qu’elle n’était pas en apnée, ça aurait été un vrai bonheur!
En plus, je découvre un doudou Pioupiou et merveilles, un hochet Moulin Rotty, une tétine phosphorescente Bébisol, une brosse à dents Béaba et un Mum Book sur le sommeil. Des cadeaux pratiques et supers sympas, à s’offrir ou, dans mon cas, à offrir, à ce tarif, je vais faire mon petit effet sans me mettre dans le rouge, j’adore!



-Le Bon Pour

Sincèrement, et encore plus si c’est un second enfant, un cadeau POUR la maman n’est jamais de trop. Mais comme on n’est qu’une copine, on ne peut pas non plus faire des folies. Un « Bon pour » une coupe chez le coiffeur avec supplément massage de crâne et babysitting inclus, ça ne va pas toucher bien au dessus que 40 euros et de la patience le temps de garder les mioches de la copine (plus les nôtres, oui, je sais, mais ça s’appelle le don de soi!). Le jour où on m’a offert un massage avec garde de N°1 inclus, j’en ai versé ma larmichette!

Un montage vidéo (pas kitsh)

Ça implique qu’on soit suffisamment proche des parents pour avoir accès à leurs photos. Certes.
Ensuite, avec notre logiciel photo, une bonne musique, des sous titres sympas et pas mal de temps, on peut faire des merveilles pour leur offrir un beau souvenir de la grossesse, la naissance et les premiers jours du nouveau bébé tout neuf sous garantie. Prévoyez la boite de mouchoir avec si vous êtes vraiment bons!

– J’ai plus d’idée là tout de suite. Tony vient de me soumettre « une journée accrobranche ». Je pense qu’il a tout à fait compris le concept du cadeau de naissance sympa, vraiment. Donc, je rajoute, le saut en chute libre aussi, au cas où ça ne vous venait pas tout de suite à l’esprit…

Voilà, ce sont donc mes idées que j’utilise régulièrement et qui font mouche. L’idée de la Mum Box vient de faire son entrée dans ma liste pour varier les plaisirs…

Et vous, votre cadeau de naissance fétiche c’est quoi?

 

 MumBox offerte par Avis de Maman

Parent cherche cerveau deséspérement

Chers parents….

Je viens en paix, mais tout de même, j’avais bien envie de vous poser une petite question. Est ce que par le plus grand des hasards, sur un malentendu malencontreux, vous seriez pas un peu concons?

Je dis « vous », mais je vais parler pour nous tous, je ne fais pas exception à la règle. J’ai beau être persuadée d’avoir les meilleurs enfants du monde, j’ai beau me dire que s’ils frôlent la perfection, c’est aussi (et surtout?) grâce à moi, je dois bien finir pas constater la vérité: le parent est couillon.

Je suis parent. Je suis couillonne. CQFD.

Si le parent avait ne serait-ce qu’une once de jugeote, jamais il ne transgresserait certaines règles de base.

Ces règles qui nous paraissent tellement évidentes qu’on ne juge pas nécessaire de les relire de temps en temps histoire de s’en imprégner. Non, nous SAVONS.

Nous croyons savoir oui, tu parles. L’enfant est traitre. L’enfant nous fait remonter des hormones de débilités jusqu’au cortex afin de mieux nous contrôler. Et c’est ainsi qu’on se retrouve comme un con quand:

– On a la migraine et que c’est ce moment précis que le greffon se rappelle ses talents pour la musique et resort avec fracas son xylophone. En fer, le xylophone. A l’ancienne. Parce qu’on aime bien les vraies objets vintages et qu’on s’est donné les moyens d’en faire un mélomane.

– On éternue dans la rue et les seuls mouchoirs propres qu’on trouve dans notre sac sont à l’effigie, au choix, de Flash McQueen, Disney Princess ou Oui-Oui.

– On hurle intérieurement contre les miettes infinies qu’ils peuvent semer partout autour de leur place à table et qu’on va passer 2 heures à ramasser mais on les colle devant 10 pots de pâtes à modeler dont ils font des micro boudins qu’ils finissent par se lancer dessus, se coller dans n’importe quel orifice et qu’on retrouvera encore des jours plus tard coller sous les semelles ou écrasés-séchés sur le tapis du salon.

– On prône l’honnêteté et on est prêt à les punir quand ils osent nous mentir effrontément… et on se retrouve bien bête devant ces histoires de Père Noël, Petite souris ou encore « c’était quoi les bruit que j’ai entendu cette nuit maman tu rigolais dans ton lit? »

– On leur essuie 20 fois les doigts après le repas et on frôle la crise cardiaque quand on voit les boulettes tapisser le pantalon propre puis, on les laisse patauger dans des la gouache pendant 2 heures juste pour avoir la paix, oubliant l’espace d’un instant qu’ils portaient pile poil les nouveaux vêtements achetés la veille.
Et repasser la serpillère, le Monsieur Propre et tous ses compagnons pour faire partir cette peinture soit disant « à l’eau » pendant qu’ils étalent des restes de peintures sèches sur les murs blancs en jouant à « Un, Deux, Trois, Soleil! »

– On leur vante les mérites de l’école, de l’apprentissage et du savoir et on ne ferme pas assez la porte quand on rigole sur l’accent rétro-vieillo de la maitresse un peu dépassée par la nouvelle génération.

-On leur dit que « mais ça va bien se passer, t »inquiète pas » les larmes aux yeux et la voix qui tremble. Crédibilité in progress.

– On se planque aux toilettes histoire d’avoir nos 5 minutes de pause syndicale mais on ne ferme pas la porte au cas où (au cas où quoi? on n’a pas encore compris). On se retrouve donc le pantalon sur les chevilles, un Scotch droit comme un piquet nous contemplant tout en chantant une chanson sur les moulins à vent et on ne s’aperçoit pas qu’il est reparti avec le rouleau de PQ. Le dernier. Évidemment.

– On leur apprend à se servir du lecteur DVD, de la tablette voire même de l’ordi. En oubliant qu’ils sont dotés de la même patience que nous. c’est à dire aucune.

– On tombe malade pile pendant les vacances et on croit encore qu’ils vont se débrouiller pendant au moins deux heures le temps de décéder dans notre lit. Lit où ils décident de rejouer les guerres indiens contre cowboys à grand renfort  de bruit de pistolets, lancés de flèches et cris stridents.

Etre parent, c’est super épanouissant… surtout pour la connerie en fait.

Joueur es tu là?


Article sponsorisé

En début de mois, on m'a proposé de tester un nouveau site d'enchères avec une vingtaine d'autres blogueurs.

Le principe de l'enchère, je connais. Mais sur E-zybuy, c'est un peu différent: c'est un système d' enchère au clic.

Attention, explications, je vous préviens, mieux vaut ne pas avoir de migraine avant de lire. Ca parait fastidieux, mais une fois qu'on a compris, c'est assez clair. Forcément, puisqu'on a compris. Vous suivez? Non parce que si déjà là vous suivez pas on ne va pas s'en sortir.

Ok, alors on attaque la partie compliquée:

Alors, déjà, on trouve des produits. Des produits neufs, des produits d'occasion peu importe. Donc, là, vous regardez ce qu'il vous plairait bien d'avoir.
Vous avez à votre disposition un nombre de clics que vous aurez préalablement acheté (d'ailleurs, le site me permets de vous proposer un avantage sur l'achat de vos clics, j'en reparle en fin d'article, c'est assez intéressant).
L'article part à 0 euros, chaque clic fait monter la valeur de l'enchère (et donc du produit) de 0,01 cents.
Pour qu'un produit soit remporté, il faut qu'il ait au moins dépassé 2% de son prix.


Ex: Si vous estimez que votre vélo vaut 50 euros, il faudra qu'il y ait eu suffisamment de clics pour atteindre 1 euros (soit 2% de 50 euros). Je sais, tout le monde n'a pas la bosse des maths comme moi, mais avec une bonne TI92Collège, vous pouvez y arriver seuls aussi, j'en suis certaine, j'ai confiance en vous.

On fait une pause? Un petit verre d'eau? Si, si, j'insiste.

Une fois que les 2% sont atteints, le produit est remporté par le dernier encherisseur.

Voilà.

Evidemment, il y a d'autres subtilités à connaitre, notamment pour les vendeurs, mais aussi pour les enchérisseurs, sauf que si je vous les détaille, d'abord, j'ai peur que vous fassiez intervenir les hommes en blanc pour m'interner et après, je soupçonne vos résistances de griller les unes après les autres. D'ABORD on comprend la base et APRES on va dans le détail.

Ce que je retire de mon experience c'est: que je n'ai rien gagné du tout.
Mais je ne suis pas ce qu'on appelle joueuse, donc, je regardais, je cliquais mais je n'ai pas osé miser. résultat, bah c'est pas moi qui ai remporté des chèques cadeaux.

En revanche, quand le site connaitra un beau succès, là, oui, je deviendrai joueuse. Il faut dire que plus il y a d'enchérisseurs, plus les 2% seront vite atteints, donc, après, les stratégies peuvent se mettre en place.

KAMOULOX!

En bref, c'est un site d'achat ludique qui est pas mal pour les vendeurs (qui, dès que les 2% sont atteints, est sûr de percevoir le prix de son article dans sa totalité). Plus le prix de l'article augmentera après ces 2%, plus le vendeur gagnera.

A noter que le produit ne peut dépasser 50% de sa valeur, dans ce cas, la vente s'arrête, le dernier enchérisseur gagne (donc, le vélo sera acheté 25 euros maximum).

Il est tout de même bon de signaler que le côté addictif du jeu doit nous obliger au préalable à jouer stratègiquement et à se poser des limites afin de dépenser les clics achetés avec modération et réflexion.

Voilà, prenez un doliprane. Ou deux. Allez, je vous laisse la boite.

Bon qui n'est pas décédé?

Bon, pour les plus courageux, j'ai une bonne nouvelle si le concept vous plait (ou si vous avez envie de lire les règles seuls tellement j'explique mal): j'ai 15 invitations à vous offrir pour une "beta privée" et vous aurez une promo (code EZYCRANEMOU) sur l'achat de vos clics: un pack offert pour un pack acheté sur www.e-zybuy.fr

Si vous êtes interessés pour en faire partie, je vous laisse me le dire en commentaire.
Les 10 premiers gagnent d'office
Les 5 autres, s'il y en a encore plus que 5 à lever la main, seront tirés au sort.

Oui, quitte à faire compliqué, je trouve ca cocasse.

Bon… Tournée d'ibuprofène pour tout le monde. un suppo et au lit!


vieux vélo pourri, qui n'en veut?
Nan je blague, ca sera chouette, viens t'amuser avec moi!!!

 

Catégorie No Lifestyle

Quand on crée son blog; on est mis dans une petite catégorie. C’est comme ca, les gens aiment bien les cases pour que tout soit bien rangé.

Un blog de maman ou de famille, souvent, on ne sait pas trop bien où le classer, alors il est mis d’office dans la catégorie Lifestyle. Bon, je ne suis pas contre, c’est plus vendeur que « blog de maman » o on est persuadé de trouver un tas de choses hautement intéressantes sur le dernier rôt de babychou….

Forcément « Lifestyle », ça fait un peu plus rêver. Soit.

Le soucis, c’est que ça ne reflète absolument pas la vérité de ce qu’est mon blog.

Je propose désormais qu’une nouvelle catégorie soit créée: la catégorie No Lifestyle.

Ouais, parce qu’un blog de maman, ça raconte surtout comment, depuis qu’on a des enfants, on a une vie sociale complètement décousue. La preuve, c’est que j’ai failli avoir un orgasme le jour où il y a eu erreur de casting et que je me suis retrouvée invitée à une dégustation de grands crus dans un des lieux les plus beaux de Paris, ce qui a beaucoup fait rire les blogueurs habitués à ce genre de soirée.

Une maman blogueuse, c’est invitée (quand c’est invitée) à des ateliers cupcake à 16h20 autour d’un bar à jus de fruit. Ça teste des couches culottes et ça reçoit des crèmes émollientes sans paraben.

Évidemment, ça nous intéresse. Aussi. Parce que quand on parle de sa vie de famille avec greffons, on parle aussi de tout ce qui s’y passe.

Mais ça prouve bien une chose aussi, notre vie sociale tourne et s’active autour de nos enfants. partout, tout le temps, ils sont là, comme des sangsues nous têtant le cerveau pour qu’oon ne vive que par eux.

Ce week end, nous devions partir à Paris, tous les quatre. Deux jours pour se balader dans le froid, faire un shooting photo, dormir chez des copains et jouer les touristes en famille.
Jeudi, je devais être déjà à Paris faire la mondaine avec d’autres copains blogueurs en buvant des coupettes et en rêvant devant de beaux paysages.

Et puis mercredi, pendant la nuit, j’ai entendu Clapiotte parler. Dans le doute, je suis allée la voir. Elle avait 38,5 de fièvre.

J’ai quand même pris mon train, rapport que Tony m’a bien dit qu’au cas où, il trouverait une solution pour la récupérer à l’école. Je n’ai pas respiré jusqu’à 16h30. Elle allait très bien. J’avais bien fait de partir, finalement.

J’ai fait ma blogueuse Lifestyle, j’ai ri, j’ai trinqué, j’ai discuté et je me suis couchée un peu tard.

A 8h12, J’avais un message de Tony, me demandant de rentrer en urgence, Clapiotte avait 40. Donc.

Normal. Pour une fois que j’avais prévu de passer un peu de temps « pour moi » dans la journée.

J’ai sauté dans le premier train et j’ai passé ma journée à  prendre la température de ma fille, sans arrêt, la faire boire, la déshabiller, l’occuper.

Et la nuit aussi. TOUTE la nuit. Après qu’elle soit montée à 41,3°c. Si seulement j’avais eu besoin de chauffer la maison à ce moment là, on aurait fait des économies.

J’ai passé le weekend habillée de la même manière, le cheveu terne et la même tâche sur le T-shirt, assortie à mes cernes de plus en plus creuses alors qu’on m’avait promis habilleuse, coiffeuse et emerveillement en famille….

Avec toute la déception que j’avais amassé (je vous passe les angoisses, j’imagine que c’est pas la peine de préciser), j’ai appelé mes amis pour les prévenir que nous annulions notre virée parisienne.

Ça tombait bien, leur fille avait 40 et ils n’arrivaient pas à faire descendre la température.

Non, vraiment, No Life(style), c’est une bonne catégorie pour un blog de maman je trouve. L’idée est à creuser, je vais proposer cette nouvelle catégorie pour els organisateurs des GBA, ça tombe bien, beaucoup de gens ne sont pas contents de cette catégorie qui regroupe trop de blogs hétéroclites.