Un mercredi après midi parmis tant d’autres….

Hier, nous nous sommes réveillés de bonne heure. Rapport que Clapiotte avait décidé que 7h10 était une heure adaptée pour venir dans notre chambre et hululer à nos oreilles que « je veux du laiiiit donnez moi mon laiiiit mamannnn réveille toiiiii, papaaaa, réveille toiiiii« 

Elle est loin, l’idée que je me faisais de l’ami Ricorée.

Quand N°1 s’est réveillé à son tour, il s’est fait accueillir par sa sœur par un sympathique « non non N°1, il est 8h et quart tu vas te recoucher » (oui, donc, elle retient ce qu’on lui dit, elle sait ce que ca veut dire mais elle juge que c’est non applicable à son cas particulier).

Et N°1 m’a lâché un « bof, mouais, tennis, pas envie, froid, bouger, semaine prochaine ».

Je crois que la reprise est dure pour tout le monde niveau remise en route du rythme.

Je vais pas mentir, ne pas aller au tennis, surtout en hiver, ça m’arrange plutôt. Mais j’ai fait genre j’insiste un peu pour dire que quand même ça serait mieux.
Donc nous sommes restés à la maison le matin.

Ça tombait plutôt pas mal puisqu’à 14h nous avions rendez-vous avec Mickey pour son spectacle « Disney sur glace: Le Voyage Imaginaire« . Ça m’a évité de courir toute la journée dirons nous.

Avant de partir, j’aurai dû me douter que la journée allait être encore longue puisque Clapiotte me tend son dessin:


Perso, je vois clairement un tyran célèbre qui vient de déboiter un gars qui n’avait pas l’air de s’y attendre.
Mais on m’a dit d’aller me faire psychanalyser moi-même.

Pendant que j’égorge des poulets pour exorciser ma fille qui dessine des atrocités, je lui propose d’aller aux toilettes.
Parce que tout le monde le sait qu’il faut vider sa vessie avant de quitter sa maison. C’est une tradition qu’on nous enseigne dès le plus jeune âge d’ailleurs.

Encore un truc pour lequel Clapiotte juge ne pas être concernée.

Le spectacle est super sympa. ça faisait une éternité que je n’avais pas vu un spectacle sur glace et c’est vrai que c’est vraiment une chouette idée.
Bon, Nala s’est un peu gaufrée, ce qui n’a pas manqué de faire rire N°1 ce petit sadique, mais vraiment, j’ai été bluffée.

Je sais, on parle de Disney, mais les mises en scènes sont super chouettes et la magie est bien au rendez vous.

Clapiotte a carrément accroché, même pour 2 heures de spectacle (avec entracte) et N°1 n’était pas en reste puisque ce n’est pas truffé de princesse, donc, parfait.

Comme d’habitude, il y a tout Disney qui s’invite autour de la salle, avec des tas de stands vendant popcorn, barbe à papa et jeux à l’effigie des héros. Je suis rodée maintenant et les enfants sont briefés avant d’arriver: UN seul truc, qu’ils choisissent tous les deux. Ça a été Popcorn dans un énorme seau.

Au bout d’une heure, entracte. A ce moment là, nous avons déjà vu Mickey et ses potes habituels mais aussi Le Roi Lion, Lilo et Stitch et La Petite Sirène.
« C’est écradinaire » me dira Clapiotte. « Merveilleux » même. Je ne me ferais jamais aux étoiles dans les yeux de mes enfants. Je demande si quelqu’un veut aller aux toilettes. Une fois, deux fois, trois fois. Adjugé, on ne bouge pas.
Le spectacle reprend, un beau tableau sur Peter Pan et salutations générales. Rideau.
Les enfants sont aux anges. C’est « écradinaire » me relance Clapiotte les yeux brillants puis elle rajoute « Maman on peut retourner voir le château de Mickey s’il te plait s’il te plait s’il te plait s’il te plaiiiiiit« . (traduction: On peur retourner à Disneyland)
J’ai fini par dire oui. Le soucis avec un enfant de 3 ans c’est qu’il n’a pas la notion du temps ( ou alors il fait semblant de ne pas l’avoir), alors quand j’ai dit « oui MAIS ça sera dans longtemps« , à peine le manteau sur le dos, elle m’a répondu « OUaiiiis, on va au Château de Mickeyyyyy !!!« .

 

Je tente de faire diversion au moment de quitter la salle de spectacle: « Clapiotte, tu veux faire pipi?« . « NOn« .
Bon. ceci dit, elle a arrêté de crier « on va au château de Mickey« , c’est toujours ça.

Arrivés tous les trois au métro, je prends les ticket quand j’entends ma Clapiotte:

« Mamannnn pipiiiiiiii »
« Ecoute Clapiotte, j’attends les tickets là, la machine me les donne et on remonte faire pipi »
« Mamannnn Pipiiiiiii maintenannnnt »
« Oh ecoute je t’ai demandé mille fois, tu attends juste 2 minu….. »
« OUINNNNNNNN »

Là, Metro Debourg, toutes les familles revenant du spectacle derrière nous, Clapiotte marchait jambes écartées, les chaussures laissant entendre un léger « shlpock » à chaque pas, les gémissements de Clapiotte ne les cachant que légèrement, sa mère (oui moi) tête baissée, résignée à devoir calmer sa fille plutôt que d’en remettre une couche, et cette odeur de pipi qui nous a suivi quinze longues minutes avant d’atteindre le palier de la maison.

« Rêve ta vie en couleurs,

C’est le secret du bonheuuuuuuuur ! »

disney sur glace(Tournée Disney sur glace, plus d’infos sur le site)

 

Mode enfant: les soldes où je leur fais plaisir?

Premier jour de soldes oblige, c’est le moment d’inaugurer une petite rubrique mode sur ce blog. J’ai souvent parlé déco, mais finalement, le mercredi, on va alterner avec la mode enfant, parce que j’aime trop ça pour ne pas en parler, surtout maintenant que les enfants sont plus grands et sans couche, c’est quand même plus facile pour faire des ensembles sympas.

J’ai jeté mon dévolu sur quelques dernières pièces d’hiver pour N°1 et quelques robes pour Clapiotte:

mode enfant garcon
Pantalon et T-Shirt Okaidi
Veste en velours Mini Boden

mode robe fille enfant

Robe coton étoile La Redoute
Robe rayée Mini Boden
Robe sweat étoiles Bobo Chose

Voilà, j’ai déjà commandé pour N°1, il faut encore que je trouve le manteau de Clapiotte pour l’année prochaine : j’achète toujours les grosses pièces d’une année sur l’autre, suffit de prendre la taille au dessus en même temps, c’est facile jusqu’à 8 ans parce que les tailles évoluent une par une… là, j’ose moins pour N°1 pour qui, en suivant ma logique, je prendrai du…. 12 ans… hum… alors qu’il n’en aura que 8 et qu’il n’est pas très grand, j’ai des doutes!

Vous vous êtes fait plaisir vous ou vous allez acheté des trucs pour les enfants? ENCORE! Comme moi quoi (quoi que j’ai commandé mon nouveau manteau aussi, youhou, exceptionnel!)

Pediophobe s’abstenir: comment j’ai forcé ma fille à aimer une poupée.

Bien avant Noël, j’avais repéré une poupée pour Clapiotte.

Cette poupée me faisait de l’oeil, avec sa moue boudeuse, ses cheveux brillants et ses grands yeux qui en disaient long sur sa capacité à faire des conneries.

Je ne suis pas spécialement fana de poupées en général, je trouve même que certains collectionneurs font vraiment flipper et je ne parlerai pas de ce que m’inspire la mode des poupées reborn parce que j’ai décidé d’être polie.
Mais là, je dois bien dire que Disney a trouvé la faille: une poupée de princesse qui ressemble à la fois à un enfant, une princesse et un dessin animé. Il ne m’en fallait pas beaucoup pour craquer. Et puis les dessins sur les boites ont fini de me convaincre qu’elles étaient indispensables au bon déroulement de la vie de Clapiotte:

animators disney princesses

Alors, j’ai emmené Clapiotte bien 10 fois chez Disney Store. On faisait le tour et systématiquement, je lui présentais les poupées Animator’s.

« J’aime pas » qu’elle me disait. Cette enfant n’a aucun goût, c’est du grand n’importe quoi, j’aurai pu la vendre pour moins que ça.

Et puis trop tard. Un jour, j’ai craqué, j’ai commandé Rebelle et Raiponce, comme ça, sur un coup de tête. Nananère, j’allais Clapiotte allait les avoir ces poupées.

Certes, en prenant Rebelle, juste parce que l’air mutin me plaisait, je n’avais pas du tout réfléchi au fait que Clapiotte ne la connaissait pas. Genre pas du tout. Les livres de coloriages représentent toujours les princesses « classiques », on n’a que Raiponce sur l’iPad mais pas de Rebelle. En fait, à part la pub à la télé pour le lancement du DVD, elle ne sait absolument pas qui est cette petite fille dans cette belle boite.

En même temps, au point où j’en étais, ce n’est pas ce genre de détail qui allait m’arrêter. J’ai donc emballé amoureusement Rebelle dans un beau paquet rose (LE piège à Clapiotte) et j’ai calé ça sous le sapin ni vu ni connu (j’ai gardé Raiponce pour plus tard, ça faisait beaucoup de poupée sinon, j’aurai pu devenir un peu freaky sur les bords).

Le matin de Noël, j’ai réalisé que quand même, j’étais un peu vache. Mais bon, trop tard.

 Devant le sapin caché derrière une montagne de paquets, les enfants déchirent avec passion les papiers cadeaux. Quand arrive le tour de LA poupée. Je regarde Clapiotte tentée de déchiqueter morceaux par morceaux.

« Oooohhh, elle est beeeeelllleeee ma poupééééée »

YEAH! c’est gagné! Elle l’aime, je l’aime tout va bien dans le meilleur des mondes.

« et tu sais comment elle s’appelle cette poupée Clapiotte? »

« Bah oui. C’est Dévédé! » (« Dévédé de la télé », oui, avec un nom à particule, on est une Princesse ou on ne l’est pas!)

poupée Noel disney

Aujourd’hui, Dévédé doit enlever ses souliers tous les soirs avant de dormir aux côtés de Clapiotte, elle coule des jours heureux et elle a fini par accepter d’être rebaptisée, tout comme sa copine Raiponce qui se prénomme aujourd’hui « poupée qui brille aux grands cheveux jaunes » (c’est un peu long, on va attendre pour les cartes d’identités.)
J’ai hâte de savoir comment elle voudra appeler ses propres enfants….

Encore un coup de la Mafia du joystick.

Dans un passé lointain, j’ai joué aux jeux vidéos. Des jeux qui demandaient un minimum de concentration pour comprendre quel en était le but et sur lesquels il fallait passer un certain temps pour le finir.

Je penchais mon corps pour tourner sur la droite, j’appuyais fort sur la manette en imaginant que j’allais avoir plus de puissance et lancais la manette dans les coussins du canapé quand je perdais.

Je sentais bien que nerveusement, c’était pas mon truc, mais je suis joueuse et franchement, les consoles de salon, c’est quand même super.

Et puis un jour, j’ai cassé la manette. Par terre. J’y ai mis de l’entrain pour péter le tout mais j’en suis venu à bout. En même temps, c’était une époque où on n’avait pas des vies éternelles dans les jeux, alors bon, c’était rageant de voir le « Game Over » s’afficher comme ça, devant mes yeux, après tout ce temps passé à jouer.

J’ai arrêter les jeux vidéos dans la foulée, me disant que ça finirait par me couter cher.

Et puis on a eu N°1 avec Tony. Ce qui a remis l’idée d’avoir une console à la maison sur le tapis. Je suis bien loin d’être contre mais j’ai bien dit que je n’y jouerai pas. JAMAIS.

Depuis, les jeux vidéos ont envahit notre maison: de salon, portable ou même « spécial enfant », avec leur lot de jeux plus ou moins éducatifs. Par chance, mes enfants supportent beaucoup mieux que moi le stress du jeu vidéo (oui, ça me stresse, ne rigolez pas!), du coup, ils jouent tous dans la joie et la bonne humeur, même si ils tirent la tronche parce que du coup, je ne sais pas du tout m’en servir et que j’ai l’air de sortir du XXème siècle et que donc, je ne sais même pas sur quel canal il faut brancher le bazar.

Je ne sais pas d’où vient mon comportement quand je suis face à une manette mais je vous jure que ça fait peur à voir, peut être que mes ancêtres Siciliens ont eu des soucis avec la mafia des joysticks, je sais pas, il doit forcément y avoir une explication.

joystick

It’s not personal Son(n)y…..

Et puis…. avant Noël, j’ai appris que le jeu « Book of Spells » sortait sur Playstation 3. Pas de bol, ce n’est pas notre console. Ce « Wonderbook » nous fait rentrer dans l’univers d’Harry Potter où il nous faudra apprendre des sorts et résoudre des énigmes grâce à un livre interactif… un jeu de réalité augmentée que j’aurai adoré offrir à N°1, fan d’Harry Potter… sauf que ça impliquait de racheter une console pour la peine.
Ceci dit, j’imagine qu’étant moi aussi fan, ça serait peut être le seul moyen de me faire redécouvrir les jeux vidéos (et comme c’est destiné au 6-12 ans, j’imagine que ça ira)(priez pour l’écran plat).

Si jamais ça vous dit, mais je ne vais pas insister avec cette histoire, si j’obtiens un maximum de commentaires à la suite de cet article, j’aurai une chance de gagner de jeu (et la PS3). je tente le coup, au cas où, sur un malentendu, parce que je suis curieuse de découvrir ce jeu mais aussi parce que de moi même, malgré ma gentillesse légendaire, je ne risque pas d’acheter une console juste après NOël. Même si l’envie me pique. Je vous laisse donc y aller de bon coeur et pourquoi pas partager avec vos meilleurs amis via chouettes hurlantes et messages codés.

Ce « petit » concours est organisé pour promouvoir un autre concours (oui, ça  l’air compliqué mais en fait non, vous allez voir).
Si les jeux vidéos sont une réelle passion pour vous, votre conjoint ou vos enfants, sachez que Playstation France organise sur sa page facebook le grand concours « Open day » avec à la clé, un séjour à Londres en famille pour découvrir l’envers du décor des jeux vidéos ainsi que de nombreux lots Sony. J’y enverrai bien N°1 et Tony moi… j’en profiterai pour faire les boutiques et on irait dans la foulée visiter le musée Harry Potter (oui, je sais, je fais une fixation, mais faut dire que je baigne dedans depuis 15 jours, il est temps que l’école reprenne du service avant que je me balade en cape noire en récitant des incantations).

Bon, et sinon, je suis la seule à tourner avec les manettes ou tout le monde fait ça?

open day sony playstation 3

Je soupçonne la petite en jaune d’avoir le même caractère que moi tiens…..

Comment ne peut-on être qu’une mère?

A Noël, Tony m’a offert des habits. Un pull et un TShirt. Des articles assez basiques mais finalement, comment aurait-il pu choisir autre chose alors que j’ai un jeans-TShirt noir-pull gris tous les jours de l’année?

Comme il me voit encore avec un corps de pré-pubère (ou alors il voulait m’alerter mais je préfère ne pas croire qu’il est à ce point sadique), les deux étaient trop petits et me voilà en route vers la boutique, le lendemain de Noël, avec les 3 milliards de gens dans mon cas.

Et là, ça a été le drame. C’était une belle boutique, avec des marques qu’on ne voit souvent que dans les magazines, des grandes tables avec des pulls, des TShirts pliés au carré, des pantalons super colorés, des blouses magnifiques et des lainages tellement doux que j’ai eu du mal à ne pas faire le chat dedans.
Mais voilà.
J’ai été enceinte une fois, j’ai réussi à m’en remettre physiquement et à ré-apprendre à prendre soin de moi grâce à mon retour au travail, j’étais à la pointe de la mode puisque ça faisait parti de mon métier.
Et puis j’ai été enceinte une deuxième fois. Et je n’ai jamais repris le travail en entreprise. Je ne suis plus salariée depuis 4 ans mais je suis doublement maman. Je travaille de chez moi, en pantoufles et sans maquillage. J’ai du mal à perdre ces fichus kilos qui s’accrochent comme collés à la superglue… il est bien difficile de ne pas ouvrir le placard à gouter quand on est seule à travailler chez soi.

Et puis mon placard vomi d’un tas de fringues. Sur l’étagère du bas, des habits dans lesquels je ne rentre plus mais je garde espoir depuis si longtemps qu’il serait trop bête de renoncer. Alors qu’avec je pense que je pourrai habiller une classe de 3ème mais bon, sait-on jamais, peut être que les hanches élargies, ça part avec la peau d’orange et le gras? (on me fait de grands signes au loin mais je vais plutôt ignorer)
Celle du milieu regorge de TShirts. Noirs et gris pour la majeure partie. Et au dessus, des pulls. Noir et gris pour altérener avec les TShirt.
Des chaussettes noires, des culottes noires, des soutifs aussi affriolants que des poêles en fonte…
En fait, mon placard ressemble à celui d’un daltonien borgne, un peu.

zezette le_pere_noel_est_une_ordure_7

Depuis 4 ans, j’ouvre mon placard sans me poser la question de ce qui ira avec mon jeans, je pioche, tout est pareil, je prends zéro risque, rapide, efficace.

Mon miroir de salle de bain m’hurle d’aller chez le coiffeur et plus souvent chez l’esthéticienne, j’ai plus de jogging et de robe de chambre que Brahim Asloum, j’ai la barbe de Chabal qui me pousse sur les mollets, j’ai le look du néant et la conversation d’une huitre qui ne saurait que tailler des bavettes avec ses potes huitres elles aussi mamans.

Devenir mère, faire en sorte de bien faire pour ses enfants et puis… s’oublier, un peu, au début parce qu’il faut bien se mettre de côté. Et puis presque complètement.

Et se retrouver dans ce magasin, face à ce miroir qui me renvoyait l’image d’une femme qui n’existait plus, trop large, trop mal fagotée, trop inexistante.

J’ai mis plus d’une heure pour trouver un pull tout simple (mais bleu, y’a du progrès) et j’ai même failli verser ma larme en cabine en me rendant compte de ce désastre. comment n’ai je pu n’être qu’une mère tout ce temps?

Parce que c’est de saison, je vais prendre quelques résolutions.

Perdre ces kilos qui m’empêche d’être moi, me rhabiller ensuite « pour de vrai » et jeter le contenu de ce placard qui m’efface et prendre soin de moi, pour moi, souvent.

J’ai déjà pris rendez vous chez le coiffeur, je compte bien changer mon manteau qui me donne l’allure d’un lamantin contre un bien plus classe (mais chaud).

Je compte éplucher les sites dont les looks me plaisent et me correspondent pour me faire des ensemble et des silhouettes mieux penser pour moi comme sur Esprit Femme où ils proposent des styles « complets », ce qui évite le fashion faux pas… parce que c’est pas tout de se rhabiller, mais faut pas non plus faire n’importe quoi, surtout que là, tout de suite, je n’ai plus aucune base… tout à réapprendre.

Bref, je vais passer de Zezette à Beyonce en un an. On y croit à fond!

Et puis après cette introspection de début d’année, j’ai vu cette vidéo. Et puis je me suis dit qu’on était bien toutes pareilles.

Lien sponsorisé.

NEXT

Nous ne sommes pas décédés dans d’atroces souffrances le 21 décembre et nous avons même pu fêter Noël comme il se doit, alors en ce premier jour de la nouvelle année, je vais commencer par vous souhaitez un grand tas de belles choses, beaucoup de sourires, des milliers de rires, des regards qui veulent dire, des bonnes nouvelles et toujours quelques rêves, de nouveaux projets et des fins de galère.

Cette année pour moi, ça a été la première rentrée de Clapiotte, la galère de la propreté, un grand voyage à Dubaï, des petits bonheurs , de grands fous rire, le lancement de nouveaux projets, l’envie d’en rire, la découverte d’une allergie, la création du Moldave.

Et puis aussi un tendre flash back, une pub qui restera un chef d’œuvre incompris, des coups de gueule qui faisaient du bien, des surprises géniales….

C’était aussi une rencontre que j’attendais depuis longtemps et qui m’a permis de rencontrer une famille que j’ai aimé d’amour tout de suite, la naissance d’un « arnacoeur » et d’une nano mais surtout celle du neveu le plus choupi du monde et de plein d’autres bébés venus me titiller mes hormones endormies.

Et puis ça a été une belle rencontre qui devrait aboutir sur un magnifique projet.

Je me suis délestée de fardeaux et de personnes toxiques et mal intentionnées et j’ai tenté d’aimer comme il se doit ceux qui rendait ma vie plus belle.

J’espère que j’ai réussi à vous faire rire, parce qu’au final, c’est bien là mon but lorsque (presque) chaque jour je me pose devant mon clavier pour raconter cette vie de mère qui nous désespère souvent mais qui nous fait rester de grands enfants aussi. J’ai aimé vous lire aussi, j’ai adoré apprendre vos grossesses (maboules!!!) et l’arrivée de vos nouveaux bébés.

Cette année a été chouette, vraiment, et celle qui s’annonce ne devrait à priori pas être trop mal non plus. J’espere que vous serez toujours là.

Parce que moi, oui.

MERCI

Et que cette année débute comme elle a fini ici: dans la joie et la bonne humeur, avec humour et recul, avec respect et cotillons!

sourires

l’article mère parfaite qui se la pète grave, c’est celui-ci: j’ai créé un grimoire d’Harry Potter

J’ai failli finir l’année sans ma médaille de la mère parfaite, mais c’était sans compter sur les vacances de Noël qui m’ont permis de prendre un peu de temps avec mes enfants « pour de vrai ».

Il y a quelques années, j’ai adoré découvrir les histoires d’Harry Potter lorsque les livres sortaient en version originale, je courrais en librairie pour dévorer mon exemplaire. Même à mon âge, j’avais été envoutée par les aventures des jeunes sorciers de Hogwards.

J’ai aimé les films aussi, beaucoup. Et puis j’ai eu ce coffret de 8 DVD. La totale. Sauf qu’il faut bien avouer que la passion était un peu retombée entre temps. J’ai hésité un moment mais comme N°1, 7 ans presque et demi, me demandait si il pouvait regarder les films avec insistance, nous nous sommes fait l’intégrale ensemble à raison de 2 films par semaine.

N°1 était conquis, il a commencé à dessiner des Harry Potter de partout, à se faire des capes avec des draps, les baguettes en bois du japonais devenaient des baguettes de sureau… bref, il était à son tour conquis par le monde de Harry.

Ça tombait pas trop mal, cette subite passion, puisque Noël arrivait et qu’offrir encore une fois des toupies allait me faire perdre foi en l’humanité.

J’ai donc cherché de quoi assouvir les envies de mon apprenti sorcier. Une baguette de Dumbledore, un coffre, une cape, un retourneur de temps, un vif d’or…

Vous auriez vu sa tête le matin de Noël en découvrant le coffre rempli de tous ces trésors… j’ai presque regretté que ce ne soit pas son seul cadeau tellement le reste n’existait pas à ses yeux.

Depuis le 25, donc, il se balade partout en cape, la baguette à la main et il jette des sorts à Clapiotte qui me regarde d’un air de dire que son frère a un petit problème mental.

Et hier, avant de passer à table, N°1 vient me voir avec une liste des sorts qu’on lui avait imprimé il y a un petit moment:

« Maman, j’aimerai bien avoir un livre de tous les sorts d’Harry Potter, comme dans le film »

Je ne sais pas ce qu’il s’est passé. Tout à coup, j’ai décidé que j’allais lui faire, ce livre des sorts.

harry potter book of spells livre des sorts

Je vais tenté de vous faire un genre de tuto mais d’abord, vous comprendrez que je ne suis pas spécialiste de ce genre de choses, donc vous excuserez mon style un peu bizarre et mes explications… douteuses parfois… Dans tous les cas, j’espère que ca vous donnera envie car N°1 me l’a dit « je suis la meilleure des mamans » et ça m’a pris que 2 heures en tout hahaha!!!

(ca s’appelle du mega rendement)

– Pour commencer, j’ai cherché les fameux sorts sur internet. J’ai trouvé une liste qui me paraissait pas mal sur wikipedia (qui l’eût cru) et je l’ai copié collé dans Word. J’ai fait une belle page de garde en mentionnant dessus que ce livre appartenait à N°1, élève de Poudlard dans la maison Gryffondor, ce qui m’a valu un joli cri de joie de sa part.

Ensuite, on est passé à table. Et je me suis dit que j’étais bien mignonne, mais que mon bouquin, là, il ressemblait juste à des feuilles A4 imprimées.

Après le café, une idée de génie:

– Je vais vieillir les feuilles de papier. J’ai récupéré le café des dosettes utilisées et j’ai dilué avec un peu d’eau. J’ai pris un morceau de Sopalin que j’ai plié vite fait et imbibé de ma mixture. Et j’ai tenté le coup. J’ai pris la première feuille et au pire, tant pis.

Petit à petit, j’ai trouvé la quantité correcte pour frotter tout le recto de la feuille sans la détremper, j’ai plutôt décrit des cercles sinon les traces de Sopalin se voyaient. Et j’ai procédé de la même façon pour le verso. Surtout pas trop humide sinon, les feuilles n’auraient pas résisté (je vous rappelle que j’utilisais des feuilles basiques de mon imprimante).

– Une fois que toutes les feuilles étaient sèches, j’ai épousseté les restes de cafés avec un torchon et je me suis mise sur le balcon pour brûler les bords des feuilles 3 par 3 (j’ai d’abord fait ca dans ma cuisine mais ça sent vraiment pas bon… hum…). Dès que le feu prenait je l’arrêtais, il s’agit là que de faire « genre » et je n’avais pas bien envie de refaire la manip du café si je brulais une feuille entière sans le faire exprès.

harry potter book of spells livre des sorts DIY

Une fois tout ça fait, je note tout de même que ça avait déjà plus de gueule. Mais voilà, comme je suis pas bien maligne, j’ai imprimé sur feuilles A4 en entier et non de façon à ce qu’il y ait deux pages par feuille (et ainsi, n’avoir plus qu’à plier pour créer un livre). Il me fallait donc relier tout ça, mais pas avec des agrafes, j’avais pas fait tout ça pour tout gâcher quand même (et j’avais N°1 qui surveillait aussi).

– J’avais vaguement entendu parler de la reliure en accordéon, alors je suis partie à la recherche de feuilles de Canson. Je l’ai plié en accordéon comme quand on était petit pour faire des éventails, en écrasant bien les plis à chaque fois. Une feuille A4 sert pour 6 pages du livre environ (les plis de l’accordéon font environ 1-1,5cm).
Le but ici est d’insérer 1 page de livre dans chaque pliure d’accordéon. J’ai donc passé à la colle la première pliure (colle UHU, j’ai rien d’autre), j’y ai posé la première page et j’ai appuyé bien fort recto et verso. Et je suis passée à le seconde pliure etc etc jusqu’à coller la 6ème page avec la dernière pliure. J’ai recommencé avec une seconde feuille Canson puisque j’avais en tout 12 pages. (une fois qu’on est devant, ca parait couler de source, bien plus que de l’expliquer à l’écrit)

harry potter book of spells DIY livre des sorts

Pour finir, j’ai collé les pliures entre elles et j’ai appuyé comme une tarée dessus. J’ai attendu que ça sèche parce qu’évidemment, j’avais foutu de la colle de partout et…..

harry potter book of spells grimoire

EFFET GARANTI
Temps: 2h environ (temps de séchage inclus)
Matériel: feuilles A4 d’imprimante, Tube de colle, briquet, marc de café, Sopalin, 2 feuilles de Canson pour 12 pages
Coût: pas grand chose

Voilà, mon quota Wonder Maman 2012 est rempli.
En 2013, je fais la roue.

les dernières couches de Clapiotte seront des couches Lidl Drylock

Alors que revoilà la sous-préfète, Clapiotte a toujours un problème avec les couches.

Oui. A 3 ans. Et pour être tout à fait honnête, j’ai vraiment arrêté de me prendre la tête à ce sujet, tant pis pour elle si déposer un étron dans une couche est plus confortable. je ne comprends pas son problème, mais après tout, si je dois choisir entre ça et une occlusion intestinale, je choisis ça. Oui, parce que Madâme se retient. Tant qu’elle n’a pas de couche. Je préfère ne pas savoir combien de temps elle arrive à jouer à ce jeu là.. mais je sais qu’elle tient facilement 4-5 jours, et vu son caractère, je suppose qu’elle peut faire encore mieux.

Autant de temps à attendre, ça fini forcément mal. Et je peux vous assurer que je ne souhaite en aucun cas être présente quand Clapiotte accouchera de son premier enfant, j’aurai suffisamment supporter pour les étrons en lui apprenant la respiration abdominale et les massages des reins afin de se détendre. Je passerai mon tour pour cette fois là.

Passé cette histoire de ne pas vouloir se soulager complètement dans les toilettes, je lui laisse encore une couche la nuit. C’est sur le point de se finir cette histoire d’ailleurs. Mais en éternelle feignasse que je suis, je préfère être certaine que plus aucun accident n’est possible avant de brûler ce qu’il me reste de couches (en espérant que les caca et les nuits se fassent en même temps, parce que OUI, quand même, j’en ai un peu ma claque de  tout ça!).

Donc, lorsqu’on m’a proposé un test de couches, après m’être dit que « quand même, ça faisait bizarre », je me suis dit que c’était surtout un signe: un genre de der des der, LE test ultime. Et après tout, une marque qui prend le risque de faire tester ses couches par un enfants de 3 ans, c’est forcément qu’elle croit en ses qualités ultra-absorbantes, parce que voyez vous, le pipi d’un trois ans en pleine nuit est bien loin de ressembler à une gouttelette de rosée fraîche.

Cette marque, c’est Lidl. Oui oui, le magasin discount, tout à fait. Je vais vous avouer que je n’ai acheté que très peu de « marques » de couches à mes enfants. Les 2 premiers mois tout au plus, puis, nous avons acheté les marques des hypermarchés directement, voir même les discount. Nous avons eu très peu de surprise, en 2012, les couches, même les moins chères, font admirablement bien le travail qu’on leur demande.

Les Lidl, je n’avais jamais testé, parce que je n’ai pas de Lidl près de chez moi surtout, en fait. Mais on m’avais plusieurs fois dit qu’elles étaient très très bien pour un prix vraiment interessant (je vous rappelle qu’on parle d’un truc qui va réceptionner du pipi et du caca, donc, y mettre 120 euros par mois est quand même assez rageant).

drylock lidl

J’ai donc reçu mon paquet de couches Drylock de Lidl, des couches tellement minces (entre 2,5 et 3mm) et que j’ai eu du mal à croire qu’elles allaient absorber quelque chose de plus que du vent. Et bien non, elles ont supporté les nuits et… les jours d’étron. Maintenant que Clapiotte est grande, l’épaisseur de cette couche est un vrai atout, moins encombrante, elle est plus « libre » de ses mouvements et j’ose imaginer que c’est tout de même plus confortable pour la nuit. Les couches sont souples et n’ont pas cet effet plastique de certains premiers prix, bref, je n’ai vu que du positif, y compris pour le prix de 6,39 euros les 31 couches soit 20 cents la couche contre souvent plus de 50 cents pour une grande marque… pour une qualité équivalente d’après moi.

drylock_lidl diaper

Clapiotte ayant la peau ULTRA sensible, je n’ai relevé aucun soucis de ce côté là donc, vraiment, je regretterai presque d’en être à la fin des couches sur ce coup là… Non je déconne, mais j’aurai quand même aimé les connaitre avant, vraiment, quitte à faire 10 minutes de plus pour aller jusqu’au Lidl. Voilà, donc, maintenant, j’ai décidé qu’on allait finir le paquet et que c’en était fini des couches.

Résolutions 2013, nous voilàààà!

 

 

Trêve de Noël (et photos compromettantes)

J’aurai pu tenter un sujet polémique pour bien buzzer avant Noël, un truc à base de croyance au Père Noël qui donnerait le sein à un enfant de 6 ans en fumant des clopes.

Mais comme là tout de suite, je suis toute immergée dans l’esprit de Noël et que j’ai rempli tout mon corps de raclette et d’amour ce week end, je vais la faire soft:

 

Je vous souhaite de passer de merveilleuses fêtes, un super réveillon, un Noël magique, en famille ou non, je vous souhaite de gouter ces petits bonheurs, d’avoir encore des étoiles dans les yeux, d’arriver à faire semblant que ce cadeau de belle maman vous plait et de voir vos enfants se baffrer de chocolat sans penser à la crise de foie qui s’en suivra.

De grosses bises à ceux qui fêteront ça d’une autre manière, et à ceux qui ne le fêtent tout simplement pas.

Je fais une petite pause en famille, je coupe un chouilla pour mieux vous retrouver dans quelques jours (quand j’aurai digéré quoi).

Mais je ne vous laisse pas sans un petit cadeau de Noël: une énième occasion de me prendre pour une tarée et de vous moquer: la vidéo et les photos du « Crunchball » de vendredi dernier.

JOYEUX NOËL!

J’vous kiffe (fallait que je le dise)
(sauf toi, là bas, mais on n’est jamais à l’abri d’une bonne résolution de ma part)

OhMyToast

©B-Rob
Featuring Cyl, Coline, Electroménagère et une débile mal fagotée (arf)
Photos toastés par OhMyToast
Événement dingo organisé par Lyon CityCrunch

Vous pouvez vous questionnez sur notre santé mentale. Toutafé.

PS: On a fait les malignes et on s’est pris une belle défaite dès le 1er tour… bien que Coline n’aurait jamais dû être éliminée sur cette action. On se vengera!

A TRES VITE !

1 Km à pieds, ça use les souliers … quoi que pas tous.

En grande fana de chaussures et ayant été éduquée dans l’adoration du bon et beau soulier, j’ai toujours chaussé mes enfants de façon…. très précise.

D’abord, il fallait que ce soit confortable, puis pratique et enfin beau, bien que ces trois critères soient indispensables en fait, il n’y a pas d’ordre particulier quand j’y pense.

Sauf que les chaussures dignes de ce nom, les belles godasses qui donnent le look sans défoncer les pieds, bah ça coute un bras.

Comme je ne suis pas encore richissime, j’ai fait le choix d’offrir à mes enfants une paire de belles chaussures chaque hiver.

Bon, en vrai, c’est plutôt ma grand mère qui fait ça, parce que même deux paires par an, c’est pas facile. Mais comme un petit rituel, tout le monde se cotise maintenant pour offrir aux enfants leur paire de chaussure d’hiver. Elles sont chères. Mais elles tiennent la route et traversent l’hiver presque sans encombre, en tout cas, sans ampoule.

Cette année, j’ai connu la marque Rondinella et je suis tombée amoureuse.

Cette marque italienne n’a pas encore de boutique en ligne (mais j’ai bon espoir) mais on peut en trouver chez les bons chausseurs (ca se dit ça?) et sur divers sites de e-commerce spécialisés, alors je vous ai fait les plus belles photos que j’ai pu pour vous montrer un peu les bijoux.

Rondinella1

Rondinella 2rondinella3

rondinella4

 

Le cuir est souple et de super qualité, les semelles aussi, pas besoin de faire les lacets grâce au zip sur le côté (même pour N°1) + le bouton pression pour retenir tout ca. Super pratique donc (non, N°1 sait faire les lacets mais ça ne tient jamais donc cette solution est royale, sans avoir à passer par des scratchs moches)
Après 1 mois d’utilisation, le zip est toujours là et en général, c’est ce qui pète en premier chez nous!
Et evidemment, elles sont ca-nons. le petit côté vintage de celles de N°1 et le look des bottes de Clapiotte, succès garanti auprès des connaisseurs!

Pour une telle qualité, le prix s’en ressent. Je dois bien avouer que je n’aurai pas craqué pour les deux paires en même temps à cause de ça mais très sincèrement, je pense que c’est un peu comme tester des escarpins de luxe type Louboutin finalement… (et j’imagine que ceux qui récupéreront ces chaussures seront ravis d’ailleurs… frèrot, si tu me lis…)

Du coup, comme c’est un magnifique cadeau de la part de Rondinella, ma grand-mère s’occupera des chaussures d’été cette année. Et je vous laisse deviner où je vais chercher…..(vivement les soldes!)

Voilà, chez nous, on privilégie la bonne chaussure. Et chez vous, vous y mettez le prix ou vous préférez le mettre ailleurs?