Que pensez de la réforme des rythmes scolaires?

Il y a quelques temps, je disais que j’étais pour, « très » pour même. La faute à mon utopisme, surement, j’ai toujours jugé cette réforme nécessaire, et je pense que l’idée de base est excellente.

Seulement, je me rends compte aujourd’hui que les choses promises ne sont pas forcément dues, qu’on ne sait pas tout, que ce que j’espérais n’est pas toujours réalisable. Alors, je reviens un peu sur ce que je disais en octobre, je suis toujours pour, mais je suis surtout pour que ce soit fait de manière juste, correct, pour tous les enfants. Que ce soit une vraie évolution et non pas une solution bancale qui se substitue à une autre.

Dans l’article ci après, vous trouverez la tribune que nous avons décidé de relayer ce jour, en tant que parents blogueurs ou non. Je suis d’accord sur presque tous les points de cette tribune et je tenais à m’associer à ces parents pour prouver aussi que même si nous n’étions pas tous d’accord, on pouvait quand même avoir une démarche solidaire pour que tout se passe dans l’intérêt de l’enfant.

Vous pouvez relayer cette tribune, la reprendre sur votre blog, la twitter, la relayer via facebook… Nous faire entendre me parait important.

Et je vous invite aussi à consulter la réforme en entier ici.

 

 

PARENTS, PENSONS LA RÉFORME DES RYTHMES SCOLAIRES ENSEMBLE.

parents-ensembles-DEF-300x300

Nous sommes parents.

Nous sommes inquiets.

En maternelle et en élémentaire, le passage à la semaine à 4,5 jours doit être mis en œuvre dès la rentrée 2013, soit dans 9 mois. A ce jour, l’information dont nous disposons est parcellaire et contradictoire. Le projet tel qu’envisagé ne nous semble pas à la hauteur des enjeux.

Nous croyons cette réforme nécessaire et en partageons les objectifs, à savoir mieux apprendre et favoriser la réussite scolaire de tous. Depuis 2008, les écoliers français ont le nombre de jours d’école le plus faible des 34 pays de l’OCDE et de fait des journées plus longues et plus chargées que la plupart des autres élèves dans le monde. Cette situation est préjudiciable et doit être revue.

Cependant, le projet de réforme qui nous est présenté ne nous semble pas répondre à ces objectifs. Le choix de l’organisation sera à la discrétion des municipalités. On risque de se retrouver avec des communes où les enfants auront cours le samedi, d’autres le mercredi, d’autres encore auront une pause de midi allongée, d’autres finiront plus tôt et auront une période d’études/garderie plus longue, etc. Les moyens mis en œuvre dépendront essentiellement du budget des communes. Impossible, dans ces conditions, d’imaginer que cette réforme soit facteur d’égalité entre tous les enfants de France, quel que soit leur lieu de résidence et leur établissement scolaire. Il appartiendra aux municipalités de faire un choix et d’en répondre devant les électeurs en 2014.

Nous espérions qu’à l’occasion de la réforme des rythmes scolaires, la place des arts, de la culture, des langues et du sport, etc. serait au cœur des préoccupations. Or, l’opacité des moyens à mettre en œuvre, l’augmentation du nombre d’enfants par animateur dans le temps périscolaire ainsi que la place choisie par les mairies pour ce temps (notamment à l’heure du déjeuner) vont diluer ces espoirs de diversification et de renforcement de ces enseignements.

Nous espérions également que cette réforme porterait sur l’intégralité du rythme scolaire, y compris le découpage entre vacances et classe et notamment la durée des grandes vacances. Force est de constater qu’il n’en est rien.

Nous sommes déçus et inquiets et rejoignons ainsi bien des enseignants. Nous craignons que l’augmentation du temps périscolaire sans réflexion quant à son contenu ni quant aux moyens de mise en œuvre fasse de ce temps un temps de désœuvrement organisé… Cela irait encore une fois à l’encontre de l’objectif de la réforme.

Afin de préserver le symbole de la demi-journée de cours supplémentaire, Il est essentiel de ne pas sacrifier les apprentissages, de ne pas perdre cette opportunité historique d’accroître l’égalité des chances des enfants face aux activités artistiques et sportives en créant du temps de garderie. Cela n’apporterait rien aux enfants, dévaloriserait un peu plus l’école et la fonction des enseignants et remettrait en question l’organisation des familles.

Nous devons à nos enfants une réforme ambitieuse.

Citoyens connectés, blogueurs, parents, nous avons reçu de nombreux retours d’autres parents qui partagent nos inquiétudes et ne se sentent pas représentés.

Nous demandons à être entendus.

Prenons le temps de réformer l’école ensemble.

8alamaison , Agathe VANDAMEAimé Blumentern,
Allo Maman Dodo , Annabelle , Audrey, Madame Koala ,
Aymeric Marlange , Béalapoizon , Bettina Brouard , Buhot Stéphanie , Carole Nipette ,
Caroline , Ces Doux momentsChiawaze , Ciloubidouille , Claire Hoenen , Colombe ,
Cranemou , Cynthia , David Beck , Delphine Gagnon , Doudette ,
Estelle Peralta , Expressions d’enfants , FashionMama , Florence ,
FlorenceMKoenig , Gaëlle Picut , Gauthier Vranken , Ginie Femmesweetfemme ,
Harmony Rouanet , Henry le Barde , Isabelle Duvert , Jane Gueneau aka. Libelul ,
Julesetmoa , Julie B , Julie Dessagne , Julien , Juliette Merris ,
Karine Un bébé pour mes 30 ans , La Poule Pondeuse ,LN moitoutetrien ,
Lulu From Montmartre , Lydiane Le Roy , M Delobel , Madame , Madame Parle ,
Madame Zaza of Mars , Madame Ziadeh , Maman nanou , Mamanwhatelse , Marc Guidoni ,
Marie-Gwénaëlle Chuit , Marlène Schiappa , Mauvais Père , Mazzhe , Michaëla Avventuriero ,
Michèle, Maman on bouge , Missblogdel , MissBrownie , Naddie , Nadine A ,
Nicolas Gilbert @zegilbos , Pourquoisecompliquerlavie , Sabine ,
Samuel Lamotte d’Incamps , Sandra Elle , Sandrine Donzel ,
Sophie Reynal , Tetedeblog , Till the Cat , Unperfect mum ,
Voilapapa , Yusaku (Père de 3 enfants)

 

le lien de la page FB : http://www.facebook.com/ParentReformeRythmesScolaires
Le compte twitter @ParentsEnsemble
Le blog parentsensemble.com

Parental Advisory : alarming content.

Quand on devient parent, on devrait nous poser le bébé sur le ventre avec un manuel du bon petit parent averti.

Non, pas un mode d’emploi, pour ça, vous n’avez qu’à vous référer à votre instinct maternel, paternel ou votre instinct de survie même. Non, un manuel qui nous expliquerait dès le départ les fautes à ne pas commettre lorsqu’on est parent. Pas tant pour l’éducation du rejeton mais surtout pour notre bonne santé mentale à tous.

Il est courant que naisse en même temps que le Scotch, entre sa sortie et l’expulsion du placenta genre, un gros morceau dont personne ne parle vraiment, l’angoisse. L’angoisse qui, pourtant, vous aura permis de vous nourrir exclusivement de Babybel pendant 9 mois et qui vous aura rappelé durant la même période que baver sur les sushis et les steaks saignants était permis, mais qu’en gouter fera de vous la pire mère infanticide du monde entier dans tout l’univers de l’espace intersidéral. Alors GARE!

Cette angoisse sortie de l’interieur de notre utérus avec le package bébé-placenta-kit de couture, voilà qu’elle nous suit de partout.

Et donc, là où on nous a pas prévenu, c’est que cette angoisse latente allait nous faire faire des trucs stupides. Trucs stupides, qui, donc, devraient être listés dans le manuel du parent averti. Sauf que non, tout le monde préfère laisser les parents se démerder, pas le temps de publier un bouquin pour aider, trop occuper qu’ils sont à inventer de nouvelles maladies infantiles.

Et c’est ainsi que CHAQUE parent se retrouve un jour à taper des trucs inimaginables dans Google.

google2google3google4

Évidemment, vous allez tomber sur des pathologies plutôt bénignes dans les premières pages. Mais votre instinct de parent ne vous laissera pas s’arrêter jusqu’à ce que vous découvriez que votre enfant a une sarcoïdose ou un syndrome de Korsakoff ou autre nom russe imprononçable.

Google n’est PAS ton ami, parent.

Encore moins les forums à fort potentiel anxiogène.

Fuyez, tant qu’il est encore temps.

Pour moi, c’est déjà trop tard, mes enfants souffrent respectivement d’une myelofibrose et d’une méningite virale récurrente.

Hier, alors que Clapiotte se plaignait une énième fois de son dos, j’ai fait ma petite recherche de l’angoisse qui va bien. J’ai vite sauté les étapes « nerf coincé », « mauvaise chute » ou même, soyons fou « scoliose » pour passer directement par la case « cancer ayant métastasé sur les os ».

C’est donc après avoir couru chez ma copine médecin qui avait bien senti que je la laisserais pas dormir si elle voyait pas le dos de ma fille dans la seconde que Clapiotte, en rentrant, me lance: « haaaa, ca va mieux. Maintenant, j’ai un peu mal à la gorge, on va aller quand chez ta copine pour que je joue dans la chambre de Mimi? » « Mimi », la fille de ma copine donc. Qui a évidemment une chambre rempli de playmobils princesses et de trucs de filles trop classes que n’a pas la mienne.

Google, c’est le diable.

Mais nos gosses sont pas mal non plus.

parental_advisory_explicit_content_lge_logo

Intropspection gynécologique

Un titre qui t’annonce un billet glam-chic, sans aucun doute.

Sans déconner les filles – oui, je vais parler aux filles sur ce coup là, parce que je ne suis pas certaine que beaucoup d’hommes se soient déjà retrouvés dans ce genre de situation là, ou alors, je pense qu’il y a un soucis quelque part mais ça ne me regarde pas.

Donc, les filles, j’ai une question: suis-je la seule à voir une différence entre un gynéco lambda qui nous suit dans la vie de tous les jours (« qui nous suit » en consultation, pas qui nous suit dans la rue comme un pervers sous imper beige) et un gynéco en période de gestation?

Là, voyez vous, je sors d’une partie de jambes dans les étriers chez mon docteur ès foufoune. Comme tous les ans, une fois par an. Ma vie est passionnante, je conçois . Toujours est-il que je me suis faite cette petite réflexion philosophique à propos de mes rapports avec lui (rapports cordiaux, rien de sexuels… quoi que… enfin, vous avez compris hein, si encore il ressemblait à Georges Clonney mais comme il a plutôt un air de De Funès, je préfère vous éviter tout fantasme tout de suite, ça vaut pas le coup.):

POURQUOI est ce que j’ai l’impression d’être une personne normale quand on m’inspecte la salle des fête tous les derniers lundi de janvier alors que j’avais l’impression d’être une taverne avec Happy Hour tous les premiers jeudi des 2 fois 9 mois que j’ai passé enceinte.

POURQUOI?

Est ce que parce que, les lieux étant occupés, le docteur se sentait dans l’obligation d’être moins prévenant de peur d’être harponné par le cordon d’un fœtus qui lui aurai hurler « mais tu n’es paaaaas mon pèèèèère !!!! »

Pas enceinte, on me demande de me déshabiller et de m’installer, on attend que j’ai fini avant de venir voir si mon palier est bien propre. On s’excuse même parce que « ça va pas être très agréable » quand on me grattouille avec un coton tige géant (sauf qu’il se met pas dans l’oreille celui là). Ça dure 4 minutes montre en main et on détourne le regard pour que je puisse me rhabiller voire même, on fait « genre », je remplis mes papiers, la secu, faut pas trop déconner avec, hein Madame Cranemou huhuhu…

Enceinte, on m’installe les pattes en l’air face à la porte d’entrée pour être certaine que les infirmières auront une vue imprenable sur le fond de ma glotte si elles rentrent sans frapper. On me laisse ainsi toutes miches dehors en me posant des questions qui n’ont pas grand chose à voir avec mon tour de taille, puis, on investit les lieux façon spéléologue en goguette. Et vas-y que je trifouille, que je regarde, que je re-regarde, des fois que j’y retrouverai les clés de bagnoles que j’ai perdu la semaine dernière.
Tout ca le plus naturellement du monde, surtout si on était un poulet empaillé en fait.
Et le docteur d’en finir en nous parlant droit dans les yeux alors que 30cm plus bas, la porte est grande ouverte et qu’on commence sérieusement à avoir des fourmis dans les orteils tout la haut perchés.

Hein??? POURQUOI quand je suis madame tout le monde, on respecte ma petite intimité en étant prévenant et quand un greffon a pris place, on se prend pour le DJ d’une boite de nuit du Cap d’Agde en plein mois d’aout?

POURQUOI?

dj discoARE YOU READYYYYYYYYYYYY !!!!!!!???????

Soldes solidaires

Les soldes sont la seule période où je fais vraiment les boutiques, rapport que je n’ai que rarement les moyens de me faire plaisir quand il n’y a pas de réduction.

Mais parfois, ça vaut aussi le coup de ne pas acheter certaines choses à prix cassés. C’est le cas par exemple de la boutique Archipel Parfum qui a décidé, pour la deuxième année consécutive de faire l’impasse sur les soldes mais de reverser une partie des ventes à l’association Rire Médecin. Cette association, c’est celle qui envoie les clowns à l’hopital pour mettre un peu de rire et de rêve dans le quotidien des enfants hospitalisés. Et on sait comme je revendique le rire.

Donc, si vous cherchez des  des baumes au Niaouli (connu pour ses vertus décongestionnantes, apaisantes et réparatrices…, c’est donc là bas qu’il faut faire vos emplettes pendants les soldes!

Je vous laisse voir, mais je trouve que c’est une opération sympa à relayer autour de nous si vous connaissez des adeptes de ce genre de produits (je ne suis pas du tout connaisseuse, mais certains produits me donne bien envie de tenter ma chance en fait, maintenant que je connais leur existence)

Rire médecin et archipel parfums logos

Juger l’Amour

Je n’avais pas envie de trop me mouiller dans cette histoire, je n’avais pas envie de donner mon point de vue de peur qu’on pense que je souhaitais l’imposer à qui le lirait. Et puis j’ai regardé une vidéo qui m’a touché et il est devenu très clair qu’il fallait que je m’exprime à ce sujet. Je ne suis pas une grande révolutionnaire, je n’ai jamais manifesté ou presque (pour sécher les cours en fait). Je n’ai jamais souhaité imposer mes convictions ni même les défendre avec un groupe. Les groupes, ça me fait peur, il y a toujours des plus hargneux que d’autres, des qui crient fort et des qui utilisent ce prétexte pour déverser une haine qui me terrifie.

Le sujet du moment, vous n’avez pas pu le rater, c’est le projet de loi en faveur du mariage homosexuel, adopté cette nuit aux conseils des ministres.
Ce projet de loi est pour moi une aberration. Une aberration dans le sens où je ne comprends pas qu’on le vote seulement en 2013.

Le soucis pour certains étant le fait de voir des familles homoparentales se former. Des familles AVEC enfants. Leurs enfants donc.

Un couple, souvent, finit par faire un voire plus d’enfants. Misère, mais êtes-vous fous?

On est bien d’accord que la décision d’avoir un enfant est complètement dingue, que ça va foutre la merde et faire valser en éclat le binôme d’amoureux transi qui se payait des vacances en bord de mer sans se poser de question. On est BIEN d’accord. On SAIT que ça va être la guerre de la couche atomique, qu’on passera du plan A au plan B puis C jusqu’à Y pour faire avaler une cuillère de purée de légume à l’héritier. On est conscient que la fatigue aura raison de notre humeur, que parfois, la migraine aura bon dos, que souvent, notre vie sociale en pâtira.

Mais qui suis-je pour dire aux gens qui s’aiment que former un cocon, une tribu, avoir cette impression de « nous », ces petits moments de bonheur qui effacent la dernière gastro d’un seul sourire édenté, qui suis-je donc pour leur dire qu’ils n’y ont pas droit?

bebesLe 4ème, là, toi, t’auras moins de droits que tes potes. Cherche pas, c’est comme ça.

J’en ai vu des choses passer au sujet de cette loi, des gens qui s’insurgeaient parce qu’un des papas pourraient tranquillement violer l’enfant pendant que l’autre irait au boulot, des gens qui jugeaient que les homosexuels étaient anormaux, des gens qui pensent tellement mieux que les autres, des gens qui parlent au nom d’un Dieu qui ne serait qu’Amour mais quand même faudrait pas qu’il aime les homos, les unijambistes et les gens trop blonds. Des gens si étroits qu’ils devraient être insignifiants. Des gens qui font mal.

Et puis j’ai repensé à ma copine L. qui a tellement eu peur de m’annoncer qu’elle était lesbienne alors qu’on se côtoyait depuis 3 ans, de peur que je juge. J’ai repensé à ces voisines qui élèvent deux enfants d’une relation hétéro précédente. J’ai repensé à ce que j’étais, moi.

Une famille recomposée, un père absent, un demi frère, l’envie de me faire adopter par mon beau-père parce qu’il m’a tellement bien élevée.

Une famille. Peu importe d’où je viens au départ. Une famille. Un tout. Un Nous.

Et puis j’ai écouté cet homme parler, et je me suis dit que certains devaient manquer cruellement d’humanité pour se croire juge de retirer à d’autres le droit d’aimer au point de construire.

Je ne suis pas militante, ni partisane et encore moins révolutionnaire, j’estime simplement qu’il est inconcevable de juger l’amour et que chacun devrait être libre de choisir. Depuis longtemps.

Il est inconcevable de priver un enfant de certains droits parce que ses parents s’aiment.

Il est inconcevable qu’on en soit encore là aujourd’hui.

Il n’y a pas à être pour ou contre.

Il y a à respecter les mêmes droits pour chacun d’entre nous.

Il y a à respecter l’amour, parce que ce sera tout ce qu’il nous reste.

Qui que nous soyons.

A 7’10, je pense qu’il pose pile la bonne question.

Le vélo, cet engin qui veut ma mort.

Dans ma fausse vie où mes enfants seraient entièrement vêtus de papier bulle, de casques en alliage mousse-titane  et où ils auraient des renforts en caoutchouc à toutes les articulations, la vie serait formidablement reposante.

Dans ma vraie vie où il n’est pas très confortable d’être habillé de la sorte et où, exemple parmi tant d’autre, ma table basse est en verre avec des angles bien bien tranchés pour être certain de mourir dans d’atroces souffrances quand on a le malheur de la frôler du mollet, je fais attention. A tout. Sûrement un peu trop, mais si un sol de gomme pouvait se dérouler sous les pieds de mes enfants à chaque fois qu’ils se déplacent aussi, ça serait quand même bien plus simple (on se demande ce que fait la police des dalles amortissantes, dans ces moments là).

Sauf que se rajoute à ce petit souci le fait que les enfants ont une imagination débordante pour rajouter un peu de dangers dans leur vie. Et comme si ce n’était pas assez, nous avons nous mêmes instauré quelques petits rituels comportant quelques risques. Parce qu’on n’est pas des lavettes, hein, on va surmonter notre stress.

C’est ainsi qu’on fera tester à l’enfant le tour en poussette pas attaché (on va pas loin) et le trou dans le trottoir (on n’avait pas vu) : 90% de chance de voir là le premier beau gadin d’enfant signé par le parent.

Ensuite, il y a ce jeu là, où on tourne sur soi même pour avoir cette impression d’ivresse. A croire que la vinasse, c’est moins dangereux, en apprenant cette technique à N°1, on est parti lui suturer le crâne de 4 points grâce à l’angle du radiateur. (Note: jouer dans un jardin. Sans arbre).

Et puis il y a ces foutus rollers aussi. Parfaits pour se démettre un poignet. Ou les deux. Je vous mets le genou avec?

Mais évidemment, ce que je préfère, c’est le vélo. Parce que le vélo, contrairement au reste, il est bien rare d’y échapper (oui, parce que finalement, vous n’êtes pas obligés de ne pas attacher votre enfant en poussette, ni de lui acheter des rollers et encore moins de lui apprendre les joies de l’alcoolisme virtuel avant l’heure).
Non, le vélo, c’est la valeur sûre du stress parental, le top du top en matière de croûte aux genoux. Mais malgré tout ce que j’en pense, le vélo, faut y passer.

Encore plus de nos jours où il revient en force pour rendre les trajets plus doux. (Sauf quand les cyclistes ne respectent pas le code de la route, eux, je les hais, je ne vois rien de doux là-dedans).

Bref, le vélo est donc un passage obligé. Une tradition de la petite enfance. J’imagine que peu y échappe, ce qui, à défaut de me rassurer, me console un peu.

On commence par un trotteur qui va vite être remplacé par un tricycle. Jusque-là tout va bien, l’enfant a quand même peu de chance, s’il est normalement constitué, de se fêler le fémur avec ces deux engins.
Comme c’est moins pas drôle, on peut corser l’affaire en passant directement par la case draisienne et non tricycle. J’ai essayé pour Clapiotte, mais jusqu’à maintenant, j’avoue que son manque d’enthousiasme pour enfourcher la bécane me convient complétement (on en reparle quand les beaux jours reviendront).

 

puky draisienne_

On passe ensuite, bien évidemment, au vélo avec petites roulettes (quoi qu’il parait que cette étape n’est pas nécessaire si l’enfant a eu une draisienne, rapport qu’il sera déjà certainement tombé 1054 fois avec, alors après, il gère). N’empêche que c’est à ce stade là que j’aurai besoin d’un pacemaker histoire de ne pas faire d’arrêt cardiaque inopiné à chaque fois que la roue passe une brindille (on sait jamais, malheureux, tu pourrais passer par-dessus le cadre !).

N°1 sait faire du vélo. Pas le choix. Et il a eu son lot de bonnes vautres, en règle. Aujourd’hui, N°1 maitrise à peu près, bien que le vélo qu’on lui a acheté ne soit pas du tout adapté… ça nous apprendra à aller dans un magasin pas forcément adapté niveau conseil.

Il aura bientôt un autre bolide, qu’on choisira avec lui cette fois ci, pour pas faire la même bourde. Et j’achèterai les 20 pâtés de maison autour de chez moi en bloquant les rues pour qu’il ne risque rien. On n’est jamais trop prudent.

Et peut-être que plus tard, quand je serai morte donc, il aura le droit de faire ses trajets uniquement avec ce moyen de locomotion ( bien que Lyon-Barcelone , ça va faire un peu long). Comme ces gens à la dégaine un peu étrange qui se baladent sur un vélo pliant équipé de plusieurs vitesses. On dirait un peu des martiens sur leur VTT de PollyPocket. Mais quand même, le vélo qui rentre dans le casier du boulot, c’est un peu la classe. J’en croise de plus en plus et je n’ai plus de doute aujourd’hui : malgré les crises d’urticaires, le vélo, c’est l’avenir.

Je vais me reprendre un shoot de Lexomil.

 

tern-link-p7i« Ohhh, il est tout cassé votre vélo »
Sachez que la blague n’a aucun effet sur le possesseur de vélo pliant. Même pas drôle. Rien. Humour plié.

 

 

Les règles du jeu et l’enfant, cette belle arnaque.

Mercredi matin, intérieur jour.

N°1 est parti au tennis avec son grand-père (ou comment j’ai bien fait de déléguer le jour où il fait -7°c), je suis seule à la maison avec Clapiotte.

« Mamaaaaan, on jour à la balle? »

« euh… bon, ok, 5 minutes » (n’a pas l’entrain d’un chien qui veut)

« je te me la lance d’accord? »

« fais donc ma chérie »

On se fait des passes. Une, deux, trois, quatre …. je m’éclate. nan vraiment, c’est passionnant.

Je pense à ce que je ferai si j’étais à Punta Cana plutôt que dans mon salon.

Et bien évidemment, je rate la balle (j’ai vu passer le maître nageur, ça m’a déstabilisé)

« HAHAHA MAMAN !!! T’as raté ! T’as perdu !!!! »

(humphr…..)

On recommence.

Une fois, deux fois, trois fois, quatre … OH! un serveur qui me tend un mojito!

Je lance la balle un peu fort (faut être rapide pour attraper un mojito) et Clapiotte rate la balle.

« HAHAHA MAMAN !!!! T’as raté ! T’as perdu ! »

SERIOUSLY ?

Je suis sur le site d’Air France là, qui vient avec moi jouer à celui qui dégomme les mojitos le plus vite pour oublier ?

 

hotel de reve

© Rachel Piquilloud

Le premier qui a un coup de soleil a perdu.

 

 

 

 

 

 

 

Comme des petites madeleines… (cadeaux)

Moi, je suis plutôt attachée aux souvenirs que me renvoient les choses.

J’aime quand le toucher me rappelle la douceur du cou de bébé, j’aime quand l’odeur me fait revivre de doux moments, j’aime quand une couleur me transporte vers des images remplies de bonheur.

Je ne garde que peu de choses, mais dans ma petite boite à souvenirs que j’ai constitué pour chaque enfant, il y a de quoi me faire revivre de longs moments le nez enfouit dans leurs cous fripés de bébés au lait caillé.

Ça doit être un truc de famille, quand un bébé nait, on lui offre d’entrée telle marque de pyjama, tel produit pour le bain, tel serviette, tel biberon. Du coup, évidemment, chaque chose est associé à un sentiment, un souvenir, et j’adore ça, surtout quand cette « tradition » perdure

Quand je n’ai plus de shampoing et que j’utilise celui de mes enfants, je me souviens de ma mère en train de me laver les cheveux, moi, hurlante de peur qu’une goutte d’eau m’arrive dans les yeux et de la séance de démêlage qui s’en suivait. Quand je caresse le velours du pyjama de Clapiotte, je les revois bébés, je revois aussi mon petit frère et mon cousin, je revois ces petits poings fermés.

Donc, à la maison, parmi les marques récurrentes, on retrouve en bonne position Petit Bateau et les soins Mixa Bébé.  Je pense d’ailleurs que ces deux marques sont présentes depuis tellement longtemps dans notre quotidien qu’elles seraient certainement citées en premier si on posait la question « quelle marque vous vient à l’esprit quand vous pensez bébé » à un panel de consommateurs (oui, j’ai regardé Un Famille en Or).

Et donc, le hasard n’étant pas si hasardeux, il se trouve que Mixa et Petit Bateau viennent de s’associer pour sortir une gamme en partenariat: les produits Mixa revêtent le Milleraie et les bodies et pyjamas Petits Bateau se mettent aux couleurs Mixa.

Évidemment, ça m’a donné envie de pouponner, parce qu »il n’y a pas à dire: le body, c’est un appel aux hormones, je ne vois pas d’autre explication. Tu veux plus d’enfant, tu dis NEVER AGAIN et PAF tu vois un body. Jaune. Beau. Et PAF tu visualises l’inimaginable. J’aurai pu partir en courant, voyant le piège se refermer sur moi, mais en plus de la présentation de ce partenariat et donc de cette nouvelle gamme, on nous a collé des petits gâteaux trop bon sous l’estomac, j’en ai bavé dites donc.

petit bateau MixaOui, les greffons étaient très occupés (et studieux) pendant qu’on « travaillait »….

Vous trouverez les produits Mixa et petit Bateau concernés UNIQUEMENT en grandes surfaces… sinon, vous pouvez aussi tenter de gagner des lots jusqu’au 10/02 sur la page Facebook.

Et puis en me laissant un gentil commentaire (je précise « gentil » au cas où vous aviez subitement envie d’envoyer des insultes, je préfère prévoir), vous aurez peut être la chance de gagner un lot Mixa shampoing ou un lot gel douche. Pour sentir encore un peu notre enfance. (vous avez jusqu’au 20/01 inclus pour jouer je contacterai les gagnants par mail)

Vous pouvez aller chez les copines Oum ou Aurélie pour multiplier vos chances aussi!

EDIT: Apres tirage au sort: Uneclataucoeur et Juliette, je vous envoie un mail immédiatement, bravo à vous! et merci à Mixa, Petite Bateau et vous tous !

Il ne me « kitera » plus!

Il fut un temps où j'étais teméraire et courageuse. A l'époque, j'étais jeune et fougueuse, j'avais un caractère de cochon et comme tout petit qui se respecte, j'avais appris à m'imposer malgré ma taille. Un peu comme les chiens qui, plus petits ils sont, plus forts ils gueulent.

Evidemment, j'ai toujours un caractère de cochon, c'est bien le genre de choses dont il est difficile de se débarrasser. En revanche, j'évite d'aboyer comme un roquet quand quelqu'un vient me titiller l'humeur. Enfin… moins. Disons, que j'ai arrêté de risquer de me prendre un coup de poing quand je ne voulais pas céder (coucou Louis de la 6ème B!), j'ai arrêté aussi de casser des nez parce qu'il n'y a pas de raison que les 3ème aient plus le droit de s'asseoir sur les bancs que les 5ème (coucou Mickaël de la 3ème C!). J'ai aussi arrêté de tenir tête aux ex taulards à la sortie des bars. Faut dire que je fais nettement moins de fermeture de bar depuis que j'ai des enfants.

Le fait est qu'en grandissant, on apprend à faire la part des choses. Prendre des risques, c'est rigolo, mais faut peut être pas être complètement idiot.

Et aussi, surtout, à partir du moment où j'ai appris que j'attendais mon premier enfant, j'ai eu cette envie de m'enrouler dans 12 mètres de papier bulle pour éviter qu'il m'arrive quelque chose. A moi, et par extension, surtout au bébé, en fait.

C'est comme ça que je suis devenue complètement parano du danger. Si j'avais pu me cloîtrer chez moi en scotchant les fenêtres et en installant partout un sol en mousse, je pense que j'y aurais réfléchi un bon moment.

Mais comme je vis dans le monde réel, j'ai donc dû faire avec le coeur qui s'arrête à chaque fois que le Greffon montait un trottoir, à chaque fois qu'il se mettait à courir et qu'il trébuchait? J'ai retenu de m'évanouir aux premiers genoux écorchés et j'ai dû m'abstenir de pleurer en voyant l'oeuf de poule pointer sur son front. Parce que les "bobos", ça fait partie du pack-enfant, avec les nuits blanches, les angoisses, les dents et la varicelle. J'étais devenue poule mouillée. Moins courageuse et plus du tout téméraire.

De poule mouillée à mère poule, la barrière est mince, certains diront que je surprotège mes enfants. C'est pas faux. Cependant, comme la vie n'est qu'un éternel paradoxe, j'ai peur, j'essaie d'anticiper, mais en cas de pépins, je suis TOUJOURS désarmée.

Déjà que je n'ai jamais un mouchoir dans mon sac, vous imaginez bien qu'avoir des pansements ou de l'arnica ne fait pas partie de mes fonds de sac à main. Pas que je ne veux pas. j'essaie. Mais je finis toujours par tout laisser dans l'entrée, dans une poche de manteau (que je n'ai pas mis évidemment). il me manque toujours quelque chose. J'ai toujours une petite voiture, un stick à lèvre vide, des papiers de bonbons sans bonbon dedans mais de quoi intervenir sur un petit bobo, que nenni: "SERS LES DENTS, enfant!"

Depuis peu, tout ça n'est qu'un lointain souvenir. On m'a fait parvenir un kit de soins DermaPlast. Un kit spécial éraflures avec de quoi intervenir pour nettoyer, desinfecter et panser une gamelle dans les graviers. Le tout dans une petite boîte à glisser dans son sac, à emmener partout ou qui trouvera une place toute trouvée dans l'armoire à pharmacie. Il ne me quitte plus, c'est vraiment une bonne idée, pratique, simple, efficace, tout ce que j'aime.

Il existe plusieurs gammes de kit Dermaplast pour les brûlures, les coupures ou encore les ampoules. Et je viens de mettre mes nouvelles chaussures qui claquent hier soir, je peux vous dire que mes pieds ont morflé. Mais ce matin j'ai testé les pansements pour les petites ampoules: magiques, pile à la bonne taille et confortable (nan mais avouez que le sparadrap c'est galère sur les doigts de pied!!!)

Voilà une bonne résolution pour cette nouvelle année: revoir les priorités de mon armoire à pharmacie et avoir de quoi soigner les petits bobos de toute la famille. Je vais devenir une mère poule PREVOYANTE! C'est pas beau le progrès?

Plus d'info sur le site
www.dermaplast.fr

 

 



Article sponsorisé