Le bon mot du dimanche

On commence à revoir le jour chez nous, et c’est pas trop tôt, une semaine presque pleine de virus, c’est un légèrement exagéré. J’ai encore le nez de M. Patate et je tousse comme un fumeur de Gitane MAIS je  sens que mon corps reprend du terrain.

Fin de la minute hospitalière.

Sur Facebook, je poste régulièrement les bons mots de Clapiotte. Mais de temps en temps, j’aime bien les écrire aussi sur le blog, parce que c’est là que je les retrouverai aussi, plus tard. Et autant vous dire que le vase clôt des derniers jours a été riche en boulettes de la part de Clapiotte.

A près le petit déjeuner ce matin, je pars dans la salle de bain avec Clapiotte pour un lavage en règle mains-bouche-dents.
Je fais un peu vite et manque de la faire tomber de son marche pied.

« Oh maman hé ! Tu me fais tomber ! »
« Pardon ma chérie. Je suis désolée »
« Non, t’es pas désolée. »
« Ah bon ? je suis quoi alors ? »
« T’es moche. »
…..

Bon dimanche.
Sous vos applaudissements.

Clapiotte

PAN !

 

tirer sur la corde

J’ai cru que je m’étais sortie de la vilaine maladie qui m’avait ordonné la couche lundi déjà.
Je me suis shootée au point de ne plus savoir trop qui j’étais pour pouvoir aller à Paris pour des trucs trop chouette dont je vous parlerai quand l’autre moitié de mon cerveau sera revenu de ses vacances.

Aujourd’hui,, je paye cher.

Je suis au lit.

Et Clapiotte qui tousse comme une locomotive à court de charbon aussi. Enfin, non, elle, elle sait restée digne. Elle me sert des cafés imaginaires dans des tasses Barbapapa et on regarde Petit Ours Brun en boucle. J’ai même pas le courage de me battre pour regarder un truc bien.

Je lâche les rênes des blogs pour mieux revenir quand la brume se sera dissipée. J’ai trois milliards de choses à raconter mais je serai capable de tout mélanger.

Petit coucou quand même à deux filles que j’avais envie de rencontrer depuis vraiment longtemps, et maintenant, c’est fait: Astrid et EmmA. Rien que pour vous, me droguer valait le coup !

 

A plus tard Gérard.

a plus tard GerardA Plus Tard Gérard.
Un livre qui raconte que les feignasses et mauvais opportunistes finissent toujours par avoir un beau retour de bâton.

 

Quand les stars accouchent et te filent des complexes, Shakira style.

Chère Shakira,

Tu le sais, tu fais le genre de musique qui a ce pouvoir de me faire danser sur les banquettes et autres canapés en gesticulant un peu à la manière d’une psychopathe. Je ne sais pas d’où ça vient cette tendance à lever les bras et à faire la zouave dès que je t’entends.Je me dois d’assumer cette tendance puisqu’elle m’a quand même permis d’attraper Tony sur le chemin de ma folie. Je le faisais rire, que veux-tu, à défaut de mouvoir ma crinière de feu, je te mimais et ça l’a conquis. Chacun ses goût.
Je note quand même que pareil avec la crinière et on arrive à chopper un Gérard pas dégueu et dont le compte en banque, à 25 ans est le même que celui de Tony dans environ 138 ans (si on ne mange pas entre temps). J’avoue, bien joué la crinière.

Je t’aime bien Shakira. T’as pas la cuisse d’un coton tige ni le ventre en teck sauvage et puis t’as une petite tête de gentille. Rapport que tes copines, elles ont des têtes de chaudières. Bizarrement, toi, t’as juste une tête de la bonne copine sympa prête à raconter une blague pourrie pour détendre l’atmosphère. T’es presque normale en fait, pour une nana qu’on voit partout dans les salles d’attente et les piles de journaux du coiffeur.

Je t’aime bien Shakira, mes enfants chantent Waka-Waka en cœur en se défoulant et font de bonnes grosses nuits derrière et tu as même réussi à rendre Nadal mangeable, tu mériterais une médaille pour ça.

Et puis tu as décidé de faire un bébé.

Déjà, sache que je t’en félicite. C’est un acte de bravoure autant que de dérider Nadal quand on y pense.

Pendant plusieurs mois, j’ai vu passer des photos de toi sur mon écran, à force de cliquer à droite à gauche. Je tombais sur des séances photos qui me rappelaient que décidément, la grossesse ne va pas à tout le monde et que ce n’était pas ton cas.

Pire, tu as même donné des concerts avec déjà une belle protubérance ombilical, me rappelant cette fois, par exemple, tous ces escaliers que je n’ai pas pu monter enceinte de Clapiotte. « C’est pas une maladie »… oui oui, je sais, mais bon, quand même, c’est lourd quoi.

Ce qui me rassure, c’est qu’en tant que future maman, tu n’as pas pu t’empêcher de refourguer des photos de toi sur les réseaux sociaux comme 98% des gens normaux finalement.

Et puis tu as accouché. On n’en sait pas plus, peut être que tu as hurlé ta mère en beuglant la Tortura pendant des heures ou que tu as accouché sans douleur en faisant de la flûte péruvienne, je ne sais pas. Et finalement je suis pas bien certaine de vouloir savoir, les histoires d’accouchement, c’est souvent dégueu quand même.

Les fans en alerte, connectés H24 sur vos compte Twitter respectifs attendaient impatiemment de découvrir la tronche d’un bébé qui s’annonçait pas trop vilain étant donné les gènes qu’il partageait avec ses parents.

Et VLAN, l’annonce: Milan est né, vive Milan. Sache qu’en apprenant ça derrière mon écran, j’y ai vu une pointe d’humour, un peu comme si j’avais appelé mon fils Vico alors que je ne mange que des Pringles. Mais l’humour, tu le sais, je suis pour.

Et puis là, t’as montré des godasses. DES GODASSES !!!

Je note, c’est une faute de primipare. On ne met pas de chaussure à un nouveau né, même si la vieille voisine croisée au marché te dit qu’il va avoir froid.

Je pense que t’as compris la leçon, il a déjà dû les perdre de toute façon.

Du coup, t’as rattrapé le coup en postant une vraie photo. J’espérais secrètement que le conte de fée allait s’arrêter quand je découvrirais qu’il avait les oreilles décollés et le nez de Zlatan. Mais non, c’est un choupi bébé. Sérieux, t’es chiante. Pire, pour voir la photo, fallait faire un don à l’Unicef. D’ailleurs, même pour la liste de naissance t’as abusé, pendant que moi, j’ai pleuré pour avoir des biberons à cols larges, toi, tu demandes des chèques pour une association. Sérieux ?

Nan je dis pas, hein, c’est super. Mais penses tu à nous qui avons besoin de ces p*** de biberons à cols larges ? Je n’pense pas.

Évidemment, avec un tel comportement, te détester sur 4 générations toi et ta petite famille toute neuve, c’est pas bien possible. Tu as pensé à tout; bigre.

Alors, pour te rattraper, et parce que tu noies le poisson avec toutes ces histoires, je propose que tu nous parles plutôt de ton episio et de tes hémorroïdes et de la bouée qui t’accompagne depuis le 22 janvier*. Éventuellement, je veux bien voir les photos qu’a fait la photographe de la maternité où t’avais pas prévu le coup et que t’as la même tête que Susan Boyle.
Et bien entendu, une petite stress-tape de toi en train de tenter de re-rentrer dans ton jeans d’avant grossesse me remonterai bien le moral (rappelle toi « hips don’t lie »… bah voilà, on y est).

Après tout, c’est toi qui veut jouer à la star proche de son public non ?

Alors vas-y, fonce. Fais nous rêver !

(PS: passe le message à ta copine Angie, ca me fera plaisir)

gerard-pique-et-shakira-

Pourtant ils ont des prédispositions à la beaufitude… on y était presque !

*EDIT: on me signale que Shakira a eu une césarienne programmée. Je ne peux donc pas trop parler d’épisio. Mais ca n’empêche les hémorroïdes. Et je rajouterai même qu’elle se balade peut etre avec une sonde urinaire parce qu’on lui a charclé un bout de vessie au passage. TOUT est possible (sisi, je vous jure, c’est LA)

Gouzi-gouza m’parle pas comme ça.

J’aime bien les bébés. Les bébés bien potelés avec 3 genoux et des cuisses à faire pâlir les Sumos super entrainés.

J’aime bien leur prouter dans le cou, là où ça sent pas toujours que le lait caillé, parce qu’on a oublié de sécher entre deux plis.

J’aime bien leurs éclats de rire, purs, parfaits et sans artifice ni obligation.

J’aime bien les petits trous sur leurs phalanges et leurs petits doigts de pieds collés les uns aux autres comme des petites billes qu’on aurait collé là.

J’aime bien quand ils se concentrent avec un air tellement profond qu’on dirait qu’ils sont sur le point de découvrir le secret de l’univers en contemplant une étiquette de bavoir.

Et puis j’aime bien faire la zouave avec eux, leur raconter des bêtises, dire n’importe quoi et aller chercher leur rire comme une junkie de la rigolade, les laissant ensuite tellement excités qu’ils finissent par faire une crise de nerf à leurs parents.

Mais il y a un truc que je n’aime pas, c’est m’adresser à eux comme s’ils étaient la moitié d’une huitre.

Enceinte de N°1, j’avais entendu dire qu’il fallait parler à son bébé, même dans son ventre. Trouvant la démarche un petit peu ridicule rapport que j’avais peur de me faire prendre à parler seule en me caressant le ventre, j’avais vite ranger cette mode au placard.
Mais j’ai pris le parti de toujours parler à mon enfant. C’est à dire que je lui expliquais tout. Du genre, » je vais t’allonger sur ta table de change, là, et maintenant, je te change la couche parce qu’elle est sale. Aller, on va se coucher dans ton lit et tu vas faire une grande sieste. Je t’avoue que si tu pouvais dormir 3 heures ça m’arrangerait ». Même à 3h du matin.
En gros, j’expliquais ce qui allait se passer, dans les 5 minutes à venir, me doutant que lui faire le planning de sa journée en une seule fois serait peine perdue.
Pas la moitié d’une huitre mais quand même pas non plus une mémoire vive très très puissante.

Alors je ne sais pas si c’est ça, mais mes deux enfants ont fait leurs nuits rapidement et sont relativement attentifs quand je leur explique quelque chose. Mieux, ils savent anticiper certaines activités en prenant les devants (ce qui n’inclue pas de mettre leurs chaussures, là, je crois qu’ils font un blocage, je n’ai aucune explication à cet oubli quotidien… c’est pas comme si c’était utile pour aller dehors en plus).

Mais j’aime bien me dire que c’est grâce à ça et pas juste leur constitution qui fait qu’en fait, ils sont plutôt cools.

En parallèle, j’ai quand même dû lutter des mois durant pour que les gens s’abstiennent de leur parler comme à des ganaches abouliques.

Oui, parce que « le » gens aime parler aux bébés comme s’ils n’étaient aptes qu’à comprendre des dédoublements de syllabe et des fins de phrases aigues prononcées de la façon la plus niaise possible (parfois, il doit même y avoir des challenge je pense).

« mais qu’il est crocro mignonnet ce petit bébinou d’amour ah bah oui hein, comment tu fais, hein, comment tu fais, areuuuuuuh oui voilààààà mais c’est bien bébinou tu vas etre un grand hein. Et si je te fais des guili guili là hein, et les guili guili…ah oui, guili guili rho tu aimes hein les guili guili. »

Dans le monde « du » gens, tout est petit et finit aussi en « et » ou « ette » pour qualifier de la choupitude des choses. Évidemment, l’enfant a un surnom ridicule parce que vous comprendrez bien que le prénom que vous avez choisi, c’est plutôt de la merde à côté de « bébichounet ».

Pourquoi tant de haine?

Attention, je ne dis pas qu’il est de rigueur de parler à son gosse comme s’il rentrait à l’ENA le lendemain. On va pas non plus exploiter ses chances de devenir un être chiant. Mais « juste » ne pas le prendre pour une moule cuite. « Juste ».

Même bébé.

Et encore moins quand ils ont 3 ans.

Et je ne vous parle même pas de ce que j’ai envie de faire à ceux qui font ça à mon fils de 7 ans et demi.

parler-enfant-« Alors choubidou, il a fait un beau caca mon choubidou? Oh ouiiii le beau cacounet de choubidou c’est biiiien »

« SAV des enfants bonjouuuuuur »
« Oui, bonjour, c’est pour ma tante là,  je crois qu’on la perd.  Je peux en changer ou…. »

Ca va pas mieux nous avec les LEGO

Comme rien ne vous échappe, vous avez dû remarquer qu’on avait une « très » légère addiction aux LEGO à la maison.

Il se trouve qu’au détour d’un vagabondage internétique, je suis tombée sur une idée de génie qui allait assouvir mes besoins de voir ma maison se transformer en briques à picots.

J’ai donc couru au supermarché faire le plein de compotes en petits pots de verre, j’ai ressorti la peinture acrylique jaune du placard (note pour plus tard: la peinture ne sèche donc jamais, même après deux ans au placard), j’en ai rempli le fond du pot, j’ai fermé le couvercle, j’ai secoué comme une forcenée…

Et……

Quelques coups de feutre noir permanent plus tard….

LEGO DIY

On va lui faire plein d’amis maintenant…

j’ai environ 12 compotes pomme-pruneaux à terminer (oui, j’en ai profité pour soigner Clapiotte en même temps, je suis un génie)

Mode enfant au ski: au chaud mais quand même beaux.

ce que je préfère quand on va au ski (bien qu’on y aille peu, parce que ça coute un bras), c’est d’être suffisamment équipée pour supporter le froid et pouvoir me faire des chocolat chaud et des crêpes au Nutella en terrasse dans un café sur les pistes.

J’ai des envies simples finalement.

Étant donné le peu de week end à la montagne que nous nous permettons,  autant vous dire que ma combi Rossignol qui m’a couté ma plèvre il y a 7 ans ne doit toujours pas être amortie. Alors pour ce qui est de l’équipement des enfants, c’est bien pire, vu qu’il ne s’en serve qu’une seule saison. Du coup, je suis la reine de la combi(ne) pour m’en tirer pour pas trop cher, mais qu’ils ne ressemblent pas non plus à Jean Claude Duss.

Petite sélection pour les vacances d’hiver qui arrivent à grand pas (et gros coups de froid):

blouson de ski étoilesGo sport, 12,49 €

manteau ski bebeTape à l’oeil, 24,99

manteau ski enfant

Orchestra, 29,97€

blouson ski manteau enfantOrchestra; 28,47€

ACHAT DU PANTALON, mon conseil:

prenez le le plus sobre possible, unisexe et une ou deux tailles au dessus. Avec des chaussures de ski ou même de gros après skis, il ne risque pas de marcher dessus de toute façon, on pourra le remettre à la petite sœur ou au petit frère si on le prend noir/gris ou marron par exemple (et on a plus de chance de trouver une veste assortie) et il sera LARGEMENT amortie car facilement utilisé sur deux saisons (voire 4 si on recycle pour le benjamin). Bien prendre un pantalon élastiqué en bas (au moins à l’interieur) pour faire un revers si besoin. C’est pas ce qu’on trouve de plus beau, mais franchement, pour en avoir acheté un de bonne marque quand N°1 avait 4 ans, j’ai pu lui remettre les 2 saisons d’après (bon, la dernière fois, c’était un peu juste, mais tant pis, les bottes de ski monte bien assez haut sur le mollet) et l’an prochain, il ira à Clapiotte. 50 euros (en solde) pour 5-6 saisons… ca vaut le coup.

pantalon ski enfant

Vous tentez de ne pas trop dépenser pour les vêtements de ski aussi? Vous allez où?

En avant la mode: je commence à comprendre…

Dans la liste sans fin de mes bonnes résolutions de 2013, il y avait, comme chaque année quasiment, un point qui sera une sorte de priorité cette année: changer de garde robe.

Le truc, c’est que ce n’est pas évident de changer de garde robe quand on attend de perdre 4 ou 5 fichus kilos. Fichus kilos qui, si ils se volatilisent (génie de la lampe m’entends tu?) vont forcément changer ma silouhette, ou au moins mon tour de hanches. Pas très perspicaces alors de se racheter 3 jeans et deux pantalons quand on se persuade qu’on va y arriver « cette fois ».

J’ai grossi, j’ai maigri, j’ai fait du sport, j’ai arrêté, j’ai préféré le Nutella au poisson en papillote, j’ai rajouté du sucre dans mon café sans en enlevé de mes desserts, je me suis reprise en main, j’ai re-maigri, j’ai mangé trop de fajitas, je me suis remise au sport, j’ai eu une bronchite qui a anéanti mon groove, j’ai re-re-repris le sport. Et je suis une camée du fromage. Aussi. Bref, j’ai quand même réussi à perdre 1 kilo. En un mois, mais un kilo quand même. Plus que 4. You-pi. Si tout va bien, je ferai mon poids de forme juste avant la ménopause, ça sera vraiment un bon timing pour tout reprendre d’un coup.

Comme je prends mon temps pour parfaire ce corps de rêve qui m’a échappé il y a 4 ans de cela (sans blague, j’étais plutôt bien gaulée avant Clapiotte), j’apprends petit à petit à m’habiller malgré ces formes qui ne me conviennent que moyennement.

habiller_sac_poubelle_

Tant que je suis pas assortie au mobilier urbain, ça me va finalement….

Sur mon épaule, Cristina me souffle « Ma chériiiie tou as la silhouette en A, il te faut mettre en valeur tes épaules et planquer un peu tes larges hanchhhhes avec ce que tou peux. Et tou mets des talons ma chériiiie, tou es oune femme ou pas ? »
Sauf qu’après, *pouf* elle disparait dans un coin de mon cerveau que je ne sais atteindre. Me voilà donc souvent devant des rayonnages rempli de pull en V, en rond, à manches courtes, chave-sourie, longs, courts, larges, près du corps… sans trop savoir que choisir.

Du coup, immanquablement, parce que la prise de risque n’est pas mon point fort, je me retrouve avec un peu de tout, dans des couleurs allant du bleu foncé au noir et quelques touches de blanc cassé parfois mais pas trop quand même.
J’adorerai qu’on m’invite à une séance de relooking (mais faudrait que je reparte avec les fringues par contre) pour m’apprendre à me mettre en valeur malgré tout.
Enfin, me direz vous, le principale est que je me lance après tout. Je peux bien m’acheter des hauts pour essayer et voir ce que ça donne, mes kilos étant concentrés au niveau des hanches, je ne risque pas de devoir tout mettre à la benne dans 20 ans (la ménopause tout ça…). Et puis, y’en a marre d’acheter que des trucs pour les enfants à la fin !

Alors, certes, je ne me sens pas encore l’âge de commander des vêtements de la boutique mona.fr mais j’y ai découvert un super guide de conseils sous forme de guide de silhouette et guide de coupes, une sorte de Cristina sur fiche Bristol en fait… je me le garde au chaud pour le réviser avant chaque sortie shopping.

Seite3_XTyp_komplettNEU

(J’ai pris la silhouette en X parce que ca fait rêver mon copain PapaCube)

Et en attendant, je finis d’user mes pantalons avant d’en racheter d’autres… en espérant que d’ici à ce que je les use jusqu’à la trame, je re-rentrerai peut être le mollet dans certains vieux pantalons adorés à l’époque….

A suivre, donc…..

 

Lien hôte.

Des beaux jouets pour mieux jouer ? (cadeau)

Ça ne vous a pas échappé, les jouets et les jeux font partie de cette maison au même titre que les brosses à dents: indispensables et à usage quotidien. Parce que pour moi le jeu apprend nettement plus qu’un long laïus, parce qu’il faut absolument savoir bien gagner mais aussi bien perdre et aussi parce que c’est un moment où l’enfant prend une place toute particulière. Autour d’un jeu de société, à plusieurs, il joue contre son frère/sa sœur et même ses parents et ce n’est pas rien de défier ceux qu’on aime. Dans sa chambre, il s’invente des histoires au gré de son imagination et je dois bien dire que j’adore aller les espionner pendant ces moments là, voir ce qu’il se passe dans leur propre univers me fascine.

Mais alors, quel genre de jouets?

Évidemment, les jouets à la mode seront les plus demandé, y’a pas à dire, les cours de récré ont pris le pouvoir sur notre bon gout. Mais pas grave, on peut toujours rattraper le coup en proposant de jolis jeux et jouets quand même, parce qu’heureusement, certaines marques ne lésinent pas sur la qualité, et encore moins sur le design.

Alors donc, un jouets à tirer sera forcément plus sympathique s’il est en bois, on trouvera plus choupi des puzzles dont la boite fait aussi déco de chambre, on aimera les jeux colorés mais sans pile et on adulera tout ce qui sortira de l’ordinaire.

Certaines petites boutiques indépendantes proposent ce genre de produits. Et aussi quelques boutiques en ligne.

C’est le cas de « Une cuillère pour doudou » dont la sélection de produits me rend absolument hystérique. Les marques sont certainement choisies avec le plus grand soin tant , au fil des pages, on a envie… de tout acheter.

Des jouets de chez Janod, Vilac, Lillipuciens ou encore Déglingos, des décorations de chambres d’enfant qui viennent de chez Lilipinso ou poisson Bulle ou encore du matériel de puériculture trié sur le volet. Si vous saviez comme je peste que ce genre de boutique proposant autant de choses de bon gout à la page n’ait pas existé quand j’étais enceinte (et donc, hormonalement disposée à craquer pour toutes ces petites merveilles).

Lorsqu’on m’a proposé de choisir un petit quelque chose pour Clapiotte, je dois bien dire que j’étais été tentée de mettre la liste complète des jeux proposés.

Genre:

une cuillere pour doudou selectionBoite trésors Trousselier, porteur et kit anniversaire en bois Vilac, piano, jeu et fusée Janod.

Et puis finalement, craquage:

maison-liz-lilliputiensmaison Lillipuciens TROP CANON !
photo-10

Avec des WC !!! Les enfants A-DO-RENT les WC

Vous comprenez maintenant quand je dis « jolis jouets »? Bon, et puis avouons le, ce type de jeu peut les amuser des heures durant… et on n’est jamais en manque d’heure tranquille non?

Donc, déjà, je remercie Une Cuillere Pour Doudou pour ce joli cadeau mais aussi pour cette belle boutique qu’ils nous proposent, telle une caverne d’Ali Baba…

Et comme on voulait vous en faire aussi profiter et que je suis fana de jeux de société (mais que j’en ai tellement qu’en choisir un  nouveau aurait été déraisonnable), vous pouvez gagner un jeu Janod parmi ces quatre là:

malette-animero-janodrabicat-jeu-de-dada-et-oie-janod

malette-bal-masque-janodmalette-mottamo-janod

(Cliquez pour avoir les infos)

Pour jouer, vous me dites en commentaire quel est votre article préféré sur le site Une Cuillère pour doudou et pourquoi. (nom, marque et lien sur le site).
Une chance supplémentaire si vous partagez le concours sur les réseaux sociaux ou votre blog (parce que ce site merite de faire le tour de nos réseaux)
Evidemment, un petit like sur la page Facebook d’Une cuillère pour doudou ou sur celle du blog nous ferait vraiment très très plaisir en guise de remerciement, par exemple :)Vous avez jusqu’au 4/02/13 inclus. Le gagnant sera tiré au sort parmi les participations valides et contacté par mail, en plus d’être annoncé en édit de cet article.
Une seule participation par foyer/IP.

Bonne chance!

EDIT du 5/03/12: c’est Minute Papillon qui gagne un des jeux Janod.
Bravo à elle et merci à tous ainsi qu’à « Une cuillère pour doudou ».

Les photos de famille ou le drame logistique

Je photographie. Beaucoup. Beaucoup trop ou parfois pas assez, ça reste assez flou suivant d’où on se place.

Comme je suis d’une grande originalité, je photographie essentiellement mes enfants. Partout, tout le temps, mais finalement, surtout quand on est dehors, qu’il fait beau et éventuellement quand je m’amuse à les shooter pour le blog.

Depuis que N°1 est né, j’ai stocké environ 29 000 photos. Des regards, des mimiques, des pieds, des mains potelées, des moments de vie, des sourires… Et encore, je peux peut etre me féliciter de m’être fait voler mon appareil numérique, deux fois, alors que je n’avais pas vidé la carte mémoire depuis bien 3 mois à chaque fois.
Autant de souvenirs perdus pour cause d’organisation médiocre. (pas comme celui-ci que j’aurai dû lire avant même d’acheter un APN)

Le soucis, c’est que d’une, je ne vide jamais mes cartes mémoire. Ou alors sans en effacer le contenu, me retrouvant ainsi avec des photos en double ou triple sur mon disque dur externe, mais surtout, c’est que je ne prends que rarement le temps de les trier pour en faire des albums. L’ère du numérique a eu raison, pour bon nombre d’entre nous, des week end à coller des photos papier dans des albums. Du temps de gagner mais une énorme perte d’espace mémoire et surtout, la flemme de regarder ces photos plus ou moins classées aléatoirement dans des dizaines de dossiers.

Pourtant, ce n’est pas faute, au fond, d’avoir une furieuse envie de me replonger souvent dans mes souvenirs en regardant les petites tronches de mes enfants sur papier glacé.

J’ai évidemment déjà tenter de faire des albums via internet : on colle nos photos sur des pages virtuelles, on clique, re-clique et quelques semaines plus tard, on reçoit notre album photo sous forme de livre photo. Des photos, qui, donc, ne passeront pas de couleur. Fini la colle qui ne colle plus après 5 ans de bons et loyaux services, ce genre d’album passera les années sans moufeter. Faut-il encore se prendre quelques heures pour trier les 29 000 photos et commander une dizaine d’albums pour rattraper le temps perdu (je me suis arrêtée après les 6 mois de N°1… qui a donc 7 ans et demi aujourd’hui….). Je ne suis qu’une éternelle feignasse, mais voilà une résolution que je pourrai peut être tenir, à raison d’une après midi par mois consacrée à ce tri, j’arriverai peut être en 2013 à venir à bout (ou presque) de mon retard. M’en vais voir chez Pixum si ils peuvent pas me faire un prix de gros tiens. Bien qu’un album de photos de famille Pixum rentre plutôt dans mes prix.

Bref… faut que je m’y mette. Et vite… parce que ce genre de photos à regarder en famille, ça commence à me manquer:

Clapiotte et N1

Vous faites comment chez vous?

 

lien partenaire

Que pensez de la réforme des rythmes scolaires?

Il y a quelques temps, je disais que j’étais pour, « très » pour même. La faute à mon utopisme, surement, j’ai toujours jugé cette réforme nécessaire, et je pense que l’idée de base est excellente.

Seulement, je me rends compte aujourd’hui que les choses promises ne sont pas forcément dues, qu’on ne sait pas tout, que ce que j’espérais n’est pas toujours réalisable. Alors, je reviens un peu sur ce que je disais en octobre, je suis toujours pour, mais je suis surtout pour que ce soit fait de manière juste, correct, pour tous les enfants. Que ce soit une vraie évolution et non pas une solution bancale qui se substitue à une autre.

Dans l’article ci après, vous trouverez la tribune que nous avons décidé de relayer ce jour, en tant que parents blogueurs ou non. Je suis d’accord sur presque tous les points de cette tribune et je tenais à m’associer à ces parents pour prouver aussi que même si nous n’étions pas tous d’accord, on pouvait quand même avoir une démarche solidaire pour que tout se passe dans l’intérêt de l’enfant.

Vous pouvez relayer cette tribune, la reprendre sur votre blog, la twitter, la relayer via facebook… Nous faire entendre me parait important.

Et je vous invite aussi à consulter la réforme en entier ici.