TNT mon amour

La saint Valentin, cette belle journée où l’amour est fêté en grande pompe et décos kitsch.

Et moi qui n’ai rien écrit pour célébrer cette fête des amoureux. Quelle blogueuse médiocre je fais.

Et en même temps, vous dire à quel point c’est beau, l’amour, c’est doux, l’amour, aviez-vous besoin de moi pour en être persuadés ? Ai-je vraiment besoin de dire qu’il doit bien être triste de vivre sans mais que ça serait peut être moins compliqué aussi finalement. Dois-je vous prouver que même les pierres peuvent s’éprendre de mousse quand il s’agit d’amour, tout est possible parce que l’amour seule permet d’accéder à ce petit quelque chose de magique que nous offre la vie.

Bla, bla bla.

Mais j’ai une déclaration d’amour à faire.

Et où mieux que sur ce blog pourrai-je la déposer ?

A toi, TNT mon amour.

Je sais que je n’avais pas été tendre avec toi ni les autres services de livraison. Je le sais. je l’assume. Mais après tout, doit-on toujours rester sur une mauvaise première impression ? Je ne pense pas. Je pense qu’il faut aller de l’avant, alors, plusieurs fois encore, je t’ai fait confiance, comme aux autres d’ailleurs.

Il y a quelques jours, j’apprends qu’un paquet surprise, certainement un colis de roses du Maroc pour me prouver ton amour j’imagine, est dans tes locaux et va bientot m’arriver. Je trépigne, je guette à ma fenêtre ce livreur orangé qui égayera ma journée.
Les jours passent et j’oublie jusqu’à l’existence de ce paquet. Loin des yeux… tu sais comment on dit.

Et puis un jour, sur le mur de mon immeuble, je trouve ton mot doux scotché. Tu es venu mais tu ne m’as point vu. Ce n’est pas faute d’être toujours à la maison pourtant, mais tu es si timide, comment t’en vouloir.

Mon avis de passage d’amour en poche, j’essaie de te convaincre de repasser le lendemain. Tu promets. Et j’attends. Je ne sors même pas au risque de te rater.
Mais il faut croire que la vie est contre nous, mon amour, les manifestants t’ont bloqué la route, tu n’as pu franchir les hautes barricades pour arriver jusqu’à mon balcon, Ô Roméo.

Je suis patiente, je te demande de repasser le lendemain, une nouvelle fois. Je suis prête à tout pour toi, vois tu. D’ailleurs, pour être certaine que tu juges de mon impatience, je te donne mille codes qui permettront enfin de nous voir réunis.

Mais tu ne viens pas. J’apprends que tu n’as finalement pas pris note de mes secrets pour accéder à ma loge sans mal.

Je suis déçue. Mais l’amour rend aveugle, je te rappelle une nouvelle fois pour entendre le doux son de ta voix, encore et encore.

Tu es tellement désolé. Tu repasseras demain, c’est certain.

J’attends encore et craignant pour ta santé, je m’enquiers de tes nouvelles. Malheureusement, mes enfants ayant vu notre manège essayent de faire valser tous nos espoirs de rencontre. Ils me cachent ta missive avec ton précieux numéro et c’est penaude que je te rappelle, tremblante, pour te demander de revenir.

Ahhh, l’Amour peut rendre les gens fous. Tu prends très mal le fait d’avoir perdu ton courrier et ton précieux numéro. Pourtant je t’assure, il était devant moi ces quatre jours durant, je t’ai gardé amoureusement. Mais les enfants sont fourbes et tiennent à ce que leur foyer reste tel qu’ils l’ont connu.

Tu me jettes alors en pleine figure que tu ne peux plus rien pour moi. A croire que cet amour n’était qu’une vague mascarade. Tu refuses même jusqu’à chercher qui je suis, faisant le sourd  à mes demandes que j’essaie de garder pourtant courtoises. Tu me blesses de tes estocades et d’un ton trivial tu m’assène d’un très sec « ce n’est pas mon problème ».

Je suis blessée. Je te demande de ne pas me parler comme ceci, mon coeur saigne de t’avoir tant attendu pour me voir ainsi vouer aux gémonies et accabler de tes sarcasmes. Tu me ris au nez.

Plus tard, reprenant mes esprits embrumés par tant de mépris inattendu, les enfants ayant abdiqué devant mes supplications et m’ayant rendu la précieuse, je te rappelle et tu me promets de passer demain. Tu m’aimes donc toujours ?

Nous sommes demain.

Et si tu le souhaites j’attendrais encore. S’il le faut je mourrai chez moi, sur un palier crasseux que je ne prends plus peine de balayer pour t’accueillir. Je regarderai des gifs animés de roses qui se fanent d’avoir trop attendu leur vase jusqu’à m’en crever les yeux s’il le faut.

Mais je t’attendrai.

Parce que c’est aussi ça, l’amour. L’abnégation. Le renoncement. Jusqu’à la haine.

gif rose kitshPuisse ce Gif te percer la rétine.
Lentement.

 

EDIT du 14/02 à presque 16h: Cher et tendre TNT, sache que je te quitte. Je te quitte car j’en ai rencontré un autre, François, sur qui j’ai pu compter en moins de temps qu’il a falluu pour le dire, il m’a envoyé un coursier volant me confier mon colis. Sans lui tout ça aurait pu tourner très mal, je me serai jetée sur la drogue et me serai alcoolisé dès les enfants déposés à l’école dans le bistrot de l’angle de la rue. Mais François a su trouver les mots.  Je lui serai éternellement reconnaissante pour ça. Grâce à lui, je peux reconstruire ma vie, sauter, chanter et même aller chercher mes enfants sans avoir peur de te rater. Je suis libre, mon amour. Adieu.

Mode enfant: les blousons Teddy parce qu’on est pas la moitié d’un amerloc.

Y’a des trucs que j’ai toujours voulu avoir et qui ne se trouvait pas dans les rayons. Enfin, si, dans des magasins de déstockages américain certainement, mais comme j’habitais un bled paumé du fin fond de l’Allemagne, que j’avais 13 ans et qu’internet n’existait pas, je partais avec un lourd handicap à la base.

Bref, pendant que je regardais Dylan McKey draguer Kelly, je rêvais aussi beaucoup à ces blousons que les capitaines d’équipe de football américain donnaient à la chef des pom-pom girl en preuve de leur amour.

Moi, les clichés de ce genre, c’est toute ma vie de midinette.

Et en ce moment, on trouve plein de blousons Teddy, alors si je craquais pour les greffons ?

Blouson Teddy Zara (fille et garcon, 23 et 27 euros)

teddy zara enfant blouson

Blouson garcon Tape à l’oeil, 23 euros

teddy blouson enfant

Blouson Converse, 115 euros.

teddy converse blouson enfant

Blouson Orchestra (15 euros) et Kiabi (20 euros)

blouson enfant teddy

Catimini (65 euros)

teddy Catimini enfant

Si jamais vous en trouvez en rouge mais jolis, je veux bien savoir où vous les avez vu !

Je vais sonder N°1 voir si il craque ou pas… Ca sera un peu Dylan et je serai Mme Walsh.

 

Maman, j’veux aller au ski moi aussi.

Soyons bien clair, le ski j’ai toujours plus ou moins détesté ça.

Quand t’es gosse, on te fout dans des groupes avec des enfants que tu ne connais pas et que tu ne connaitras jamais, parce qu’on a tous la même combinaison rouge moche ou bleue moche peu importe, avec un bonnet à pompon ridicule, un masque un peu trop grand rempli de buée et une écharpe qui gratte mais qu’il faut pas enlever sinon tu vas avoir la grippe c’est ta mère qui l’a dit.

Tu attends des plombes pour prendre un tire fesses qui te fait tomber systématiquement au bout de 10 pauvres petits mètres. Le cul gelé, tu dois redescendre et refaire la queue pendant que ton moniteur imite Heidi (pas Klum, l’autre, avec les tresses) en haut de la montagne en ayant pris soin de ne pas recompter le groupe et en t’oubliant. Tant bien que mal, tu ne lâche pas la perche et arrive en haut de la piste avec de la neige plein les poches, les gants, un ski sous le bras rapport que t’as déchaussé en cours de route. Le monsieur criait de lâcher la perche pendant qu’elle te trainait comme un lama mort mais tu es persévérant, il parait que c’est une qualité, t’avais vu ça dans Bumbo la petite automobile.

Une fois que tu arrives en haut, donc, le mono t’engueule un peu pour la forme. Tu pleures même pas, tes larmes sont gelées dans tes yeux façon bûche de chez Picard.

Il t’explique ce que c’est que l’amont et l’aval, mais toi tu t’en fous, tu te rends compte que ton savane aux pépites de chocolat est eu milieu de la montée du tire fesses et se fait écraser par tous les skieurs qui pestent que quand même, ces gosses, ils respectent pas la nature, sans même penser que c’est la neige qui a pu te labourer les poches comme un racketteur à la sortie de l’école.

Et puis ce nez qui coule et qui est trop froid, ces cheveux collés par la sueur, ces skis qu’il faut porter et qu’il ne faut pas croiser, ces chaussures trop lourdes…

J’aime pas trop le ski.

J’ai passé ma première étoile dans la souffrance en me disant qu’après ça, on ne m’y reprendrait pas.

Et comme on ne m’y a pas repris, j’ai skié avec mes parents, férus de descentes en tout genre et qu’il fallait suivre, coute que coute. Qui m’attendaient et repartaient aussitôt sans que je puisse respirer parce qu’il fallait bien profité ma chérie, tu comprends, c’est qu’une fois par an.

Je n’étais pas si mauvaise, à force. je suis même partie avec des copains, loué des appart trop petits qui sentaient les chaussettes humides et la tartiflette de la veille mais j’aimais les cafés en altitude et les gaufres au Nutella face à la montagne, le silence de la forêt étouffée par la poudreuse et les beaux garçons coincés avec moi sur le télésiège pendant dix minutes, le temps de se donner rendez vous dans le bar de la station le soir venu.

Aujourd’hui, je n’aime pas trop le ski mais j’aime bien la montagne, alors.

Mais la montagne me le rend peu, m’achevant de ses tarifs exorbitants je renonce souvent à m’y rendre, alors que je pourrai la voir de ma fenêtre si la pollution me le permettait.

Mais aujourd’hui je ne décide plus seule et N°1, lui, il aime ça le ski. Il aime avoir le cheveu collé et les doigts de pieds congelés, il se fiche pas mal de sentir la chaussette. N°1, lui, il veut des médailles. Des médailles en forme de flocon, de piou-piou, d’ourson, d’étoile des neige et de chamois d’or. Il les veut toutes, il veut que ça fasse bling blling (pas comme dans mon porte monnaie quoi). Parce que c’est chouette, les médailles. Alors je cherche à lui faire plaisir en trouvant une station qui nous accueillera pour deux jours de temps en temps afin qu’il puisse parfaire son schuss pendant que je boirai des chocolats chauds à 10 euros avec Clapiotte arnachée dans une luge en espérant qu’elle ne se prenne pas trop vite au jeu elle aussi.

Rien que d’y penser, je dépéris.

Pour la peine, je tente ma chance aux jeux concours que je trouve, parce qu’après tout, on ne sait jamais (nan parce qu’en étant invitée, je pense que je peux apprécier le concept du froid). du coup, je partage, je suis sympa et puis c’est joliment illustré par Astrid M.
C’est France Montagne et Famille Plus qui ont lancé un Jeu-Test intitulé « envoyez balader vos enfants« . Vous pouvez faire le test (je suis Wonder Maman », qui l’eut cru ?) et tenter de remporter un séjour pour 4 personnes. Pile poil ma famille. Coïncidence ? Je ne pense pas ! Venez tenter votre chance, au pire, on ira boire des vins chauds et on reprendra une part de fondue.

quiz_fm_page_home

La vie mondaine vs. la Grippe.

Comme on est parfois (pour ne pas dire souvent) un peu con dans la vie, on tente des trucs de dingues, histoire de se prouver qu’on est plus fort/beau/intelligent que n’importe qui d’autre. De temps en temps, c’est même plus qu’un besoin, c’est une obsession.

Et ça a été mon cas la semaine dernière.

La semaine dernière, je me suis levée le lundi en déclarant que j’avais une sensation étrange. Voire que j’avais carrément mal à la gorge, la trachée, les poumons et tout ce qui pouvait me servir de près ou de loin à respirer.

Grippe 1 /Vie mondaine 0

Rendez-vous pris chez le docteur pour le lendemain (tous ces gens qui ont la grippe passent avant, c’est normal, les pauvres), je fais mine de tenir le coup jusqu’au soir. Le lendemain, mon docteur me demande si quand même, c’est un pas un peu dans ma tête tout ça.

Je me dis que peut être. Et puis de toute façon, vu qu’à priori j’ai « juste » un rhume, je vais pas faire ma chochotte et immédiatement me remettre sur pied. ca tombe bien, j’avais rendez-vous dès 11h15 dans les laboratoires Boiron pour parler Homéopathie (on en reparle dans la semaine).

La journée se passe, j’ai mon masque de « je vais bien, tout va bien ».

Grippe 1/ Vie mondaine 1

La nuit assèche ma gorge un peu plus et j’ai légèrement chaud. Ou froid. je ne sais plus trop bien.

Mais comme je dois partir à Paris mercredi soir, je DOIS aller.

Mercredi soir, j’avais rendez-vous avec Isabelle et 59 autres de ses lectrices pour fêter ses 5 ans de blog.Une fête pour un blog ? Oui, bah oui, ça existe. Et bien que le concept soit un peu étonnant, je dois bien avouer que c’est super sympa de rencontrer certains blogueurs et beaucoup de lectrices autour d’un tel événement.
On a bu du Champagne et Champabulle (du Champagne sans alcool. Mais je n’ai pas gouté, j’étais quand même un peu malade) et on a mangé des petits trucs de chez Cojean (inconnu au bataillon rapport que c’est parisien mais ça avait l’air super bon… mais j’ai pas mangé, j’étais un peu malade quand même). Bravo Isa pour l’organisation, c’était vraiment parfait.
Je crois qu’Isabelle a aimé, la joie l’emportant sur, j’imagine, un peu d’appréhension. Moi, j’ai pu voir ou revoir certains comme Isa, PapaCube, Sabine, Clem, Stephanie, Cécile, Carole j’ai rencontré Mimi Moustik, Sandra, et Astrid (en mode fan, je n’ai pu réprimer un « hiiiii » en la voyant… la honte) et aussi des lectrices tellement sympa, un peu comme un cadeau bonus, je ne m’attendais pas à retrouver aussi quelques unes d’entre vous. C’était un chouette moment. Un peu étrange car inattendu, mais vraiment sympa, alors merci à celles qui m’ont fait passé cette belle soirée et évidemment, à Isabelle sans qui ça ne serait jamais arrivé !

La soirée s’est donc bien passée sur TOUT les points donc. Notez ma capacité à résister.

Ezabel anniversaire 5 ans

Grippe 1/ Vie mondaine 2

J’ai rejoint des amies chez qui je dormais. Et je me suis levée avec l’envie d’abandonné ma gorge, mon nez et mon dos aussi tant qu’on y était au bord d’une route.
Je me suis shootée. Beaucoup. Gavée de petites pilules, je reprends le métro parisien pour finir au Poussette café rencontrer BEUCOUP de blogueuses autour de la dernière innovation Evian pour les mamans et les bébés. J’arrive en retard, parce que mon cerveau n’est pas non plus si alerte que je le voudrais bien. Tout le monde est très attentif alors je m’assois le plus discretement possible bien que tout le monde ait bien grillé que celle qui se pointe avec 30 minutes de retard, c’est bien moi.
Je note tout de même qu’Evian sort des pack de 12 petites bouteilles de 33cl avec, à l’interieur, une tétine Beaba qui s’adapte parfaitement au bouchon. LE truc à avoir absolument dans son sac en fait. Ayant testé quand Clapiotte était petite, je ne peut que vous dire « FONCEZ » sur cette tétine et ces mini bouteilles d’eau, les enfants adorent boire à la bouteille, sauf que là, ils ne s’en mettront pas de partout. L’innovation se retrouve dans les supermarchés ou en livraison avec evianchezvous. (Plus d’infos ici: Evian Baby.).
J’aurai pu dire tout ça lorsque l’équipe de Parole de Mamans m’a demandé de répondre à quelques questions face caméra. Mais j’ai préféré les onomatopées. C’est plus hype dans le cerveau d’une grippée voyez vous. Plus qu’à espérer qu’on me coupe au montage.

Sauf ma dernière phrase. Oui, celle où je dis « retrouvez moi sur le blog evianmaman.fr ».
Parce que CA, c’est ma super nouvelle du jour dont je suis vraiment très très fière. OUI, vous pourrez me retrouver tous les jeudi sur Evian Maman, avec plein de thèmes autour de la famille, des enfants, et mon ton. Je suis ravie de partager cette experience avec Mlle Caroline (hiiii, la grande classe quand même), Olivier et Géraldine.

Une belle aventure qui commence dès aujourd’hui, alors n’hésitez pas à nous suivre (aussi) là bas ! Et je suis ravie de l’équipe qui suis ce projet qui j’en suis certaine, sera un succès.

evian baby

J’ai aussi pu ENFIN rencontré et discuté avec bon nombre de copines virtuelles, chose que je ne prends que rarement le temps de faire parce que je cours sans arrêt d’habitude. Je suis vraiment contente d’avoir pu rencontrer EmmA que je connais depuis 4 ans de blog, et d’avoir pu discuter avec Delph et Clarisse (qui ont des enfants particulièrement calmes, je tiens à le dire), Celine, MadameParle, Virginie, Astrid, Harmony, Alex, Milie, flying mama, Cynthia(et qui ? et qui ? j’oublie environ 12 personnes là !)

555824_10151245926942234_614209229_n

Toi aussi pose aux côté d’une blonde pétillante et fais ressortir  tes cernes habillement camouflée sous ta fatigue.

Grippe 1,5, Vie mondaine 3

Et le vendredi alors ?

Le vendredi, je ne me suis JAMAIS levée.

Grippe 3, Vie mondaine 3

Ni le samedi.

Grippe 4, Vie mondaine 3

Ni même le dimanche.

Grippe 5 Vie mondaine 3

Victoire par K.O

J’émerge ce matin en reprenant peu à peu possession de mon corps. Parce que vivre à 1000 à l’heure en essayant de mettre de côté une grippe; j’aime autant vous dire que ça ne marche pas.

Mais je peux aussi vous dire que ça valait le coup. Vraiment !

tumblr_mek6laQEvP1ra90cz

Le bon mot du dimanche

On commence à revoir le jour chez nous, et c’est pas trop tôt, une semaine presque pleine de virus, c’est un légèrement exagéré. J’ai encore le nez de M. Patate et je tousse comme un fumeur de Gitane MAIS je  sens que mon corps reprend du terrain.

Fin de la minute hospitalière.

Sur Facebook, je poste régulièrement les bons mots de Clapiotte. Mais de temps en temps, j’aime bien les écrire aussi sur le blog, parce que c’est là que je les retrouverai aussi, plus tard. Et autant vous dire que le vase clôt des derniers jours a été riche en boulettes de la part de Clapiotte.

A près le petit déjeuner ce matin, je pars dans la salle de bain avec Clapiotte pour un lavage en règle mains-bouche-dents.
Je fais un peu vite et manque de la faire tomber de son marche pied.

« Oh maman hé ! Tu me fais tomber ! »
« Pardon ma chérie. Je suis désolée »
« Non, t’es pas désolée. »
« Ah bon ? je suis quoi alors ? »
« T’es moche. »
…..

Bon dimanche.
Sous vos applaudissements.

Clapiotte

PAN !

 

tirer sur la corde

J’ai cru que je m’étais sortie de la vilaine maladie qui m’avait ordonné la couche lundi déjà.
Je me suis shootée au point de ne plus savoir trop qui j’étais pour pouvoir aller à Paris pour des trucs trop chouette dont je vous parlerai quand l’autre moitié de mon cerveau sera revenu de ses vacances.

Aujourd’hui,, je paye cher.

Je suis au lit.

Et Clapiotte qui tousse comme une locomotive à court de charbon aussi. Enfin, non, elle, elle sait restée digne. Elle me sert des cafés imaginaires dans des tasses Barbapapa et on regarde Petit Ours Brun en boucle. J’ai même pas le courage de me battre pour regarder un truc bien.

Je lâche les rênes des blogs pour mieux revenir quand la brume se sera dissipée. J’ai trois milliards de choses à raconter mais je serai capable de tout mélanger.

Petit coucou quand même à deux filles que j’avais envie de rencontrer depuis vraiment longtemps, et maintenant, c’est fait: Astrid et EmmA. Rien que pour vous, me droguer valait le coup !

 

A plus tard Gérard.

a plus tard GerardA Plus Tard Gérard.
Un livre qui raconte que les feignasses et mauvais opportunistes finissent toujours par avoir un beau retour de bâton.

 

Quand les stars accouchent et te filent des complexes, Shakira style.

Chère Shakira,

Tu le sais, tu fais le genre de musique qui a ce pouvoir de me faire danser sur les banquettes et autres canapés en gesticulant un peu à la manière d’une psychopathe. Je ne sais pas d’où ça vient cette tendance à lever les bras et à faire la zouave dès que je t’entends.Je me dois d’assumer cette tendance puisqu’elle m’a quand même permis d’attraper Tony sur le chemin de ma folie. Je le faisais rire, que veux-tu, à défaut de mouvoir ma crinière de feu, je te mimais et ça l’a conquis. Chacun ses goût.
Je note quand même que pareil avec la crinière et on arrive à chopper un Gérard pas dégueu et dont le compte en banque, à 25 ans est le même que celui de Tony dans environ 138 ans (si on ne mange pas entre temps). J’avoue, bien joué la crinière.

Je t’aime bien Shakira. T’as pas la cuisse d’un coton tige ni le ventre en teck sauvage et puis t’as une petite tête de gentille. Rapport que tes copines, elles ont des têtes de chaudières. Bizarrement, toi, t’as juste une tête de la bonne copine sympa prête à raconter une blague pourrie pour détendre l’atmosphère. T’es presque normale en fait, pour une nana qu’on voit partout dans les salles d’attente et les piles de journaux du coiffeur.

Je t’aime bien Shakira, mes enfants chantent Waka-Waka en cœur en se défoulant et font de bonnes grosses nuits derrière et tu as même réussi à rendre Nadal mangeable, tu mériterais une médaille pour ça.

Et puis tu as décidé de faire un bébé.

Déjà, sache que je t’en félicite. C’est un acte de bravoure autant que de dérider Nadal quand on y pense.

Pendant plusieurs mois, j’ai vu passer des photos de toi sur mon écran, à force de cliquer à droite à gauche. Je tombais sur des séances photos qui me rappelaient que décidément, la grossesse ne va pas à tout le monde et que ce n’était pas ton cas.

Pire, tu as même donné des concerts avec déjà une belle protubérance ombilical, me rappelant cette fois, par exemple, tous ces escaliers que je n’ai pas pu monter enceinte de Clapiotte. « C’est pas une maladie »… oui oui, je sais, mais bon, quand même, c’est lourd quoi.

Ce qui me rassure, c’est qu’en tant que future maman, tu n’as pas pu t’empêcher de refourguer des photos de toi sur les réseaux sociaux comme 98% des gens normaux finalement.

Et puis tu as accouché. On n’en sait pas plus, peut être que tu as hurlé ta mère en beuglant la Tortura pendant des heures ou que tu as accouché sans douleur en faisant de la flûte péruvienne, je ne sais pas. Et finalement je suis pas bien certaine de vouloir savoir, les histoires d’accouchement, c’est souvent dégueu quand même.

Les fans en alerte, connectés H24 sur vos compte Twitter respectifs attendaient impatiemment de découvrir la tronche d’un bébé qui s’annonçait pas trop vilain étant donné les gènes qu’il partageait avec ses parents.

Et VLAN, l’annonce: Milan est né, vive Milan. Sache qu’en apprenant ça derrière mon écran, j’y ai vu une pointe d’humour, un peu comme si j’avais appelé mon fils Vico alors que je ne mange que des Pringles. Mais l’humour, tu le sais, je suis pour.

Et puis là, t’as montré des godasses. DES GODASSES !!!

Je note, c’est une faute de primipare. On ne met pas de chaussure à un nouveau né, même si la vieille voisine croisée au marché te dit qu’il va avoir froid.

Je pense que t’as compris la leçon, il a déjà dû les perdre de toute façon.

Du coup, t’as rattrapé le coup en postant une vraie photo. J’espérais secrètement que le conte de fée allait s’arrêter quand je découvrirais qu’il avait les oreilles décollés et le nez de Zlatan. Mais non, c’est un choupi bébé. Sérieux, t’es chiante. Pire, pour voir la photo, fallait faire un don à l’Unicef. D’ailleurs, même pour la liste de naissance t’as abusé, pendant que moi, j’ai pleuré pour avoir des biberons à cols larges, toi, tu demandes des chèques pour une association. Sérieux ?

Nan je dis pas, hein, c’est super. Mais penses tu à nous qui avons besoin de ces p*** de biberons à cols larges ? Je n’pense pas.

Évidemment, avec un tel comportement, te détester sur 4 générations toi et ta petite famille toute neuve, c’est pas bien possible. Tu as pensé à tout; bigre.

Alors, pour te rattraper, et parce que tu noies le poisson avec toutes ces histoires, je propose que tu nous parles plutôt de ton episio et de tes hémorroïdes et de la bouée qui t’accompagne depuis le 22 janvier*. Éventuellement, je veux bien voir les photos qu’a fait la photographe de la maternité où t’avais pas prévu le coup et que t’as la même tête que Susan Boyle.
Et bien entendu, une petite stress-tape de toi en train de tenter de re-rentrer dans ton jeans d’avant grossesse me remonterai bien le moral (rappelle toi « hips don’t lie »… bah voilà, on y est).

Après tout, c’est toi qui veut jouer à la star proche de son public non ?

Alors vas-y, fonce. Fais nous rêver !

(PS: passe le message à ta copine Angie, ca me fera plaisir)

gerard-pique-et-shakira-

Pourtant ils ont des prédispositions à la beaufitude… on y était presque !

*EDIT: on me signale que Shakira a eu une césarienne programmée. Je ne peux donc pas trop parler d’épisio. Mais ca n’empêche les hémorroïdes. Et je rajouterai même qu’elle se balade peut etre avec une sonde urinaire parce qu’on lui a charclé un bout de vessie au passage. TOUT est possible (sisi, je vous jure, c’est LA)

Gouzi-gouza m’parle pas comme ça.

J’aime bien les bébés. Les bébés bien potelés avec 3 genoux et des cuisses à faire pâlir les Sumos super entrainés.

J’aime bien leur prouter dans le cou, là où ça sent pas toujours que le lait caillé, parce qu’on a oublié de sécher entre deux plis.

J’aime bien leurs éclats de rire, purs, parfaits et sans artifice ni obligation.

J’aime bien les petits trous sur leurs phalanges et leurs petits doigts de pieds collés les uns aux autres comme des petites billes qu’on aurait collé là.

J’aime bien quand ils se concentrent avec un air tellement profond qu’on dirait qu’ils sont sur le point de découvrir le secret de l’univers en contemplant une étiquette de bavoir.

Et puis j’aime bien faire la zouave avec eux, leur raconter des bêtises, dire n’importe quoi et aller chercher leur rire comme une junkie de la rigolade, les laissant ensuite tellement excités qu’ils finissent par faire une crise de nerf à leurs parents.

Mais il y a un truc que je n’aime pas, c’est m’adresser à eux comme s’ils étaient la moitié d’une huitre.

Enceinte de N°1, j’avais entendu dire qu’il fallait parler à son bébé, même dans son ventre. Trouvant la démarche un petit peu ridicule rapport que j’avais peur de me faire prendre à parler seule en me caressant le ventre, j’avais vite ranger cette mode au placard.
Mais j’ai pris le parti de toujours parler à mon enfant. C’est à dire que je lui expliquais tout. Du genre, » je vais t’allonger sur ta table de change, là, et maintenant, je te change la couche parce qu’elle est sale. Aller, on va se coucher dans ton lit et tu vas faire une grande sieste. Je t’avoue que si tu pouvais dormir 3 heures ça m’arrangerait ». Même à 3h du matin.
En gros, j’expliquais ce qui allait se passer, dans les 5 minutes à venir, me doutant que lui faire le planning de sa journée en une seule fois serait peine perdue.
Pas la moitié d’une huitre mais quand même pas non plus une mémoire vive très très puissante.

Alors je ne sais pas si c’est ça, mais mes deux enfants ont fait leurs nuits rapidement et sont relativement attentifs quand je leur explique quelque chose. Mieux, ils savent anticiper certaines activités en prenant les devants (ce qui n’inclue pas de mettre leurs chaussures, là, je crois qu’ils font un blocage, je n’ai aucune explication à cet oubli quotidien… c’est pas comme si c’était utile pour aller dehors en plus).

Mais j’aime bien me dire que c’est grâce à ça et pas juste leur constitution qui fait qu’en fait, ils sont plutôt cools.

En parallèle, j’ai quand même dû lutter des mois durant pour que les gens s’abstiennent de leur parler comme à des ganaches abouliques.

Oui, parce que « le » gens aime parler aux bébés comme s’ils n’étaient aptes qu’à comprendre des dédoublements de syllabe et des fins de phrases aigues prononcées de la façon la plus niaise possible (parfois, il doit même y avoir des challenge je pense).

« mais qu’il est crocro mignonnet ce petit bébinou d’amour ah bah oui hein, comment tu fais, hein, comment tu fais, areuuuuuuh oui voilààààà mais c’est bien bébinou tu vas etre un grand hein. Et si je te fais des guili guili là hein, et les guili guili…ah oui, guili guili rho tu aimes hein les guili guili. »

Dans le monde « du » gens, tout est petit et finit aussi en « et » ou « ette » pour qualifier de la choupitude des choses. Évidemment, l’enfant a un surnom ridicule parce que vous comprendrez bien que le prénom que vous avez choisi, c’est plutôt de la merde à côté de « bébichounet ».

Pourquoi tant de haine?

Attention, je ne dis pas qu’il est de rigueur de parler à son gosse comme s’il rentrait à l’ENA le lendemain. On va pas non plus exploiter ses chances de devenir un être chiant. Mais « juste » ne pas le prendre pour une moule cuite. « Juste ».

Même bébé.

Et encore moins quand ils ont 3 ans.

Et je ne vous parle même pas de ce que j’ai envie de faire à ceux qui font ça à mon fils de 7 ans et demi.

parler-enfant-« Alors choubidou, il a fait un beau caca mon choubidou? Oh ouiiii le beau cacounet de choubidou c’est biiiien »

« SAV des enfants bonjouuuuuur »
« Oui, bonjour, c’est pour ma tante là,  je crois qu’on la perd.  Je peux en changer ou…. »

Ca va pas mieux nous avec les LEGO

Comme rien ne vous échappe, vous avez dû remarquer qu’on avait une « très » légère addiction aux LEGO à la maison.

Il se trouve qu’au détour d’un vagabondage internétique, je suis tombée sur une idée de génie qui allait assouvir mes besoins de voir ma maison se transformer en briques à picots.

J’ai donc couru au supermarché faire le plein de compotes en petits pots de verre, j’ai ressorti la peinture acrylique jaune du placard (note pour plus tard: la peinture ne sèche donc jamais, même après deux ans au placard), j’en ai rempli le fond du pot, j’ai fermé le couvercle, j’ai secoué comme une forcenée…

Et……

Quelques coups de feutre noir permanent plus tard….

LEGO DIY

On va lui faire plein d’amis maintenant…

j’ai environ 12 compotes pomme-pruneaux à terminer (oui, j’en ai profité pour soigner Clapiotte en même temps, je suis un génie)

Mode enfant au ski: au chaud mais quand même beaux.

ce que je préfère quand on va au ski (bien qu’on y aille peu, parce que ça coute un bras), c’est d’être suffisamment équipée pour supporter le froid et pouvoir me faire des chocolat chaud et des crêpes au Nutella en terrasse dans un café sur les pistes.

J’ai des envies simples finalement.

Étant donné le peu de week end à la montagne que nous nous permettons,  autant vous dire que ma combi Rossignol qui m’a couté ma plèvre il y a 7 ans ne doit toujours pas être amortie. Alors pour ce qui est de l’équipement des enfants, c’est bien pire, vu qu’il ne s’en serve qu’une seule saison. Du coup, je suis la reine de la combi(ne) pour m’en tirer pour pas trop cher, mais qu’ils ne ressemblent pas non plus à Jean Claude Duss.

Petite sélection pour les vacances d’hiver qui arrivent à grand pas (et gros coups de froid):

blouson de ski étoilesGo sport, 12,49 €

manteau ski bebeTape à l’oeil, 24,99

manteau ski enfant

Orchestra, 29,97€

blouson ski manteau enfantOrchestra; 28,47€

ACHAT DU PANTALON, mon conseil:

prenez le le plus sobre possible, unisexe et une ou deux tailles au dessus. Avec des chaussures de ski ou même de gros après skis, il ne risque pas de marcher dessus de toute façon, on pourra le remettre à la petite sœur ou au petit frère si on le prend noir/gris ou marron par exemple (et on a plus de chance de trouver une veste assortie) et il sera LARGEMENT amortie car facilement utilisé sur deux saisons (voire 4 si on recycle pour le benjamin). Bien prendre un pantalon élastiqué en bas (au moins à l’interieur) pour faire un revers si besoin. C’est pas ce qu’on trouve de plus beau, mais franchement, pour en avoir acheté un de bonne marque quand N°1 avait 4 ans, j’ai pu lui remettre les 2 saisons d’après (bon, la dernière fois, c’était un peu juste, mais tant pis, les bottes de ski monte bien assez haut sur le mollet) et l’an prochain, il ira à Clapiotte. 50 euros (en solde) pour 5-6 saisons… ca vaut le coup.

pantalon ski enfant

Vous tentez de ne pas trop dépenser pour les vêtements de ski aussi? Vous allez où?