Le quiz 30 Millions d’Amis

J’ai eu un chien.

Un magnifique cocker que j’emmenais partout avec moi et qui était « le fidèle compagnon » de ma jeunesse.

A chaque fois que j’y repense, une énorme boule me sert la gorge et je peine à en parler oralement sans me laisser envahir par une peine immense. Ce chien, je ne l’ai pas perdu. J’ai dû le quitter.

M’en séparer définitivement pour qu’il vive une vie meilleure avec d’autres maitres que moi.

J’étais jeune et je me suis retrouvée dans une situation précaire, les galères s’accumulaient et il a fallu faire un choix. Un choix juste pour mon chien mais qui m’a brisé le coeur… et certainement à lui aussi. J’ose espérer que jusqu’à ce jour là, il m’a aimé un peu.

A l’époque, internet n’était pas aussi fourni, ni aussi rapide, je n’avais que peu de renseignements sur ce que je pouvais faire pour m’en sortir et garder mon animal. Alors je l’ai abandonné à une famille qui lui offrirait une vie un peu plus digne que celle que je commencais à mener.

Le temps a passé et je me suis jurée que plus jamais je n’aurai d’animal de compagnie. Trop de culpabilité me ronge pour ne pas penser à tout ce temps que nous aurions dû passer ensemble.

Aux enfants qui me réclament un chien, un chat ou un poisson, je réponds que je n’aime pas ça, que je suis allergique (ce qui reste vrai pour les chats, tout de même), que c’est trop compliqué.

Et puis qu’en ferait-on pendant les vacances ?

Aujourd’hui, les maitres peuvent s’informer à tous moments lorsqu’ils rencontrent un soucis avec leur animal. C’est ça aussi internet et les réseaux sociaux. On pose sa question et on trouve une réponse…

Comme chaque année, la fondation 30 Millions d’Amis a conçu un petit outil sympa pour organiser vos vacances avec votre chien/chat/Hippocampe ou peu importe votre animal de compagnie: Le Dico des Vacances Pas Bêtes 2013. Il contient tous les conseils pour partir tranquille ainsi qu’un questionnaire ludique.

La fondation 30 Millions d’amis veille à informer les proprietaires d’animaux et à mener des actions pour leur protection. Une aide qui m’aurait été certainement précieuse à une époque donc…

N’hésitez pas à y faire un tour pour mieux connaitre la fondation. Ils ont également une application Facebook pour faire le quiz des vacances et gagner des TShirts de la fondation.

Vous en êtes où chez vous avec les animaux ?

Article sponsorisé

Rendez-vous sur Hellocoton !

Retour sur une journée proche de l’enfer: le vide grenier.

On achète, on entasse, on garde, on trie, on range et… voilà, on a besoin de débarrasser et donc, pour les plus fous, vient tout naturellement l’idée du vide grenier.

Surtout après un week end VIP à Roland Garros, l’envie de se frotter à la plèbe est trop forte (huhuhu)

Le vide grenier est un super bon plan quand on veut trouver quelques articles à moindre coût, que ce soit des fringues, un grille pain ou du matériel de puériculture, c’est LE bon plan économique.

Mais du côté du vendeur, c’est tout de même autre chose.

Avec Tony, on ne garde pas, ça nous saoule de savoir qu’on a des choses entassées dans un placard ou une cave et qui moisissent en silence. En revanche, j’ai beaucoup plus de mal avec les affaires des Scotchs.

Mes merveilleux enfants se doivent de porter des vêtements merveilleux et de jouer avec des jeux et jouets merveilleusement géniaux. C’est un fait. Du coup, trop de merveilleux tue l’envie de se débarrasser de quoi que ce soit.
Par exemple, la plupart de nos jeux et jouets proviennent de magasins divers où on trouve toujours des choses originales, à un bon prix (surtout quand on utilise les réductions trouvées sur internet comme sur le site de réductions Cuponation, pour Oxybul notamment) et surtout, costaud. On a une succursales de ce type de magasin de jouets chez nous. Mais tellement du coup que nos placards débordent et qu’il a fallu faire un tri (pour mieux en racheter, vous imaginez bien)
Comme pour les petites robes choupies de Clapiotte en taille 18 mois ou 2 ans ou encore les baskets quasi neuves de N°1 qui a poussé du pied en 3 jours juste après l’achat.

Bref, sur mon stand il y avait quand même de quoi se faire bien plaisir quand on a des enfants. Surtout que globalement, je n’ai jamais demandé plus de 4 euros et que la plupart du temps, j’annonçais plutôt des prix à 0,50- 1€.

Je suis donc partie plutôt confiante de ma marchandise, de mes prix défiants toute concurrence, de ma bonne humeur et de la météo clémente.

vide grenier

Et j’en ai vu de belles, hier:

-Devoir se lever à 6h pour partir à 6h30 MAXIMUM et avoir N°1 qui se prend une méga quinte de toux entre 5h03 et 5h57: perfect timing.

-Se rendre compte qu’on a pas fait de monnaie et faire les poches de tout le monde pour trouver 20 euros en pièces.

– Arriver sur place, ouvrir le coffre et voir apparaitre 3 personnes à l’interieur en train de fouiller dans les sacs « electronique ? electronique ? » Bienvenue chez les cyborgs cherchant des pièces obsolètes pour se réinitialiser.

– « Bonjour, combien vous vendez cette tenue Marèse entièrement neuve avec les étiquettes ? »
   « 4 euros »
   « Je vous propose 0,50 centimes »

–  Ah… ça fait du bien ce soleil.
  
– « Bonjour, combien vous vendez cette lampe ? »
    » 1 euro »
    » Quoi ? mais vous savez qu’une fois sortie du magasin, elle ne vaut plus son prix initial »
    » Vous devez souvent faire les magasins vous, donc »

– « Où sont les toilettes ? »
   » tout de suite à gauche après la buvette »
  « Merci »
   je croise une dame dans le couloir qui me lance
   « J’espère que ca vaut vraiment le coup pour vous »
   J’ai compris en ouvrant la porte. 1 chiotte pour 150 exposants. EASY.

– « re-bonjour, je vous prends la tenue Marèse à 80 centimes si vous voulez »

– « C’est quoi ce jeu ? »
   « bla bla… règle du jeu… bla bla bla »
   « on joue ? je comprendrais mieux ! »
   « Ah bah oui tiens, sors les bières Michel, j’avais bien envie de jouer aux petits chevaux là. »

– « Il tape un peu le soleil non ? »

– « OOOoooh, Belle Maman vous êtes venue ! avec N°1 et Clapiotte, quelle bonne idée ! »
« Mais mamannnnnn, c’est mes jouets ça ! »
« Oui mais tu sais, on en avait parlé, ce sont des jouets pour les plus petits et tu n’y joues plus depuis environ 15 ans (bordel) »
« Ca je veux pas t’y donne, Et ça non plus. Et ça tu gardes hein. Et j’ai vu des péshop, je peux en avoir dis, dis, dis, je peuuuux ? »

– « Kevin, ne te mouche pas dans les vêtements de la dame ! »

– « Vous avez du 6 mois fille ? »
  « dans ce bac là »
  « où ça ? »
   « devant vous »
   « Je ne vois pas »
   « c’est marqué dessus »
   « ??? »
    « MAIS OUVRE TES YEUX MERDE !!! »

 – « Bonjour, je cherche un T Shirt »
    « Voilà »
    « Nan mais un manches longues. »
     « Voilà »
      « Non, mais noir »
       « Voilà ».
       « Il est 100 % coton ? »
       « Je ne sais pas j’ai coupé l’étiquette mais ce devait etre un 100% coton »
       « Je ne mets que du 100 % coton parce que je transpire beaucoup »
       « … »
      « ça irait avec quoi comme coupe de pantalon ? »
      « Euh…. un jeans »
       « Oui mais ça irait avec un slim ? »
 

 

SERIOUSLY LES GENS ???? On se lève à 5h du mat, on déballe des trucs sous l’humidité du matin, on se prend le soleil en pleine face toute les journée et EN PLUS il faut se battre pour 50 centimes ou une coupe de pantalon ?
Heureusement que j’étais joviale et enjouée hier, parce que certains auraient mérité des coups de boite de jeux sur la courge quand même.

Merci à Juliette qui m’a tenu compagnie toute cette journée… bien longue.
 Et merci au soleil, donc. Surtout pour la marque du marcel et des lunettes. So chic.

Lien Hôte.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une journée à Roland Garros en 2013 vue de ma fenêtre

J’aime bien l’expression « vue de ma fenêtre », ça me rappelle ma mémé qui me le disais quand j’étais petite. « Tu vas t’en mettre de partout, j’vois ça de ma fenêtre ».
Et quand j’étais petite, je ne souhaitais qu’une chose (en plus du jeu « Dessinons la Mode »), c’était d’aller à Roland Garros.

25 ans plus tard, Babolat, partenaire du Club Med avec qui je suis en contact depuis plus d’un an maintenant m’invite à réaliser mon rêve de gosse.

Grande classe.

J’arrive à Paris avec mes gros sabots et mon sourire de gosse collé aux lèvres.
En sortant du métro (se trouvant environ à 10h de la gare de Lyon), je me retrouve emportée par la foule qui s’élance et qui danse une folle farandole… si bien que je ne sais plus très bien si j’ai trouvé ou non la porte D.
Pas grave, voilà la porte principale. Ah. 45 minutes d’attente. Comme à Disney, mais avec des adultes en fait.
Bon, je tente quand même la Porte D alors.
Je croise Manue parmi les 40 000 personnes à mes côtés. On sera pas trop de deux pour trouver « notre » entrée. Qu’on vénère légèrement quand on constate que c’est un peu l’entrée VIP, ce qui signifie principalement: pas de queue à faire et accueil à base de « Bonjour Cranemou » qui fait toujours son petit effet en public.

Sur place nous attendent nos hôtes, Anne Charlotte et la team babolat ainsi que mes compagnons d’aventure Jane, Stephanie, Joseph et Denis.

 

Ils nous attendent tous dans le « Village » où sont aménagés les stands des nombreux partenaires: des genres d’espaces lounge où se retrouver pour un café, un verre, un repas.. fort sympathique donc.

Après le café qui va bien, nous partons à la découverte du site de Roland Garros et des différents espaces. Les allées sont ponctuées de stands de souvenirs de Roland et de petites activités marrantes (et gratuites) comme le photomaton de Babolat.

babolat rolan garros

Puis direction les courts couverts, transformés pour l’occasion en gigantesque lieu de culte de la balle jaune. On retrouve encore une fois pas mal de partenaires qui, tous, proposent des activités ludiques (et gratuites) aux visiteurs; simulateur de vol, jeux videos… C’est là que nous avons découvert une BD spéciale rien que pour les petits fanas de tennis: TurboTen qui relate les aventures de jeunes joueurs dans un univers où les raquettes sont « légèrement » améliorées.. un genre de tennis de l’espace avec comme héros, pas moins que notre Jo national.

Turbo Ten tennis roland garros tsonga

 Tout au fond, le stand de cordage de Babolat. Moi qui pensais que les pros de la raquette gardaient secret le lieu où ils faisaient corder leurs raquettes, je me mettais le doigt dans l’œil. Mis à part Djoko et Federer qui voyagent avec le cordeur personnel et la machine, c’est ici que tous les joueurs du tournoi remettent leurs raquettes.
On peut donc suivre en direct le cordage supersonique de la raquette de Nadal, Tsonga ou encore Ferrer. (surtout Nadal et Ferrer aujourd’hui, donc).
16 cordeurs à bloc ont donc cordé environ 4000 raquettes pendant le tournoi. J’espère qu’ils ont des mains de rechange.

Babolat Roland Garros

Pause repas où notre panse a failli exploser puis ENFIN, les matchs.

On court voir le troisième set entre Simon (épouse moi) et Hewitt. Simon perd 2 sets à rien. Et là, il prend le 3ème set. l’ambiance est dingue sur le court Suzanne Lenglen. J’avais rêvé la Ola à Roland Garros, Gilles Simon (épouse moi) en a  mérité trois. On crie Gilouuuuuu (épouse moi) et on laisse éclater notre joie quand il finit par gagner un match passionnant. Une vraie chance de tomber sur un tel match pour le premier tour.
Le match de Ferrer qui suit est nettement plus expéditif.
Celui de Venus Williams contre Ursula Radwanska est génial aussi. Deux filles qui s’affrontent, c’est tout de même autre chose sur le terrain: ca joue tactique et ça crie fort à la volée… des filles quoi.

Ferrer Roland Garros
Gilles Simon roland garros 2013
(épouse moi)

Et sinon, une rumeur dit qu’on croise des stars à Roland Garros…
C’est tout à fait vrai. On a vu de très près le mec de la pub MacDo (même si je suis la seule à l’avoir reconnu) et de loin presque Johnny Depp. C’est déjà pas mal non ? Les autres étaient à la remise des prix à Cannes en fait, voyez vous !

Johnny DeppJonnhy Dupp
©DenisBaudry

Je suis rentrée épuisée mais tellement, tellement heureuse de cette journée de dingue.
Mille mercis encore à Club Med et Babolat et à mes amis blogueurs avec qui j’ai partagé cette magnifique journée.
Pour les belles photos, je vous invite à visiter le Flickr de Denis, notre paparazzi officiel.

Note: Un message subliminal, fin et très discret se cache dans cet article, saurez vous le retrouver ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai pris l’avion seule… avec mes enfants, donc.

Il n’est jamais trop tard pour parler de mes vacances vieilles maintenant d’un mois, encore moins pour parler de mon retour où j’ai voyagé en avion seule avec mes enfants.

Seule.

Dans un avion.

7 heures.

Sans compter le temps interminable qu’on doit passer à l’aéroport parce qu’il faut arriver environ 12 heures avant le décollage histoire d’être bien certain que tes enfants n’ont pas fabriqué une bombe avec deux sucettes et un doudou (et la batterie de l’Ipad).

Certains d’entre vous se moqueront en se disant « mouais, ça va, elle va pas se plaindre celle-ci avec ses vacances à Dubaï. Et puis qu’est ce que ça peut faire 7h à gérer seule des enfants aussi choupis que les siens ? Franchement ?« .
Je sais.

Et je vous explique.

En soit, étant donné le nombre d’heures que je passe seule avec mes enfants, je n’appréhende pas trop 7h en leur compagnie.
Le soucis, c’est d’être avec eux, pendant 7 heures, seule, DANS UN AVION.

L’avion, j’aime pas ça. N’en déplaise aux ingénieurs en aéronautique qui me lisent (laissez moi y croire), l’avion, c’est carrément flippant, surtout quand tout le personnel s’attache là, pendant les turbulences et qu’on a l’impression que le plateau repas va faire une remontée express dans notre estomac.

Et pendant ce temps où TOUT LE MONDE flippe sa mère (désolée, j’ai pas d’autre mot, enfin, si, j’avais « flippe sa race » mais c’est guère mieux), toi, mère de famille respectable (un peu), tu te DOIS de donner le change auprès de tes enfants pour ne pas qu’ils se mettent à avoir peur à leur tour. Donc, tu souris. Et tu ravales ton stress, tes sanglots et tes petits cris d’hystériques que tu aurais aimé lâcher au moment où t’allais boire une gorgée de whisky d’eau et que l’avion a fait un bon, te transformant en Miss TShirt mouillé du vol EK7015.
Donner le change donc. Pendant 7 heures. Bordel.

Voilà, ça, c’est pour avant le départ, déjà, rien que d’y penser, j’en ai encore des frissons.

Donc nous voilà tous les 3 à l’aéroport, moi flippant des prochaines heures et les enfants courant de partout mais surtout à l’envers des tapis roulant parce que c’est trop marrant.

Salle d’embarquement, jusque là tout va bien.

IMGP1151
Ooohhhhh, un tapis roulannnnnt

On s’installe dans l’avion.
Comme je suis quelqu’un d’ultra organisée (c’est faux, mais pour cette fois, c’était vrai), je me dépêche d’éventrer les sachets contenants couvertures, coussins et écouterus, de jeter les sachets et d »installer tout le monde avec ses doudous, ses coloriages etc… en face d’eux. POur éviter la galère, je sépare mes deux greffons: N°1 à ma gauche et Clapiotte à ma droite, à côté du couloir.

Décollage.

« YOUHOUOUUUUUU ON MET LES MOTEUUUURS »
Hurle Clapiotte environ 10 minutes après qu’on ait quitté le sol. Il n’est jamais trop tard pour faire bonne impression auprès de tous les passagers.

Tiens, mon écran ne fonctionne pas alors que celui de N°1 carbure déjà à coup de « Les Mondes de Ralph ».
Celui de Clapiotte ne marche pas non plus mais elle s’est endormie, donc bon.

« Please ? My screen doesn’t work » (je suis trop bilingue en l’air)
« Oui on va régler ça dans 10 minutes » (Ils sont plus bilingues que moi en fait, c’est pas plus mal).

Visiblement, en vol, le temps est légèrement distendu et les 10 minutes sont drôlement longues. Comme je commence à être mal avec Clapiotte sur ma cuisse et mon dossier à l’équerre, je m’allonge.

Mon siège revient aussi sec en avant.
En même temps, j’ai jamais été douée non plus avec ces trucs de sièges qui s’allongent moi.
Je recommence à basculer en arrière.
Et je reviens en avant.
Je recommence (je suis relativement têtue)
Et là, rien ne bouge.
Ok. Je suis pas complètement conne, donc je comprends que ca ne vient pas de moi. SOIT mon siège est cassé (ce qui ne m’étonnerait pas, je vous rappelle que je suis celle que la pluie SUIT même à Dubaï) soit…
Je me retourne et je vois la jeune hpmphr de jeune fille qui coince mon siège avec ses deux pieds sur mon dossier.

AH OUAIS ?

#Interlude#
Sachez que j’ai du sang sicilien qui coule dans mes veines. Pas beaucoup, mais suffisamment pour que, de temps en temps, sans prévenir, il se mette à bouillir. Tant que je me demande même si ma famille n’était pas complètement mafieuse d’ailleurs.
#Fin de l’interlude#

Oui, bon, OK, je l’ai un peu insulté. Mais après qu’elle m’ait répondu que « ça la gênait » et que « bon d’accord, vous pouvez pencher votre siège mais pas trop attention ».
Je voudrais que vous gardiez une bonne image de moi, donc, voilà ce que j’ai répondu (on va dire) : « Enlevez vos pieds de ce dossier et laissez moi donc faire ce que je veux avec MON siège ».

Elle n’a pas bronché.
J’avais des couverts en plastiques dans les mains aussi, je sais être dissuasive.

Dexter
Mon cousin.

Oui, parce qu’on nous avait servi nos plateaux repas. Trop pratique avec Clapiotte sur ma cuisse, du coup, elle s’est réveillée. 45 minutes de sieste, plus que 5 heures à occuper.

On mange. On attend qu’on nous débarrasse.
On nous débarrasse.
J’en profite pour redemander pour nos écrans qui ne marchent toujours pas « Oui, oui, on s’en occupe dès qu’on a finit les plateaux repas ».
En attendant, Clapiotte joue avec l’ipad, N°1 est passé à « Un Monstre à Paris » et moi, je regarde devant moi. Rien donc.
J’écoute.
J’écoute ce gosse devant qui HURLE dès qu’il a un pet de travers.
Il a faim -> hurlements
Il a soif -> hurlements
Il a sommeil-> hurlements
Il veut jouer -> hurlements
Il veut plus jouer -> hurlements
Quelqu’un ose le contredire ? Il faut s’attacher ? Il faut arrêter de beugler comme ça ? -> hurlements.

Cet enfant doit avoir un peu moins que Clapiotte. A peine. Mais il ne s’exprime qu’en hurlant.
Pendant ce temps, ses DEUX parents ont les écouteurs vissés aux oreilles et se matent un bon petit film.
A un moment, le père s’énerve un peu (il devait plus bien entendre) et lui dit « Vas jouer avec la petite fille derrière ».

Mon sang de Sicile n’a fait qu’un tour. Mais comme le type portait un TShirt à l’effigie de son club de boxe Thaï, j’ai fermé ma gueule, j’ai changé de place avec Clapiotte (après que le gosse soit venu à 3 reprises essayer de nous tirer l’Ipad des mains (il est reparti en hurlant, évidemment) ) et j’ai fait les gros yeux de celle qui faut pas trop emmerder à un gosse de 3 ans, sans honte aucune.

« Thé, café ? » « Tea, Coffee? » Tiens, je me ferai bien un café.
« Je… »
Ah bah non, moi, j’ai pas le droit, y’a des turbulences, on remballe tout. Je flippe.
Je me tais, je n’ai rien pour me divertir, et je flippe.

TOUT VA BIEN.
Il me reste 4h.
« S’il vous plait, à propos de nos écrans là… »
« Oui oui… je m’en occupe »

30 minutes plus tard, pendant que je mourrais, j’entends:
« Suite à un dysfonctionnement de deux écrans, nous devons remettre en route TOUT le dispositif de TOUT l’avion et TOUT réinitialiser. Votre film va être coupé, faudra tout reprendre les réglages de langues et tout de zéro. La nana en faute est assise au siège 17C, nous tenons des pierres à votre disposition »

20 minutes plus tard, mon écran marche. Comme celui de Clapiotte qui est déjà devant Raiponce.
On amène le gouter aux enfants.
Enfin, à Clapiotte. N°1 n’a rien eu de son côté.

« Excusez moi (YOUHOU C’EST MOIIII LA RELOUUUU), mon fils pourrait avoir un gouter aussi ? »
« C’est un seul par personne »
« Oui, je comprends. Mais il n’en a pas eu »
« c’est un seul par personne, y’en a plus »
« Mais… »
Voilà. Et Clapiotte s’est enfilé ses 3 cookies, pendant ce temps, voyant l’arnaque arrivée à grand pas.

Heureusement, le stewart de mon côté m’a entendu et me refile des biscuits pour N°1, ravi (je pense que mon élection Miss TShirt mouillé du vol EK7015).
Purée, c’était moins une pour me couper les veines au couteau sans dent.

Au bord du craquage nerveux, je tente de me détendre devant un bon film (ne me demandez pas le titre, je sais plus).

Tout à coup, je me rends compte que le trajet est bientot terminé et que mes enfants n’ont pas été aux toilettes depuis plus de 9 heures. En sachant qu’ils allaient en avoir encore pour 3 bonnes heures avant de retrouver la maison, je préfère les accompagner aux (tout)petit-coin.
N°1: check. Joie d’un enfant de 8 ans.
Clapiotte, il faut encore l’accompagner.
Je remercie CeeluM6 de m’avoir permis de rentrer dans 25 cm2 pour accompagner ma fille.
Je fais demi tour sur moi-même, je lock la porte. Re-demi tour, j’aide Clapiotte. On se lave les mains (plus ou moins bien, mais plutôt moins quand même).
Je refais demis tour, je débloque, je fais le boogie-woogie, j’ouvre la porte accordéon et…

MES DOIIIIIIIIIGTSSSSSSSSS

Je coince les doigts de Clapiotte dedans.

SI.

Oui.

Je sais.

Je suis sous anti-depresseur depuis.

Mais sachez que TOUS les participants de cette aventure se portent très bien à ce jour.

Voilà.

Vivement l’année prochaine !

like

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les vacances en famille : notre avis pour Paroles de blogueurs

Partir en vacances en famille, ça peut ressembler à un parcours du combattant. Très vite.
Alors qu’en soi, « partir en vacances » tout court, ça avait un côté plutôt cool et fun, voire même, c’était l’extase de s’y imaginer !

Où on va ? Comment ? Et qu’est ce qu’on fait ? Et qu’est ce qu’on prend ? Et on les occupe comment ?

Autant de questions qui nous donnent vite une belle migraine et quelques frissons à nous imaginer confinés dans l’habitacle de la Polo avec le transat dans la mâchoire et les brosses à de dents dans les oreilles.

Comme notre première émission « Paroles de blogueurs » avait connu son petit succès, on s’est dit avec Benjamin, Marie et Isabelle qu’on pouvait réitérer l’expérience. Mais promis, on a été plus sages que la première fois, on a même donné des idées, pour dire si notre cerveau était dédié à la cause ce jour là.

vacances en famille Paroles de blogueurs

Je vous laisse regarder… et évidemment, me dire si vous aimez, ou non, pourquoi, comment etc… parce que bon, si ça ne vous plait que bof, on pourra s’améliorer, si c’est vraiment la cata, on saura partir sans faire de bruit aussi !

 

A vous Jean Michel !

Les liens de l’émission:

www.gites-de-france.com

www.familleplus.fr

www.airbnb.fr

www.seatguru.com

Et le compteur magique du siecle: www.ruedespompiers.com/compteur-a-main-metallique.html

ou, encore moins cher : compteur-manuel

Rendez-vous sur Hellocoton !

Roule petit bolide (Draisienne Puky à gagner)

Je ne suis pas contre les vélos, juste j’aimerai que mes enfants en fassent enroulés dans du papier bulle avec un casque vissé sur leur caboche. Un casque de moto, si possible.

En même temps, en habitant en centre ville, ce n’est pas évident de sortir les vélos. Surtout du 2ème étage sans ascenseur. Du coup, les vélos sont stockés chez mes parents qui ont un jardin, ça évite mes syncopes liées aux voitures qui passent.

N’empêche qu’en ne passant pas ma vie chez eux, le tricycle de Clapiotte est en train de rouiller. Et je ne peux même pas compter sur sa draisienne magnifique, en bois mais beaucoup, beaucoup trop lourde.

Tellement lourde qu’elle n’a servi que deux fois. Une fois pour se rendre compte qu’elle pesait le poids d’un âne mort ce qui empêchait pas mal Clapiotte de la bouger et une deuxième fois pour confirmer le constat.

Voilà. A 3 ans et demi, Clapiotte n’a donc quasiment jamais fait de vélo.

Jusqu’à cette semaine.

Cette semaine, j’ai reçu la draisienne Puky grâce au magasin en ligne MyToys.

Quand Clapiotte a découvert la draisienne, j’ai eu le droit à un triple lutz piqué dans mes bras et un « Oh maman, il est mamifique ce vélo, merci, merci merci ! »

Quand j’ai découvert la draisienne, je l’ai d’abord soulevé. ET j’ai tout de suite vu la différence. Du coup, la draisienne est à la maison, et je me casse pas le dos à la monter ou la descendre dans les étages.

Pour rassurer Clapiotte, on a baissé la selle un peu plus bas que ce qu’il faudrait pour qu’elle prenne la bête en main facilement, mais en deux fois seulement, je crois qu’elle est prête maintenant pour en faire « pour de vrai ».

PUky draisienne 1

Puky draisienne 2

Les points positifs:

Elle est légère
Elle est jolie et ressemble à un vrai vélo
La selle et le guidon se baisse vraiment très bas ce qui, je pense, permet aux enfants dès 2 ans de s’en servir.
Elle existe en 4 couleurs.
Les roues sont pleines, pas de problème de gonflage

Les points négatifs

Jusque là, je n’en ai pas trouvé, je suis conquise en tous points. J’aurai dû la connaitre avant en fait, c’est surtout ça !

MyToys propose dont ce type de draisienne mais aussi des jouets et des vêtements enfants sympas, et même de la puériculture. Si vous ne connaissiez pas, c’est le moment d’aller y faire un tour.

robe Lego Wear
Robe LEGO Wear (oui oui LEGO !!!)

veste enfant scotch & Soda

Veste Scotch & Soda Kids

fauteuil suspendu Kolibri hamacgateaux Haba

Du mobilier d’extérieur, des tas de jouets sympas…

Bref, un site très complet aux prix très compétitifs.

Et comme on souhaitait vous le faire connaitre un peu mieux, voilà donc un petit concours rien que pour vous !
En jeu, une draisienne PUKI de la couleur de votre choix (même modèle que Clapiotte).

Pour jouer:
Vous avez jusqu’au 6 juin 2013 midi.
En commentaire, vous me dites quelle couleur vous aimeriez (rouge, vert, bleu ciel ou rose).
Toujours en commentaire, vous me dites quel est votre produit préféré chez MyToys (toutes catégories confondues) et vous me racontez une histoire de vélo (anecdote ou histoire drole, ou ce que vous voulez).

Je tirerai au sort le gagnant.
Seule les participations valides seront prises en compte.
(Merci de ne pas tenter de jouer 1000 fois, je vérifie les IP.)
La draisienne ne pourra être envoyée qu’en France Métropolitaine.

Et comme je sais que vous êtes troooop sympa, un petit partage, un like pour la page Facebook Mytoys et/ou la mienne sera un beau moyen de nous faire « coucou et merci » sur les réseaux sociaux.

Bonne chance à tous !

EDIT: c’est « Sounette » qui remporte la draisienne. Merci à tous, j’ai beaucoup ri de certains coms (pardon mais bon) et bravo à toi ! Je t’envoie un mail de suite pour avoir tes coordonnées.

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’avais un rêve…

Depuis que j’ai 6-7 ans, j’ai un rêve.

Un truc qui me trotte dans la tête et que je me suis imaginée mille fois.

Chaque année, à cette période, je replonge dans ce rêve via ma télé, depuis mon canapé et je me dis ‘l’an prochain, peut être ». Et je repousse.
Ce rêve, il s’est développé avec ma mère. Elle était prof de tennis et y allait souvent: Roland Garros.

La terre battue, Graff, Agassi, des chapeaux de pailles, des lunettes de soleil et des tas, des tas de match de tennis.

Voilà, c’était CA, mon rêve de gosse.

Pas un séjour chez Mickey comme me le demandent régulièrement mes enfants (alors qu’ils ont déjà eu droit à un séjour de folie en VIP dans un hôtel à Disneyland Paris).

Non, moi, j’avais envie de faire comme ma mère et de m’acheter un parapluie et une serviette griffée parce que celle que ma mère avait ramenée était passée à la javel et que je ne m’en suis jamais vraiment remise.

Et puis j’ai eu 32 ans, deux enfants -qui veulent toujours partir à Disneyland, d’ailleurs, je n’ai aucune influence sur eux, notez bien- et quelques échanges de mails.

Des mails qui disaient que j’allais enfin pouvoir fouler les allées de Roland Garros, que j’allais assister à des match et voir enfin ce que c’est à travers mes propres yeux et non un écran.

Ca peut paraitre un rêve un peu étrange, mais quand on fantasme sur quelque chose depuis si longtemps, quand ça nous tombe dessus, on a de nouveau 7 ans !

Dimanche, j’étais à Roland Garros.

Dimanche, j’ai su ce que ça faisait de réaliser un rêve de gosse.

Et c’était magique.

photo
©Jai7ansDansMaTête

J’espère que vous aurez tous l’occasion de réaliser un vieux rêve un jour… d’ailleurs ça serait quoi ?

(pardon, c’était le billet cucul du mois, mais je suis pas encore redescendue, je vous en reparle en « adulte » très vite)

 

Lien hôte.

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’imaginarium de vertbaudet lance sa grande chasse au trésor (concours)

Parmi les sites internet que je fréquente le plus concernant les achats pour greffon, vertbaudet se trouve en très bonne place.

Notamment pour leur univers ludique, en plus de l’encart mode.

Imaginarium, c’est la marque de jouets de vertbaudet. Ils proposent des jouets ludiques pour l’ éveil des enfants et sont suffisamment originaux pour m’intéresser, moi, grande fan de jeux et jouets en tout genre mais que des trucs bien quand même (parce qu’on devient vite exigeant, quand on est obsessionnel).

Logo Imaginarium

 

Dans le genre des jouets pas comme les autres qu’on peut trouver sur le site, je citerai par exemple l’univers d’Amanda. Des petites poupées, certes, mais simples, dans un mini univers qui parait bien loin de ce qu’on trouve en ce moment avec son lot de trucs féériques, magiques et bling-bling. Non, là, c’est juste simple. Et ça marche, parce que ça ressemble à la vraie vie.

Les jouets ludiques tels les petites voitures BeepBeep sont aussi une bien belle invention quand je me rappelle combien de temps N°1 a passé avec son garage incassable (puisqu’il lui servait régulièrement de chaise) et ses petites voitures à yeux bien rigolotes.

 

 

En ce moment, il y a tout un tas de belles choses à gagner chez vertbaudet d’ailleurs. De quoi gâter les enfants comme à Noël mais en octobre (ah, on me dit qu’on est en mai… ah bon ?).

 

Du 22 mai au 19 juin, une grande chasse au trésor est organisée: il vous faut retrouver la clé du coffre avec laquelle KicoNico s’est sauvé.

A gagner: 1 week-end en Espagne et pleins de cadeaux Imaginarium.
Lancez-vous à la recherche de la peluche KicoNico, trouvez la réponse aux énigmes, et cumulez des chances de gagner.

 

Tout est expliqué ici: www.lejeu.vertbaudet.fr.
Je vais peut être me laisser tenter… Madrid, le soleil, le vrai mois de mai, les TShirt sans manches… doux rêve de printemps…

 

 

Bonne chance à tous !

Grande chasse au trésor Imaginarium

Dotation jeu

 Dotation jeu

 Dotation jeu

Dotation jeu

Article sponsorisé

Rendez-vous sur Hellocoton !

Faites des mères, qu’ils disaient !

Ha lala, ces mamans, je vous jure, on leur donne un mari, un gosse (voire plus même), une vie… et ça ne leur suffit jamais.

Nan. Les mamans veulent une fête des mères, elle l’exige même, faut-il croire.

Gloire à TOI Ô mère.

Tiens, une boite de camembert peinte un poème récité avec à la fois timidité et fierté pour te faire verser quelques larmes.
En as-tu assez ?
Comment ça ? Il ne t’a rien offert pour la fête des mères ? Drame. Je te propose de changer de famille. Certaines agences de location proposent des familles avec des options bien plus avancées, au moins, tu ne seras jamais déçue, tu verras.

J’ai été de ceux là, j’avoue. J’avoue même être émue encore aujourd’hui quand ils me tendent un truc vraiment moche que leurs yeux arrivent à rendre merveilleusement beau.

Mais tout de même.

– La fête des mères te rappelle chaque année, en plus des anniversaires des greffons, que tu es mères, que tu vieillis, que tu t’es poussée toi-même vers la sortie.

– Insister pour que ton propre conjoint t’offre un cadeau peut lui mettre le doute: « Es-tu SA propre mère ? » Réfléchis bien quand même avant de faire la gueule parce que t’as pas eu ton sac Dreyfuss.

– Fêter ta propre fête implique que tu penses également à la fête de ta mère, de sa mère, de ta grand mère et de toutes les femmes mères qui t’entourent, tant qu’on y est. Tu vas encore passer ta journée au téléphone.

– Franchement, les cadeaux des mômes sont moches option mauvais goût. Et si on les jette, on s’en veut à mort. Et si ils nous prennent à pas les exposer bien en vue, ils nous en veulent à mort.

– De toute façon ça changera rien, si on va pas au resto avec les 10 000 autres familles du quartier, c’est bien toi qui va te coltiner la bouffe à midi. Et ce soir. Donc bon…

Moi, je suis maman à plein temps. Je m’en souviens tout le temps.

Quand je me mets du Nutella de partout le matin.
Quand j’essuie leurs bouches sales avant l’école.
Quand le réveil sonne trop tôt.
Quand ils se réveillent tard?
Quand j’ai peur.
Quand ils pleurent.
Quand je vois mes cicatrices.
Quand il faut se dépêcher.
Quand il faut répéter.
Quand il faut veiller.
Quand ils me souhaitent « bonne nuit, je t’aime maman » tous les soirs.
Quand il faut toujours un dernier bisous quand même.

Et puis de toute façon, je suis même pas là dimanche.

Bonne fête, avec ou sans cadeau, aujourd’hui, demain ou dimanche.
Et tous les autres jours aussi.

07.08.09 (15)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Des briques geantes dans ma maison….

Je n’ai pas de jardin. Moi, je vis dans un appartement, en centre ville

Je n’ai pour surface extérieure qu’un petit balcon de 3 m2 (et je suis LARGE) sur lequel trônent les chaussures-de-foot-de-Tony-qui-puent et un placard de salle de bain que je refuse de jeter pour une raison inconnue.

Par chance, mes parents, partis vivre où le sable est plus blanc pour quelque temps, nous ont laissé en « garde » leur maison. Une maison de campagne à 15 minutes de chez nous.

L’air plus frais, les barbecues et les heures de jeux dans un jardin sécurisé, sans se taper les enfants des autres au square, je peux vous assurer que c’est sacrément sympa pour moi qui n’aime pas particulièrement trainer mes guêtres au parc.

Du coup on squatte chez eux régulièrement. Pour ne pas dire très très souvent.

Les enfants s’y plaisent, et même si je ne suis pas fan de maison, faut bien dire ce qui est: un jardin, c’est le pied quand on a des Scotchs qui ne jurent que par les trainées verdâtres sur les genoux de pantalons.

Parfois, je me prends à regarder ce que je pourrais installer dans le jardin, comme s’il m’appartenait.

un portique en bois avec toboggan , des maisons de jardin pour enfants  et quelques pièces de mobilier en teck pour les adultes (parce que mince à la fin !) histoire d’avoir d’un beau cadre pour manger ce barbecue !

 

maison en bois sur pilotis avec toboggan

 

Bon, je rêve, certes, mais ça fait toujours du bien.

Et puis sur place, les enfants ont déjà pas mal de choses. En fait, la maison de mes parents est devenue mon entrepôt de jouets encombrant. Une cabane à boule, une autre en carton… Et très prochainement, des  briques géantes de construction

 

Car c’est ce que mes enfants ont eu la chance de tester récemment (je précise bien que ce sont les enfants qui ont eu de la chance, parce que vu la tête de Tony quand il a vu l’énorme carton éventré et la super construction-château qu’on avait fait dans le salon, il a très légèrement grimacé).

ce truc là est incroyable. Nous qui sommes des fans inconditionnels de la brique à picots, voilà qu’on nous envoie des briques GEANTES. Pour construire à notre échelle (ouais, je suis pas très grande, je vais pas mentir).

Depuis 2 jours, c’est la folie à la maison, les enfants en sont dingues. Je ne sais pas QUAND on va leur annoncer qu’on les ramène chez Papy et Mamie parce qu’ils vont vraiment être déçus de ne pas pouvoir y jouer tous les jours (quoi que j’ai une place derrière mon bureau et que peut être, en encourageant encore un peu Tony, ça peut le faire).

J’aurai rêvé de ce truc là étant gosse, c’est simplement top. Et c’est Couleur Garden qui nous a permis de découvrir cette idée lumineuse (merci, vraiment !), une enseigne qui propose sur le net des tas de choses… pour le jardin donc.

 

 

Message à mes parents: ne revenez pas tout de suite, on gère la pelouse en attendant, pas de soucis !

 

 

briques géantes de construction pour enfants

briques géantes de construction pour enfants

 

Article sponsorisé

Rendez-vous sur Hellocoton !
Page 30 sur 131« Début10202829303132405060Fin »