Viens, on habiterait dans des bois, on mangerait des graines et on ferait du ménage naturel (sponso)

Je ne fais pas le ménage.

Mais quand tu viens chez moi, tu peux laisser trainer ta langue de l’entrée jusqu’à la chambre sur le parquet, en passant par les toilettes, tu crains rien. C’est propre. Plus que propre. Tony a tellement la main mise sur l’empire des produits ménagers et le royaume de l’aspirateur que la poussière n’essaie même plus de se déposer sur une quelconque surface, elle traverse la pièce de la fenêtre à la porte pour aller chez les voisins, c’est plus sûr.

Outre le soucis de vivre dans une sorte de bulle aseptisée, je dois bien avouer que c’est un peu la honte quand, après avoir fait une boulette du genre « brûler les steacks » ou « tiens si je renversais la totalité de la purée sur la parquet », je ne sais PAS où se trouve le produit qui pourra gommer ma bêtise.

MAIS je sais où se trouve l’un d’entre eux: La Pierre d’Argent.

Je connaissais déjà avant qu’on me propose de le tester pour le blog.
Ce produit là, je l’ai découvert en faisant les travaux dans mon appartement. C’était un genre de taudis sans nom, dégueu au possible avec des traces au fond de la baignoire ont je préfère ignorer l’origine.

Pendant 1 mois, on a casser, reconstruit, repeint et surtout nettoyer.

Le budget en moins pour la salle de bain, il a bien fallu se rendre à l’évidence: quelqu’un devait se faire les biceps le dos courbé pour tenter de faire revenir l’émail sclarifié de… de… non, non, je ne veux pas savoir.

C’est là que Belle Maman me ramène la Pierre d’Argent. Dans son pot vert qu’on dirait qu’il sort de la commode vintage de mémé Micheline.

« euh… oui oui, merci bien »
« Mais si, tu vas voir: ça fait TOUT »

51370

Alors j’ai dévissé le pot, j’ai pris l’éponge et je l’ai imbibée du produit (effet savon-crème-pâte qui sent l’anti moustique le citron). Et j’ai frotté. Et j’ai rincé. J’ai recommencé (oui, parce que VRAIMENT, cette baignoire était dégueulasse).

<Interlude>
« You wash it, you wash it. You Smell. It smell like a flower anti-moustique Lemon »
<Fin de l’interlude>

Et donc, alors, suspens insoutenable, est ce que je suis dotée de bras de Hulk pour rien ? Hé ben non. Ça a marché. Ma baignoire, on croit presque qu’elle est neuve. Je vous jure. J’ai même dégommé le calcaire de ma vitre de douche. Et les joints avaient repris un aspect sain (mais on les a changé, finalement). Le tout sans me moisir mes blanches mains puisque le produit ne contient pas de phosphate est non toxique et sans danger pour la peau.

<Interlude>
Je vous laisse regarder Pierrot et sa vidéo pour mieux comprendre.

<Fin de l’interlude>

En plus, ça dure longtemps et ça ne coute pas un bras (moins de 8 euros).

Par contre, hein, je ne fais pas beaucoup plus le ménage quand même hein. Ce n’est pas MAGIQUE à ce point là.

Les raisons du pourquoi je ne dors plus…

J’ai voulu prendre comme titre « pourquoi les mères ne dorment plus » mais j’imagine que quelques pères sont à mettre dans ce panier quand même. Alors, je ne vais parler que de moi même (en disant « tu ou vous, oui, je suis comme ça) puisque mon avis est universel (en tout cas sur mon blog).

Plus de 8 ans de maternité + les 9 mois qui ont précédé ce statut, autant vous dire que j’ai bien eu (et pris) le temps de réfléchir à la situation: je ne dors plus.

Plus jamais.

Je dors d’un sommeil éveillé.

Ça veut dire que ça donne un truc du genre « je ferme le yeux mais pas mes oreilles. Et encore moins mon cerveau ».

1/ « Coucou nous sommes tes angoisses »

Il y a des jours où je me couche, sereine, après une bien belle journée. Tout présage une belle et douce nuit. Je me roule sous la couette en même temps que je tasse mon oreiller à coup de tête et je ferme les yeux. 4…3…2…1… « et si j’avais une tumeur ? » « et si la variole s’abattait sur mes enfants ? » BIENVENUES aux angoisses qui servent à rien et à la nuit blanche et sueurs froides qui s’annoncent.

2/ « Coucou je suis la rhinopharyngite-trachéite-bronchiolite-toussotite de ton greffon »

Et donc DES que tu vas t’endormir, il va tousser. Systématiquement. Parfois, alors que tu seras sur le point de craquer psychologiquement en pensant sérieusement à te nouer une corde avec les bras de tous les doudous réunis, il va même jusqu’à te faire croire qu’il s’étouffe.
Tu passeras donc la fin de la nuit suspendu à  ton téléphone avec le SAMU pour savoir si tu dois l’emmener ou non aux urgences. Et tu l’emmèneras. Parce que là bas, ils ne feront rien de bien utile non plus, mais tu ne rates jamais une occasion qu’ils se choppe une maladie nosocomiale.

3/ « Coucou je suis les miasmes de ton enfant »

Parce que trainer avec des greffons à longueur de temps implique quelques soucis de mimétisme, on choppe un rhume (ou une gastro, mais là, même pas on essaye de dormir).
On s’endort tranquillou, le calme règne dans la maison quand TOUT A COUP, un ronflement nous réveille en sursaut. Pourtant tout est calme. On se rendort vaguement et TOUT A COUP, de nouveau ce ronflement insupportable. Ha. C’est nous en fait. C’est ça. On finit la nuit la bouche asséchée d’être restée ouverte (rapport qu’il faut respirer et que notre ronflement glamour allait réveiller les Scotchs). Mais on n’a toujours pas dormi.

4/ « Coucou je suis ton angoisse, volume 2 »

« Je vais voir s’il respire encore ». Jour 1 du greffon. Habitude qui se réitérera environ tous les jours jusqu’à ses 31 ans. 143 fois par nuit. Remarquez, on en profite à chaque fois pour aller aux toilettes. Non ? Ha non. Mais si on compte tous ces allers-retour dans le couloir ça s’appelle du sport. Ha non, non plus.

5/ « Coucou je suis la culpabilité »

C’est enfin bien dans le noir qu’on arrive à rassembler ce qu’il nous reste de neurones de la journée pour réfléchir quelques minutes à notre condition de parent. Et voilà comment on se retrouve, en 3 secondes et demi, à se trouver suffisamment nul(le) pour vouloir se taillader les veines à l’aide d’un couteau de Playmobil.
« Je ne joue pas assez avec eux, je me fâche trop souvent, j’en demande trop, j’en fais pas assez, je dis des gros mots, je travaille trop tard, je suis un mauvais exemple… »
Bonjour, il est 6h12, vous avez bien dormi ? Ah non.

6/ « Coucou, je suis l’envie nocturne »

« Mamaaaaaan, pipiiiiiii »
« Mamannnnn j’ai peur »
« Mamannnnn, mon doudou »
« Mamannnnn, ha non, rien »
« J’ai mal, j’ai froid, j’ai faim, j’ai tout, j’ai rien »
Même les boules Quiès n’y peuvent plus rien, dès qu’on enlève les barreaux du lit.

7/ « Coucou je suis THE list »

Faire les courses: check, repas de midi de demain: check, les chaussons de danse: check, recoudre le bouton du manteau: ha meeeerde.
Et tous les soirs, on recommence, parce que 2 heures à passer à faire mentalement des listes, ça nous ramène régulièrement au point n°6 et faut croire que c’est notre favori.

8/ « Coucou, je suis l’insomnie »

Maintenant qu’on a bien pris l’habitude de se torturer avec les points 1 à 7 durant plusieurs loooongs mois, il est grand temps d’accueillir l’insomnie. Puisque 3 heures de sommeil par nuit, ça suffisait, finalement, non ? Comment ça non ? Ha bah si. Si si.

Reste les siestes derrière votre bureau, sinon. Et un bon anti-cernes.

J’ai sommeil.

dormir

Little Cigogne met sa carte à jour (bon cadeau)

En février, j’avais découvert les services de Little Cigogne qui propose des box sympathiques avec des vêtements de créateurs pour différents budgets. J’avais beaucoup aimé la sélection qui m’avait été envoyée suite au petit questionnaire que j’avais rempli en indiquant mes goûts et mes besoins.

De tous les retours que j’ai eu suite à mon article, le principal point négatif de cette box était justement le principe d’abonnement, comme toutes les box, c’est à dire, de se retrouver avec des choses qui ne sont pas forcément à notre goût. Hors avec les formules ‘normales », soit on gardait tout, soit on renvoyait tout. Pas de demi-mesure.

Et bien sachez que désormais, Little Cigogne vous propose un service entièrement « à la carte », en plus des formules d’abonnements pour ceux qui aiment les surprises.

Concrètement, vous recevez chez vous une sélection de jolis habits choisis par la styliste (6 pièces) , et vous gardez ceux que vous souhaitez et renvoyez les autres gratuitement grâce à l’étiquette de retour.
Du coup, vous ne serez débités qu’à réception de votre retour. Le montant de votre « panier » final sera la somme des prix indiqués sur les étiquettes moins la réduction à appliquer: 10% pour un vêtement gardé, 20% pour deux, 30% pour 3, et 40% au-delà.

comment-ca-marche-popup

Et pour vous faire découvrir ce nouveau service, j’ai un bon d’achat de 30 euros à vous offrir chez Little Cigogne.

Pour tenter votre chance, laissez moi un commentaire ci dessous et dites moi ce que vous aimez et/ou n’aimez pas dans le principe des box.

Vous avez jusqu’au 27 octobre pour participer. Je tirerai au sort le gagnant et le contacterai par mail.

On est super d’accord avec Little Cigogne pour que vous aimiez la page Facebook aussi. Et pour les relais sur les réseaux sociaux. Parce que vous êtes des gens bien, nous en sommes persuadés (et parce que ça fait toujours plaisir).

 

EDIT: la gagnante est May. Merci à tous et bravo à toi !

 

 

J’te file un(e) Pesh ? (cadeau, test et avis)

C’est pas parce que je m’amuse à refiler des gnons à des grands sacs deux fois par semaine (bon, ok, une fois en fait) que je ne suis pas douceur et amour.

Je SUIS douceur et amour. Enfin, plutôt, j’en ai besoin. Particulièrement quand je sors de ma douche (et donc, encore plus après mon sport de maboule maintenant, pour compenser avec la violence).

Il y a peu, j’ai découvert (il n’est jamais trop tard), l’existence du « pesh », contraction de « peshtemal », une serviette de hammam turque. Une sorte de grand tissu multi usage. Je m’en sers comme serviette (de bain ou de plage, parce que comme c’est joli, j’ai le droit de le montrer si je veux), mais si vous voulez vous en servir comme nappe, plaid, paréo ou jeté de lit, c’est vous qui voyez.

A la base, ça reste une serviette, mais c’est tellement fin qu’effectivement, on peut bien en faire ce qu’on veut.

peshtemal-pesh-ambiance-collection-orient-pesh-co-0963596001380825998

J’ai quand même eu quelques doutes au départ quant aux réelles capacités de la chose. Quand je sors de ma douche, j’en fous de partout et surtout j’ai froid. Alors j’ai pris l’habitude d’avoir un accès direct à une serviette éponge ultra épaisse et grand format pour m’enrouler trois fois dedans (environ) (j’ai trouvé plein d’avantages à être petite, sachez le) (et oui, je raconte ma vie en sortie de douche si je veux, je partage mon intimité, demain, on parlera des magazines que je lis aux toilettes) (je déconne, je joue à Candy Crush aux toilettes).

Bah finalement, c’est plutôt vachement bien. C’est tout doux (et plus on le lave, plus ça devient doux) et ça me sèche en 5 secondes chrono. Et derrière, ça sèche très vite aussi, rapport que c’est pas bien épais. Et c’est vraiment joli dans ma salle de bain. Et quand je le mettrai dans mon sac de plage, il restera plein de place pour les pelles et les râteaux Spiderman de mes enfants.

Chaque Pesh de chez Pesh & Co est tissé à la main, par des artisans turcs qui travaillent de manière traditionnelle, avec du coton biologique qui ne reçoit aucun traitements chimiques pour le rendre absorbants ou le blanchir

Le Pesh, c’est un peu la classe écolo-pratique en fait, quand on comptabilise toutes ces qualités.

pesh

Figurez vous que j’en ai un à vous faire gagner.
Ça vous fera un cadeau rien que pour vous, pour changer des greffons.

Pour jouer, je vous laisse faire un tour sur le site de Pesh & Co et me dire ici quel modèle vous plait le plus (et y’a le choix).
Vous pouvez, parce que vous êtes trop sympas, les suivre aussi sur Facebook, ça leur fera bien plaisir !

Je tirerai au sort le gagnant et le contacterai par mail.
Vous avez jusqu’au 27 octobre inclus pour jouer.
Le Pesh sera envoyé en France Métropolitaine seulement.

pesh-peshkir2-pesh-co-0752929001379166032

EDIT: Le gagnant est « Catalano ». Bravo à toi, je t’envoie un mail de suite. Et merci à tous !

Disney Infinity: le jeu de Wii à gagner.

Récemment, N°1 a eu en test le tout nouveau jeu Disney Infinity sur sa 3DS. Un jeu qui regroupe tous les personnages Disney, voilà une idée qui ne pouvait que marcher auprès d’à peu près tous les enfants.
Une petite révolution pour tous les fans du genre.

Maintenant que le jeu est à peu près apprivoisé (parce qu’il faut quand même un petit temps d’adaptation pour comprendre comment ça fonctionne exactement), les personnages préférés des enfants se rajoutent petit à petit sur la liste de Noël (oui, on a déjà commencer à faire la liste, on est des ouf de l’organisation).

Et parce qu’il n’y a pas de raison, j’ai un pack de démarrage sur Wii à vous offrir.

Vous pouvez tenter votre chance jusqu’au 27 octobre 2013 midi.
POur participer, dites moi en commentaire quel est votre personnage de Disney (et même pourquoi si vous avez envie, simple curiosité).
Si vous le souhaitez et parce que vous êtes trop sympas, je le sais, vous pouvez aussi liker la page Facebook Disney Infinity (et la mienne tant qu’à faire).
Et même relayer ce merveilleux concours sur l’internet mondial, parce que même si vous n’avez pas de Wii, votre voisin, si.

Le gagnant sera tiré au sort et contacté par mail.

Le lot ne pourra être envoyé qu’en France Métropolitaine seulement.

Le Pack Starter contient le jeu, le lecteur Disney Infinity, 3 figurines, 3 packs aventures Disney INFINITY : Monstres Academy, Pirates des Caraïbes et Les Indestructibles, un Power Disc et une carte pour débloquer du contenu en ligne et sur mobile.


Disney-Infinity-Wii-500x324

© 2013 Disney © Disney/Pixar. M. Indestructible, Sulli et le Capitaine Jack Sparrow sont inclus dans le pack de démarrage.
Les autres figurines sont vendues séparément.  Prix public constaté : 59,90 euros TTC.

EDIT: la gagnante est StephB. Merci à tous pour vos participations et bravo à la gagnante.

Dans la hotte du Père Noël: les nouveaux Skylanders Swap Force déboulent !

Dans une vie de Bisounours, mes enfants liraient du Tchoupi et joueraient aux billes.

Mais comme je ne cautionne pas les histoires d’un enfant pingouin  et que les billes, c’est quand même un peu le bordel en appartement, ils recréent Dubaï en Lego et ils adorent les jeux vidéos. Plus particulièrement les Skylanders à vrai dire.

Parce qu’ils sont monomaniaques de la collection, ce jeu leur convient parfaitement puisqu’il associe le jeu vidéo à des figurines qui vont s’animer grâce au portail magique. Et quand il y a « magique » quelque part dans la vie de mes enfants, ça fonctionne plutot très bien.

Ils ont donc traversé  tous les niveaux de Skylanders Spyro Adventure, puis ceux de Skyladers Giants et désormais, ils s’attaquent donc aux Skyladers Swap Force qui sort aujourd’hui.

On est comme ça nous, on aime le voyage virtuel.

Et celui ci s’annonce pas mal étant donné que désormais, les figurines de cette nouvelle version sont interchangeables entre elles, ce qui augmentent considérablement les possibilités de chaque nouveau personnage.

J’t’explique: en gros, chaque nouvelles figurine se scinde en deux au niveau de la taille et peut se combiner avec un autre skylanders. Ca crée des personnages hybrides dont les pouvoirs et mouvement se cumulent. C’est merveilleux. Des heures et de s heures de jeux (et de tranquillité, pour moi), en perspective.

Le pack de démarrage est disponible sur toutes les consoles (Wii, 3DS, XBox360 et PLaystation) avec le jeu, le nouveau portail, 3 cartes collector, 3 planches de stickers, t 3 figurines (5 pour la Dark Edition exclue de Micromania).

Toutes les cours de récré vous le diront, à Noël, c’est CA ou rien ! (ou un voyage aux Maldives sinon) (quoi ?)

skylanders swap force Dark edition
(Dark Edition)

skylanders swap force
(ouais, ils vont pas s’ennuyer ces prochains jours)

skylanders swap force

(Jeu offert par Activision) (merciiiiii)

Un jardin dans la ville

A l’heure de la grisaille automnale, on repense bien (trop) souvent à ce qu’ont pu être nos vacances au grand air, aux étendues de sable chaud et aux terrasses embellies de jardinets nous donnant l’impression d’être bien loin de la routine du reste de l’année.

Un simple barbecue dans le jardin familial ou sur le balcon joliment entretenu de notre copine Micheline et nous voilà à la campagne pour quelques heures. DE L’AIR, on veut de l’air !

Même le jardin public fera l’affaire d’ailleurs, pourvu de respirer.

En ce moment et jusqu’au 23 octobre, un concours est d’ailleurs organisé par le Crédit Agricole pour fêter  ces jardins. Que ce soit des jardins privés, partagés ou publics, votre plus belle photo peut vous faire remporter jusqu’à 600 euros de chèques cadeaux.

Il vous suffit de vous rendre sur l’application Facebook dédiée à ce joli concours, de remplir les champs prévus et de poster votre photo. Vous pouvez poster une seule photo par catégorie (3 catégories en tout, donc). Un jury de 10 personnes désignera 9 gagnants en tout. 3 dans chaque catégorie (jardin privé, partagé ou public)

Les premiers de chaque catégorie remporteront 600 euros de chèques cadeaux.
Les seconds de chaque catégorie 300 euros et les 3ème 100 euros.

De quoi vous permettre de continuer à vous créer un espace bien à vous. Ca se tente non ?

Je vous laisse voir de quoi il retourne ici: https://www.facebook.com/creditagricoleagirdanslebonsens/ et vous souhaite bonne chance ! (Moi qui fait mourir les plantes en 3 jours chrono, je pense que je vais faire jardin public hein…)

back_like

(Article partenaire)

Mes enfants, ces êtres non violents… jusqu’à maintenant.

Depuis près de 5 ans de blog, je me suis longuement épanchée, à priori, vous devez me connaitre donc un minimum (si ce n’est pas le cas, il y a 5 ans d’archives pour remédier à tout ça).

Si je devais me juger sincèrement, je dirais que je suis une gentille grande gueule à sang chaud. Ça correspond à peu près fidèlement à comment je fonctionne. En gros, si on me cherche de trop, je l’ouvre, grand. Et au plus profond de moi, j’ai des gènes de mafieux siciliens que je dois gérer pour ne pas casser des portes avec mes petits poings énervés, aussi.

Je suis contre la violence en général, mais je suis habitée par une fascination pour les sports de combat et de tir en tout genre. Si, si, c’est possible d’aimer ça sans le cautionner réellement, je vous jure.

Je crois que j’ai toujours voulu être Batman en fait, je me raccroche à cette excuse. Je SUIS Batman. Dans ma tête et les jours pairs. Les jours impairs, je suis Elektra. Et quand vient la nuit, je suis Fantomiald, mais c’est une autre histoire.

J’avais jamais tenté les sports de combat, parce que je croyais qu’on devait avoir 8 ans pour s’inscrire, alors que les clubs pour adultes sont bien plus nombreux que ceux pour enfants, dans la réalité.
Mais depuis l’an dernier, j’ai décidé de reprendre le sport sérieusement (mais siiii, tu sais, j’avais dit que je faisais de l’aquabiking) (et puis j’ai réalisé que je suais dans de l’eau à la transpiration de mes 20 autres copines) (et puis mon maillot était moche).

Et puis franchement, c’était pas marrant.

Cette année, je me suis lancée sur un coup de tête. « Je vais faire du Krav Maga », que j’me suis dit, un matin. A 11h, je signais le chèque de l’inscription annuelle et j’allais acheter mon équipement. (oui, je m’inscris toujours très vite, sinon ma conscience m’en empêche)
Après le premier cours, j’ai compris que finalement, boire une tasse de transpiration deux fois par semaine, c’était du pipi de chat à côté de ce sport.

Tu vois comment on transpire dans un four ? Bah là, c’est pire.

Je ressors de ces cours trempée comme si on m’avait jetée dans une piscine. J’ai régulièrement des bleus. Et j’ai marché comme un Playmobil pendant les 15 premiers jours tellement j’étais courbaturée. Parfois, j’ai même peur avant de rentrer dans la salle tant je ne sais pas dans quel état de fatigue je vais sortir.

Et je dois mettre une COQUILLE BORDEL ! Une coquille ! Si t’as jamais mis de coquille de ta vie, tu n’as pas connu ce sentiment mélangeant humiliation, inconfort, irritation et transpiration à la fois. C’est le plus charmant des sentiments. Ça s’appelle la loose du style en milieu urbain. Mais on s’en fout, hein, vu qu’on ressemble tous à des chiffons au bout de 15 minutes, la dégaine de cowboy, c’est très secondaire.

Par contre je ne sais toujours pas quoi penser du port du TShirt blanc obligatoire qui finit évidemment trempé lui aussi très rapidement. Z’avez déjà porté un TShirt blanc mouillé vous ? Je vous laisse imaginer. Y’a un type, tu sais quelle heure il est grâce à son tatouage qu’on voit par transparence au fur et à mesure que le cours avance. Personne ne se plaint, évidemment. Faut dire que le prof, t’as moyennement envie de le contredire.

Bref. Je ressors vidée, amochée, mais plutôt bien contente. Mieux, je me suis fait plein de copains. Et encore mieux, je redécouvre l’existence de mes muscles.

Et encore, encore mieux, j’ai… des GANTS de boxe ! C’est la classe ultime (et c’est vachement plus utile qu’un masque et une cape pour l’entrainement).

Mes enfants en sont dingues d’ailleurs, et je ne crois pas que ce soit pour partager l’odeur rance que mes doigts laissent à l’intérieur.

Ils en mettent un chacun et se fracassent les poings mutuellement en criant « YAAAAAAHHHHH je fais du KraK Maga comme Mamannnnnnnn »

Ces mêmes enfants qui m’empêchaient, il y a peu, de m’énerver au téléphone face un un interlocuteur borné. Parce que la rébellion, c’est pour les nazes, voyez.

Maintenant, ils me demandent si j’ai fait mal à quelqu’un pendant le cours et ils se marrent.

Je suis une mère modèle.

gants de boxe

Déco chambre d’enfant: les Funalitos ont 200 euros à vous offrir (sponso)

En devenant parent, parfois (ouais, ok, souvent), on devient monomaniaque sur des choses qui nous paraissaient idiotes quelques semaines auparavant.

Par exemple, si on craque sur une baignoire moulée avec un arceau intégré et amovible et bouchon de vidange bleu turquoise, bah on la veut. Et on ne veut PLUS que celle là.

Pareil pour le chauffe biberon et le stérilisateur que même si notre cousine nous a bien dit qu’elle nous filait le sien, on a quand même bien envie de celui qui irait tellement bien avec l’égoutte biberon.

La maternité, ça nous rend un peu cinglée (je dis « un peu » pour ne pas effrayer les 2-3 d’entre vous qui n’avez pas encore d’enfant) (mais franchement ça rend complètement marteau)

Et quand on voit l’entrain avec lequel les futurs parents se ruent sur les rayons peintures des magasins de bricolage, la déco de la chambre d’enfant fait également partie du grand délire du « tout pour mon gosse ».
Oui, on crée tout un univers autour de son arrivée et sa chambre devient le reflet de nos plus beaux délires artistiques (ou nos pires, hein, moi, j’ai peint des fusées et des planètes oranges et grises dans la chambre de N°1 et je vous promets qu’au bout de 6 mois, on est LAS de ce genre de couleurs).

Bref.

De la déco pour les chambres d’enfant, on en trouve maintenant pour tous les gouts et tous les budgets. Tout est possible, du plus poétique au plus original, du plus criard au plus doux, du vintage au carrément kitsh. TOUT est envisageable.

Dans les magasins de décoration Gifi, ils ont bien compris. Du coup, très prochainement (le 29 octobre en fait), ils commercialiseront la marque de déco et petit mobilier pour les chambres d’enfant Funalitos provenant du Mexique. Les deux personnages, Floripondia et Barbacoa s’invitent dans les chambres avec des couleurs vivantes et un design faussement naïf.

 

AmbianceGarcon
PatereFille

 

Pour l’arrivée de cette nouvelle gamme en magasin, Gifi organise un grand concours de déguisement sur sa page Facebook jusqu’au 23 octobre.
Il vous suffit de poster via l’application dédiée une photo de votre enfant déguisé en fleur ou en pirate.

Les 2 meilleures photos de déguisement fleur et les deux meilleurs pirates recevront un bon d’achat d’une valeur de 200€ chez Gifi.
Les participants classés entre la 5ème et la 34ème place remporteront des bons d’achat de 20 à 50 euros.

La désignation des gagnants et leur classement seront déterminés par un jury GiFi en fonction de la qualité du déguisement, de son originalité et de la qualité de la photo postée via l’application Facebook. Le nombre de votes (j’aime ou je partage) est un critère qui pourra être pris en compte par le jury.

Bonne chance à tous !

Et calmez vous un peu avec les trucs d’enfants hein, allez vous payer un coiffeur plutôt (dit-elle en regardant sa coiffure de gueuse)

 

 

Avoir envie de refaire un enfant à cause de la mode bébé.

Quand j’étais petite, je voulais un truc comme 4 ou 5 enfants. Bon, je voulais aussi les appeler Cassandra, Archibald, Gigi et Samy.
Comme quoi on évolue.
Du coup j’en ai deux. Qui ne s’appellent pas N°1 et Clapiotte (en vrai).
Et sauf si on me lobotomisait et/ou que la médecine faisait de très très gros progrès dans les prochaines années, je n’aurai pas de « p’tit troisième » (Coucou mamie ! Surprise !).

Je compte bien évidemment sur mes hormones pour tout de même me donner des envies de bébé ces 10 prochaines années (mais je suis forte).

Ce que je n’avais pas vu venir, c’est l’influence que pouvait avoir la mode bébé sur ce genre d’envie.

Ouais. Hyper matérialiste comme envie. J’assume.

Les nouveaux nés, c’est pas super joli au début, alors on leur met des supers beaux pyjamas pour tromper l’ennemi et faire croire à Tatie Micheline que si si, regarde, il est mignon, il a ton nez.

petit-bateau-pyjamas
Tu me colles un nouveau-né typé Yoda dans les bras avec un pyjama comme ça tu peux être sûr que je vais faire des bruits débilisants avec ma bouche et que je vais mater dans la pièce QUI est en âge de se reproduire avec moi. Ouais. Ca me fait AU MOINS cet effet là.

Quand le bébé grandit et qu’il commence à ressembler à un vrai choupi-bébé, LA, c’est encore pire. Parce que depuis que les marques ont compris que même après avoir lâché nos poupons Tinie et Tinou, on aime quand même jouer à la poupée, ils nous sortent chaque saison des trucs plus mignons les uns que les autres.

133656_A.jpg
jean levis bebe

C’est simple, je suis capable de trainer 30 minutes au rayon 3-12 mois alors que mes gosses mettent du 6 et 12 ans. Même pas peur. Et même combat au niveau des petits bruits stridents sortant de ma bouche.
J’ai envie de tout acheter alors même que je n’ai plus de bébé à habiller. Du coup… bah ouais, j’ai envie d’un bébé. HEUREUSEMENT, il traine toujours aux alentours une jeune maman avec son greffon-neuf pas loin. Je vois les cernes, j’entends les petits cris incompréhensibles du nourrisson, je sens la couche sale, je touche l’habit pluie encore humide de la radée de l’extérieur… et je goûte ma chance d’en avoir fini avec tout ça.

Quand je traine sur des sites comme Melijoe boutique de mode enfant, je repense à tout ça, histoire de ne pas avoir une montée d’hormones. Les hormones sont des plaies, c’est bien connu.

Jusqu’à mon prochain détour sur un site de mode pour bébés ou enfants. Ou une boutique.
Misère.

 Message à caractère informatif pour mes copains qui, tarés, font encore des bébés: je vous offrirai des doudous hein. C’est moins risqué.

(Liens hôtes)