J’éduque mon enfant au Street Art: Marker Airbrush de Crayola à gagner (C’est Noel #4)

J’aime le street art, il rend les rues poétiques, drôles ou révoltées.
Avec les enfants, quand on croise du Street Art, on s’arrete souvent un moment, on lit, on sourit, on apprécie… souvent on critique, aussi. Ça nous amuse beaucoup.
Ado, rebelle de mon état, j’achetais des magazines de graff et on s’amusait à redécorer nos agendas avec les copains en reproduisant plus ou moins bien nos préférés.

Et puis j’ai grandi, un peu (ouais, pas en taille).
J’ai arrêté de me prendre pour une artiste mais je continue à montrer à mes enfants qu’on peut faire plein de choses de ses 10 doigts (artistiquement parlant) (je vous ai vu sourire).

On m’a récemment envoyé le Marker AirBrush de Crayola, pour test.
Je en savais pas trop de quoi il retournait avant de le recevoir, et en ouvrant ma boite, j’ai trouvé ça vraiment marrant.

airbrush marker crayola

« Les enfants, on va détrôner Banksy ! » que j’ai crié.

Parce que le Airbrush est un système astucieux qui permet de transformer le feutre en véritable bombe prête à apposer le blase de Clapiotte sur les murs de Lyon une feuille.
On fixe le feutre au pistolet, on pompe like a Shadock une vingtaine de fois pour la pression et… on joue. Les pochoirs proposés permettent un petit entrainement avant de se lancer dans des créations plus personnelles.
Il est tout de même bon de préciser qu’il faut pomper régulièrement (et donc, manuellement) pour pouvoir se servir du Airbrush de manière intensive.
Et puis quand l’enfant se lassera ou lorsqu’il manquera d’imagination, rien n’empêche de créer nos propres pochoirs (vous qui ne saviez pas quoi faire de vos vieilles radios, ça tombe bien).

photo-16
Mouais, bon, l’univers du graff peut encore attendre un peu avant de trembler….

Le rendu est vraiment sympa. Bon, on n’est pas encore super prêts pour entamer une guerilla urbaine, mais on s’amuse bien quand même !

Afin de faire trembler le maire de New York (au moins) j’ai un Marker Airbrush à vous faire gagner.
Pour tenter votre chance, laissez un commentaire ci-dessous en me disant ce que vous aimez voir ou non sur les murs de votre ville.
Vous avez jusqu’au 27 novembre inclus pour jouer.
Le lot ne pourra être envoyé qu’en France Métropolitaine seulement.
Le gagnant sera contacté par mail après tirage au sort.

photo-15
Ouais, je sais, je suis née pour ça….

Bonne chance et merci à Crayola !

Monstres Academy sort en DVD : cadeau ! (C’est Noël #3)

Quoi de mieux avec ce temps de caillante généralisée que de rester bien au chaud sous une couverture, bien enfoncé dans les coussins du canapé ? Rien. Enfin, si, rester bien au chaud sous une couverture, avec un bon DVD (et un thé fumant).

Si vous avez épuisé 1000 fois tous les DVD de votre collection, en revanche, c’est plus compliqué, mais ne bougez plus, j’ai de quoi vous sauver. En tout cas deux d’entre vous (mais j’ai jamais dit que j’étais Mère Thérésa non plus)

Ca n’a pas pu vous échapper, un des films d’animation star de cette année était Monstres Académy. ENFIN, ce film sort en DVD et Blu Rayce mercredi 20 novembre 2013.

Logo-Titre

« Même quand il n’était qu’un tout petit monstre, Bob Razowski rêvait déjà de devenir une Terreur. Aujourd’hui, il est enfin en première année à l’université Monstres Academy, une prestigieuse école où l’élite est formée. Son plan de carrière bien préparé est pourtant menacé par sa rencontre avec Jacques Sullivent, dit Sulli, un vrai crack issu d’une grande famille de Terreurs, qui a lui-même un don naturel pour effrayer les autres. Aveuglés par leur désir de se prouver l’un à l’autre qu’ils sont imbattables, tous deux finissent par se faire exclure du programme de Terreur d’élite. Pire encore : ils se rendent compte que s’ils veulent que les choses aient une chance de rentrer dans l’ordre, ils vont devoir travailler ensemble, et avec un petit groupe de monstres aussi bizarres que mal assortis… »

©2013 Disney

J’ai donc deux DVD à vous faire gagner.
Pour jouer, regardez la bande annonce ci-dessus et répondez aux questionnaire. Validez enfin votre participation dans les commentaires sous cet article en utilisant le même pseudo
Les deux gagnants seront tirés au sort et contacté par mail.
Les DVD ne pourront être envoyé qu’en France Métropolitaine.
Vous avez jusqu’au 24 novembre inclus pour jouer.

 

Bonne chance !

3D-BD-Monstres-Academy-HD3D-DVD-Monstres-Academy-HD

EDIT: Les gagnants sont:
Mél DequoijemeMél et Lisbei.
Un mail vous a été envoyé !

La Storio 3 S est passée par moi (test et avis)

Je déclare officiellement mon foyer hyper connecté.

On n’est pas loin d’avoir environ tout ce qu’il se fait en matière de matos multimédia, du lecteur mp3 à l’ordinateur en passant par des tablettes diverses et variées et des téléphones qui font frigo-fax et centrale vapeur.

Je SAIS tout ce qu’on dit à propos des écrans.

Je ne m’en fiche pas, loin de là. Mais j’estime que mes enfants en ont une utilisation raisonnable dans le sens où, quand je leur demande de décrocher, ils le font sans rechigner (oui, au bout de 3 ou 4 fois) et passent facilement à des jeux dits « normaux » sans trainer des pieds.

C’est ainsi que lorsqu’on m’a proposé de m’envoyer la toute nouvelle Storio 3® S , je n’ai pas hésité longtemps avant de dire oui.

Clapiotte a déjà testé ses petites soeurs à savoir la Storio 1 et la Storio 2 de VTech, pas de raison d’en rester là, j’étais curieuse de voir ce que réservait cette petite dernière.

Pour commencer, je lui ai trouvé un design un peu plus épuré que les précédentes, ce qui lui donne plus de légitimité auprès de N°1 qui trouvait les autres vraiment trop « bébé ». Ce constat m’amène à penser qu’elle devrait plaire dans le temps, puisqu’elle ressemble plus à une tablette qu’à un jouet.

C’est d’ailleurs un point assez important pour moi. Les tablettes restent des objets onéreux et on ne les considère pas comme un jouet à la maison.

Ca, c’est pour le visuel.

Sinon, que nous propose-t-elle ?

– Un appareil photo (2 Mpx) rotatif qui permet à l’enfant de s’entrainer à la mode du « selfie » ou de prendre en photo son frère en pleine grosse commission. C’est parfait.

– Un lecteur vidéo sur lequel je ne pariais pas grand chose mais dont j’ai dû admettre la qualité: les épisodes de dessins animés ou d’animation sont sincèrement d’une très bonne qualité.

– Un lecteur mp3. Qui m’a permis d’arrêter de mettre « Emile le Mille Pattes » et Bruno Mars sur MON ordinateur.

– Des applis de jeux ou des applis « regarde c’est comme sur le téléphone de maman » à savoir un calendrier, un chronomètre, un répertoire etc… Pratique, le greffon pourra enfin mettre le bordel dans ses propres listes d’amis ou dérégler l’horloge sans que ça puisse interférer sur notre RDV de 14h (oui, celui qu’on a raté la semaine dernière parce que le numéro avait été effacé de notre répertoire. Le Saint Esprit, probablement)

– Une tablette graphique pour dessiner, un album photo et un studio de retouche photo pour mettre des moustaches à mamie, parce que c’est Movember pour tout le monde, y’a pas de raison.

La tablette et toutes ses fonctionnalités sont ultra simples d’accès. Pour tout vous dire, Clapiotte a déballé l’engin et y a joué sans que je n’intervienne une seule fois (ha, si, pour une raison que j’ignore, elle n’arrive pas à enlever le stylet de son encoche, à l’arrière de la tablette… Elle a les doigts en mousse, je ne vois que ça)

Mais alors, mais alors me direz-vous, qu’est-ce qu’il y a de différent avec la Storio 2 à part cette histoire de design, finalement ?

Déjà, les piles. Y’en a pas. PAS DE PILES ! Victoire ! Une batterie. Et un chargeur secteur. LE truc qu’on attendait tous, nous, parents, qui n’en pouvons plus d’acheter encore et encore des piles rechargeables et d’oublier de les recharger.

Je salue l’effort. Vraiment.

Ensuite, la Storio 3®S est une tablette connectée. En WIFI donc. Et elle propose une application fort sympathique « Kid Connect » qui permet à l’enfant et aux parents de pouvoir communiquer par tablette et smartphone interposés.

Il suffit à nous, parents, de crée un compte Kid Connect à l’enfant et de télécharger l’appli sur notre smartphone. Ensuite, l’enfant pourra nous envoyer des dessins, photos ou petits messages d’amour du genre « quècekon mange jespaire que cé pas des zaricos ». Et nous de leur répondre « J’espère que tu as rangé ta chambre et que tu as retrouvé ton bled parce que sinon, ça sera choux de Bruxelles ».

Ca va être chouette, on va bien s’amuser !

BON A SAVOIR: les jeux de Storio 2 et 3 sont les mêmes et sont donc compatibles sur ces deux tablettes, sans problème.

LE MOT DE LA FIN: Clapiotte est clairement trop petite pour utiliser Kid Connect, mais je pense qu’à partir de 5 ans c’est tout à fait jouable. Donc, à part pour cette histoire de batterie (coeur sur ta tête VTech), la différence entre la Storio 2 et ce modèle n’est pas assez grande pour que je choisisse ce modèle là, un peu plus cher, en magasin. MAIS, à réfléchir tout de même, étant donné que je pense vraiment que le look fait la différence sur l’espérance de vie et d’utilisation de la tablette.

 

Article sponsorisé

De l’art de manipuler ses enfants

Soyons sérieux deux minutes (oui, non, hein, pas plus, sinon ça serait suspect): en tant que parent, nous avons tous pensé que nous éduquerions nos enfants sous des valeurs pleines de psychologies positives, de patience, d’amour, de respect de chacun et de rots de Bisounours.

Et nous avons tous pensé que nos enfants seraient donc, grâce à ce cadre idyllique qu’apporterait notre parentalité parfaitement orchestrée, des enfants dociles et coopératifs (et beaux, aussi).

Et puis bon, voilà, y’a dû y avoir un truc qui a dû foiré à un moment, il se trouve, par le plus grand des hasards, que notre enfant, cet héritier sur lequel on misait absolument tout et qu’on élevait au rang de l’excellence, ce greffon parfait ne l’était pas tant que ça.

A commencer par des choses toutes bêtes du genre « Arrête ! », « A table » ou encore « tu as bien dormi ? » qui se soldent régulièrement par un « Non ! » bien senti dans le meilleur des cas, une ignorance impeccable le reste du temps.

C’est au moment où nous ne pouvons que constater que notre greffon n’est pas aussi apte à saisir le concept de perfection que tous nos grands principes volent en éclat.

C’est à ce moment là qu’on décide que finalement, manipuler, ce n’est pas vraiment tromper.

Et puis mince à la fin, faut savoir ce qu’on veut aussi.

Attention, mode d’emploi:

– Laisser le choix. Oui, on peut laisser le choix à son enfant. Mais il s’agit là de lui donner le choix entre avoir des bras en branche de céleri ou de se laver les dents. Notre choix d’un côté et pas le sien de l’autre. C’est bénef. Ça ne marchera pas à vie (si tant est que l’enfant est suffisamment malin) mais les possibilités d’évolution des choix étant infinies, ça va quand même nous occuper un moment.

– Faire diversion. Oui, on sait chéri-baby-de-mon-coeur-mais-quand-même-tu-me-fatigues à vouloir ma carte bleue là, OH REGARDE L’AVION ! Tu as vu ? Mais si, là, regarde, il a traversé le salon tu n’as pas vu ? vraiment (quel boulet, même vous vous faites prendre au jeu et pensez réellement qu’un avion vient de traverser la salle à manger). Et hop, carte bleue oublié, cuillère dans la bouche enfournée, habillage fait en toute efficacité.

– Le chantage: oui, bon, là, je vous fais pas un dessin, vous voyez TRÈS BIEN de quoi je parle, ne faites pas les innocents. Oui, c’est pas bien. Et OUI? 96% du temps, c’est très efficace. CQFD.

– La pub déguisée. Non, les courses au Super U du coin, c’est pas folichon folichon par rapport à l’épisode d’Inazuma Eleven qui va arriver, je CONÇOIS bien. Moi même j’aurai préféré attaquer enfin la troisième saison de Dexter (oui, j’ai du retard, j’ai des enfants à éduquer moi, MADAME). Mais si on présente l’expédition comme un genre de chasse au trésor où celui qui trouve en premier les papillotes (au mois de juin) ou le seau et la pelle (au mois de novembre) à gagner le droit de repartir avec. Oui, on ment aussi. So what ?

– Oser la punition qui le touche vraiment: sa tablette, son téléphone, la télé, la DS, peu importe. Il faut qu’il sache que son addiction du moment (pas pour rien que je ne cite que des écrans) peut tout simplement disparaitre durant quelques jours car en fait, sale petit gosse qui se croit maitre du monde, ce n’est pas TOI qui décide. Non non…

Non. Non… ne fais pas cette petite tête. Non, pas le regard, pas… non….. bon, ok, on fait comme tu veux choupinet. Mais la prochaine fois attention hein…

evil child

LOSERS
Mouhahahaha

Le retour du Tam-Tam: le jeu de cartes ludo-éducatif à emporter… Et à gagner. (C’est Noël #2)

Allez, hop, c’est toujours et encore NOël et ce n’est pas parce que j’ai manqué de temps cette semaine que j’ai oublié que j’avais des cadeaux à vous faire gagner.

Il y a de ça une petite année, je vous faisais découvrir le jeu Tam Tam de ABludis.

J’étais assez conquise par le principe du jeu et son format: un petit paquet de cartes à emporter partout. Le but du jeu étant d’associer une carte « mot » avec une carte « dessins ». Un jeu visuel de rapidité et d’observation. Des parties qui ne durent pas des heures et des heures. Des règles simples à intégrées, dès 6 ans, avec des évolutions selon le niveau de l’enfant. Et un prix franchement abordable.

C’est vite devenu LE jeu que j’offrais aux anniversaires des copains de N°1 l’an dernier.

Pour Noël, Frédérique, la créatrice du jeu, a lancé depuis la rentrée deux nouvelles versions: les princesses et les pirates.

Une nouvelle fois, on retrouve 62 cartes, moitié illustrées, moitié remplies de mots. 6 règles du jeux différentes pour varier les plaisir, mais cette fois)ci, donc, sur un thème bien particulier.

De quoi faire plaisir aux fans de pirates ou aux monomaniaques de la tiares en diamant.

jeu carte tam tam princessesjeu carte Tam tam pirates

Cherche pas, j’ai gagné.

J’ai deux jeux de chaque à vous faire gagner: cinq pirates, et cinq princesses. Ce sera donc 10 gagnants qu’il y aura !
POur tenter votre chance, laissez moi un commentaire en me disant pour lequel vous jouez et dites moi quel thème (autre que pirates et princesses donc) vous aimeriez voir apparaitre dans cette gamme de jeux.

On est super d’accord pour que vous relayiez le jeu sur les réseaux sociaux (merci beaucoup d’avance). Vous pouvez même aller voir la page Facebook de ABludis par la même occasion, ça fait toujours plaisir !

Vous avez jusqu’au 21 novembre inclus pour jouer.
Les gagnants seront tirés au sort et contactés par mail.
Les lots ne pourront être envoyés qu’en France Métropolitaine seulement.

Bonne chance et encore merci à Frédérique et ABludis pour leur gentillesse et leur créativité.

 

EDIT: les gagnants sont:
Mi-nous Anne So, Steph2Lyon, Loumaloe, Sandrine, Geraldine, POulette Dodue, Céline, Vinie, Karine D et Anienska. Je vous ai envoyé un mail !

 

C’est Noël #1: test et cadeau du Magic Jinn de Goliath

On va commencer une petite semaine remplie de cadeaux. C’est bientôt Noël, c’est (plus que très bientôt) l’anniversaire de Clapiotte, et en cette période propice au boucles de bolduc, il est temps de vous gâter un peu.

Et puis j’aime ça, faire des cadeaux. Plus aux enfants, certes. Mais les adultes ne sont que de grands blasés devant un paquet emballé avec entrain, les enfants sont bien plus sympathiques à regarder lorsqu’ils découvrent l’offrande.

Donc, je disais, cadeau.

On commence aujourd’hui avec un petit jeu sur lequel je n’aurai pas parié mais que les enfants ont eu un certain plaisir à taquiner, si bien qu’il se passe rarement un jour sans que j’entende ce… euh… chat (?) poser des questions.

Il s’agit du nouveau jeu de chez Goliath, Magic Jinn.

Évidemment, les greffons, en mode branchés-sur-Gulli-du-gouter, connaissaient déjà grâce aux pubs (de Noël) (qui passent depuis début octobre) (bref).

Magic Jinn, c’est donc un petit animal qui va deviner à quoi on pense. Enfin, il faut penser à un autre animal aussi, parce que si on pense à une chaise, ca marche moins bien.

Le Jinn va poser des questions auxquelles l’enfant répondra par oui, non, je ne sais pas ou peut-être. Au bout de quelques questions, comme par magie, le jeu trouve l’animal. Ca éclate complètement les enfants qui tentent du coup de trouver des animaux un peu plus compliqués que le tigre et le chien. Bon, il a trouvé ornithorynque et licorne, tout est possible, donc !

magic-jinn
magic-jinn 2

Je dirai que le jeu est parfait pour les enfants à partir de 5 ans (Clapiotte, 4 ans, a tendance à raconter n’importe quoi en réponse, ce qui ne l’empêche pas par ailleurs de jouer avec régulièrement et de s’exclamer « il est trop fort, il a trouvé licorne » alors qu’elle avait choisi une tortue au début).
Seul bémol, évidemment, il lui faut des pilles.

J’ai du coup un Magic Jinn à vous offrir (le vert).
POur jouer, laissez moi un commentaire en me disant que vous participez et en me citant un animal improbable et peu commun.
Vous avez jusqu’au 19 novembre midi pour jouer. Le gagnant sera tiré au sort et contacté par mail. Le lot ne pourra être envoyé qu’en France Métropolitaine.
Bonne chance à tous et merci à Goliath pour ce chouette cadeau !

 

EDIT: bravo a « Tata Luce » qui remporte le cadeau. Je t’envoie un mail de suite !

Ca fait « Bwaaaaah » au Futuroscope: concours (sponso)

Le Futuroscope, c’est bon, tout le monde connait.

Ce grand parc d’attraction près de Poitiers nous propose chaque saison son lot de nouveautés.

On a pu ainsi découvrir l’attraction d’Arthur et les Minimoys, fin 2009, élue meilleure attraction du monde.

Cette fin d’année réserve une nouvelle fois une surprise de taille niveau manège: les Lapins Crétins débwwwaaaaarquent au Futuroscope pour notre plus grand délire.

Le 21 décembre, la Machine à voyager dans le temps des Lapins Crétins nous proposera de faire un voyage complètement barré dans le temps, entre l’homme de Cromagnon et la conquête de l’espace, nous plongerons dans une faille spation-temporelle créée par des lapins crétins plus timbrés que jamais pour découvrir les plus grands moments de l’histoire de manière tout à fait… originale et inattendue.

 

Je ne suis jamais allée au Futuroscope, mais là, très sincèrement, étant donné que des cousins à moi créent leur propre attraction, je suis tout de même bien tentée de faire le voyage. Faut dire que ce serait tout à fait crétin de rater cette nouvelle attraction quand même.

Pour nous permettre de découvrir le parc et cette machine à voyager dans le temps, nouveauté aussi crétine que déjantée, un grand concours est organisé pour gagner des places pour le Futuroscope.

En ce moment et jusqu’au 1er Décembre, nous sommes donc invités à jouer au Scroll Travel, une course absurde (comme c’est bizarre) dans le temps à faire en scrollant le plus vite possible dans le vortex temporel des Lapins Crétins. Un compteur comptabilise le nombre d’années lumières traversées et le temps total mis par le joueur pour le faire.

Le but ultime étant évidemment de battre les records (et de s’amuser, accessoirement).

En jouant, le joueur participe à un « instant gagnant » pour remporter toutes les heures une entrée ou même un séjour au Futuroscope.

De quoi s’entrainer à délirer en famille avant l’ouverture de cette nouvelle attraction !

Article sponsorisé

Test et avis : le Stylo Appen de Giochi Preziosi

J’imagine que c’est de plus en plus courant dans les foyers, mais peut être encore plus dans ceux, comme le mien, où nous montrons ostensiblement notre addiction aux écrans à nos enfants : ils adorent ça.

Que ce soit pour faire « comme maman » ou simplement parce qu’ils aiment ça, les écrans font aujourd’hui partis de notre quotidien : pour se divertir, pour jouer, pour travailler, pour apprendre, peu importe.

Le seul écran que mes enfants n’ont pas le droit de toucher est mon ordinateur sur lequel je travaille. Pour le reste, ils doivent simplement me demander mon autorisation pour les allumer mais y ont accès assez librement.

Ce qu’ils préfèrent ? L’Ipad. De loin même. Ca commence d’ailleurs à poser un sérieux problème de n’avoir qu’une seule tablette de ce genre à la maison quand on est 4.

On a téléchargé toutes sortes d’applis : des jeux de plateau, du foot, des jeux éducatifs, TOUT.

Il y a quelques jours, j’ai reçu pour test le nouveau Stylo Appen de la marque Giochi Preziosi. J’avais découvert le concept pendant une journée de présentations des nouveautés de Noël et cela m’avait bien plu.

Je vous explique : C’est un stylo que l’on branche sur la prise jack de l’ipad (ou autre tablette android), qui fonctionne sans pile (hallelujah) et  qui est surtout un peu magique : la pression que l’on applique sur l’écran avec le stylet fait varier l’épaisseur du trait (ou la vitesse de jeu) en fonction de son intensité.
En gros, plus on appuie fort, plus le trait sera gros, comme dans la vraie vie.

En le recevant, j’ai donc vite installé l’appli gratuite associée au stylo et le test à aussitôt commencé (après une petite bagarre frère-sœur pour savoir QUI allait tester en premier).

photo-13

photo-12

N°1, 8 ans de son état, a très vite compris le principe et s’est baladé sans aucun soucis dans les différents jeux proposés. Il trouve qu’il est un peu « trop grand » pour ça. Ce qui ne l’empêche pas de rejouer de temps en temps, plutôt aux dessins  qu’aux jeux de voitures ou d’écriture du coup.

Clapiotte, 4 ans, elle, est devenue accro. Je dois balader le stylo partout si je prends l’Ipad.

Elle se fait l’alphabet en entier (guidée par des points pour apprendre à faire les lettres dans le bon sens) en s’auto-congratulant et fait des dessins dignes d’être exposés au Musée d’Art Contemporain.

Elle a encore un peu de mal à gérer sa formule 1 avec la pression du stylo, mais je ne peux pas lui jeter la pierre, j’ai toujours été nulle en jeux de voitures.

Ce qu’on en pense :
N°1 : c’est pratique et rigolo, mais il devrait y avoir des jeux pour les plus grands (comme lui, comprenez)
Clapiotte : elle ne se sert plus que de cette appli depuis 1 semaine, donc j’imagine que c’est bon signe. « J’aime bien avoir un stylo pour dessiner sur l’ipad ». Je pense que c’est positif donc.

Moi : Effectivement,  le concept est carrément ludique pour les enfants et les jeux de graphies sont bien pensés. L’appréhension du stylo et les variation de pression ont été un peu plus longues à intégrés pour Clapiotte que pour N°1 mais ça reste des enfants 2.0 qui s’adaptent tout de même vite aux nouvelles technologie.
Je trouve très bien qu’il y ait différent niveaux d’âge, mais c’est vrai que 8 ans est peut être un peu grand pour le type de jeux proposés.
J’espère qu’il y aura d’autres jeux proposés dans l’appli, avec le temps. En tout cas, pour les enfants niveau Maternelle, c’est vraiment bien.
Mention spéciale pour le prix (dans les 20 euros) qui permet un petit cadeau HiTech sans se ruiner et au fait que le stylo fonctionne sans pile (parce que franchement, y’en a marre de toutes ces piles et ses batteries à changer sans arrêt).

Bilan positif pour cette découverte, donc. Et puisque c’est bien, vous me connaissez… y’en aura bientôt un à gagner ! Stay Tuned.

Pour en savoir encore plus :
Le site dédié
La page Facebook

AP-Cosa-FR

Article partenaire.

Pour les Food-dingues, participez à la Companion Academy !

Je fais partie de ce clan qui ne peux pas se servir d’une poêle sans devoir la jeter après usage. J’appartiens à la race qui casse le blender de son robot ménager dès 3 utilisations mais qui s’en fiche un peu vu que cette troisième utilisation avait été faite après 2 ans (j’ai regardé le ticket de caisse).

Et je suis celle à qui on dit « non, toi, tu emmènes plutôt à boire » en soirée, rapport que j’ai failli tuer tout le monde la première fois avec une pizza home-made aussi tendre et digeste qu’un parpaing.

Ma mère m’a même déshéritée le jour où, dans un élan d’honnêteté, j’ai avoué ne pas avoir de cocotte minute et encore moins de savoir comment ça pouvait fonctionner. Et elle a changé de nom quand je lui ai rapporté de la margarine plutôt que du beurre.

Mon meilleur ami, c’est le surgelé.

Mon meilleur ennemi, c’est ma naïveté à croire que je peux y arriver quand, parfois, j’ai des pulsions top-chefiennes.

Par contre, j’aime bien manger, hein, s’il vous reste du rôti du dimanche, je veux bien m’incruster, pas de soucis.

Je suis même en admiration complète devant les copains et copines à qui la toque sied parfaitement. Je les regarde parler de mandoline et de blanchiment et j’imagine des troubadours qui repeignent mon plafond tout en dégustant un truc au nom improbable.

Pour vous, les copains, j’ai un super plan.

Le Cuisine Companion cuit, mijote, cuit à la vapeur, rissole, mélange, pétrit, prépare, mixe, hache. Il fait tout sauf la vaisselle et fax en fait.

De l’entrée au dessert, ce robot peut facilement devenir votre meilleur copain, votre compagnon culinaire pour la vie. Une vraie histoire d’amour qui commence, en quelque sorte. Dites vous bien que ça me tente EVIDEMMENT, hein, un truc qui fait tout, avec un système de programme automatique qui fait tout le boulot à ma place. Mais pour commencer, je vais plutôt vous regarder.

Pour le lancement de son tout dernier robot-cuiseur, donc, Moulinex organise un grand concours:

Jusqu’au 3 novembre inclus, participez à la Companion Academy et venez relever le défi. Chaque participant sélectionné gagnera le robot Cuisine Companion et pourra s’entrainer avec afin, ensuite, de participer à un défi culinaire en live à Paris, Lyon ou Lille.

Je serai sur place, à Lyon, pour vous encourager (et pour manger aussi).

Modalités de participation : Pour s’inscrire en tant que candidat, les personnes intéressées doivent postuler sur l’application prévue à cet effet et disponible sur la page facebook de MOULINEX (www.facebook.com/moulinex.france).

Un tirage au sort déterminera les gagnants, qui seront aussitôt informés. Ils devront ensuite envoyer leurs coordonnées postales afin que le Cuisine Companion puisse leur être envoyé et qu’ils s’entraînent aux défis.

Les gagnants seront également informés des  recettes à cuisiner ainsi que la date et le lieu sur lequel ils doivent se rendre pour réaliser les défis culinaires de la Companion Academy.

Les dotations sont donc:

Pour les personnes sélectionnées pour les défis (3 par sessions soit 9 gagnants)

-9 robots cuiseur Cuisine Companion (valeur indicative 699,99€)

-9 cours live web sur le site internet de l’Atelier Des Chefs

 

Pour les gagnants des défis culinaires live (1 gagnant par session, soit 3 gagnants en tout)

– 3 lots de 10 pièces de moulerie Natura de Tefal (environ 80€)

– 3 cartes cadeaux Darty de 50€

– 3 coffrets Wonderbox « Tables d’exception » (119 €)

Pour le finaliste des défis culinaires live (1 seul gagnant)

-1 participation à l’Atelier Des Chefs en tant que co-animateur d’un cours de cuisine

Alors alors ? Vous vous inscrivez ? Vous me dites hein, qu’on se donne rendez vous à la grande finale (à Lyon, pour moi, donc) !

Article sponsorisé

Dis moi… Pourquoi t’es comme ça ?

Pourquoi çà va pas ?
Pourquoi tu dis ça ? Pourquoi tu FAIS ça ?

On a les chansons dans la tête qu’on mérite.( Et on invente les paroles qu’on veut aussi.)

Et j’ai dû être bien vilaine dans une autre vie pour me caner du Florent Pagny de l’avant guerre.

Les greffons sont nos amis, on les aime bien aussi. C’est un fait.

D’ailleurs, on les aime tellement que nous trouvons toujours des excuses pour justifier leur comportement qui, soit dit en passant, peut devenir passablement irritant au fil des jours.

Entre 0 et 3 mois: il pleure. Pour tout, pour rien, on en sait rien. Il pleure.
Mais c’est parce que « il s’exprime » et qu’il n’a que cette façon de communiquer. Ou peut être que c’est la pleine lune ? Hein chéri ? regarde le calendrier. C’est la pleine lune ? Ou la lune noire ? C’est ça ? hein ? Hein ? C’est ça ?

Entre 3 et 18 mois: il pleure. Pour tout, pour rien, on en sait rien. Il pleure.Voire, il râle.
Mais c’est parce que c’est les dents? hein ? Hein ? a doit être les dents. C’est une phase importante à franchir, les dents. Pis ça explique des tas de choses. Le rhume, la fièvre, les pleurs, la mauvaise humeur, les nuits hachées. Les dents je te dis bon sang !

Entre 18 et 36 mois: il pleure. Pour tout, pour rien, on en sait rien. Il pleure.
Mais c’est le Terrible Two. C’est pour ça. Ou alors y’avait une marée non ? Mais siiii, pile quand il se roulait par terre là. Ou alors peut être le vent. Un coup de föhn et voilà que ça nous énerverait passablement un Scotch pour la semaine. Sait-on jamais.

Entre 36 mois et 8 ans: il pleure. Pour tout, pour rien, on en sait rien. Il pleure.
C’est la neige. Ou le froid. Ou le changement d’heure. Ou l’arrivée du petit frère. Ou l’orage. ou la chaleur. Les moustiques ? Va pour la rentrée alors.

Entre 8 et 35 ans: il pleure. Pour tout, pour rien, on en sait rien. Il pleure.
C’est l’adolescence qui débute, qui est en plein dedans, qui finit. c’est les enfants, le mariage, les ennuis, le boulot, les amours, les ennuis, l’argent, l’envie, la vie.

On trouvera toujours une excuse à nos enfants pour passer par des phases aussi fatigantes que pénibles.

Mais quand le commun des mortels aura admis une bonne fois pour toute que les greffons ne sont rien que des emmerdeurs de première, tout de même, on dormira tous beaucoup mieux.

(Oui, ils sont malades, et j’en ai MARRE)

6788767-mere-wathces-comme-son-fils-disparait-dans-un-temps-orageux
C’est ça, barre toi….
© Oleksandr Pekur