Voilà, c’est fini

(et hop, paye ta chanson dans la tête, ne dites pas merci, je suis comme ça, remplie de générosité, c’st mon côté Mère Thérésa)

Voilà, 2013 se termine et avec cette année s’ancrent un gros tas de souvenirs, des beaux, des moins beaux, des drôles et d’autres qui nous auront tiré la larme comme il faut, au point parfois de se dire qu’il fallait que ça se finisse. Et puis non. Et puis… On y est, finalement.

Une fois de plus, j’ai passé une année riche. Riche de vous, riche de tout.

On a fêté des 8 ans et des 4 ans, on a fait la fête, on a voyagé, on a profité. On s’est un peu insurgé, aussi, parce qu’il ne faut pas perdre non plus notre capacité à râler.
Je ne crois pas l’avoir déjà fait, mais étant donné cette belle année écoulée, je tenais à faire une petite rétrospective sur 2013. Un pense bête de ce que vous avez aimé, ce qui vous a marqué et ce qui a ponctué la vie de ce blog et la mienne… Bref… retour en liens et en images pour clore cette belle année et en démarrer une encore meilleure.

Vous avez aimé pleurer, un peu, beaucoup, passionnément, en parlant de choses dures, d’autres un peu moins et encore d’autres juste pour crier plus fort, ensemble.

Mais comme à chaque fois, on a vraiment bien rigolé… Genre quand on a pris l’avion ou quand on a trop bu.
On a vu des stars accoucher, des stars dans mon salon, on est allé en vacances, à Dubai, en Turquie, à Djerba, à la montagne ou à la mer….
On a arrêté de dormir, on a eu la loose et on a testé les services clients.

J’ai eu la chance de passer une journée VIP à Roland Garros, de faire des émissions super chouettes avec mes copains, dont une en total direct, de tourner des vidéos débiles, aussi… de rencontrer encore beaucoup de monde, de découvrir de nouvelles amitiés auxquelles je tiens particulièrement.

J’ai aussi hâte de refaire un projet photo comme celui de cet été. De remettre notre projet « lumignons » l’an prochain. De reboire des tas de cafés dans mon fief.
J’ai écrit un peu moins sur le blog, mais beaucoup plus chez Evian ou Parole de Mamans

J’ai hâte de rire, encore, de créer, toujours.

Un bilan plus que bien rempli.

Avec une suite en 2014 qui devrait mouvementer ma vie encore un peu plus.

945909_10151372573257234_1998838201_n

On va pas s´dire au revoir comme sur le quai d´une gare.
On va se dire bonjour, et gardez votre humour.

JE VOUS SOUHAITE UNE BELLE ENTREE EN 2014

944263_10151497063127234_418702569_n

T’as vu ta tête ?

Je ne vous demande pas si tout va bien ? Normalement, aujourd’hui, vous digérez tranquillement les calories, le trop plein de bulles, les trop nombreux cadeaux et les quelques embrouilles familiales, preuves que votre réveillon de Noël a été… normal.

Si vous avez la chance de ne pas avoir repris le boulot dès aujourd’hui, alors peut être prendrez vous le temps, entre deux tisanes digestives, de trier les 300 millions de photos prises entre les journées d’hier et d’avant-hier.

Ici, on n’a pas été super au taquet concernant les photos, rapport que la batterie n’était pas chargée. Mais on peut dire merci aux smartphones d’avoir immortaliser les têtes des enfants à l’ouverture des cadeaux.

Comme d’habitude, on a essayé de me prendre en photo. Mais moi, les photos, j’aime les prendre, pas être dessus.
Pour éviter de voir mon visage sur papier mat, j’ai trouvé une super technique: la grimace.

La grimace, c’est mon truc. Tous ceux qui se sont crus plus fort que moi ont dû rendre les armes. Une photo de ma tronche sans grimace a plus de valeur qu’un Picasso période cubisme. C’est presque devenu un challenge. Le mien, mais aussi celui de ma famille et de mes amis qui tentent leur chance. Et je ne vous parle même pas des quelques photographes professionnels qui ont croisé ma route depuis ce blog. J’ai cru entendre « enfer » et « misère ». Parfois dans la même phrase, pendant une tentative désespérée de m’avoir… pour un article dans le journal. Au final, il a pris celle où j’avais le doigt dans le nez. Il est sous anti-dépresseurs aux dernières nouvelles.

cranemou

Une amie me faisait remarquer que faire attention à son image sur internet était tout de même de rigueur quand on avait un profil public (genre quand on est blogueuse quoi). Du coup, j’ai tapé « Cranemou » dans Google image, pour voir où j’en étais. J’en suis au niveau -12 de la photo vendeuse.

Et le pire ? C’est que j’initie avec grand plaisir mes enfants à ce petit challenge du quotidien. Et on sent qu’il y a eu transmission génétique à ce niveau là.
J’ai même un album de grimaces. Tous les gens qui croisent mon chemin ont des chances de s’y retrouver un jour, sur ma demande. Une vraie collection.

La grimace, c’est la vie.

Du coup, quand je vois des concours photos comme chez Too-Short en ce moment, ça me démange beaucoup de participer… Mais vous comprendrez que si je le fais, je vous enlève quasiment toutes vos chances de gagner. Je suis passée en niveau professionnel, ça serait trop injuste…
(mais vous, vous pouvez y aller, y’a 4 x 10 places de ciné à gagner… et c’est marrant, et jusqu’au 6 janvier).

Sinon, je vous préviens, je le fais, et je rafle tout…

cranemou photo-23
cranemou
OUais… même avec TP, je sais…

Deux heures moins deux: Two to two. Chante et gagne une montre Flik Flak !

L’école de mon fils devrait servir d’exemple à toutes les écoles du monde entier (au moins) (je fayotte pas du tout) (coucou la directrice, il reste pas une place à la garderie le mardi ?).
Pourquoi ? Juste parce qu’ils ont eu l’intelligence de placer toutes les formes d’art dans l’emploi du temps de nos enfants. Et sincèrement, entendre son fils faire une analyse pertinente d’une œuvre de Magritte ou l’écouter raconter comment Brassens en est venu à adorer les animaux, ça n’a pas de prix, que ce soit au niveau de ma fierté personnelle ou à l’enrichissement culturel familial.

Cette année, outre quelques peintres et sculpteurs étudiés, le thème de la chorale (oui, le lundi, ils chantent) parle du temps.

Dernière chanson en date: From Two to Two de Bobby Lapointe. Nan mais Bobby Lapointe ! Je suis admirative du choix. Évidemment, les enfants s’en donnent à cœur joie, et malgré un accent anglais tout pourri, ils s’en sortent bien, j’ai hâte de voir le résultat en fin d’année pour la fête de l’école (je ne pensais dire cette phrase un jour… hum…)

Et puis bon, le temps, comme thème, c’est quand même bien trouvé. Ces enfants qui ne savent jamais trop si on est demain ou hier, qui veulent grandir trop vite, qui se demandent pourquoi on n’est pas déjà Noël et qui lisent l’heure de manière conceptuelle.

« Il est 15h et demi ! »

Ouais, en vrai, il et plus souvent 16h moins 15 finalement.

Mais on apprend, on apprend.

Et pour apprendre, quoi de mieux qu’une bien jolie montre ?

Et puis les montres, ça tombe bien, ça fait grand. CQFD.

A la maison, les montres, c’est Flik Flak, que ce soit bien clair. N°1 avait vu la montre de sa soeur et j’avais eu la bonne idée de lui faire découvrir sur photos la collection garçon Full Size… Depuis, il rêvait de la « super montre orange et noire ». Et son rêve devint réalité, nous avons reçu le Graal il y a peu.
Bon, il l’a juste « vue », parce qu’elle va prendre place sous le sapin du coup.

Flik Flak full-size boys

Elle est « magnifique ». c’est lui qui le dit. Ceci dit, si on aime les couleurs, c’est le cas, effectivement.

Et comme c’est NOël pour tout le monde, Flik Flak me permet de vous faire gagner le modèle jaune. Que j’aurai choisi plutôt que orange, mais mon fils ne peut pas avoir autant de goût que moi, je ne peux pas lui en vouloir.

Pour participer, laissez un commentaire ci-dessous en me précisant que vous participez (parce que vous pouvez aussi juste dire bonjour) (enfin, même si vous jouez, vous pouvez aussi dire bonjour d’ailleurs).
Vous avez jusqu’au 25 décembre inclus pour jouer. Oui, vous saurez après NOël si votre greffon aura le droit à un cadeau bonus, c’ets comme ça.

Montre Flik Flak Funny Hours

Le gagnant sera tiré au sort. Et évidemment, à votre bon cœur pour partager ce petit jeu (le dernier de l’année je crois bien, parce qu’après, je vais écrire, pour de vrai ! Si si !)

Bonne chance et mille mercis à Flik Flak !

« From two to two to two two. De deux heures moins deux à deux heures deux »

EDIT: Bravo à MeloMelie, le mail est parti.
Merci à tous !

Le Carré Frais m’a rendu maboule (un apero à gagner)

Je parle peu, pour ne pas dire jamais de cuisine ici. Il y a des blogs cuisines très bien pour ça. Moi, j’ai un blog de chroniques. Je pourrai chroniquer sur ma vie en cuisine, aussi, mais le temps que j’y passe étant inversement proportionnel  à mon manque de talent, je m’abstiens de vous montrer les dégâts que peuvent faire, en très peu de temps, mon manque d’attirance dans ce domaine.

J’aime manger. Surtout quand on m’invite.

Faire, c’est une toute autre histoire.

On me propose très régulièrement des partenariats sur le blog pour que je teste des produits liés à la cuisine. les marques sont joueuses. Mais je refuse à chaque fois quasiment. La honte ne me fait pas peur, mais tout de même.
Mais il y a quelques jours, un ami (et il fallait au moins qu’il soit un ami sur ce coup) m’a proposé un truc sympa à tester. Carré Frais m’envoyait absolument TOUS les ingrédients pour préparer un petit repas sympa: des cromesquis et des croustillant au pralin. Le tout avec des « Carré frais » (entre autre).

photo-19

Bon, que ce soit bien clair, je ne sais pas à quoi devrait ressembler des « cromesquis », mais ce que j’ai fait ressemblait beaucoup à des Dobitchu. Moches-moches-moches. Mais voilà, hein, j’avais prévenu, je suis vraiment pas douée.
En revanche, j’ai réussi les croustillants. Et c’était fastoche (dès que ça n’a pas besoin de cuisson, c’est tout de même plus abordable pour moi).

photo-18

photo-17
TADAAAAM

Je vous mets la recette plus bas, sait-on jamais, ça peut vous servir (et c’est bon) (mais j’ai pas mis le jus de citron parce que j’aime pas mélanger le chocolat aux agrumes)

Carré Frais me propose de vous faire gagner, non pas le même panier que moi, mais un panier spécial apéro… ça vous servira bien le nouvel an, je pense, pour éponger le champagne.

Capture d’écran 2013-12-18 à 14.57.54

Pour jouer, dites moi en commentaire ce que vous faites le mieux en cuisine (oui, casser les verres, ça compte).

Vous avez jusqu’au 24 décembre midi (après je boulotte le foie gras, j’aurai pas le temps) pour jouer.
Le gagnant sera tiré au sort et contacté par mail.

Merci Quentin et Carré Frais… même si une fois de plus, ça n’a fait que prouver que j’étais une bille.

Recette des croustillants de Carré Frais Pralin-Citron:

Ingrédients:
2 carrés frais natures
2 cuillères à soupe de pâte de praliné
2 cc de sucre de canne
1cs jus de citron
2cs chocolat noir
2 crêpes dentelles
4 sablés breton
2 portions de beurre

1. Faites fondre le chocolat noir au bain marie ou au micro onde. Émiettez les crêpes dentelles dans le chocolat. Mélangez et laissez refroidir.

2. Ecrasez les Carré Frais à l’aide d’une fourchette pour les aérer et ajoutez-y la pâte de praliné, le sucre de canne et le jus de citron. Mélangez bien pour obtenir une texture homogène et réservez au réfrigérateur.

3. Faire fondre le beurre. Emiettez finement els sables dans un bol et ajoutez le beurre. Répartissez le mélange dans les moules et tassez bien. Déposez sur le sablé le chocolat puis la crème au Carré Frais.
Réservez au réfrigirateur pendant 30 minutes. Et bon appétit !

 

EDIT: C’est Jojo qui a gagné le panier apéro ! Bravo et merci à tous !

Les plus beaux à Noël (Avec un bon d’achat Okaïdi dedans)

Bien qu’on soit tous d’accord pour dire que mes enfants sont de (très) loin les plus beaux de la galaxie, il n’empêche que pour mettre bien les boules au reste du monde qui en doutait encore, je prends un malin plaisir à les embellir un peu plus avec des vêtements canons. Tant qu’à faire, pour les photos, ça rend toujours mieux qu’un pyjama en pilou.

Pour ne pas changer mes habitudes, je suis allée faire un tour du côté de chez Okaidi pour leur confectionner des petites tenues sympathiques pour les fêtes.
Voilà ce sur quoi je risque très très fort de craquer:

Okaidi fille

Okaidi garcon

Oui, tout à fait, je suis dans ma période « bleue », ne me demandez pas pourquoi, c’est comme ça.
Et puis bon, des tenues de fêtes, c’est sympa, mais si c’est pour qu’ils ressemblent à des elfes des bois le 24 au soir et ne remettent jamais leurs fringues, je ne vois pas bien l’intérêt.

On ne va pas vous laissez baver plus longtemps en imaginant comme vos enfants pourraient presque être aussi beaux que les miens avec ces beaux habits, donc on va vous permettre de vous faire un vrai beau plaisir: Okaïdi et moi-même vous proposons de gagner un bon d’achat de 100 euros pour rhabiller vos greffons.
Un vrai beaux cadeaux qui tombe à pic n’est-ce pas ?

Pour jouer, je vous laisse me dire en commentaire quelle serait la tenue que vous choisiriez sur le site Okaidi.fr (un ensemble haut-bas, robe-gilet etc…). Vous pouvez coller le lien en commentaire sans soucis (si ça passe en spam, je suis là pour surveiller, pas d’inquietude).
Evidemment, un petit relai sur les réseaux sociaux sera fortement apprécier. Vous pouvez evidemment aussi aller aimer la page Facebook de Okaidi (et la mienne ici) pour nous montrer votre gratitude éternelle (et vus tenir informer des actualités au passage, aussi).
Vous avez jusqu’au 22 décembre midi pour jouer.
Une seule participation par foyer (même IP).
Bonne chance à tous !

EDIT: Après tirage au sort, c’est « OcéanedesMerveilles!! » qui remporte le bon d’achat. Je vous remercie tous et toutes pour vos participations, et j’espere avoir d’autres occasion de vous proposer d’aussi beaux cadeaux.

 

Polluée de l’interieur

J’habite en centre ville. Je n’envisage pas vraiment ma vie autrement que comme celle que je vis actuellement: je fais tout à pieds, je ne m’embête pas avec un voiture, à peine plus avec les transports en commun. Tout est à proximité, tout est pratique, tout est simple. C’est parfait, ça correspond idéalement à mon mode de vie.

Ca ne m’empêche pas d’adorer la campagne, de regarder avec envie des photos de levé de soleil sur des plaines figées dans le froid, à perte de vue. Ni d’imaginer ce que pourrait être une vie de famille en bordure de forêt (bien pratique, avouons le, pour jouer au petit Poucet avec ses enfants).

Mais non. Rien n’y fait. Je ne pourrai certainement jamais me résoudre à me défaire de mon côté urbain. Et puis… je n’ai jamais eu de bottes de pluie, c’est inenvisageable de changer à mon âge.

Pourtant, dans des situations comme celles que je connais en ce moment, ce n’ets pas bien évident non plus de gérer les inconvénients de la ville.

En ce moment, à Lyon, nous avons atteint le niveau le plus élevé du seuil d’alerte à la pollution aux particules. La pollution. Ce seuil signifie qu’une « exposition de courte durée présente un risque pour la santé de l’ensemble de la population ou de dégradation de l’environnement, justifiant l’intervention de mesures d’urgence » d’après Airparif.

Étant une petite nature niveau ORL et ayant une capacité hors du comment à être allergique à à peu près tout, voilà qui m’embête un peu. D’autant plus que ce genre de tare se transmet visiblement de façon dominante dans les gènes puisque mes enfants ont hérité de ce soucis. Seul héritage de ma part d’ailleurs. Voilà le cadeau.

Pourtant, il faut bien continuer, même en ce moment, à aérer les chambres, le salon et tout l’appart en général. En faisant rentrer, donc cette pollution extérieure dans mon humble chez-moi.
Du coup, quand on m’a proposé de tester un purificateur d’air Rowenta, je me suis dit « why not ? ». Après tout, ça ne pouvait pas etre pire. Et effectivement, le traitement de l’air peut être un bon moyen pour pallier à ce soucis.

Infographie_Allergies_Rowenta
Rowenta-infographie-purificateurs
(Cliquez sur les infographie pour les lire plus confortablement si vous n’avez pas les yeux bioniques)
(Si, si, c’est très informatif)

Globalement, qu’est-ce que j’en pense après quelques mois d’utilisation:
Déjà, c’est pas moche. Et ce n’est pas négligeable, même si ce n’est pas à la base ce qu’on lui demande, tant qu’à faire, c’ets quand même mieux.
Ensuite, j’apprécie bien qu’il s’occupe d’une surface de 35m2 en 30 minutes. Ca permet de faire le tour de la maison en une heure et demi (désolée, ca fait plus si vous habitez un loft).
Son niveau sonore est suffisamment faible pour que ce ne soit jamais dérangeant, de jour comme de nuit (mais je ne l’ai utilisé que de jour à vrai dire).
Son système d’alerte lumineuse qui nous indique dans quel état de pollution est notre pièce est assez flippante ici, elle s’est régulièrement fardée d’un magnifique rouge pour nous signaler que c’était la cata de l’air ambiant. Mais il filtre, il filtre et tout redevient aussi vert qu’une pelouse du Parc des Princes.

Et côté bénéfices ? Je ne sais pas trop quoi répondre. Effectivement, on est moins sujet cette année à des laryngite-trachéites d’origine souvent allergènes mais si c’est dû à cet appareil ou non, comment savoir. Peut être qu’on a juste plus de chance ? Peut être que les enfants sont plus résistants et ne transforment plus chaque rhume en complication ORL. Comment en être sûr ? Impossible. Mais on continue de filtrer, sait-on jamais, c’est peut être une vraie bonne solution pour qu’on arrête de tousser sans arrêt au moindre pic de pollution !

Pour plus d’infos sur le traitement de l’air, vous pouvez consulter cette page très complète.
Et pour en savoir plus sur le purificateur que Rowenta m’a offert, c’est par là.

Kof-Koffement vôtre
(ouais je fais trop bien la toux)

Redevenir mère.

L’autre jour, je publiais un article qui brassait mes tripes depuis longtemps, à propos de comment j’ai vécu mon premier accouchement.

Suite à vos nombreuses réactions qui m’ont bien plus ému que mon propre récit, à vrai dire, j’ai décidé de répondre aux questions qui sont revenues régulièrement dans les commentaires , que ce soit sous l’article, sur Facebook ou sur Twitter, via un nouveau billet. Parce que oui, effectivement, il y a eu une suite à tout ça. Que ce soit le lien mère enfant avec N°1 ou le simple fait d’envisager et de gérer une seconde grossesse… un second accouchement.

Ce billet est dans mes brouillons depuis le lendemain de la publication du premier opus pour tout vous dire, mais je n’avais pas pris le temps de le finir. Pas toujours facile de se dévoiler hein ?
Et comme sous avez été très nombreux hier à me prévenir « Hey ! Regarde, tu es citée dans Les Maternelles suite à ton article « souffre en silence » (merci Elsa), je me dis qu’il est temps de conclure.

Le lien mère-fils a été compliqué à tisser, mais je ne vais pas m’attarder trop longtemps, j’en avais fait un article déjà, il y a longtemps. Ca va mieux. BIen mieux. Nous avons retrouvé ce fil que nous avions lâché à la naissance, nous l’avons fortifié. Il est différent, mais il est beau quand même.

La question du second enfant s’est posé par la suite, comme dans beaucoup de familles.
Je l’ai rejeté pendant des mois. Des années même.
« JAMAIS », c’est ce que je disais.
Je l’affirmais avec conviction. Pourtant, j’ai senti revenir ce désir d’enfant. Ce deuxième.
L’envie s’est faite plus forte que la peur et c’est presque sans boule au ventre que je suis repartie pour un « même joueur, joue encore » 4 ans plus tard.
Mais les choses ont été différentes.
Je me suis orientée vers un obstétricien très réputé. Une personne qui ne prenais plus de nouvelle patiente depuis fort longtemps mais qui a été touché par mon parcours et qui a accepté de me suivre.
Un grand monsieur qui avait la douceur et la délicatesse de m’expliquer longuement ces choses simples qui me rassuraient au fil de ma grossesse.
Ensemble, nous avons construit un dossier très complet… au niveau psychologique surtout.
Il savait. Et tous ceux qui m’accompagneraient le jour J en salle d’accouchement sauraient aussi.
Mes doutes, mes craintes… mes angoisses. Mes plaies.

J’ai eu des contractions. Je suis arrivée sereine à la maternité (pas la même que la première fois, évidemment, donc).
J’ai été prise en charge assez vite. Le nom de ce grand médecin en haut de mon dossier a dû jouer sur la qualité de l’accueil, certainement. Je m’en fiche pas mal d’avoir été pistonnée. Je méritais bien ça.
Ca a été long. Très long.
La péridurale a été posée dans l’ambiance la plus calme au monde. J’étais bien. Je gérais ma douleur. Je n’avais pas peur. La bienveillance régnait. On venait me demander si j’allais bien. J’allais bien. Tout allait bien.

On a fait une écho pour voir si Clapiotte s’engageait correctement. Elle se présentait par la face. Dépitée, la gynécologue de garde ce jour là m’explique qu’il faudra certainement refaire une césarienne si la petite ne se décide pas à baisser sa fichue tête. Je connaissais les risques d’un accouchement par voie basse avec un utérus cicatriciel. Il n’y a pas de problème.
On attend, de toute façon, tout va bien, les contractions font doucement leur travail et les équipes aussi.
Je suis Natacha, la patiente de la salle d’accouchement N°2. Je suis quelqu’un. Je suis une future mère. Et je vais bien.

On décide au bout d’un temps de percer la poche des eaux pour activer tout ça. On m’explique, encore, avec le sourire le pourquoi du comment.

On s’installe.

PLOC.

La suite voudra que rien ne se passe de façon normale, une fois de plus.
J’ai dû partir en urgence en césarienne.
Mais chez les humains, urgence ne signifie pas précipitation. On m’explique pourquoi il faut. Pourquoi c’est urgent. Pourquoi on y va, là, maintenant. Moi. Ma fille. Il faut. Mais tout va bien se passer Madame, vous avez été formidable. C’est dommage de devoir passer au bloc mais tout ira bien.

Une fois de plus, j’enchaine un peu de malchance et on doit m’anesthésier totalement.

2h plus tard, je me réveille en sueur sous une couverture chauffante. On me sourit.

On m’explique de nouveau ce qu’il s’est passé.

Ma fille arrive dans les bras de son papa. Dieu qu’elle est vilaine toute poilue… MA FILLE. Que je l’aime déjà, de si loin.

Tout va bien. Tout le monde va bien.
Je réclame à repartir à la plage. Je plane. Je me rendors un peu.

Dans ma chambre, on revient m’expliquer les soucis que j’ai rencontré. J’ai une sonde urinaire pour 8 jours. Mais nous allons bien. J’en rigolerais même plus tard, beaucoup, ici.

Refaire un troisième enfant sera dangereux. Un risque bien trop grand pour lui, pour moi. La question ne se posera donc plus. J’ai deux beaux enfants qui vont bien. Nous avons une histoire particulière concernant leur accueil dans ce monde.

Mais aujourd’hui nous allons bien.
Et cet accompagnement bienveillant malgré les soucis rencontrés y est pour beaucoup, si ce n’est pour tout.

Aujourd’hui nous allons bien.

Ne t’en fais pas.

1

 

Un drôle de Noël facon pétage de câble (la vidéo qu’elle est bien pour se marrer)

Il y a les parents qui nous font monter la culpabilité au niveau maximum en assumant complètement leurs enfants. Ca nous met le moral au ras des chaussettes dès qu'on les voit, sourire béat, essuyer les mains pleine de terre de leurs greffons alors que nous, on aurait déjà hurlé que "Mais p*** j'ai pas de lingettes en plus !!!".

Il y a les parents à qui on lâcherait bien notre derniere moitié de Lexomil tant ils ont l'air au bout du rouleau en voyant leurs Scotch se rouler dans l'herbe fraiche avec leurs habits blancs (c'était le baptême de la cousine Mickeline)

Et il y a les parents qui sont un peu tout en même temps et qui en viennent à juste péter une durite.

C'est le cas de Marie. Marie a trois enfants. Trois lardons qui lui en font voir de toutes les couleurs. Et cet hiver, Marie craque.

Parce que ce serait connu si les périodes de Noël étaient des périodes faciles pour les parents. Ce harcèlement permanent des greffons qui veulent ci, et puis ça, et puis aussi ça, hein, hein maman, je peux mettre ça sur ma liste du Père Noël ?
MAIS MANGE LA TA LISTE HEIN !

Donc Marie. Marie pète un câble et a décidé que c'était à son tour de se venger (gentiment) de ses enfants.
Elle leur concote des cadeaux de Noël avec amour et blanches mains. C'est tellement… réussi… que les pros du Do It Yourself peuvent aller se rhabiller sans passer par la case départ, DIRECT.

Qu'est ce que j'ai ri en voyant les vidéos de Marie sur le site dédié.
Ce qui est certain, c'est qu'au final, il n'y a pas que les enfants de Marie qui ont été surpris, grâce à KIA et sa série limitée Kia Carens Toys’R’Us vendue avec une PSP, deux jeux et d’autres surprises…

Je ne peux que vous inviter à aller voir de quoi il retourne quant à ce drôle de Noël sur le mini site dédié à l'opération.

Et vous pouvez évidemment regarder celle ci pour commencer:

 


Et vous, vous êtes dans quel camps de parents ?

 

Vidéo sponsorisée

Grandir avec Nathan pour occuper les O-10 ans (sponso et concours)

« Qu’est ce qu’on fait ? Hein mamannnn, qu’est ce qu’on faiiiit ? Je m’ennuiiiie… Oh LALA QU’EST CE QUE JE M’ENNUIE MOI ALORS »

Oui. L’enfant s’ennuie. L’enfant a 4 rayons entiers de Toys’r us dans sa chambre mais il s’ennuie. De façon régulière. Et principalement quand on n’a pas une seule minute à lui accorder, rapport qu’on était en train de faire un fraisier à 4 étages là, tu vois choupinet. (Ou se faire couler un bain, ça compte pareil, et c’est moins chiant).

On a tous et toutes notre petite solution pour faire taire les « j’m’ennuie » qui sonnent faux mais qui nous agressent trop les tympans pour faire comme si on ne les entendait pas.

Par exemple le DVD. Ca marche bien, le DVD.

Mais ça fait culpabiliser parfois. Parce que « parfois », on le met deux fois de suite, l’air de rien… Hum… Je ne vise personne évidemment.

Autre solution, compter sur ceux qui ont bossé pour nous aider. Par exemple Nathan qui a créé le site « Grandir avec Nathan » et qui propose des activités pour les enfants de 0 à 10 ans. OUI. 10 ans. C’est suffisamment rare pour que j’insiste sur ce point. Le greffon trouvera de quoi s’amuser, créer, s’éveiller et apprendre de manière ludique et pédagogique.

« Je m’ennuie » —-> Grandir avec Nathan. BIM, un coloriage ? Une activité bricolage ? Des exercices ? Peu importe, c’est sympa, ça occupe le greffon et ça nous laisse souffler quelques precieuses minutes !
On trouve même sur le site des fiches de conseils et des fiches pratiques qui pourront nous être bien utiles quand on se retrouve un peu démuni face à un enfant… comment dire… fatigant.

En ce moment sur Grandir avec Nathan, vous pouvez voter pour vos articles préférés sur tout le site. Pour celà, il suffit de vous rendre sur le site et de choisir votre préféré.
Les miens sont plutot axés « santé » et « développement » des 8-10 ans comme « il a des soucis, quand consulter ? » ou « son premier départ » ou encore celui-ci sur l’autonomie… POur Clapiotte qui croit qu’elle sait déjà lire, plutot l’article sur la reconnaissance des lettres d’un mot
En votant, vous pouvez gagner un week end en famille à Center Parc ou plein de cadeaux… Ca coute rien de tenter et en plus, ça permet de découvrir le site qui est plutot pas mal fichu.

Je retourne imprimer des coloriages pour l’attente au tennis de mercredi matin avec Clapiotte….

 

 

Idée cadeau de Noël: et si c’etait pour la chambre ? (déco)

Un camion de pompier
Une tablette
Un mp3
Trois milliards et demi de petits poneys
Une poupée qui parle
14 jeux de société
Et le reste en petites merdouilles…

Voilà à quoi ressemblent les listes de Noël des enfants. En tout cas des miens, en général.
C’est sûr, on sait toujours quoi répondre quand on nous demande (attention spoiler Père Noël) « et il veut quoi alors, pour Noël ? »

Bah vous savez quoi ? Maintenant, j’ai décidé que sous le sapin, 3-4 cadeaux c’était largement suffisant. Pour le reste, bah on se cotise, et on fait un vrai beau cadeau. Genre, du beau mobilier enfant qu’on ne s’offre pas forcément tous les jours.
Je rêve de porte-manteaux décalés, de chaises design et de suspension originales… Voilà ce que je veux. Pour que petit à petit, leur chambre ressemblent à… LEUR chambre. Et pas à une chambre d’un catalogue suédois quoi !

Petit à petit…

Hein Mamie ???

chaise-little-nobody-gris-hay-komplot-design-silvera_02
suspension-vapeur-moustache-sempe-silvera_02

portemanteau-clothes-rack-eno-paruccini-silvera_01Oui, c’est un porte manteau. Oui, oui.

Alors, on demande quoi à Noël cette année ? Nous ça ressemblera un peu à ca. En plus de jouets, hein, je suis pas SI méchante !


Lien sponsorisé.