Bilan

Bon, finalement, je remarque que mes neurones se remettent juste TRES doucement à fonctionner de manière autonome, sans avoir besoin d’un réveil à coup de vagues et d’air iodé. Je me posais des questions, avec Tony, on respirait moyennement l’intelligence ces 2 deniers jours! C’est juste un moment d’adaptation…. je crois!

Bref, comme je vais bien (mais si!) mais que quand même, je ne vous ai pas assez fait part de mes journées de bronzette, voilà un petit bilan de fin vacances (oui, fin, fin, pas pour tout le monde, perso, je suis en vacances pour les 3 prochaines années là…et que personne ne vienne me casser mon trip que NON, c’est pas des vacances de garder ses  trolls à la maison…laissez moi rêver…encore un peu!).

En gros, comme je n’ai pas pu vraiment m’ennuyer, voilà donc ce que j’ai pu relever à la plage:

LES TRUCS QUI ME FONT HAUTEMENT PENSER QUE LA PROCHAINE FOIS, CA SERA A LA MONTAGNE:

>Les filles qui sont trop bien foutues. Celles qui ont décidé que se ballader en mini itsi bikini blanc le long de la plage. Celles qui sont bronzées juste ce qu’il faut. Celles que Tony regarde l’air de rien. Celle que je regarde en souhaitant les recroiser dans 10 ans…oui, parce que moi aussi j’ai fait le coup du minikini blanc à crâner……tss tsss…. on sait ce que ça donne au final!

>Les enfants des autres. Ceux qui disent à N°1 que « les brassards c’est pour les bébés » (et N°1 qui met 1 semaine à s’en remettre et à retourner dans l’eau!). Celui qui zyeute ton beignet au chocolat en disant que ses parents, ils veulent JAMAIS lui en acheter. Celui qui zyeute la glace de N°1 en disant que ses parents, ils veulent JAMAIS lui en acheter (non plus). Celui qui marche sur ta serviette parce que ses parents lui ont JAMAIS dit de ne pas le faire. Celui qui a décidé de creuser un trou sous ta serviette pour te faire une bonne blague. Celui qui s’entend vraiment avec N°1 mais que JAMAIS tu ne t’entendras avec ses parents… bref, avec un troll et un mari qui fait office de G.O sur la plage, TOUS les gosses nous tournent autour, et parfois, c’est vraiment pas drôle.

>Les adeptes du style « Borat ». Au début ça me fait rire, après, je les trouve pathétiques et au final, j’arrive même à avoir de la compassion…. Ca me gâche ma bonne humeur.

> Les parcs à parasols et les plagistes qui se la racontent. Le faux luxe dans toute sa splendeur… Je concois que les matelas ont l’air confortable, mais très franchement, quand je les regarde, ça me fait penser à des moutons garés les uns à côté des autres.

>Les gens qui ne savent pas planter leur parasols. Bon, là, c’est mitigé comme sentiment. Avec Tony, on appelait ça notre « série de l’été ». Chaque jour, un nouvel épisode, la personne décidait que planter son paraol à la simple force de son mini biceps droit allait suffir. La chute était identique à chaque fois: un enfant/un vieux/moi manquait de se faire empaler dès le premier coup de vent force 0,1 venu…`

Mais surtout, il y a ce qui me fait revenir chaque année:

>être les premiers sur la plage le matin, juste pour y laisser nos empreintes de pas jusqu’à la mer.

>Le bruit des vagues

>le tic tac des raquettes de plages,

>les beignets fait maison du vendeur au sombrero,

>l’odeur de la crème solaire

>la marque du maillot

>regarder les p’tits jeunes amorcer des techniques d’approche vers d’autres jeunes du sexe opposé…toute ma jeunesse en direct live chaque jour, un p’tit bonheur quotidien,

>regarder N°1 se délecter de jeux bien plus simples (et sains) que Batman et compagnie,

>le sable chaud

>le sable frais sous la couche de sable chaud

>faire des chateaux que N°1 trouvera forcément « merveilleux »

>faire n’importe quoi dans l’eau, du moment qu’on me donne un truc gonflable.

>croire que le temps s’est arrêté.

>revenir pour y penser.

Mon corps est de retour mais pas ma tête… pas encore!

Ca y est, nous y sommes, j’ai rebranché tout ce qui devait l’être, j’ai rallumé le gaz, aérer l’appartement, ranger les valises loin de mes yeux. J’ai éventré la tonne de courrier qui débordait de ma boîte aux lettres, j’ai remis un pantalon et je recommence à me sécher les cheveux.
Pire: je suis remonter sur ma balance (qui, bien entendu est détraquée puisqu’elle MENT je le sais!).
Je suis retournée boire un café à la buvette du coin, j’ai dis bonjour aux voisins, je me suis refait piquer le bras par le sadique du quartier, j’ai recroisé des parents d’élèves.

Pendant ce temps, N°1 a jubilé en voyant sa chambre, ne me parle que de sa rentrée et de ses copains, a retrouvé tout de suite le goût de jouer à autre chose qu’au ballon/château de sable/roulé-boulé sur la plage/bateau gonflable.

Et Tony a retouvé ses petites habitudes de maniaque de l’aspirateur et surtout L’équipe TV.

Nous sommes donc bien rentré. HIER déjà.

Mais je profites encore un peu du doux arrière goût de vacances en voyant la tête des gens lorqu’ils nous croisent, tout bronzés que nous sommes… Hahaha…. petit souvenir de nos vacances en bord de mer, encore à 3, pour l’ultime fois.

Le temps de m’habituer à cette vie qui recommence et je reprend illico les rennes de ce blog qui, oui, je sais, fait un peu mine d’avoir été lâchement abandonné pendant 1 mois…oui, mais bon, au choix, je préférais l’ambiance monoï/paréo que cyber geek climatisé.

Demain un petit bilan de ma santé mentale et c’est reparti pour un tour!

c’est pas de ma faute

on me séquestre à la plage,
les cyber cafés sont beaucoup trop loin,
mon portable capte mal, il faut que je trie les seaux par couleur,
j’ai pas enlever tout le sable entre mes doigts de pieds,
j’ai encore une vilaine marque de maillot à faire partir,
le vendeur de chichis est mon meilleur ami,
faut que j’attrape le petit qui m’a volé ma pelle,
je rentre encore dans mon maillot, j’ai promis de reconstruire la tour eiffel en sable mouillé,
on n’a pas encore crevé le matelas gonflable, j’ai pas encore fait de photos de crabe,
vous comprenez donc que je me peux pas rentrer tout de suite et que c’est pour cela que je n’ai pas du le temps de bien alimenter le blog… Que voulez vous, on est over booké.!

Je vous dis quand même à ce week end, et je serais de bonne humeur malgre tout!

Une semaine à la mer

Petit bilan de mi vacances (et oui, c’est tout!): une semaine à La Ciotat et une semaine au Cap d’Agde….hmmmmm, vous imaginez déjà que j’ai été pietinnée par des milliers de vacanciers en furie, que je suis devenue sado maso et que je me balade chez les naturistes….que néni…quoique.

Non, pas les naturistes, juste le côté pietinnage de femme enceinte.

La Ciotat, on connaissait pas. C’est assez sympa, si on enlève les 4 milliard de personnes qui se sont allongés sur ma serviette parce que vous comprenez, les plages qui font 3 metres de larges, forcément, faut se battre, et à défaut de se battre, ben ils squattent ta belle serviette. Il faut enlever aussi le fait que tu ne marche pas sur du beau sable blanc et fin mais sur de la caillasse qui te tranche les talons façon pierre ponce, le rendu « peeling nickel » en  moins (ben oui, la, ton sang qui coule, ça le fait pas sur les tongs). On peut aussi enlever le fait que l’eau à 26°c n’est pas uniquement dû au beau temps ambiant, mais bel et bien à tout ces enfants qui s’ébrouent, là, autour de toi.

Pour finir, à La Ciotat, quand tu arrives à t’allonger sur ta serviette tranquillement sans te mettre les orteils du Monsieur devant dans l’oreille, ben tu as la visite de petits oiseaux….non, pas des mouettes, ni de beaux Goelland (de toute facon, ils n’auraient pas la place de se poser à part sur la dune de mon ventre), mais des PIGEONS. Des pigeons sur la plage, non, la vraiment, je m’en vais sur MA plage, là où je vais depuis que j’ai 2ans. Rien ne remplace les bonnes vieilles habitudes!!

Donc, La Ciotat, c’est bien, mais mon Cap à moi, c’est vraiment le top, surtout quand tu as sous le bras un N°1 et un Tony qui adore avoir un peu de place pour faire des bataille de sable (sans se crever les yeux avec les cailloux).

Et puis cette année, l’eau n’est pas à 17 comme à chaque fois, elle est à 24, il fait juste chaud comme il faut avec le petit vent de mer qui te rafraichit bien mais pas trop. On squatte la plage jusqu’à 20h voire 21heure…on est bien, le temps s’est arrêté.

C’est comme quand vous aviez exactement la bonne surprise dans votre Kinder, c’est comme quand vous avez choisi pile poil le bon fruit juteux et sucré (celui que vous n’esperiez plus depuis des années). Cette année, c’est notre année, alors je suis bien loin de Lyon, bien loin du boulot et bien loin de la rentrée.

L’air de rien je passe ici mais très sincerement, je ne sais pas si je vais trouver le temps de décrocher de mon bonheur d’ici le 30…

En attendant de voir, je vous remercie de vos petits commentaires et de vos visites, je vous dis à très bientot et souhaite bien du courage à tous ceux qui bossent sous cette chaleur!

A vite….mais pas trop!

Le jour où…j’ai beacoup trop bu

Puisqu’on peut dire maintenant qu’il y a prescription, je peux vous raconter une anecdote sur ma vie de feu-patachonne, lorsque j’étais encore libre de me mettre des mines à faire pâlir Gégé, le pilier de bar du PMU du centre-ville.

A cette époque, je pouvais défier quiconque de me mettre à terre, d’ailleurs, malgré un physique de petite fille, personne ne comprenait que je puisse ingurgiter autant d’alcool sans mouffeter, et en restant presque digne.

J’habitais alors dans un studio en centre ville, et j’avais cru bon d’avoir à peu près tout les jours 140 personnes qui pietinnaient mon parquet, même si je n’en connaissais rarement que la moitié, bref, j’aurais pu me faire arrêter à défaut de licence IV.

C’est aussi à cette époque que j’ai rencontré mon mec à moi, qui, au premier regard, a lancé à son ami (qu’on avait en commun): « c’est quoi cette tarée? » auquel j’ai répondu « c’est quoi ce peigne-cul? ». Notre relation débutait donc sur les bases saines du mépris. Il faut dire que j’étais en train de débiter le spectale entier d’Eric et Ramzy avec ma meilleure copine, et que, à part nous, je ne suis pas sûre qu’on faisait rire qui que ce soit. Et lui avait revêtu sa plus belle chemise bleue moche avec un nounours pour tout ornement…hmphr…..

Bref, c’était la grande époque du grand n’importe quoi où, si Facebook avait exixté, j’aurais eu 8000 amis, où la mode n’avait pas encore envahit le placard de mon homme, où Eric et Ramzy me faisaient rire, où je pouvais ne pas me réveiller le lendemain, ne serait ce que pour recommencer…

Et bien finalement, et mon foie me remercie, ça n’a pas duré trop longtemps: un soir, j’ai dépassé les bornes des limites du taux d’alcoolémie.

Je me rappelle vaguement qu’on avait passer la soirée en dehors de Lyon et qu’il y avait un tas de gens, je me rappelle vaguement que qualqu’un m’a déposé avec un autre ami chez un pote rencontré une semaine plus tôt, qui daignait nous loger (pourquoi pas chez moi, ça, je ne sais pas), je me rappelle qu’on a dû partager le canapé têtes-bêches avec mon copain de soirée… et je me rappelle surtout que le canapé en question était recouvert d’un immonde plaid tout vieux. J’ai alors compris que le plaid tout vieux, c’était le plaid du chat. Chat auquel je suis HAUTEMENT allergique. S’en suit donc un début de crise d’asthme, qui, dans mon état, pouvait vite devenir un chouille plus sérieuse. Je me rue sur mon sac, je farfouille à l’aveugle (de toute façon, mes yeux n’étaient plus tout à fait ce qu’ils auraient dû être) et je trouve enfin mon spray. Tchik-tchik je le secoue, je le retourne et pshitt, dans la bouche.
Et là, t’es contente d’être trop bourrée pour ne pas avoir eu le reflexe d’aspirer le premier Pshitt, parce qu’en fait, tu t’es trompé de spray, celui là, il te brûle la langue là. Je cours dans ce qui ressemble à une salle de bain, j’allume, je crache….c’est orange.

Tiens, je m’étais toujours demandé à quoi ça ressemblait du gel de ma bombe lacrymogène…….

Ouais, je sais, c’est carrément la honte, en attendant, j’ai jeté la bombe lacrymo, mais ça m’a stoppé net la crise d’asthme en tout cas! J’ai aussi réduit considérablement mes quantités d’alcool, histoire de toujours rester un chouille lucide. J’ai nettement moins « d’amis » depuis que je bois moins, mais je me suis rebattis une fierté sur cet échec!

Bon, voilà, c’était l’aveu du jour… J’en ai fait des pires hein, mais celle là, il fallait que je la raconte un jour!!!

Le jour où, j’ai 29 ans

Non pas que j’aimerais bien que tous mes lecteurs se cotisent pour m’offris THE truc de ouf (ouias, j’ai 29ans, mais je parle comme une djeun t’as vu ça!), mais juste parce que j’aime bien ma date de naissance (le 08/08/80) mais n’y voyez aucun égcentrisme de ma part…même si, quand même, c’est un peu ma journée et que tout m’est dû en ce jour béni (aaaameeeeen).

Bref, aujourd’hui, encore une fois, je vieillis un peu plus, sauf que cette fois, je vieillirais un peu moins vu que je ne rentrerais pas chez moi à 4 pattes me demandant pourquoi j’ai voulu tenter l’expérience de 8 shooters flambés, à moins qu’il n’y en avait 6…je ne me rappelle plus bien.

Non, cette année, je fais ça en grande dame qui se tient en société (et parce que j’ai pas le choix), mais surtout, parce que si je me prenais une bonne cuite, je risquerai de faire encore n’importe quoi de mon corps sur le dancefloor (du coup, là, c’est sûr, je risque vraiment rien cette année!), et que donc je risquerai d’abîmer la bête offerte pour l’occasion par Tony.

Je vous souhaite à tous une bonne journée. Je bois un mojito sans alcool à votre santé, je met ça sur le compte de canalblog!


Pour le coup, j’assume complètement mon côté fillasse capable de claquer l’équivalent d’une poussette+cosy dans un sac. M’en fou, il me le rendra bien (ou pas) un jour

Le jour où j’ai eu un coup de bol ENORME

Et oui, parfois, j’ai de la chance, et celle ci est venue frapper à ma porte il y a quelques jours.

Depuis quelques temps, en fait, depuis que mon ventre ne e permet plus de faire des roulés-boulés dans mon lit, je dors très très mal. Je tourne et me retourne sans arrêt, on dirait que je rêve d’être un steack bien cuit dans sa poêle. Aucune position ne me convient, rien n’y fait. Du coup je me réveille tous les 1/4 d’heure, je souffle, je me plainds et parfois j’en fais même profiterTony parce qu’il n’y a vraiment aucune raison que je sois toujorus la seule à galérer avec mon troll dans le ventre!!!

Bref, dans un bref moment de bienveillance, il m’a calé entre 2 coussins pour essayer de maintenir tout ça. Brave garçon plein d’espoir.
Ca a marché…jusqu’à ce que le premier coussin se retrouve par terre et le second au niveau de mes pieds.

Et puis ca suffisait, il me fallait ce en quoi je jurais l’inutilité: un haricot magique.
Un quoi?
Un haricot magique, un cale tête géant, un truc qui ressemblerait à ça:

le côté Flower Power en moins, c’est pas du tout raccord avec ma déco…

Bon, ok, en vrai, c’est un coussin d’allaitement. Mais avouez qu’on dirait un cale tête géant! Si je me pointe avec ça autour du coup pendant un voyage, on se fait arrêter direct!

Revenons au sujet du jour. J’ai donc fait le tour de la quasi totalité du web pour me rendre compte de 2 choses: c’est moche et c’est moche.

Et c’est là qu’E-Zabel nous pond un article sur Boppy. Et là, je me rend compte que ça peut aussi ne pas être complètement moche. Il m’en faut un. Oui, je suis comme ça, je suis enceinte et je fais plein de caprice, et là, je sais que c’est ça dont j’ai besoin pour mon bien être personnel!!!!

Comme je suis quelqu’un de très curieux, je pousse les recherches sur le net et découvre que c’est américain( comme quoi, il font aussi des trucs bien en plus des bigmac) et qu’on commence tout juste à en trouver par chez nous… (Prénatal, Oclio et quelques autres sites spécialisés…)

Je me répète, mais il m’en faut un!

Et là, tout à coup, un preux chevalier frappe à mon mail et me l’offre en cadeau! Je suis bénie ô seigneur des femmes enceintes capricieuses!!!!

Donc, forcément, ma première nuit avec Boppy fût de l’ordre de la découverte mutuelle, n’en déplaise à Tony qui trouvait que « quand même, ça prend de la place ton gigot là! », n’empêche qu’une fois bien calés tous les 2, il m’a accompagné dans une douce nuit (mais je vous rassure, il ne préserve absolument pas des cauchemars sanglants de la femme rassurée que nous sommes!), presque sans réveil, en tout cas, sans « roulades » sur le côté (suffit juste de bien mettre tes jambes entre, dessus et dessous, tu te cale et HOP tu bouges plus!)

les jours se suivent et mes nuits sont moins agitées, et pour le moment, il me sert aussi de cale dos quand je lis avant de me coucher. Eventuellement, je pourrais également m’en servir comme arme contre Tony en cas de ronflements intempestifs!!!

Quand j’aurais fini d’être un baleineau, je pourrais même m’en servir pour allaiter (avec mon beau biberon sans Bisphénol A, mais j’approuve complètement l’allaitement maternel, c’est juste le sujet d’un autre débat!), pour caler N°2 et lui éviter un trauma crânien contre le parquet et il paraît même que je pourrais le mettre dans cette position:

et même que si N°2 aime, y’a moyen que j’y colle des Swiffer dessous!!!

Le plus en tout cas pour moi (parce que j’avais quand même tester celui de ma belle soeur), c’est qu’il est en mousse et qu’il ne perd pas sa forme, même si on le « déplie ». Celui que j’avais tester était garni de petites billes, du coup, quand elles étaient mal réparties dans le coussin c’était moyennement pratique! Le deuxième plus, c’est qu’ils propose plein de housses différentes, moi qui me lasse vite, je pourrais au moins en changer quand N°2 sera là! Bon, je vous laisse voir directement sur le site, ils expliquent et montrent ça bien mieux que moi!!!

Le dernier plus bonus de ce coussin, c’est qu’en prime, tu peux aussi faire faire le ménage à ta belle mère rien que parce que t’en as marre qu’elle te dise que ça serait mieux, là, si tu faisais pas ci mais plutôt ça… Cliquez LA pour voir de quoi je parle!!!

Bon, c’est pas tout, mais je vais voir si N°1 me l’a pas embarquer pour jouer au bateau pirate!

Départ imminent, VACANCES!!!

Ca y est, on y est!
Tony est en vacances, la voiture est chargée, on n’a pas oublié N°1. Fins prêts donc!!!
Nous partons donc jusqu’à fin Août (oui, oui, tu as bien lu! TOUT ça! non, ne pleure pas, je pars quand même!)
On va se la couler douce à juste faire des allers/retour à la playa, je vais retrouver mes copines, Tony va pratiquer le foot de plage avec N°1 et tous ses amis (parfois, j’ai l’impression d’être mariée avec un G.O)

Bref bref bref, j’ai préparée quelques billets histoires de vous rappeler à tous mon existence. Je ne suis pas sûre sûre de pouvoir suivre de très près vos commentaires mais c’est avec plaisir que je les découvrirais quand même, hein??!!!

En attendant de vous relire et de reprendre les commandes de ce blog, je vous souhaite à tous un excellent mois d’août, des p’tites douceurs pour ceux qui bossent et du gros beau temps pour ceux qui partent (et au cas où certains aient décidé de partir skier en Argentine, on ne sait jamais), de la bonne neige!

Sachez que je déteste d’avance ceux qui vont partir au mois de Septembre (même si, effectivement, peut être qu’ils le méritent)

A bientôt!!!!!!!!!!!!!!!!!!

DEGOUTEE

je venais de finir mon article sur le choix du prénom quand mon super ordinateur a planté sans m’avertir.
Tout y était, le gagnant (prénom) et le gagnant (lecteur)… je maudis mon serveur!

Vous aurez donc les résultats plus tard dans la journée puisque là, tout de suite, je vais me pendre en pensant qu’il va tout falloir recommencer!!!

désolée……

VIVE L’INFORMATIQUE C’EST FANTASTIQUE!

je me pique à fond la caisse

J’en ai juste marre que mon bras ressemble à un bout de gruyere bleu moisi à chaque fois que je dois aller donner la patte pour qu’on me dise si oui ou non j’ai réussi à attraper la toxoplasmose en léchant la caisse du chat.

J’en ai marre aussi qu’on me dise que pour faire pipi c’est là, mais oui, je sais, ca fait 5mois maintenant, j’ai compris, j’ai perdu quelques neurones dans la bataille mais quand même, j’ai pas oublié depuis 4 semaines.

J’en ai juste marre de stresser à chaque fois parce que mes résultats sont « douteux ». C’est comme ça, on saura jamais si oui ou non j’ai rouler une pèle au chat, mais tant que les résultats sont exactement LES MEMES chaque mois, je vois pas ce qui les affolent. Je suis assez stressée comme ça, alors lachez moi et gardez vos coups de téléphone pour me prévenir que Jude Law m’attend à l’accueil.

Et là, tout de suite, j’en ai légèrement marre d’être à moitié bourrée alors que j’ai pas bu une goutte depuis 5 mois (ben oui, t’as vu la bonne mine que je me trimballe, tu crois que c’est les hormones??? Que néni, c’est mon sevrage!). On m’a fait boire du sirop de glucose pur en me disant « maintenant vous restez là pendant 2h pour voir si vous gérez ça comme il faut » Ouais, c’est cool, j’avais prévu un  fils pour me tenir compagnie. J’ai donc joué au jeu de 7familles pendant 2heures, en évitant de tomber dans les pommes, pour pas paniquer mon lutin. Le test de O’Sullivan que ça s’appelle…..parce que t’as l’impression d’avoir passer ta soirée dans un pub irlandais peut être….

Je vais faire la sieste, en espérant que cet état passera à ce moment là!

Et vous? vous aimez ça les laboratoires d’analyses hein!!!!??????