Et puis d’abord pourquoi t’es là toi?

Aujourd’hui, je vais raconter ma vie pour pas changer, mais je vais faire un plaisir à OUM en participant à son concours (si tu veux savoir plus de choses sur ce concours, tu cliques au dessus, là, sur le truc que j’ai mis 3 plombes à installer parce que très franchement, je suis une quiche de l’informatique, même avec un blog d’assisté, et que rien que pour ‘exploit tu devrais essayer de cliquer sur le lien!).

Pour fêter son 1er anniversaire bloggosphérique, oum nous proopose de raconter le pourquoi du comment nous en sommes arrivé(e)s à émietter des morceaux de nos vies sur le web, et en particulier sur nos blogs.

Alors je me lance,

Quand je suis tombée enceinte pour la 2ème fois, mon médecin a eu vite fait de me mettre en arrêt pour différentes raisons. Au départ, j’étais plutôt ravie de l’initiative et surtout de la perspective de pouvoir vivre  ma grossesse tranquillou sans réels soucis d’horaires et encore moins de responsable mollassonne et arriviste.

A moi la liberté!
Sauf que la liberté est vite devenue un calvaire pour moi. Après avoir écumé les téléfilms M6, fait une crise de foie en mangeant tous les gâteaux du placards, avoir squatté la buvette du quartier pendant 3 jours d’affilés, je me suis rendue à l’évidence: je m’ennuyais sec.
Et c’est là que Tony intervient en me disant que je me ramolli serieusement de la carafe et qu’il serait bon de faire quelque chose qui m’occupe un peu plus le cervelet gauche.

« T’as qu’à faire un blog, t’aime bien écrire et dire du mal des gens, ça t’occupera un moment »
« Mouaif….. »
« Bon, essaye au moins »
« ouais t’as raison, je vais faire ça, mais tu me connais, ça va me saouler au bout d’un temps..le virtuel, je trouve ça bizarre »

Et au final, je suis toujours là après 4 mois, et je suis devenue accro. Pas seulement à l’écriture mais surtout à la découverte d’autres « bloggeurs ». J’ai trouvé dans mes balades virtuelles des personnes qui me correspondaient dans ma façon de voir les choses toutes bêtes de la vie. J’ai découvert que parfois, je pouvais faire rire des personnes que je ne connaissais pas. j’ai découvert aussi que ça me prenait pas mal de temps, mais que parfois je m’instruisais, souvent je rigolais, donc, rien n’était perdu finalement!

Au départ, un passe-temps, donc, et aujourd’hui, toujours pareil, mais avec tout ce qu’un blog apporte à son propriétaire: une existence autre que celle qui traîne la patte à la maison, qui étend le linge et qui essaye de se faire des autres copines mamans (sans que ça marche) histoire de partager des histoires de caca.

Une façon aussi de lâcher un peu de lest, de faire une psychothérapie au frais de numéricable et de trouver (ça c’était assez inattendu) une toute nouvelle confiance en moi, chose dont je n’analyse pas encore tout à fait la cause mais dont les bénéfices sont indéniables…

Voilà, fin de la parenthèse : « qu’est ce que je fous sur la bloggosphère finalement? »

Et vous? Pourquoi vous traînez par là?*

*Profitez donc de cette question pour participer au concours de Oum!!!!

comment je vais faire si j’y arrive???

Attention, ce billet ne met aucunement en doute la bonne volonté et les compétences de certains enseignants, mais là, franchement, fallait que je pète un coup de gueule quand même.

Vendredi, 2ème jour de rentrée des classes.

Vendredi, 2ème jour que mon gosse retrouve ses copains directement dans la cour de récré et non dans sa classe puisque, ben non, il n’a pas de classe. Ni de maîtresse. Nada.

Alors le matin, on nous demande d’arriver bien à l’heure pour que tous les enfants soient là si jamais un inspectateur de l’académie passe. Et nous, couillons que nous sommes, nous obéissons, parce que c’est comme ça qu’on nous a éduqué, à obéir à la maîtresse.
On arrive donc a 8h20 pétante et on se retrouve devant la grande porte à l’arrière d’une queue de 120 braillards de 3 à 5 ans et de leur parents, rouges de colère contenue. Il faut faire la queue pour que TOUS les enfants soient cochés sur la liste. Ok. Tu me feras un mot de retard pour le boulot parce que y’en a à peu près pour 25 minutes là!

Ensuite, on me prend mon gosse et on le refourgue dans la cour, (« allé, vas jouer ») avec les autres.
En soi, les enfants trouvent que cette rentrée est vraiment géniale.

La raison? C’est que « peut être » une sixième classe va ouvrir, mais que c’est pas sûr, alors on attend la commission qui aura lieu lundi. Ou pas, parce que Lundi, peut être que c’est la grève à l’inspection académique.

Ah….. bien, très bien. Et à quel moment on nous dit que finalement les classes sont faites mais qu’on ferme l’école à cause de la grippe? Au point où on en est?

Sur le coup, j’ai ouïe dire que la maîtresse de l’éventuelle 6ème classe (qui est une classe de « moyens », et donc, qui concerne N°1 était déjà affectée au poste sans savoir si elle l’aurait vraiment (sympa pour elle hein???).

Et puis aujourd’hui, j’ai rencontré la fameuse nouvelle maîtresse. Elle essaye vaguement de m’imiter avec son ventre énorme. On dirait moi. Sauf que non.

Alors donc, la future peut être nouvelle maîtresse de fistouille va s’arrêter de bosser dans moins d’1 mois, et donc, il faudra trouver quelqu’un d’autre.

Ah.

Et quand on leur demande  » mais pourquoi vous ne faites pas de classes provisoires en attendant de savoir pour cette p**** de 6eme classe? » on te répond que quand même, on peut pas, ça pourrait perturber les enfants de changer de profs…

Vas savoir pourquoi leur logique implacable me dépasse…

Donc, en attendant, ils jouent tous dans la cour.

Ils jouent bien.

Tellement bien que N°1 s’est cassé le nez sur un banc (littéralement cassé, le nez, pour de vrai, hein!) en jouant à la course et qu’on me l’a rendu avec un « on ne sait pas ce qu’il s’est passé ». Ben non, tu penses, à force, ils sont tellement survoltés les gosses qu’ils finissent par se vautrer. Pas de bol, c’est le mien qui a gagné cette fois ci.

J’aime l’organisation sans faille de l’éducation nationale.

Si jamais j’arrive à bosser dans une école comme je le souhaiterais…je ne sais vraiment pas comment je vais gérer le fait de devenir « la fonctionnaire » avec tout les sous-entendus lourds de sens qui entourent le grade… hmmmm…

Sur ce, je vais me calmer les nerfs en passant un excellent week end (avec poches de glace et tout!!).

Passez un bon week end également et à Lundi!

n


AOUTCH!!!!!!!!!!!!!!!!

Je sais pas exactement ce qu’il se passe dans mon ventre, mais je soupconne N°2 de se retourner tête en bas….je ne vois pas d’autre explication à ce soudain revirement dans mon « paisible » 7eme mois.
Bon ar « paisible », entendez surtout que j’arrive à marcher sans avoir l’air d’une barrique, que je ne sue pas dès que je lève un bras pour enfiler un T-Shirt et que le-dit T-shirt ne boudinne pas encore sous les aisselles.

N’empêche que là tout de suite, à part me plaindre de ces atroces mouvements, je ne suis pas vraiment capable de trouver le courage de vous raconter quoi que ce soit de bien sympatique.

Je retourne de ce pas me coucher sur le dos, qui sera ma position de la journée puisqu’il n’y a que comme ça que je tiens le coup sans avoir l’impression que mon ventre va imploser…

Bref, je vous dis plutôt à demain, d’après mes souvenirs, le « retournement de N°1 avait duré 48h…..

Mais pourquoi personne ne nous parle jamais de ça?

la rentrée des classes

Voilà, comme chaque année, septembre sonne le glas de l’été (même s’il en reste 3 semaines, c’est pas pareil).

Plus petite, j’étais à la fois surexcitée et pleine d’appréhension la veille de cette journée. Ca ressemblait un peu à la 4ème dimension dans ma tête. Je visualisais un à un mes anciens camarades, mon instit, une classe, la cour de récré, je mettais mes stylos bien rangés dans ma trousse, mon cartable était déjà près depuis 2 semaines, mon nom était bien écrit et souligné sur chacun de mes cahiers… Et puis j’avais cette boule à l’estomac qui me donnait l’envie irresistible de courir aux toilettes, qui me coupait la faim, qui m’empêchait de dormir cette fameuse nuit.

Lorsqu’on grandit, c’est pareil, sauf peut être que la boule à l’estomac est plus grosse et que l’excitation a légèrement laissée la place au dépit.

Aujourd’hui, donc, N°1 retourne sur les bancs de l’école voir si sa maîtresse arrivera à maîtriser une horde de 30 grumeaux de 4 ans qui rentrent juste de 2 mois de vacances. Dommage qu’on ne puisse pas assister au carnage!

N’empêche que je comprend mieux pourquoi les vacances de la Toussaint sont très proches d ela rentrée scolaire… sans ça, les profs seraient (encore) plus en dépression!

Oui, parce que je ne sais pas chez vous, vous qui avez des trolls de cet âge (ou même plus, après tous, ça doit être apreil pour tout le monde non?), mais ici, N°1 est devenu intenable et mes nerfs commencent à lâcher de plus en plus tôt dans la journée.

Pourtant d’habitude il est plutôt sympa. Là, il me fait penser à lui:

Mignon(mais si) et odieux à la fois

Enfin bref, aujourd’hui, comme beaucoup, je vais souffler un peu, et puis au final, je vais trouver le temps long…sans mon petit chieur… Parce que finalement, je l’aime bien quand même.

Bon, je vais aussi profiter de la rentrée et de ma « tranquilité » (c’est à dire quand N°2 arrête de prendre mon utérus pour un dancefloor animé par David Guetta) pour organiser un peu ce blog, je suis un peu fouilli je trouve. Va falloir faire quelque chose.

rho…je sens que je vais m’ennuyer quand même sans bosser moi….

Et vous planifiez quoi, vous, pour cette rentrée???

Rhabilles moi pour l’hiver môman…

Punaise que les gosses coûtent cher.
Hier, j’ai eu pitié du T-Shirt trop court de N°1, alors je suis allé faire un tour dans son placard pour voir si par hasard, quelque chose allait lui servir après la chute des températures.
Réponse: NON.

Direction, le centre-ville.
Comme c’est la rentrée, j’ai reçu plein de coupons de réductions de plein de marques, parce . Tous ces magasins étant à peu près regroupés au même endroit (finalement, Lyon, c’est pas très grand), j’ai pris mon gros ventre sous le bras et je suis partie à la conquête de quelques guenilles pour que N°1 n’est pas trop l’air ridicule et n’ai pas trop froid (surtout).

Première étape: Okaidi. Personnellement, j’adore cette boutique. D’abord, parce qu’on me laisse tranquille quand je regarde, ensuite, parce que ce n’est pas très très cher et que c’est de très bonne qualité. Ils font des « basiques » pour 3,90 euros, alors je me gave en TShirt, pulls et jeans. Comme j’ai des réductions en plus de leurs réductions et que la Dame m’a dit que par miracle je pouvais cumuler le tout, je me dis que ça va aller à la caisse. Et puis depuis la rentrée, ils font une ligne puericulture de malade.

Je n’ai encore rien acheté pour N°2 (j’y arrive pas, c’est très étrange), mais ça ne m’empêche pas de regarder!!
Bref, je suis reparti avec un énorme sac bien trop lourd pour moi, mais sans avoir mis feu à la CB.

« Tiens », je me dis, comme j’ai été très correcte, si je me faisais plaisir chez Petit Bateau et que je m’offrais j’offrais à N°1 un petit pull pour qu’il se la raconte un peu.

« 72 Euros »

« Ah bah non, donc »

Mince…72 euros pour un pull en coton épais ils se foutent de qui là??? Ok, c’est joli, mais vu ce qu’il va en faire mon N°1, c’est pas un très bon investissement.
Pfff… Si c’est comme ça je rentre à ma maison.
Tiens, dans ma boîte, là, kèskecééééééé???? Une invitation à une vente privée… Petit Bateau! Gné, j’y suis allée direct. Ben croyez moi, y’avait « presque » le pull (le modele était de l’an dernier) pour 15 euros. Bon, je l’ai pas pris y’avait plus la taille, mais du coup, N°2 a des bodies qui ne sont pas bleus (non, je les ai pris blancs) et Tony n’a pas demandé le divorce pour cause de dépenses irrationnelles (les dépenses de ce type, il ne les connait pas….).

En attendant, je crois quand même que N°2 va beaucoup ressembler à un garçon au niveau vestimentaire si les boutiques maintiennent le cap de leur folie commerciale.

Et vous, c’est quoi vos plans??

NB: Vente Petit Bateau à l’espace Rabelais, rue Rabelais, 69003 Lyon. Jusqu’à dimanche 6/09 inclus, 10h/19h.

La grippe vient de me pourrir mon année…..bravo!

Comme si le peu de médias qui croisent ma route ne m’avait pas déjà assez mis la pression sur « les ravages de la grippe à venir », voilà que même pas débarquée dans l’école de N°1, elle me fout en plus le cafard.

Bon, on le sait tous, cette fichue grippe, son principale atout, c’est surtout qu’on ne l’a jamais eue, et que donc, tes polynucléaires (mais si, les policiers en blancs dans « il était une fois…La vie ») ne sont pas du tout près pour contre-attaquer, et que donc, on va tous l’avoir, même l’hermite du coin (oui, je sais, j’exagère, mais il suffit juste de pas me croire!).

J’avais décidé de me recycler cette année, d’autant plus que je ne reprend pas le boulot, je voulais faire mon stage dans l’école de N°1 dès la rentrée des classes, histoire de surtout en être débarrassée avant l’arrivée de N°2….. ben oui, pour une fois que j’étais franchement décidée, je peux pas. A part si j’arrive à convaincre TOUS les élèves et les profs et les parents aussi qu’il faut qu’ils portent un masque, c’est foutu pour moi, jamais ils voudront prendre le risque d’avoir une femme enceinte malade sur les bras.

J’ai trouvé personne qui m’a dit le contraire (ils sont pas téméraires pour un sou les médecins!!), et je n’ai pas assez d’argent pour m’offrir une bulle aseptisée, donc, je peux rayer ça de ma liste illico et attendre que ça se passe.

Finalement, je vais peut être faire une formation en télécommunication, au moins, ces saletés de microbes ne passent pas par le téléphone (jusqu’à ce que Laurence Ferrari nous dise que si!).

Pfff…c’est nul.
Nul nul nul.
Je vais faire quoi moi hein?

Bilan

Bon, finalement, je remarque que mes neurones se remettent juste TRES doucement à fonctionner de manière autonome, sans avoir besoin d’un réveil à coup de vagues et d’air iodé. Je me posais des questions, avec Tony, on respirait moyennement l’intelligence ces 2 deniers jours! C’est juste un moment d’adaptation…. je crois!

Bref, comme je vais bien (mais si!) mais que quand même, je ne vous ai pas assez fait part de mes journées de bronzette, voilà un petit bilan de fin vacances (oui, fin, fin, pas pour tout le monde, perso, je suis en vacances pour les 3 prochaines années là…et que personne ne vienne me casser mon trip que NON, c’est pas des vacances de garder ses  trolls à la maison…laissez moi rêver…encore un peu!).

En gros, comme je n’ai pas pu vraiment m’ennuyer, voilà donc ce que j’ai pu relever à la plage:

LES TRUCS QUI ME FONT HAUTEMENT PENSER QUE LA PROCHAINE FOIS, CA SERA A LA MONTAGNE:

>Les filles qui sont trop bien foutues. Celles qui ont décidé que se ballader en mini itsi bikini blanc le long de la plage. Celles qui sont bronzées juste ce qu’il faut. Celles que Tony regarde l’air de rien. Celle que je regarde en souhaitant les recroiser dans 10 ans…oui, parce que moi aussi j’ai fait le coup du minikini blanc à crâner……tss tsss…. on sait ce que ça donne au final!

>Les enfants des autres. Ceux qui disent à N°1 que « les brassards c’est pour les bébés » (et N°1 qui met 1 semaine à s’en remettre et à retourner dans l’eau!). Celui qui zyeute ton beignet au chocolat en disant que ses parents, ils veulent JAMAIS lui en acheter. Celui qui zyeute la glace de N°1 en disant que ses parents, ils veulent JAMAIS lui en acheter (non plus). Celui qui marche sur ta serviette parce que ses parents lui ont JAMAIS dit de ne pas le faire. Celui qui a décidé de creuser un trou sous ta serviette pour te faire une bonne blague. Celui qui s’entend vraiment avec N°1 mais que JAMAIS tu ne t’entendras avec ses parents… bref, avec un troll et un mari qui fait office de G.O sur la plage, TOUS les gosses nous tournent autour, et parfois, c’est vraiment pas drôle.

>Les adeptes du style « Borat ». Au début ça me fait rire, après, je les trouve pathétiques et au final, j’arrive même à avoir de la compassion…. Ca me gâche ma bonne humeur.

> Les parcs à parasols et les plagistes qui se la racontent. Le faux luxe dans toute sa splendeur… Je concois que les matelas ont l’air confortable, mais très franchement, quand je les regarde, ça me fait penser à des moutons garés les uns à côté des autres.

>Les gens qui ne savent pas planter leur parasols. Bon, là, c’est mitigé comme sentiment. Avec Tony, on appelait ça notre « série de l’été ». Chaque jour, un nouvel épisode, la personne décidait que planter son paraol à la simple force de son mini biceps droit allait suffir. La chute était identique à chaque fois: un enfant/un vieux/moi manquait de se faire empaler dès le premier coup de vent force 0,1 venu…`

Mais surtout, il y a ce qui me fait revenir chaque année:

>être les premiers sur la plage le matin, juste pour y laisser nos empreintes de pas jusqu’à la mer.

>Le bruit des vagues

>le tic tac des raquettes de plages,

>les beignets fait maison du vendeur au sombrero,

>l’odeur de la crème solaire

>la marque du maillot

>regarder les p’tits jeunes amorcer des techniques d’approche vers d’autres jeunes du sexe opposé…toute ma jeunesse en direct live chaque jour, un p’tit bonheur quotidien,

>regarder N°1 se délecter de jeux bien plus simples (et sains) que Batman et compagnie,

>le sable chaud

>le sable frais sous la couche de sable chaud

>faire des chateaux que N°1 trouvera forcément « merveilleux »

>faire n’importe quoi dans l’eau, du moment qu’on me donne un truc gonflable.

>croire que le temps s’est arrêté.

>revenir pour y penser.

Mon corps est de retour mais pas ma tête… pas encore!

Ca y est, nous y sommes, j’ai rebranché tout ce qui devait l’être, j’ai rallumé le gaz, aérer l’appartement, ranger les valises loin de mes yeux. J’ai éventré la tonne de courrier qui débordait de ma boîte aux lettres, j’ai remis un pantalon et je recommence à me sécher les cheveux.
Pire: je suis remonter sur ma balance (qui, bien entendu est détraquée puisqu’elle MENT je le sais!).
Je suis retournée boire un café à la buvette du coin, j’ai dis bonjour aux voisins, je me suis refait piquer le bras par le sadique du quartier, j’ai recroisé des parents d’élèves.

Pendant ce temps, N°1 a jubilé en voyant sa chambre, ne me parle que de sa rentrée et de ses copains, a retrouvé tout de suite le goût de jouer à autre chose qu’au ballon/château de sable/roulé-boulé sur la plage/bateau gonflable.

Et Tony a retouvé ses petites habitudes de maniaque de l’aspirateur et surtout L’équipe TV.

Nous sommes donc bien rentré. HIER déjà.

Mais je profites encore un peu du doux arrière goût de vacances en voyant la tête des gens lorqu’ils nous croisent, tout bronzés que nous sommes… Hahaha…. petit souvenir de nos vacances en bord de mer, encore à 3, pour l’ultime fois.

Le temps de m’habituer à cette vie qui recommence et je reprend illico les rennes de ce blog qui, oui, je sais, fait un peu mine d’avoir été lâchement abandonné pendant 1 mois…oui, mais bon, au choix, je préférais l’ambiance monoï/paréo que cyber geek climatisé.

Demain un petit bilan de ma santé mentale et c’est reparti pour un tour!

c’est pas de ma faute

on me séquestre à la plage,
les cyber cafés sont beaucoup trop loin,
mon portable capte mal, il faut que je trie les seaux par couleur,
j’ai pas enlever tout le sable entre mes doigts de pieds,
j’ai encore une vilaine marque de maillot à faire partir,
le vendeur de chichis est mon meilleur ami,
faut que j’attrape le petit qui m’a volé ma pelle,
je rentre encore dans mon maillot, j’ai promis de reconstruire la tour eiffel en sable mouillé,
on n’a pas encore crevé le matelas gonflable, j’ai pas encore fait de photos de crabe,
vous comprenez donc que je me peux pas rentrer tout de suite et que c’est pour cela que je n’ai pas du le temps de bien alimenter le blog… Que voulez vous, on est over booké.!

Je vous dis quand même à ce week end, et je serais de bonne humeur malgre tout!

Une semaine à la mer

Petit bilan de mi vacances (et oui, c’est tout!): une semaine à La Ciotat et une semaine au Cap d’Agde….hmmmmm, vous imaginez déjà que j’ai été pietinnée par des milliers de vacanciers en furie, que je suis devenue sado maso et que je me balade chez les naturistes….que néni…quoique.

Non, pas les naturistes, juste le côté pietinnage de femme enceinte.

La Ciotat, on connaissait pas. C’est assez sympa, si on enlève les 4 milliard de personnes qui se sont allongés sur ma serviette parce que vous comprenez, les plages qui font 3 metres de larges, forcément, faut se battre, et à défaut de se battre, ben ils squattent ta belle serviette. Il faut enlever aussi le fait que tu ne marche pas sur du beau sable blanc et fin mais sur de la caillasse qui te tranche les talons façon pierre ponce, le rendu « peeling nickel » en  moins (ben oui, la, ton sang qui coule, ça le fait pas sur les tongs). On peut aussi enlever le fait que l’eau à 26°c n’est pas uniquement dû au beau temps ambiant, mais bel et bien à tout ces enfants qui s’ébrouent, là, autour de toi.

Pour finir, à La Ciotat, quand tu arrives à t’allonger sur ta serviette tranquillement sans te mettre les orteils du Monsieur devant dans l’oreille, ben tu as la visite de petits oiseaux….non, pas des mouettes, ni de beaux Goelland (de toute facon, ils n’auraient pas la place de se poser à part sur la dune de mon ventre), mais des PIGEONS. Des pigeons sur la plage, non, la vraiment, je m’en vais sur MA plage, là où je vais depuis que j’ai 2ans. Rien ne remplace les bonnes vieilles habitudes!!

Donc, La Ciotat, c’est bien, mais mon Cap à moi, c’est vraiment le top, surtout quand tu as sous le bras un N°1 et un Tony qui adore avoir un peu de place pour faire des bataille de sable (sans se crever les yeux avec les cailloux).

Et puis cette année, l’eau n’est pas à 17 comme à chaque fois, elle est à 24, il fait juste chaud comme il faut avec le petit vent de mer qui te rafraichit bien mais pas trop. On squatte la plage jusqu’à 20h voire 21heure…on est bien, le temps s’est arrêté.

C’est comme quand vous aviez exactement la bonne surprise dans votre Kinder, c’est comme quand vous avez choisi pile poil le bon fruit juteux et sucré (celui que vous n’esperiez plus depuis des années). Cette année, c’est notre année, alors je suis bien loin de Lyon, bien loin du boulot et bien loin de la rentrée.

L’air de rien je passe ici mais très sincerement, je ne sais pas si je vais trouver le temps de décrocher de mon bonheur d’ici le 30…

En attendant de voir, je vous remercie de vos petits commentaires et de vos visites, je vous dis à très bientot et souhaite bien du courage à tous ceux qui bossent sous cette chaleur!

A vite….mais pas trop!