Vos gueules, les mouettes!

Un matin, très tôt, alors que je m’apprêtais à rentré chez moi après un fatigant mais néanmoins super sympa périple germanique, mon hôte me balança, telle un poignard rincé à l’acide « Oui, mais toi, dis toi que tu ne bosses pas ».

C’est vrai. je ne bosse pas.

D’ailleurs, de là à dire que j’en glande pas une, il n’y a qu’un pas.

Comme l’acide était trop dilué, l’hôte rajouta: « pis c’est pas comme si tu avais des responsabilités ».

C’est vrai. Avec les enfants, c’est un peu comme avec des coquillettes, c’est pas bien grave si tu les laisses bouillir 5 minutes de plus.

C’est comme ça, je suis une mère au foyer, et en tant que telle, je me dois d’assumer ce genre de remarque. Je me dois de ravaler le peu de dignité qu’on me laisse avec les « Nan, mais moi, je ne pourrai pas faire ce que tu fais, hein! » dis sur le ton le plus condescendent que l’on a pu trouver dans notre réserve des tons les plus hypocrites et faire comme si j’étais encore quelqu’un d’honorable, voire d’intéressante.

Mais à quel moment ai-je perdu ma crédibilité?

Peut être qu’avoir changé plus de 2000 fois la couche de ma fille m’enlève quelques points dans le classement de la femme respectable.

Peut être que me coltiner 1200 repas fois deux sans compter les petits déj me renvoie à la case des bobonnes.
Peut être que faire 200 parties de croque Carottes, 100 de Qui-est-ce? 422 de jeu de l’oie et apprendre les 315 Pokémons me range dans la catégorie des feignasses de ce monde.

Peut-être que gueuler sur un bébé connerivore récidiviste plus de 10 fois par jour prouve que je ne suis qu’une vilaine femme mal embouchée.

Peut-être que passer une heure par jour à se geler les fesses/mourir de chaud au parc  en surveillant un enfant se prenant pour Spiderman fait de moi une fumiste de base.

Peut être que tenter de vaincre les démons qui hantent les fin-fonds de l’inconscient de mon fils jour et nuit me donne de moi une image de martyre sur le retour?

Peut être que choisir de voir grandir ses enfants plutôt que de laisser ce travail et ma paye à une nounou inconnue fait de moi une égoïste.

Peut être que faire 4 allers-retour maison-école à pied fait de moi une sportive à la cervelle aussi creuse qu’une guitare.

Peut être qu’habiller et déshabiller mes enfants 20000 fois par jour (ouais, l’hiver, on n’a plus la même manière de compter) fait de moi une fashionista écervelée.

Peut être que trouver qu’avoir passer 10 minutes dans ma salle de bain TRANQUILLE fait de moi une personne sans réel objectif.

Peut être que de savoir porter sa fille d’un bras, plieer une poussette de l’autre et claquer la porte du pied droit n’est pas une discipline olympique comme on pourrait le croire.

Ce que je sais, c’est que ça fait 2 semaines que j’ai pas fait caca avec ces conneries, alors qu’on vienne pas me sortir que ma vie c’est trop d’la balle parce que je peux glander devant la télé en comptant mes doigts!

Et toi? on te fait des réflexions qui te mettent en colère?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ca, c’est fait

Bealapoizon m’a tagué, et elle est curieuse, la bougresse, mais je me plie, en bonne petite blogueuse que je suis. Enfin, « bonne », je sais pas, mais petite et blogueuse, c’est bon.

1. Pourquoi avez-vous créé un blog ?

pour m’occuper, à la base, pare que je m’ennuyais, en arrêt maladie, je tournais en rond. Du coup, ça m’occupe vraiment, c’est bon, je confirme, et je continue parce qu’à force de parler de cartes Pokémons, mon cerveau s’est légèrement atrophié.



2. À quel type de blogs participez-vous ?

J’en lis beaucoup que je ne commente pas sur des sujets de sociétés, je me sens pas de commenter, rapport à un grand manque de confiance en moi. Sinon, tous les blogs qui me font rire.

3. Votre marque de maquillage préférée/ Votre marque de voiture préférée ?

Mais quel est le rapport? Ah, si, c’est si je suis un homme ou une femme? Bon, alors, en maquillage, bah, je sais pas trop, ce que je trouve en fait, et ce que ma copine qui bosse en parfumerie me refile. En bagnole, je m’en fout, bien qu’une petite fiat 500 d’époque ou même la nouvelle ferait mon bonheur de femme futile.

4. Votre marque de vêtement préféré ?

Celle qui me va. Je vasi pas dire Kook** ( j’en ai plein le placard puisqu’on a une relation assez intime eux et moi) parce que leur collection de ces deux dernieres saisons sont très mémère.

5. Votre produit de maquillage indispensable/Votre gadget préféré

une crème magique et un ani-cerne adéquat.

Un gadget? Mes Art-Toyz qui me regardent bosser devant mon ordi


6. Votre couleur favorite ?
En ce moment j’aime l’aubergine et le bleu pétrole, mais je change souvent

7. Votre parfum ?

J’ai pas d’odorat, donc, pas de parfum, mais je pense que ca doit donner: crème Mustela parsemé de relan de vomi et de caca mou.

8. Votre film préféré ?

La couleur pourpre parce que c’ets la chialante assurée, la Cité de la Peur parce que j’ai 15ans, les Bronzés font du ski parce que c’est mythique, et tout ce qui sort de chez les frères Cohen parce qu’ils sont barrés. (doit y en avoir un paquet d’autres, en vrai)

9. Quel pays aimeriez-vous visiter et pourquoi ?

Le Canada pour ses autochtones à la bonne humeur mythique,

la côte ouest des USA pour voir des trucs de oufs

L’Italie et la Grèce rapport à leur histoire

Et en vrai, j’aimerai visiter la France, vraiment je veux dire, parce que c’est beau, aussi.

10. Quel serait le monde du travail idéal pour vous ?

Un boulot qui me permettrait de m’éclater et m’épanouir et grâce auquel je pourrai quand même profiter de ma vie de famille à partir de 17heure et le week end.

Ah, bah voilà, c’est fini!

A qui le tour?


Rendez-vous sur Hellocoton !

Comment expliquer les virus aux plus petits?

Vous vous souvenez de la pub avec les gens qui se mouchent et qui ont des chiffres plein les doigts, puis qui continuent leur journée en refilant les chiffres au premier venu à coup de serrage de mains, bises ou éternuements?

J’avais trouvé ça assez pertinent, dans la mesure où, en tant qu’adulte, j’arrivais à comprendre le message « et si tes miasmes étaient ses gros chiffres, te comporterais-tu de la même manière si c’était aussi visible? ». Mais pas sûre que nos chers moins d’un mètre aient compris quoi que ce soit.

A la toute limite, le mien a compris qu’il fallait se laver les mains en rentrant de l’école et avant les repas… mais il n’a pas encore intégré que le mot « laver » incluait le sous-entendu « avec du savon ».

Je ne savais plus trop comment aborder les questions d’hygiène avec lui, à force de lui raconter sous formes imagées la folle vie épatante des bactéries et virus qui nous entourent, et surtout le « pourquoi » il faut s’en préserver.

Et voilà qu’en plein apprentissage des bases de l’hygiène, on me propose de découvrir un nouveau site:  www.virus-grippe.fr, un site lancé par Roche, leader de l’industrie pharmaceutique et diagnostique axée sur la recherche.

J’ai donc fouillé, et j’ai trouvé de petites vidéos simples ainsi que des jeux pour intéresser N°1 et lui faire comprendre, de visu, certaines choses trop abstraites pour lui.

Et, je ne pourrais encore dire qu’il a bien saisi le concept de virus, mais en tout cas, après questionnement, il a au moins compris les bases.

Le site est très bien conçu, chacun a sa page, selon son âge. On peut même accéder à une carte météo de la grippe saisonnière, et on sait à quel point les enfants sont accros à la météo, je en sais pas pourquoi, c’est un fait avéré, c’est tout.

Bref, cela permet aux petits d’apprendre en s’amusant quelques principes sur la grippe, son mode de transmission, ses symptômes et surtout, sa prévention. Et comme les conseils sont les mêmes pour tous les virus en général, je prie pour que le message soit entendu ET assimilé, mais je pense que j’aurai l’occasion de retourner sur le site histoire de mettre à jour les données de N°1!

Avec l’aide d’illustrations sympas comme Bad Grip et Marshall, N°1 a troué le moment plutôt sympa en surfant à mes côtés, et nous avons pu tester ses connaissances grâce au quizz… bon, c’est pas gagné quand même :

« Mais si on peut jouer dehors avec ses copains quand on a la grippe« …

Mouais, il a la mémoire courte, il a eu la grippe il y a deux hivers de ça, une petite loque, bien que les enfants soient tout de même moins enclins à rester prostrés sous leurs couettes, contrairement à… moi par exemple, qui crie à qui veut l’entendre avec une voix de faiblarde que « je vais mouriiiiir, mais siiii, j’te juuuure je vais mouriiiiiir, pis rajoute moi les couettes des enfants, j’ai froid!!! » (pire qu’un homme… nan j’rigole)

Sont pas sympas ces deux là?

Je ne peux que vous inviter à y faire un tour avec les petits, il y a une mine d’informations sur le virus, les vaccins etc… de quoi alimenter les conversations au dîner!

Si vous avez des trucs qui marchent pour que votre enfant se lave les mains systématiquement quand il faut, je prends aussi!

Article sponsorisé

Partage propulsé par WikioRendez-vous sur Hellocoton !

La vengeance du cadeau de Noël

Oui, nous sommes le 27 janvier, et oui, je parle encore de Noël.

Dans un de mes derniers billets sur cette grande fêtes thunovore, je disais un truc du genre « ouais, c’est cool, tous les cadeaux sont faits, reste qu’une commande pas encore reçue ».

Aujourd’hui, je peux dire « ouais, tous les cadeaux de ma pomme-Noël ont été distribués, sauf un pas encore reçu ».

Car non, vous ne rêvez pas, les commandes internet partent parfois en sucette, tu ne sais pas pourquoi, ni comment, mais, c’est sur toi que ça tombe. Enfin, là, sur moi, en l’occurrence. Ou plutôt sur mes parents, tout particulièrement.

Mais pratiquons plutôt le flashback.

En l’an de grâce 2010, tout début décembre, je gagne par le plus grand des hasards et avec une chance de cocue, un bon d’achat de 60 euros chez Frédérique Paresseuse que j’adore, et qui n’a rien à voir avec cette histoire, bah non, après tout, c’est pas vraiment de sa faute si je suis une grosse poissarde!
60 euros à valoir chez, aller, on balance, Fotocards (je te mets pas de lien, histoire que tu ne sois pas tenté par le diable).
Je suis toute heureuse, parce que tiens, c’est bientôt Noël et tiens, mes parents n’ont jamais de photos des enfants, ça fera un chouette complément de cadeau. Alors j’en profite, la belle idée, je télécharge leur logiciel et je trie mes photos, un bon pêle-mêle de 5 ans de photos, du N°1 et de la Clapiotte en veux tu en voilà.

Je valide ma commande, je rajoute même quelques piécettes parce que voilà qu’il me prend l’idée de faire aussi imprimer de petits cahiers pour les arrières grands-mères.

La commande s’en va dans les méandre de la toile.

ils me répondent ok, c’est cool, t’auras tes livres photos d’ici 10 jours grand maximum.

Là, je retourne sur leur logiciel pour montrer mes chefs d’œuvre qui m’ont pris seulement 48heures à finir, et je me rend compte qu’il manque des photos.

Prise de panique, j’échange quelques mails avec « eux » et on me dit que non, ils ont tout, tout est ok. Bref, super communication, je suis ravie, je pense même leur faire un petit coup de pub tellement ils sont efficaces niveau com.

Quelques jours après (genre 12), j’envoie un mail en disant que oui, bon, c’était 10, ça fait 12, et aux dernières nouvelles, toujours rien. Trois jours plus tard, on me livre… mes petits cahiers. S’en suis un mail me signalant que le livre a pris du retard, Noël, trop de commandes, la neige toussa.
Soit. Je suis ultra compréhensive.

Je décolle les raclures de bidet en me demandant bien ce qu’il se passe, mais je patiente, jusqu’à ce que je renvoie un mail demandant où en était MON livre.
Pas de réponse.

Noël se passe.
Un mail m’arrive de nul part me priant d’excuser la société, la neige, le trop plein de commandes et l’étoile du berger, mais que ma commande sera là avant le 31. Soit.

Bonne année. Sans mes photos.

Je relance.

Pas de nouvelle.

Je re-relance.

Rien.

Je vomis ma colère mais avant d’aller insulter une pauvre télé-conseillère, je demande à Tony d’appeler histoire de montrer qu’il y a aussi des gens civilisés dans ma famille.

« On va voir, il y a eu un problème avec le chèque cadeau »
Tiens, ils ont changé de disque. Pas bon signe, ça, quand on passe à la face B.

Rien ne se passe. Des photos de mes enfants, de Tony, de mes parents, de mes frères, de ma nièce et de moi trainent quelque part, dans l’obscurité de la non communication.

Tony rappelle, je ne me sens toujours pas d’humeur a être sympatoche.

« mardi ou mercredi », nous dit-on.

Nous sommes le…10 janvier… tout de même.

Mardi…mercredi…jeudi…etc, tu connais déjà les jours de la semaine, pas la peine de te faire un récap.

Là, je décroche. Je gueule, un peu, tout en disant que bon, je veux bien comprendre mais qu’en fait, là, les problèmes des chèques cadeaux du CE du Crédit Agricole, en fait, ça me concerne pas. D’ailleurs, les problèmes de retard ne me concernent pas non plus, j’en ai rien à cirer de savoir à quel point ils ne s’attendaient pas à avoir autant de commande et qu’il soient siii débordés, faudrait en plus que je les plaigne!. Je VEUX juste savoir si un jour, avant de mourir par exemple, je recevrai ce p*** de livre photo.

« On vous tient au courant, je fais remonter à ma chef »
Je pense qu’elle a dû faire remonter jusqu’au local à balai, à peu près, ou alors que la chef parle le langage des signes et ne sait toujours pas lire sur les lèvres (c’est con, y’a des écoles pour apprendre), mais je n’ai jamais reçu de nouvelle.

Tony (encore lui, mon preux chevalier), rappelle là, en ce début de semaine. Évidemment, le livre arrivera d’ici samedi. CE samedi… dans donc 2 jours.

Alors, voilà, j’attends. Sans trop y croire. Peut être que je pourrai y faire greffer quelques pages de l’année écoulée et l’offrir l’an prochain, je ne sais pas.

Ce qui est certain, c’est qu’en parallèle, j’avais été inspirée de commander un album chez PhotoBox pour mes beaux parents. Album fait en environ 1heure (je compte pas le tri de photos, évidemment) car bien plus simple d’utilisation et qu’après payement, il m’est arrivé tout beau tout fini au bout de (ferme les yeux c’est indécent): 3 jours! 3 pauvres petits jours!

Il me manque, le temps où je faisais tirer mes photos et qu’on me les remettait en mains propres dans de belles pochettes. Loin, le temps où je m’extasiais devant certaines d’entre elles, le début de la pellicule depuis longtemps oubliée.
Il est loin, le temps où le service dans le commerce signifiait réellement quelque chose et avait une valeur pour le client, comme pour le commerçant.
Il est mort, le temps où on s’excusait d’avoir fait une bourde, où on assumait ses erreurs.

Aujourd’hui, c’est de TA faute, c’est TON problème et si tu n’ouvres pas très grand ta bouche, tu n’auras rien, nada, tchipouet.

Et toi? tu as eu tous tes cadeaux de Noël? Des problèmes avec des commandes internet? Vas-y balances, lâches toi, ce billet est là pour ça!


Ca, c’est après le coup de fil, en général…

Pour des raisons évidentes, je modèrerais les commentaires de ce billet, parce que se défouler ou raconter ses frasques oui, mais j’assume très mal les insultes chez moi: restons donc civilisés (comme Tony, en tout cas, car je suis loin d’être un exemple de self control)!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je ne porte plus mon bébé.com

Ca y est, j’ai décrété que c’était terminé,finito le cassage en règle de ma colonne vertébrale, aussi géniaux que pouvaient être mes divers moyens de portage.

Mais, il fallait tout de même que j’en aprle un jour, de ces moyens.

Après N°1, j’ai tellement eu du mal que j’ai juré au grand jamais que je ne le porterai. Et c’est ce que j’ai fait. Pas porté bébé, poussette power, une vraie rebelle à contre courant, ce revival des bienfaits du portage. Pour moi, c’était niet.

Et puis, on a déménagé. Sans ascenseur.

Chériiii? Tu crois que ça rentre dans le coffre?

Et ça, ça calme. Entre porter la poussette ET le bébé ou porter juste le bébé, tu penses que le choix a été vite fait. J’ai pourtant trouvé le moyen ultime d’utiliser ma poussette, que je devais plier dans le coffre de la voiture, à une main. Et si jamais j’avais besoin de mes deux mains, ça incluait de poser Clapiotte dans son siege auto… et de l’attacher avec ces sangles de la mort que JAMAIS tu y arrives en moins de cinq bonnes grosses minutes, parce que le bébé, faudrait pas qu’il glisse, pendant que tu te débats avec ton tank.

Bref, la poussette, c’était en cas de grosse balade, et pis c’est tout.

Sinon, pour tous les petits trajets, j’avais opté pour le portage.

J’ai d’abord tenté le porte bébé classique, mais quand je marchais, j’avais l’impression que le bébé sautait dans tous les sens, du coup, je le soutenais avec mes petits bras et au final, je me retrouvais avec les bras de Mauresmo, des contractures en plus. Pas génial.

J’étais pas vraiment fan des écharpes, rapport à leur longueur infinie et le fait qu’il fallait faire le nœud en même temps qu’on y mettais le bébé. Argh… et pour les gens qui ont deux mains gauches, on fait comment?
Bah on écoute (enfin) sa copine qui nous conseille la marque jpmbb (je porte mon bébé), une écharpe, certes, toujours aussi longue (quoique je crois me rappeler qu’on peut choisir la longueur), mais plus élastique et qu’on noue d’abord sur nous avant d’y poser le nain. Et là, bonheur. Le bébé ne bougeait pas, limite je ne sentais pas son poids.

On notera 2choses:
Le papa PEUT aussi porter le bébé (mais il est pas obligé pour la coupe de cheveux là)
Quoi qu’il arrive, en faisant le noeud, t’as un bout de bide qui sort, à toi de caler le bébé dessus pour faire ça ni vu ni connu

Bon, certes, Clapiotte ne pesait pas lourd à l’époque, ça a dû jouer, parce qu’au fur et à mesure, j’ai commencé à bien sentir son poids. Mon dos, surtout. Et puis ce nœud, là, ça me plombait tout ce tissu pendant l’été. Alors super copine qui a dû tenter tous les moyens de portage qui existent dans ce monde m’a confectionné un Sling. Rien à voir avec une quelconque pratique seksuellement déviante. Le sling, c’est une mini écharpe avec deux gros anneaux au bout d’une extrémité, tu portes ton bébé sur le côté. Rapidité, efficacité sur les petits trajets, c’était parfait pour pas mourir de chaud sous 30°c avec un pan d’écharpe qui fait 3fois le tour de ma taille.

Trop fashion maman
(je note que la petite est plus sympa que Clapiotte qui, elle, se penchait bien en arrière pour moins de confort!)

Mais aujourd’hui, c’est terminé. Clapiotte a réussi à faire péter une couture de la premiere écharpe et je garde la seconde en cas d’urgence pour les beaux jours. J’ai recommencé à me péter le dos en pliant la poussette d’une main, Clapiotte dans l’autre, quoique je tente de l’attacher de temps en temps dans le siege auto de N°1 histoire de me soulager 30 secondes. Faut-il que la voiture soit garée pas trop loin!!

De toute façon, avec écharpe, je me pète le dos et sans aussi… donc, finalement….

Vous allez me parler du portage dans le dos. J’y ai pensé. J’ai aussi pensé à ma dextérité. Et j’ai vu les vidéos où tu « balances » carrément ton gosse comme un sac dans ton dos. Je ne suis pas prête!


Nan mais c’est mal me connaitre! Moi, dès  la phase 1, le gosse il est par terre!


Et vous? Vous le faites roulez ou vous le portez?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Teasing

Je suis malade, genre gastro sur le retour, mais aujourd’hui, juste un petit teasing-quizz, pour le fun.

Attention, les moins de 5 ans mâles sont priés de s’écarter de l’écran sous peine de convulsions!

Ce n’est un secret pour personne, et encore moins pour les parents de couillus de moins de 5 ans, très prochainement, nous aurons la joie de retourner au cinéma pour la suite des aventures de Flash Mc Queen et ses amis. Cars, c’est un peu ma vie ces 5 dernières années. Un peu moins après les 4 ans de N°1, mais maintenant qu’il sait qu’un Cars2 arrive, il est au taquet et ressort sa collection de voitures qui, au bas mot, a dû me couter un rein.

Et aujourd’hui, je te propose un petit jeu, cherche pas, y’a rien à gagner, je suis malade, c’est un billet express, parce que je te connais joueur!

Demain, la voiture française de Cars 2 sera révélée. Et voici pour vous en exclusivité mondial (je fais genre non?) à quoi elle va ressembler:

cars
Alors? A votre avis? ça va être quoi comme voiture? Et vous devinez son prénom?

La réponse demain (et j’ai mon idée, mais pas la réponse)

Edit du 26/01 La réponse dans les commentaires et dans cette vidéo:


Grande fierté, petits tracas

Non, nous n’avons pas gelé, nous sommes toujours en vie. Même pas un tout petit peu en hypothermie. Rien. On a été ultra équipé ce week end.

Et nous sommes sortis.

Oh, pas loin, sur la place en bas de chez nous. Mais c’est pareil qu’ailleurs, y’a pas le chauffage non plus.

Faut-il les aimer fort ces enfants, n’empêche, pour aller se cailler les miches pendant une heure sur la place. MAIS, hier, c’était vélo. Sans roulette. Et autant dire que N°1 avait bien noté le rendez-vous dans son cerveau gelé.

C’était une récidive. Déjà la semaine dernière, il réussissait à trouver son équilibre, c’était  plutôt bien parti. Certes, il avait tué deux grand-mères passant par là: vous connaissez a rumeur qui dit que plus on essaye d’éviter quelque chose, plus on fonce dessus? Bon, on a vérifié, c’est complètement vrai! Balayette la mémé.

Ça va, le vélo n’a rien.

Hier, donc, sur la place, N°1 se tient bien droit avec son air de débile casqué (nan, je sais, c’ets méchant, mais on a vraiment l’air idiot avec un casque de vélo, peu importe qu’on soit Brad Pitt ou Mister Bean: casque= air ridicule.)

Il se lance avec un peu d’aide, il roule, il roule, il apprend à tourner: « regarde maman, je fais des 8 » (il révise en même temps, rentabilité de son timing, il ira loin). nan, vraiment, il maîtrise déjà bien mieux.
Je suis fière. Plus fière, tu t’étoufferai dans d’atroces souffrances. J’avais peur qu’il panique, qu’il renonce, mais non, il est là, à faire des 8, tout content d’enfin avoir dit adieu à ses roulettes (il faut savoir qu’on sort le vélo environ une fois par mois, et encore je suis large).

Il commence même à maitriser le départ arrêté. Non, en fait, il y arrive carrément. Il est pas encore tout à fait prêt pour le tour de France et les injections d’amphets, mais il progresse très rapidement. Et moi, toujours en train de m’étouffer avec ma fierté.

C’est pas tout, mais on meurt, nous, de ne pas bouger:
« On y va N°1, on caille trop »
« Je fais encore un peu »
« 2 minutes, on en peut plus là »
« J’en fais jusqu’à ce que je puisse plus »
« grrr…… »
, je peste, il est tellement heureux et moi tellement gelée….

Mais, Dieu existe, Dieu a fait pousser un poteau, pile sur le chemin que prenait N°1.

« Evite le poteau N°1!!! Attention! Le poteauuuu!!! »

J’vous ai parlé de la rumeur sur les trucs qu’on voulait éviter?

Et vous, en ce moment, vous êtes fiers de quoi?

velo1

velo2

velo3
Je note qu’il a sauvé le parapluie, à défaut de son amour propre.

La main en papier de verre

Tony est un faux métrosexuel.

Il fait genre, il s’habille genre, il me pique même quelques crèmes, genre, mais tout ça, c’est du semblant. Je pense qu’il pourrait tout aussi bien vivre dans une caverne avec 1 seul caleçon et deux T-Shirts, qu’il rêverait de se laisser pousser la barbouse simplement pour ne pas avoir à se coltiner le rasage journalier.

Mais Tony est marié. Avec moi. (Et ça fait deux raisons de ne pas se laisser aller! Ou de fuir, mais là n’est pas la question).

Il faut dire que je suis derrière lui, à ce pauvre Tony: « tu piques », « tu pèles », « tu plisses »… De là à lui lancer un « tu pues », il n’y a qu’un pas.

Mais il y a une chose avec laquelle je n’arrive à rien, c’est ses mains. Mains pourtant Ô combien utiles dans certaines situations.

Comme son père, Tony ne peut pas s’empêcher de traficoter, de réparer, de bricoler. Sans compter qu’à son boulot, il est souvent de corvée de portage quand les livraisons débarquent, peu importe le froid. Et le soucis avec le froid, c’est qu’on ne sent plus ses doigts, donc non seulement ça abîme ses petites mains, mais en plus, il arrive à se faire péter la peau de phalanges, créant ainsi de belles grosses crevasses. Et les mains ultra sèches + crevasses, plus « je m’en foutisme » du principal interressé, en général, bah j’ai le droit à des câlins pierre ponce moi!

Et tout à coup, on me propose de tenter « Apaisyl Crevasses » (formule testée cliniquement sous contrôle dermatologique.) . Il faut savoir que convaincre Tony de se passer de la crème sur ses mimines est une cause depuis longtemps perdues. Mais, sous pretexte du test, il s’est prêté au jeu (je ne lui ai pas dit qu’il pouvait s’arrêter, tu penses!).

En ouvrant la boîte, il en sort deux produits. Je pense « c’est foutu », mais il commence à lire les notices. Très scolaire ce garçon! Il s’agit donc d’un soin 2 en 1.

Le traitement est en deux phases, d’abord, on traite la (les dans le cas de Tony) crevasse avec le pansement liquide qui comble, soulage et cicatrise.

Résultats: au bout d’à peine deux jours à raison de 3 fois par jour (mais je n’ai pas pu vérifier la fréquence), les crevasses sont fermées. Au bout d’une semaine, tout est cicatrisé… et il y avait un vrai boulot!

Deuxième phase, la prévention. Bah oui, pour pas recommencer! Bon, là, Tony me dit qu’il le fait tous les jours. Effectivement, j’ai noté une nette amélioration au niveau de la rugosité de ses mains ET le tube est toujours à côté de son bureau au boulot. Maintenant, je prie pour qu’il continue au moins jusqu’à la fin du grand froid!

L’avis de Tony: « La crème est fluide et elle pénètre rapidement (et c’est très important, pour un Tony, ça, la pénétration rapide) et elle a une bonne odeur, je pense que je vais continuer » (bon, certes, il ne dis pas jusqu’à quand)

Mon avis: Au bout de deux semaines à peine, fini les mains abîmées, ça ne fait plus peeling lorsqu’il me touche le visage: Joie!

 

Si jamais vous connaissez ce soucis, vous devinez à quel point je suis heureuse de ne plus avoir l’impression de donner la main à de l’écorce séchée! Vous pouvez découvrir toute la gamme Apaisyl ici, si vous le souhaitez: www.apaisyl.com.

 

 

 

 

Je remercie Apaisyl pour le test, sincèrement, et aussi parce que j’ai tendance à m’arracher les peaux du pouce et que ça me répérera vite au lieu de souffrir pendant deux semaines! (mais on parlait de Tony, je vous rappelle que je suis parfaite, moi, à part ce micro détail!)

 

Si vous le souhaitez, vous pouvez gagner par tirage au sort un lot soin des mains et sticks à lèvre de la marque Amilab en laissant un commentaire ci dessous et en criant « Je Participe ». Jouez jusqu’au 26/01/11. Résultats du tirage parmi les participations valides le jeudi 27/01/11.

EDIT: le gagnant par tirage au sort Random est « Canelle » avec son commentaire du 22/01 à 17h39. Bravo à elle et merci à tous pour vos participations. Canelle, je te contacte par mail pour avoir tes coordonnées!

 

 


 
 

Article sponsorisé

Le soucis du tout ou du rien

Il y a peu de temps je lisais un billet inspiré chez Juju et je me disais qu’il fallait que je rajoute ma pierre à son experience.

 

Oui, parce que moi aussi, ça m’énerve, moi aussi, j’en ai quelque peu raz les couettes de ces nouveautés médicales!

Nan, parce que si vous avez un moins d’un mètre chez vous, je suis sûre que vous savez de quoi je parle. Sauf dans l’éventualité où votre nain soit tombé dans une potion de kryptonite à la naissance et qu’il échappe systématiquement aux épidémies de grippes, rhino, laryngo-traché-otite-pharynringo-gastro-pas de pot.
Dans l’autre cas, le cas des enfants normaux qui existent vraiment, vous connaissez la date de naissance des enfants de la pédiatre et le nombre de pas exact qu’il y a entre votre palier et le sien.

C’est un peu votre maison secondaire, avec les urgences pédiatriques et les maisons médicales de garde. Vous connaissez même les roulements chez SOS médecins. Et je ne parle même pas de la pharmacienne avec qui on fêtera le prochain Noël.

Et pourquoi ça? Parce que dès que la chair de notre chair est malade, bah on est inquiet. C’est plus fort que nous, c’est comme ça, on ne pense qu’à ce pauvre petit bout qui souuuuffre en reniflant sa morve et en toussant comme un fumeur de Gitane maïs.
Et accessoirement, parce qu’après deux nuits blanches, on se dit qu’on ne gèrera pas la troisième, ni celles d’après.

En général, le pic de fréquentation des médecins se fait entre 3 mois et 3 ans. Ça laisse un paquet de temps pour connaitre le Vidal par cœur (ou pas).

Comme N°1 a déjà testé le rythme frénétique de la valse des consultations, ce n’est pas nouveau.
Nan, la nouveauté, c’est que maintenant, on ne soigne plus les enfants.

On vient pour un problème, on repart avec un conseil.
Maintenant, il faut laisser les bébés se faire leur immunité. Aux dépends de leur bien être et du notre, évidemment.

Je sais qu’un rhume, ça fini par s’en aller.

Ça prend seulement 1 mois chez un tout petit si on s’en tient aux dosettes de sérum phy qu’on leur administre dans leur micro narines 12 fois par jour (oui, il ne faut pas bosser quand ton enfant est malade, parce que ne compte pas sur la crèche ou la nounou pour suivre ce rythme).

Pareil pour la laryngite. « Mettez vous dans la salle de bain et laissez couler l’eau chaude, ça va la calmer ». Oui, oui, sur le coup, ça marche. Bon, après, tu laisses ton chauffe-eau en marche forcée parce que ça fait 2 jours que tu te douches à l’eau froide.

Nan, aujourd’hui, quand tu vas chez le médecin, tu n’as plus de médicament. Avec un peu de chance, on te file du Doliprane, mais tu lui en donnes que si le petit à plus de 40,5°, moins, il va arriver à se réguler tout seul, t’inquiète!

Eucalyptol_suppository
Hop, un suppo et au lit… et à dans une heure!

Mais dans leurs discours anti-médocs qu’on leur impose, plusieurs choses me dérangent.

D’abord, on ne veut plus filer quoi que ce soit aux petits malades, MAIS, le nombre de vaccins recommandés augmente chaque année. Ça dérange personne de piquer les bébé à un rythme effréné dans leurs premiers mois, mais après, ils doivent se démerder seul quand ils ne vont pas bien.
Et deuxième chose, j’ai comparé les carnets de santé de N°1 et N°2.

Évidemment, N°1 a eu sa dose de médocs, puisqu’à l’époque, c’était autorisé. Sirops, spray nasal, fluidifiants etc…
En comptant, N°1 a été 3 fois sous antibio dont deux pour des angines bactériennes. Rien du tout contrairement à nous autre, de l’ancienne génération, à qui on refourguait allègrement des antibios par camion benne au moindre petit problème.
Il n’a pas été moins malade, mais au moins, c’était moins long et la douleur s’estompait, contrairement à sa soeur que je dois regarder s’étrangler avec ses glaires.
Le pire? C’est que si je me fie aux nouvelles directives, N°1 a pris des médicament bébés qu’il n’a plus le droit de prendre aujourd’hui car il est en dessous de l’âge autorisé. Si c’est pas du grand foutage de gueule ça!

Tout ça pour dire que notre Clapiotte nationale est de nouveau malade, toujours un peu de la même chose, ça ne passe pas, même si parfois, ça va un peu mieux que d’autres.
Mais cette fois ci, pour une raison inconnue, on lui a prescrit des antibio, un spray etc… à l’ancienne quoi. Vous devinez?

Bah voui, au bout de deux jours, elle ne tousse plus, son rhume passe, elle ne se tord plus de douleur avec son oreille… ELLE VA MIEUX! Han! Surprise! Les médicaments ça sert à ça en fait!

Ça m’énerve vraiment.
Je comprends qu’il faille limiter l’administration de médicaments chez les tout petits, qu’il y ai eu des abus etc… Mais quand ça traîne sur plusieurs mois et que ça interfère dans les progrès moteurs parce que le bébé et trop HS pour tenter quoi que ce sot de nouveau ou encore sur la croissance, avec le médecin qui vous annonce avec un air accusateur « ah mais votre fille n’a pas pris un gramme depuis fin août » alors que bichette, elle crève la dalle mais qu’avec des maux de gorge à répétition et des glaires qui tapissent son pharynx&Co, je ne vois pas bien comment elle peut prendre du poids!

Alors, oui, la sécu, les dangers du surdosage ou de l’auto-médication toussa… Mais MERDE à la fin, parfois, c’est utile aussi de juste les soulager, ces enfants!

mecaments
Tu veux droguer ton enfant? Mauvaise mère!

Bon, voilà, ça fait du bien.
Et vous? Vos enfants ont de bons rapport avec les miasmes?

Pas de ça chez moi… sauf parfois!

J’ai commencé un billet nettement plus…euh… écrit on va dire, mais Clapiotte en a décidé autrement.
Après une baston mère-fille, divers essais de punitions face aux caprices de ma morveuse, j’ai renoncé à etre tranquille et finir mon billet, et donc, comme jouer ça n’allait pas, tout comme lire, se rouler par terre ou chanter, j’ai calé cette teigne su mes genoux et… j’ai tapé « Teletubbies » dans ma barre Google.

Honte à moi!

Je sais.

D’autant que la plus atteinte des deux après visionnage, c’est moi!

Je n’ai pas trouvé le code pour l’inclure ici même (« oh, zuuuut, pensez vous) mais cliquez donc là pour voir.

Les Teletubbies en francais, c’est hard, mais en…euh… thaï? Je ne suis que « HéHoooooo » maintenant!
(à 3min20, c’est l’orgasme auditif!!!)

Teletubbies