La sortie scolaire : Le musée.

Oui.
Ça va.
Je SAIS que le blog est en jachère, mais c’est parce que, je ne sais pas si je t’ai dit, mais je fais plein plein de trucs ces derniers temps.
Entre mon changement de vie, la reprise d’un contrat à mi temps, pas mal de boulot et l’écriture d’un roman (BIM, comment je te place ça l’air de rien TAVU ???), j’avoue que le blog a été mis de côté.
Mais bon, tu sais, je fais toujours le clown sur facebook ou Instagram, en attendant que je me dégage du temps ou que je devienne reine du Monde et que je décrète que les journées de 24h c’est pour les nazes, moi, je ferai des journées de 50heures, ce sera plus sûr pour tout mettre dedans.

Comme je fais pas mal de bêtises sur ces deux réseaux en y racontant ma vie, et que dernièrement, j’ai  participé à une sortie scolaire au Musée des Beaux Arts (12 points sur le tableau de la Mère dévouée), je me suis dit que quand même, un petit compte rendu s’imposait.

 

Alors déjà, il faut que je te parle d’un truc quant aux sorties scolaires.
Je ne comprends PAS comment on gère le trajet.
Je veux dire, ça va, j’ai deux enfants, j’ai BEAUCOUP accompagné leurs classes à diverses activités (bon, j’avoue, beaucoup plus pour N°1 que Clapiotte, les cadets sont définitivement les mieux lotis quand même)(ou alors on devient juste moins naïf, peut-être), mais je ne sais toujours pas OÙ me foutre quand j’accompagne.
Du coup, je me retrouve toujours vers le milieu, l’endroit bâtard par excellence parce que tu te tapes souvent de devoir remettre la moitié de la classe dans le droit chemin (les enfants ont cette petite passion de vouloir marcher bien sur le rebord du trottoir, en défiant les entorses ET les voitures), pis tu sais pas si faut que tu prennes la moitié de la file ou le tiers, rapport qu’une autre maman gère le milieu MAIS que c’est aussi elle qui se met en travers des passages piéton. Du coup, ça bousille toute ton organisation à toi à chaque fois qu’on doit traverser une rue (et donc en centre ville, on en traverse un paquet, de rues).
Comme dans le train, où à tous les coups, je me retrouve à partager une banquette avec le type qui bouffe un saucisson-pâté, quelle que soit l’heure, là, je me retrouve systématiquement avec les deux enfants à migraine intégrée.
Je ne sais PAS comment font leurs parents à eux (dit la mère de Clapiotte herself, haha), mais ces deux là débitent un flot de paroles continues, tellement dense et dont la trame est aussi incohérente que les sujets ultra pointus, que je finis TOUJOURS par avoir envie de les pousser sur la voie (pardon)(je le fais pas, hein, c’est une blague).
Bref, à un moment, on arrive quand même au musée.

Que ce soit bien clair. Je voue un culte aux instits.
Moi, une matinée comme ça, je suis rincée, j’ai perdu 10 ans de ma vie et j’ai limite des petites pulsions suicidaires à un moment donné.
L’instit, elle est dans un musée, avec 25 gamins dont quelques uns que toi, perso, tu cacherais bien dans des amphores grecques et des sarcophages, mais elle, elle est zen. Tu vois, qu’elle gère.
Moi, avec une autre maman, on a dû s’enfuir à un moment juste pour prendre un café et se faire 10 minutes de pause.
L’instit, elle balaye du regard ses élèves façon scanner permanent, elle sait, elle voit, elle GÈRE je te dis.

Comme elle gère, que l’animatrice qui fait la visite gère tout pareil et que concrètement, j’ai vite compris que des gamins de 8 ans étaient plus cultivés que moi, j’ai bien saisi que je servais plus trop à rien, du coup, j’ai fait la fille mature et j’ai commencé à faire des blagues avec les statues. C’est un peu ma Nuit au Musée à moi. Mais en journée quoi.
Je le partage parce que je voulais me souvenir qu’un jour, j’ai toujours pas été apte à être sérieuse plus d’une demi heure.

J’ai presque hâte de faire la sortie de fin d’année du coup, tu penses !

 

Le retour s’est  bien évidemment passé comme l’aller. Mention spéciale pour le môme qui s’est jeté dans un tas de pollens juste devant moi en rigolant et en y mettant des grands coups de pieds, mes yeux ont kiffé, c’était cool, j’avais l’impression de pleurer du sang  acide, c’était génial.

Clapiotte, elle, était ravie.
Pis j’ai pu constater qu’elle savait qui était Ajax (dans ma tête, évidemment que j’ai fait une blague avec des éponges, une baignoires et un coup de pschitt pschiit quand la question a été posée. Heureusement qu’on doit pas EN PLUS particper, on passerait vraiment pour des tocards)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

5 comments

  1. on range tout says:

    Bonjour,
    Merci de partager avec nous ces petits moments de vie. Vous avez bien du courage d’aller en sortie scolaire ! Cela vous fera quand même de jolis souvenirs. Et un grand bravo aux maîtres et aux maîtresses d’école qui supportent nos bambins tous les jours de la semaine et toute l’année !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.