Comment sécuriser la navigation Internet des enfants grâce à la journée mondiale de l’internet plus sûr.

Parfois, je me dis que quand même, nos parents étaient bien tranquillou quand il s’agissait de notre éducation et notre sécurité.

En 1987, j’avais 7 ans et j’allais à l’école seule avec mon cartable. En CE1. Je rentrais seule. J’allais acheter mes pochettes de Panini seule, tout comme les bonbons à la boulangerie.

Il n’y avait pas de moyen pour ma mère de savoir si j’étais bien rentrée ou non à 16h30. Elle ne pouvait que le constater à son retour à 18h et quelques.

Je ne dis pas qu’elle respirait la sérénité, mais bon, à part « ce » doute de savoir si j’étais de retour ou non chaque jour, je ne suis pas certaine qu’il y ait beaucoup de choses qui la turlupinaient à mon propos.

Aujourd’hui,c’est à mon tour d’être maman et de vouloir ce qu’il y a de mieux pour protéger mes enfants.

Du coup, ils n’ont pas le droit d’aller seuls à l’école avant leurs 10 ans (et encore, au début, je suis 8 mètres derrière). Ils n’auront pas le droit, par ailleurs, de sortir le soir avant l’âge de 28 ans.

A peu près.

En revanche, et ça, ma mère a eu le bonheur de ne pas connaître, il y a toutes les questions à propos de leur sécurité face à internet.

Pour le moment, je ne rencontre pas de souci particulier avec Clapiotte qui ne se connecte jamais.

Pour N°1, l’histoire est bien évidemment différente.

Au collège, ils ont accès à internet au CDI, certains copains utilisent Snapchat comme les sms et il est de toute façon difficile de lui interdire toute connexion à la maison sachant qu’internet fait non seulement partie de mon environnement professionnel et personnel, mais que c’est une source de renseignements inépuisables devenue quasi indispensable au quotidien.

Je pars du principe que rien ne vaut l’éducation pour que les enfants comprennent les dangers qu’ils peuvent rencontrer avec internet. Harcèlement, images choquantes, désinformation… Je ne vous fais pas de dessin, on connait tous.

On en parle souvent, à la maison, mais ce midi j’ai voulu lui poser la question ouvertement, alors qu’il déjeunait avec un copain.

« Vous êtes déjà tombés sur des choses que vous ne vouliez pas voir sur internet, vous ? »

Son copain m’a dit ne pas avoir le droit d’utiliser internet sans ses parents pour le moment, même s’ils commençaient à en discuter.

N°1, lui, m’a avoué que parfois, quand il tapait une recherche dans la barre Youtube (il cherche des vidéos de Juninho et de coups francs, à 99,99%), on lui proposait des « trucs bizarres » mais qu’il ne cliquait pas. Brave petit.

J’avoue que ça m’a un peu choqué sur le coup.

Je suis à fond dans la prévention et il SAIT qu’il ne doit pas cliquer de vidéo en vidéo, par exemple, au risque de se retrouver rapidement face à des choses inadaptées. Mais si la barre de recherche s’y met….

Finalement, je me dis que ma seule éducation couplée à la confiance que j’ai en lui ne suffit pas, et que la mise en place de certains outils tels un contrôle parental, un anti-virus et tout autre solution serait les bienvenus, même si j’aurais bien évidemment préféré en rester là, visiblement, ça ne suffit pas. Internet va toujours plus vite, et très sincèrement, je préfère qu’il apprenne la signification de certains mots tendancieux dans la cour de l’école plutôt que prononcés de la bouche de Tabbatha et Rocco. Je suis Old School, comme mère (notez que mes références aussi, par ailleurs).

Si je parle de ce sujet, c’est parce qu’il nous touche tous, à priori et que le 7 février dernier, c’était la journée mondiale de la sécurité internet : le « Safer Internet Day 2017 ».

Une journée dédiée à la prévention des risques liés à internet et à l’initiation des bonnes pratiques de ce dernier.

Des actions ont été menées partout en France par des institutions, des écoles, des industriels, des associations, des médias en cette journée ainsi que durant tout le mois de février.

Pour les 7-12 ans, des ateliers de sensibilisation ont été mis en place autour de nouveaux outils numériques. On a pu également leur montrer les épisodes de Vinz et Lou  abordant des thèmes tels que les données personnelles ou le cyberharcèlement.

Pour les 12 à 17 ans, une nouvelle version de l’appli DataDecode est sortie et a été utilisée par des médiateurs éducatifs lors d’ateliers créatifs. L’objectif était de faire passer les ados de consommateurs à créateurs de leur vie numérique.

Et pour les parents, il s’agissait de prendre conscience de la façon dont sont utilisées nos données et de revoir éventuellement nos pratiques numériques du quotidien pour tendre à une utilisation plus raisonnée et raisonnable.

J’espère entendre parler de ces démarches rapidement, notamment dans le collège de mon grand, parce que visiblement, même au CDI, certains élèves se permettent de regarder des vidéos légèrement inadaptées… donc bon….

En attendant d’en rediscuter à la maison, je vais tenter de ré adapter mon discours et de voir à mettre en place un système de sécurité, tel que peut le proposer ESET, leader dans le domaine des logiciels de sécurité numérique.

ESET s’investit dans cette journée, notamment avec des solutions comme EMDS (ESET Multi-Device Security), qui propose une protection complète pour tous les appareils connectés (mobile, tablette…) et inclut le contrôle parental.

Si vous le souhaitez, en suivant ce lien, vous pouvez également, dans le cadre de cette campagne de prévention, bénéficier de 2 mois gratuit pour tester leur logiciel.

Ça vaut le coup de tenter et de voir où on « pêche » quant à la sécurité de nos greffons.

N’hésitez pas à aller voir la vidéo de présentation pour plus d’informations :

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

Laisser un commentaire