Te raconter une belle histoire

Ca ne t’aura pas échappé, je suis lyonnaise et j’aime particulièrement ma ville.
Je suis née ici seulement et n’y ai habité qu’à partir de mes 15-16 ans, pourtant, j’en connaissais quelques traditions déjà petite.
Parmi elles, le fameux 8 décembre.

Nombre d’entre vous associe le 8 décembre à la Fête des Lumières, ce grand rassemblement sur plusieurs jours, dans la ville, faisant danser les murs de nos plus beaux monuments, en son et lumière et organisation aussi onéreuse que draconienne.

Je ne crache pas sur la Fête des Lumières. C’est une belle fête. Une fête où le lyonnais de base ne met pas un pied dehors, laissant les longues heures de piétinement aux touristes, mais une belle fête au final.

Mais le 8 décembre, c’est autre chose, au départ.
Le 8 décembre, c’est le jour où les lyonnais allument des lumignons et les déposent sur le rebord de leurs fenêtres.
C’est le jour où on se rassemble par la lumière.

Oui, oui, ça fait un peu grande secte spirituelle, mais quelque part, c’est un peu ça.

12301722_10153134223527234_3426872274071006576_n

Pour l’histoire, un peu rapide, c’est en 1852 qu’on devait célébrer l’inauguration de la statue de la Vierge Marie à Fourvière. Sauf qu’une inondation repoussa l’inauguration du 8 septembre  (fête de la naissance de la Vierge) au 8 décembre (fête de l’immaculée Conception).
Ce jour là était prévues des tas de festivités pour l’occasion, dont un grand feu d’artifice. Pas de bol, une pluie torrentielle vint une nouvelle fois s’abattre sur la ville et tout fût annulé.
C’était sans compter sur une éclaircie à la tombée de la nuit et l’envie des lyonnais de célébrer ça envers et contre tout.
Dans une grande inspiration improvisée, « tout à coup apparaissent à quelques fenêtres inconnues des lignes de feu… La ville s’était embrasée en un instant. Bientôt, il ne restait plus, sur la vaste étendue des quais, des rues, des passages ignorés et des cours invisibles, aucune fenêtre obscure. Les petits marchands, les clochers, illuminaient leurs baraques, leurs voitures et jusqu’aux bordures des trottoirs… Quelques feux de Bengale s’allumèrent sur les toits de la chapelle de Fourvière, la statue de la Vierge apparaît et la grosse cloche de Saint Jean, cet éloquent interprète des joies publiques, est lancée à toute volée. A huit heures, la population entière était dans la rue, circulant, paisible, joyeuse et attendrie. On se serrait la main sans se connaître, on chantait des cantiques, on applaudissait, on criait : « Vive Marie !  » Les étrangers n’en revenaient pas de leur surprise, et les Lyonnais, tout remplis qu’ils étaient de cette fête improvisée, se demandaient comment, en un instant, une population de trois cent mille âmes avait pu être saisie de la même pensée ».

Voilà, le lyonnais qui lâche rien venait de créer les Illuminations, une institution dès lors.

Nous allumons donc, certains religieusement, d’autres simplement par tradition, nos petits lampions, chaque 8 décembre.

Et lorsque tu es n’importe où dans le Monde, si tu es dehors à la tombée de la nuit et que tu lèves les yeux, tu croiseras certainement quelques lumignons à des fenêtres, parce que même loin, on y tient.

Cette année, la Fête des Lumières a été annulée pour raison de sécurité dans la ville, étant donné les événements de novembre, la prudence était de mise.

Sais-tu donc ce que les lyonnais ont fait ?

Ils ont redoublé ou simplement remis, la tradition s’effacent peu à peu avec la grande fête des lumières, leur lumignons à leurs fenêtres et sont sortis dans les rues contempler le spectacle silencieux des petites flammes dansant au gré du vent.

Alors voilà, tu vois, les grands décideurs, les gros vilains méchants ou les pluies torrentielles ne seront jamais aussi puissants que la volonté d’un peuple qui veut continuer de voir briller sa ville et danser sa vie.

Et c’est vraiment joli.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

7 comments

  1. Lujayne says:

    Bravo pour ce bel article ! Je suis lyonnaise d’adoption depuis bientôt 10 ans et c’est une tradition à laquelle je ne déroge pas depuis lors, même depuis que j’habite la banlieue !
    Et il faut bien avouer que la traditionnelle promenade que nous effectuons chaque année avec les enfants dans le quartier à la nuit tombée pour admirer les maisons aux fenêtres illuminées a été encore plus agréable cette année : quasiment toutes les maisons avaient joué le jeu cette fois (contre environ la moitié, d’habitude) : c’était féérique et très fort !
    Je rajouterai que c’est un moment extrêmement attendu par les enfants, qui fabriquent les lumignons à l’école et attendent fébrilement le moment de le déposer sur la fenêtre !

  2. Marine says:

    Merci… encore et encore parce qu’en quelques phrases tu as parfaitement synthétisé ce 8 décembre si cher au coeur des lyonnais , ou qu’ils soient ds le monde, et peut être même encore plus lorsqu’ils sont loin !!! Juste un petit détail pour parfaire ta connaissance de cette belle fête: le dogme de l’Immaculée Conception que nous fêtons le 8 décembre date de 1852 justement !!!! C’est pour cela que cette cérémonie avait tant d’importance aux yeux des lyonnais cette année là !!
    Sinon vraiment merci pour cet article et pour  » 8 décembre autour du monde ». Je ne sais pas si tu te rends compte à quel point cette page fait du bien à tous les lyonnais, leur rend cette soirée encore plus douce et plus belle et pour ceux qui sont loin, comme moi, les rapproche de ce qui leur manque jour après jour… leur ville et ses beautés !! Donc encore un grand MERCI et des bises bolognaises !

  3. Dinasty says:

    Bonsoir!
    Je me permet de réagir car habitant a une 50aine de km de Lyon et ayant un papa Lyonnais de naissance nous célébrons dans mon petit village les illuminations a notre échelle….lumignons, ballade pour admirer tout ça et vin chaud au pied de la chapelle du village ou justement il y a une immense fresque peinte représentant la vierge Marie….cependant j’ai toujours cru que les illuminations ont été créées pour remercier la vierge d’avoir sauvé la ville de Lyon de la peste noire? Me serais-je méprise?

  4. Sofinet says:

    Née à Lyon où j’ai passé 6 ans, Grenobloise de coeur et habitant à Tours depuis 15 ans, je reste attachée à cette tradition et même si je suis seule dans mon quartier, je perpétue mes bougies aux fenêtres le 8 décembre… et j’aime ça…

  5. Fred says:

    J’aime toujours ce que tu écris, aujourd’hui ne fait pas exception même si je ris moins…
    En revanche si je trouve jolie la vidéo hommage de la ville, je déplore la si infime représentation de la mixité culturelle et ethnique de Lyon et de la France! ;-(

  6. Milune says:

    Je suis une pure Lyonnaise et je n’aimais pas ce qu’étais devenue la fête des lumières ces dernières années, mais en 2015 elle avait un sens, et j’ai aimé voir toutes ces bougies éclairées la ville.

Laisser un commentaire