Petits mensonges en famille

Je pense être une mère plutôt bien dans ses bottes au niveau de l’éducation que je donne à mes enfants.
Déjà, parce que j’assume complètement le fait que je fais ce que je peux, avec mes propres moyens, ce qui me permet de larguer pas mal de petites culpabilités en chemin. Mais aussi parce que je vois que le résultat n’est pas si mal. Même si Clapiotte pète à table rien que pour faire rire l’assemblée ou que N°1 ne saisit pas très bien l’importance de dire « pardon » quand il lâche un énorme rôt après son petit déjeuner.

Globalement, je trouve que je m’en sors pas trop mal quand même, et puis y’a cette dame, dans le train, qui m’a dit pendant 15 minutes qu’elle n’avait jamais vu des enfants aussi bien élevés et sympathiques. C’est que je ne dois pas être loin d’avoir trouvé le bon équilibre non ? (les vieilles dames ont toujours raison)(parlez en à ma grand-mère vous verrez).

Ceci étant dit, et bien que je viens ouvertement de m’auto-déclarer mère-presque-parfaite, parfois, je faute carrément contre la loi divine de l’éducation parentale parfaite.

Je mens.

Je mens ouvertement à mes enfants. Qui plus est, comme je mens relativement bien (coucou maman), je ne sourcille même pas en le faisant.

Mais bon… on ment tous aux enfants non ? Je veux dire… je leur dis pas des trucs traumatisants hein. Juste des petits mensonges arrangeants, des phrases toutes faites qui ne veulent pas dire grand chose et qui n’auront que peu d’incidence, à part celle de me sortir d’une situation un peu difficile. Ou le risque qu’ils utilisent à leur tour mes mensonges, piqués directement à ma propre mère d’ailleurs, quand ils seront à leur tour parents.

ON A TOUS FAIT CA, ne mentez pas (quoi que c’est le thème).

Faire la liste de tous ces micro-mensonges que j’ai pu utiliser serait beaucoup trop long, mais voici mon top 3, ceux qui sont assez récurrents à la maison et qui servent ma cause de parent dépassé :

1/ « Mange, sinon tu vas arrêter de grandir ».
Celui-ci, je rajoute souvent « tu veux pas être aussi petit-e que moi quand tu seras grand-e non ? »

Oui, je sais, c’est pas bien (mentir, c’est mal, c’est bon, je sais ça), mais franchement, pinailler sur du jambon-riz, j’ai pas la force dès le lundi soir.

2/ « Ne louche pas tu vas rester bloquer ».
C’est complètement débile venant de ma part vu que je fais TOUJOURS des grimaces, mais on me l’a tellement dit petite que je pense que je me venge inconsciemment.
De toute façon, les enfants ne me croient absolument pas quand je dis ça.

3/ « Le maquillage, c’est pas avant 25 ans ».
Ouaiiiis. Bon, là, je suis dans l’égoïsme le plus total, voire même, je frustre ma fille.
Mais PetitUN, elle n’a pas 6 ans, et moi, une fillette de moins de 14 ans qui se maquille, je trouve ça vraiment très limite, rapport que chaque chose en son temps, hein.
Et PetitDeux si on prend en compte MA propre expérience, c’est pas tout à fait un mensonge (je transforme mon vécu en une loi universelle, par magie, si je veux).

On peut rajouter bien évidemment à ces trois points les éternels « mais oui on arrive bientôt » après 10km d’autoroute (alors qu’il en reste 351), « non, y’a plus de bonbon » (alors qu’on a l’haleine-Tagada) ou encore le fameux « y’a plus ta taille » devant un portant plein de T-shirts à l’effigie des One Direction.

J’en ai des sacs remplis, de ces mensonges. Ils m’arrangent et globalement il ne font pas de mal (et coupent court à tout un tas de soucis potentiels si on venait à dire la vérité absolue).

Parfois, je dis la vérité aussi, hein, faut pas croire, je n’utilise ces subterfuges qu’en dernier recours (en vrai, j’ai peur que vous me lanciez des cailloux là).

Perso, je ris aujourd’hui en repensant aux mensonges du genre que mes parents ont pu me raconter.
Et je crois bien que chez Ford, ils ont les mêmes parents que moi et que ça les fait bien marrer, parce que pour le lancement du nouveau Ford C-MAX , ils organisent une campagne virale sur les réseaux sociaux à propos de ce genre de petits mensonges.
On peut suivre les vidéos en suivant  @FordFrance sur Twitter ou sur Facebook. Le tout avec le hashtag #ParentsMythos


Et pour commencer, voici la fameuse vidéo de la série :

 

Allez, me mentez pas… vous aussi vous mentez un peu parfois non ? C’est quoi votre top 3 ?

 

EDIT :

HAHAHA Attention !

Ford vient de lancer l’appli ultime des petits mensonges spécialement pour la fête des mères.
C’est rigolo, on en trouve pour toutes les situations, et ça se passe sur la page facebook associée à la marque (cliquez sur l’image ci-dessous pour y accéder) pour le lancement du nouveau C-Max. N’hésitez pas, vous aussi, à y aller de votre petit mensonge favori à partager sans modération sur les réseaux sociaux, avec le hashtag #ParentsMythos.

R_ception_Twitter

 

En Partenariat avec Ford
Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

11 comments

  1. Goumy Floriane says:

    bon alors moi niveau mensonges arrangeant je crois que j’en fais tellement que je ne peux pas les classer par contre un qui me fait encore en rire quand j’y pense c’est quand ma fille de 8 ans m’a annoncé fierement qu’elle avait déjà embrassé son amoureux avec la langue et que je lui ai répondu qu’on avait pas le droit tant qu’on était pas marié……. Bon ok j’abuse on reverra les principes plus tard … Mais quand même avec la langue quoi…..

  2. unbebetouteseule says:

    perso pour mimi-hulk on en a 3 principaux

    1) papa travaille (oui pas envie d’expliquer a mon fils de 3 ans que son papa est un connard et que je veut pas en entendre parler pendant les deux jour ou je l’ai a la maison)

    2)mimi va travailler (oui c’est dans le meme gout, mais bon « mimi va boire un café au bar pendant que tu hurle pour rester avec et que je te traine de force au tobogan » c’est trop long et comme sa pas de caprice

    3) c’est cassé alors tu peut pas jouer avec/ je peut pas te l’acheter (oui mais bon je vais pas non plus acheter TOUT les jouet du magasin)

    • BHV says:

      Il y a une autre solution toute simple, mais qui requiert des efforts, et qui implique parfois de passer pour « le méchant »:: dire la vérité (notamment pour le point 3)!

      Dire cela, c’est assumer son rôle et son autorité. Evidemment, ça demande des efforts, alors que c’est tellement plus simple de mentir…

      De plus, être parent, c’est aussi avoir le vocabulaire adapté: traiter son père de connard n’est pas une solution, mais lui donner des explications et expliquer qu’on ne s’entend plus, ça serait le moindre des respects. C’est peut-être difficile mais si vous avez réussi à faire un gamin avec lui, il faut aussi en assumer les conséquences.

      En un mot, tout ce que vous venez de décrire découle de la même chose: la lâcheté.

  3. BBR says:

    nous notre fils pete à table et même pas pour faire rire l’assemblé. Alors en toute politesse on lui demande de dire pardon, il répond : pas besoin on est en famille… Pfffff tout a refaire.
    Revenons au top 3.
    Le dernier en date fut le requin au fond de la piscine pour pas que les enfants finissent tel Leonardo dans Titanic dans une piscine a 15 degrés.
    Le fameux range ta chambre sinon je vais jeter tout ce qui traine, mais quand tu sais les prix, bah tu ranges en bon parent que tu es et ça évite de te marcher sur un Lego en plein nuit en allant voir si ta progéniture dors bien.
    Le must !
    On a tous le jouet qui fait un bruit de fou a te faire prendre une chambre a St Anne, alors dès qu’il a le dos tourné tu enlève une pile et tu fait l’étonné quand il vient se plaindre que cela marche plus. Bah il doit plus y avoir de pile, et j’en ai pas … Alors que ton tiroir regorge de pile en tout genre pour TA console de jeux

  4. Cathy Mumblog says:

    J’ai fait mon petit Top Five sur mon toupeti blog, mais mon préféré c’est:
    -Ah désolé mon chéri mais tu peux pas aller dans le petit manège (tout pourri du supermarché), il est en panne!! Mais siiii, les lumières c’est justement exprès pour que le réparateur voit que ça fonctionne pu… Sinon hein je t’aurais laissé bien suuur!

  5. Hélène Desfossé says:

    Je suis une vieille dame : j’ai donc toujours raison ?
    Certainement pas et j’ai moi aussi fait ce que je pouvais avec mes trois garçons puis mes cinq petits enfants.
    Oui, à l’extérieur, on les a toujours trouvés très bien élevés. A la maison… c’était plus mitigé. Mais finalement je pense aussi qu’ils ne sont au moins pas plus mal que les autres, voire mieux que beaucoup d’autres.
    Par contre je n’ai jamais menti à personne, même en ce qui concerne le Père Noël, et je m’en suis trouvée bien parce que la confiance est à ce prix.

    • LuBo says:

      Je partage totalement votre point de vue, il s’agit de prendre ses responsabilités en tant que parent, tout simplement.

    • anne-cé says:

      Alors Madame , je viens vers vous et votre expérience pour vous demander comment fait-on pour ne pas mentir à propos du Père Noël, moi qui m’étais juré de ne pas rentrer là dedans je vois bien que la pression sociale est si forte que je sais pas comment m’en sortir. à 3ans et demi je lui dit juste qu’il y a des cadeaux à Noël, et à la question  » est ce qu’il existe ? je réponds  » tu crois ce que tu veux ».. mais au delà de ça…??? comment avez vous fait vous ?

  6. Bobby says:

    Question mensonges et enfants il y a un autre problème qui se pose désormais…

    Maintenant que nous savons tous que l’Histoire enseignée aux enfants à l’école est mensongère, faut-il dire à ses enfant de bien travailler en cours d’histoire ou lui expliquer que tout n’est qu’un ramassis de mensonges, quitte à le démotiver ?

  7. Gwen says:

    Mentir, c’est surtout un évitement.
    Quand on dit à son enfant qu’on est bientôt arrivé alors qu’il reste 350 km, autant lui dire la vérité et qu’il reste beaucoup de route, sinon, on aura la même question toutes les 5 minutes.
    Je pense qu’il y a pas mal de petits mensonges inutiles dont on peut se passer.

    Le fait de menacer certains actes de punitions imaginaires (style range sinon je jette tous tes jouets) ne marche pas. L’enfant n’est pas idiot et se rend vite compte que c’est un menace en l’air. Mieux vaut rester sur des menaces « réalistes » et le plus important est de vraiment passer à l’acte lorsque la consigne n’est pas respectée, sinon, on se décrédibilise. Mieux vaut menacer de confisquer un jouet pendant un jour ou deux et vraiment le faire que menacer de tout jeter sachant que ça ne sera pas fait.

Laisser un commentaire