Cranemou en voyage chapitre 3 : le mariage de mon meilleur ami.

Alors ça y était enfin, le pourquoi du comment nous nous étions tous retrouvés au bout du monde à des milliers de kilomètres de notre vie : le mariage de mon meilleur ami.

Nous logions tous dans des apparts-hôtel dans le centre de Auckland, très pratique pour la suite des événements et pour l’organisation, certainement beaucoup moins pour les autres clients qui avaient des chambres aux mêmes étages que nous, puisque ça ressemblait plus à une grande auberge espagnol qu’à un petit coin cosy pour ce reposer, cette histoire.

Pour une question pratique (et économique, oui, ok), je partageais l’appartement avec la sœur du marié et son futur mari (qui, soit dit en passant, est aussi poissard que moi, j’ai d’ailleurs eu peur qu’on finisse par foutre le feu à l’hôtel à nous deux) et le petit frère du marié, 19 ans d’âge avec qui… j’ai partagé ma chambre. Et mon lit donc.

Je n’ai jamais rien eu contre le fait de partager mon lit avec qui que ce soit, ma copine Sabine en témoignera, je sais bien faire la différence entre des amis et des « amis ». Et puis du coup, je dors en pantalon dans ces cas là.
Mais là, on m’avait un peu briefée, mon jeune flatmate avait une capacité hors du commun à pas mal bouger pendant la nuit.

J’ai deux enfants, j’ai déjà fait des nuits à leurs côtés, je suis immunisés contre les coups de latte dans les côtes à 3h du matin.

On a commencé par rompre le petite gêne en se retrouvant tous les deux à se brosser les dents devant l’évier de Polly Pocket, tel un vieux couple 21 ans d’âge.
Cracher son dentifrice en alternance dans un siphon, tout de suite, ça crée du lien. On était nettement plus à l’aise après ça. On aurait pu continuer en se faisant des tresses devant un épisode de Sex And The City mais on avait soirée.
Mais avant, laissez moi vous raconter mes nuits de folie.

Globalement, je m’entendais tellement bien avec Guillaume (c’est son nom. Comme le nom du copain de la sœur. Et d’un autre pote. D’habitude, j’appelle tout le monde Michel, bah là, c’était Guillaume. Je choisis mes amis de façon à pas me gourer dans les prénoms. Et sinon, c’est Michel) qu’on avait les mêmes horaires de coucher. Le lever, c’était plus compliqué.

Nan parce que sa soeur m’avait bien dit « tu sais, quand il dort avec sa copine, ils ont chacun une couverture ».

J’avais souri.

Bah la première nuit, tu souris déjà nettement moins quand tu te retrouves à côté d’un nem pendant que toi, tu te cailles le mollet.

Mais passons, c’était l’été, il ne faisait pas si froid, hein.

Non.

Au petit matin, Guillaume, dans un sommeil certainement TRÈS paradoxal, décidait de bouger. Beaucoup. Mais toujours de façon à me surprendre. Ce jeune homme a déjà tout compris au piment de la vie de couple, il faut croire.
La première fois, donc, il m’a enjambé. Il dormait bien. Moi, moins, du coup.
La deuxième nuit, j’ai senti sur mon visage des doigts qui tentaient, en vain, de trouver quelque chose. Il me pianotait la gueule, ouais, c’est ça. J’ai eu un fou rire, à défaut d’une crise cardiaque. Il n’a jamais trouvé mes narines, grand bien lui fasse.
La troisième nuit, il était bien sage. Il a juste parlé. Beaucoup. Pour dire des trucs complètement incohérents, en plus, franchement, l’intérêt était minime.
La quatrième et dernière nuit, il devait en avoir sa claque de dormir avec la vieille, il a tenté de m’éjecter du lit à grands coups de pieds.

Notre vie de couple éphémère s’est arrêtée là.
De toute façon, j’ai jamais trouvé ça sain de se caser avec des gens plus jeunes

Mais revenons en aux festivités diurnes plutôt que nocturnes.

Je dis « diurnes » rapport qu’en Nouvelle Zélande, trouver un bar ouvert après 22h30, c’est un peu Koh Lanta.

Le tout premier soir, donc, c’était les enterrements de vies de garçon et de jeune fille.

Mes potes sont joueurs, c’était seulement la 5ème fois qu’ils nous faisaient le coup. Ils les ont bien bien enterrées, leurs vies d’avant, c’est bon, tout le monde s’en souvient. Quoi que, le lendemain, certains avaient légèrement oublié certains détails de leur soirée.J’étais invitée aux deux soirées. L’une parce que, basiquement, je suis une fille, et l’autre parce qu’en réalité, j’étais d’abord la copine des garçons plutôt que des filles dites « pièces rapportées » (c’est moche dit comme ça, mais ça explique surtout ce qui va suivre).
Moi, j’ai toujours été plus à l’aise avec les garçons. Parce que porter des jeans en ne se souciant pas de les trouer ou de se fiche de savoir si mon mascara avait coulé, ça a toujours été plus mon truc que d’afficher un sourire crispé à cause d’une paire d’escarpins lacérant mes orteils ou de philosopher sur l’accord d’une chemise en tartan avec une jupe à pois.

Mais parce que je ne voulais pas être de trop ni provoquer  l’incompréhension de celles qui ne me connaissaient pas encore, j’avais décidé sagement d’aller avec les filles.

J’ai tenu 45 minutes.

Parce que me déguiser en « bunny », c’était non. Parce que coller des stickers-penis, les yeux bandés, sur un poster d’homme nu, c’était non plus. Et parce que les cris stridents à l’annonce de l’arrivée imminent d’un stripteaseur, c’était vraiment trop.

11042250_10152623115842234_320450220_n
Voi-là.

J’ai donc déboulé chez les garçons en jeans-baskets-bonne-humeur-sans-acouphène pour finir la soirée. Qui fût fort joviale.

Et sachez le, mesdames, mesdemoiselles, un enterrement de vie de garçon, ça ressemble surtout à une bande de potes trop contents de se retrouver, de décapsuler des bières avec ses canines et… à se donner des fessées parce que tu comprends « ça laisse une belle trace, regarde, on est frère de marque de main » (j’ai cordialement décliné l’invitation, hein, faut pas déconner non plus).
Bref, rien à voir avec une quelconque débauche de fantasmes à assouvir AVANT le grand jour.

11005654_10152623119467234_434972318_n
Les mecs, ces êtres classes et délicats et aux jeux plein de sens….

Le lendemain est un jour qui ne compte pas, parce que j’avais la migraine. (oui, la migraine, oui, rien à voir avec la soirée de la veille, bien entendu).

Et puis il y a eu le mariage.

Nous avons tous été conviés à monter dans un bus à deux étage, musique à fond et ambiance « youhouhou » en dedans jusqu’au lieu de la cérémonie; où les demoiselles et garçons d’honneur ressemblaient à des gens sorties de Santa Barbara, au bord d’une falaise, cheveux au vent.

La mariée, à qui tu peux faire porter un sac en toile de jute et la trouver encore sexy était rageante de beauté, les gens étaient heureux d’être là, et j’ai un peu eu la larmichette pour mes amis en constatant qu’ils avaient réussi à rassembler une centaine de personnes, leurs meilleurs amis et leur famille, tout au bout du monde, pour être témoins de leur bonheur et le partager. Nous venions de tous les continents. Nous étions tous là pour eux. Je ne sais pas s’il existe beaucoup de gens qui sont capables de faire se déplacer autant de monde aussi loin, juste par amour.

Mais c’est leur cas. Et c’était juste beau.

NZ wedding
Santa Barbaraaaaa….

11040126_10152623091087234_1689752565_n

11051157_10152623090902234_1412111849_n
Le thème couleur, c’était jaune, donc.

11056737_10152623089907234_963702820_n
Rha.. lala, ces gens qui font ça bien…

Évidemment, pendant la soirée, nous avons eu le droit à un Haka en règle de la famille maori de la mariée…. Et donc, je tiens à dire que certains maoris ont l’air tout droit sortis d’un book photoshopé de chez Abercrombie.

11051015_10152623088627234_1073207517_n
(ouais, bah non, t’auras que nos têtes de maboules, les maoris-photoshopés, je me les garde)

Voilà.

Le lendemain du mariage s’est déroulé sur le bord d’une plage pour un pique-nique géant avec tout le monde, une partie de rugby improvisée où on a quand même un peu eu peur de perdre quelques français dans la bataille, une dernière petite soirée dans Auckland et un coucher avec les poules parce qu’on en pouvait quand plus de ce trop plein d’émotions.

NZ
J’ai testé pour toi, la pose « naturelle » sur branche.
Moins confortable tu meurs.
Les catalogues de maillots de bain NOUS MENTENT messieurs dames !

11026534_10152623091662234_1451500196_n
Passion prendre des enfants inconnus en photo.

Le lendemain signait le jour de départ vers de nouvelles aventures en Nouvelle Zélande, parce qu’on était quand même un peu là pour faire les touristes, AUSSI !

Mais on verra ça plus tard, pour le dernier chapitre.

11040236_10152623089597234_915460635_n

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

9 comments

  1. Ziska69 says:

    Merci pour ce récit rocambolesque et hilarant d’un mariage à Auckland. J’adore votre robe jaune style Santa Barbara (vous auriez pu vous appliquer) !
    Merci pour ce fou rire en vous lisant, c’est trop bon !
    Le voyage en valait la peine en tout cas.
    Bonne journée,

  2. crisprolls says:

    je trouve un peu cliché l’enterrement de vie de jeune fille….chez les filles. je comprends que tu aie fini avec les mecs. que de beaux souvenirs tout de meme!

  3. maman@home says:

    Non mais putain la marque de ouf qu’il a sur les fesses c’est terrible ils sont malades tes potes !!! J’aurais aussi préféré l’enterrement côté jeune homme c’est clair. En tout cas tu as beaucoup partagé ton espace avec le gente masculine en australie on dirait ;-)

Laisser un commentaire