La sécurité c’est Ski est important.

(NON, je t’interdis toute remarque à propos de ce titre)

(Et oui, on redevient un peu léger, je sais pas toi, mais moi j’en ai besoin)

Vois tu, j’ai un avis tout à fait mitigé à propos du ski, de la neige et tout ce qu’on peut faire dedans.

Jusqu’à aussi loin que je me souvienne, je ne crois pas avoir  jamais adoré le ski.
J’en faisais beaucoup, j’étais pas la pire, mais je me suis beaucoup gamelée.
Et j’ai lâché le tire-fesses au beau milieu de la montée et attendu que mon prof descende avec tous les élèves puis remonte pour voir qu’en fait, j’avais pas bougé depuis 1h et que j’avais une résistance au froid assez élevée.
J’ai pris un skieur de plein fouet, de face, sur une piste noire, il m’a attrapé dans ses bras et a descendu la fin de la piste avec moi, comme ça.
J’ai dévalé une piste de bosses sur le ventre sans pouvoir m’arrêter, en perdant mes skis.
Je suis absolument paniquée quand je monte dans des œufs, là, quand il faut bien viser pour mettre les skis à l’extérieur, dans l’encoche, et sauter dans la capsule (ils sont sérieux ceux qui ont inventé cette torture psychologique ?).
J’ai déjà passé deux heures entières à chercher un ski dans de la poudreuse et à l’en sortir.
Et un copain n’avait pas vu que je m’étais gaufrée derrière une grosse bosse, a fait un 180 en snow et est tombé sur moi, quart en avant, ce qui a valu de beaux trous sur ma veste, mon pull, mon TShirt… et mon avant-bras.
J’ai été, comme tout le monde un jour, celle qu’on attendait mais qui n’avait jamais le temps de souffler parce que le groupe repartait aussi sec dévaler un autre bout de piste.
J’ai la trouille de me prendre le mur de neige au bout des remontées mécaniques et je garde en mémoire ces histoires d’enfants qui tombent des télésièges, sous la barre de sécurité.

149278_10151329395867234_1914701223_nEt je déteste monter la luge à bout de bras, en sueur dans ma combi de ski…

Mais j’aime le froid associé à ce soleil, j’aime les cafés en terrasse, j’aime (bizarrement) l’odeur rance des chaussettes de ski, j’aime l’ambiance, j’aime les appartements trop petits qui nous obligent à vivre les uns sur les autres et qui promettent des souvenirs de soirées sympathiques. J’aime improviser des descentes de luge sur des sacs poubelles et l’ambiance chaleureuse des stations.

J’aime et j’aime pas à la fois, en fait.

Donc, au final, je continue à y aller. Je fais moins de ski, je me prends moins pour Fongio histoire d’éviter de me croûter en public (j’ai plus l’âge) et surtout, je tâche d’apprendre à mes enfants les « bases » de la bonne conduite en montagne, ça m’évite de flipper pour un rien (un jour j’oserai demander si c’est vrai que mon frère est resté suspendu par le blouson au télésiège…).

Et puis bon, faut que je grandisse un peu, hein. Parait que les remontée mécaniques sont un des transport en commun (bah oui) le plus sûr de France. D’ailleurs, sur 672 millions de passages sur la saison 2012-2013, pour 10 millions de passagers, il n’y a « que » 20 à 30 accidents graves (non mortels) dont 90% d’entre eux sont dûs au comportement inadéquat des passagers.
Afin de prévenir ce type d’accident, les Domaines Skiables de France (s’occupant de la majorité des remontées mécaniques en France, hors remontées privées ou à vocation urbaine) souhaitent sensibiliser les utilisateurs quant aux bons gestes à avoir sur les télésièges.
A l’usage de tous, les vidéos courtes sont assez bien faites et rigolotes. Genre, la Zumba… c’est NON.

SKIZZZ : Episode 3 – MD from Domaines Skiables de France on Vimeo.

Pour Promouvoir leur campagne de sensibilisation, les Domaines Skiables de France me permettent de vous faire gagner 3 lots de 4 forfaits pour pouvoir profiter des remontées mécaniques en famille cet hiver.
Les stations concernées sont : Maulin MontagneE Expansion (Les Sybelles), Dévoluy, Le tourmalet, Les Saisies, Les Angles, La Norma, Le Cambre d’Aze, Les Gets, Val d’Allos, Luchon Superbagnieres, La Clusez, Megeve, Saint Pierre de Chartreuse, Saint Lary, Mourtis, Le Devoluy et Valloire.

Si vous souhaitez gagner un de ces lots, je vous laisse poster ci dessous un commentaire avec une petite anecdote de ski.
Évidemment, étant donné le message, ce serait vraiment (mais alors VRAIMENT) très sympa de relayer cet article sur vos réseaux sociaux.

Je tirerai au sort les 3 familles gagnantes après le 22 janvier minuit.

ET HOP, apres tirage au sort parmi vos histoires de DINGUES (j’avoue j’ai beaucoup ri), les gagnants sont Pompette, BBRGoums et Nanou

J’envoie vos mails à la personne qui s’occupe de tout ca !

Et merci à tous !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

37 comments

  1. anneso says:

    Je joue avec plaisir d’autant qu’on part à la Clusaz pour les premiers pas au ski de Mathilde…
    Tu veux de l’anecdote pleine de poudreuse… J’ai en stock la délicieuse tartiflette au resto d’altitude qui a au final couté 100€ par tete au lieu de 10, suite aux doigts-moufles de la serveuse /// Sinon j ai l’apéro chargé toujours au bar d altitude qui nous a laissé sur place pendant 2h car j’etais incapable de rechausser sans m’écrouler de rire et m’écrouler tout court! /// Enfin la derniere c’est la fameuse gamelle sur LA piste boulevard avec fauchage en règle d’un groupe de l’école de ski sans gravité fort heureusement, mais un gros moment de solitude!

  2. Samantha says:

    Un jour on a imprimé les paroles de « Étoile des neiges », on les a distribué à la monté, on a soudoyé le pisteur pour qu’il arrête le télésiège et on a écouté les gens chanter. On était jeune, c’était chouette et on avait rien d’autre à faire ! :-p

    Sinon je veux bien un pass pour Megève ou Les gets pour y aller avec ma famille ! ;-)

  3. Estelle QuileutCuit says:

    J’ai 5 ans et je ne veux pas skier.
    Après maintes tentatives pour m’apprendre à skier, mes parents n’inscrivent au cours collectifs et je pleure tout ce que je peux.
    Un gamin me dit que si je continue le père Noël ne m’apportera pas de cadeaux.
    Je crie bien fort que le père Noël n’existe pas et j’insulte le gamin (oui mesdames et messieurs, j’ai alors 5 ans…)
    La moitié du cours est en larmes en me montrant du doigt parce que j’ai dit que le père Noël n’existe pas. La classe
    On me met sur un banc le temps de calmer tout le monde. Et on m’oublie.
    On est dans les année 80, la sécurité des enfants, c’est pas vraiment ça. Le jardin des neiges n’est pas fermé et comme j’en ai marre, je me lève, je chausse mes skis et je me tire discrètement, je connais le chemin pour rentrer chez moi…

    Ma mère partie se balader à pied revient vers le jardin des neiges et ne me vois pas, un moniteur lui dit que tout le cours est parti pour prendre le téléski, qu’on doit être à côté pas loin. Elle voit le cours et ma pomme un peu plus loin qui continue mon petit bonhomme de chemin, elle me rattrape et va demander des comptes au moniteur qui doit je pense encore s’en souvenir…
    Bizarrement, je ne suis plus jamais allé aux cours collectifs, j’ai eu droit à un moniteur rien que pour moi :-)

  4. Céline says:

    Ralala!! Je ne peux pas passer à côté d’une opportunité pareille! J’ai eu la chance d’apprendre à skier jeune car je partais avec mes parents et le CE de l’entreprise où ils travaillaient… Souvenirs mitigés de nuits passées dans le bus, notamment au retour où les odeurs des chaussettes mal séchées/sales(ils en profitaient jusqu’à la dernière minute les bougres!) se mêlaient à celle du lendemain de cuite, de fierté car moi, la nulle en sport, la gaudiche, j’avais mon flocon d’accroché sur ma combi verte et mauve (ah! la mode des années 80)… Après plusieurs années sans skier, nous y sommes retournés il y a 5 ou 6 ans, pour faire découvrir ce plaisir à mon cher et tendre. Cher et tendre, qui, très sûr de lui, mais quand même, a voulu apprendre. Nous (mes parents et oncle et tante car c’est une affaire de famille chez nous le ski!) l’avons convaincu de commencer par la toute petite piste, celle qui est tout en bas des pistes où il y a un tapis pour « monter »… Et tous les petits de 2 à 5 ou 6 ans. La montée se passe bien. Puis il s’élance sur la piste, en chasse neige, comme je lui avais montré. Et là, grosse panique: »Ça va trop vite!! Ça va trop vite! » criait-il… Alors qu’il se faisait doubler par un petit bout de … 2 ans!… Il a quand même réessayé une fois ou deux, mais n’a jamais pu aller jusqu’au tire fesses! Je ne vous cache pas qu’il se fait régulièrement chambrer depuis! Bref, depuis, j’ai 2 enfants qui ne connaissent même pas la neige à qui j’aimerai bien la faire découvrir, car je suis sûre que papa sera ravi de leur faire faire de la luge pendant que je dévalerai les pentes! Et merci pour ce concours!

  5. steff43 says:

    quand j’ai voulu semer mon mari en prenant un raccourci qui, je pensais, menait à la piste verte en bas que je voyais,
    que je suis partie comme une dingue tout schuss,
    que j’ai planté mes skis bien parallèle devant un rocher,
    que j’ai fait un salto arrière en me pliant du mauvais côté,
    que j’ai tapé les bottes de ski sur le roher
    que je me suis retrouvé sur la neige sans bouger,
    10 minutes de ski et 3 vertèbres de tassées = transport par de beaux secouristes en coquille … qu’on avait regardé Astérix la veille
    que mon mari m’a dit « t’as fait comme le romain quand il est valsé en l’air et que les sandales restent au sol » (rapport au ski bien planté)
    voilà la belle anecdote qui nous fait marrer aujourd’hui c’était à la Clusaz
    :)

  6. Pompette says:

    J’ai 8 ans, je suis en classe de neige et une vraie godiche en ski. J’ai fini cette semaine difficile la tête dans un sapin… 30 ans plus tard je me demande encore ce qu’il faisait sur ma route celui-là ! Les moniteurs ont eu pitié, j’ai eu ma première étoile « au mérite »… Depuis je ski toujours au niveau « flocon/étoile moins » , mais j’adore ça :-)

  7. Odile says:

    Coucou, bonne idée cet article.
    Alors pour te faire flipper un peu plus je te donne deux anecdotes :
    Le première (la moins drôle) s’est passée quand j’avais 7 ans. Comme nous étions plutôt bonnes skieuses mes soeurs et moi, nous skiions seules pendant que mes parents étaient au bar en train de siroter un truc au soleil. J’ai pris un tire-fesses pour débutants (ceux avec un point d’interrogation terminé par une assiette en plastique relié au cable par un élastique). Arrivée en haut j’ai un doute, je ne sais plus de quel côté je dois aller, un moment d’hésitation, …, jusqu’à ce que le monsieur derrière moi lache son tire-luc trop tôt et que ce dernière m’arrive en plein tronche. Résultat : 20 points de suture au front et une jolie cicatrice qui se rappelle à moi au moindre coup de soleil. (Pour info : le type qui avait blessé une petite fille de 7 ans, tombée évanouie sous le choc, est …. parti)
    Le deuxième plus rigolote est que comme je ne suis pas très lourde (sauf en humour), quand je prend le tire-fesse (surtout ceux avec les longues barres en métal) et qu’il n’y a pas trop de neige, le truc a tendance à me faire décoller et pivoter, ce qui a pour résultat, une magnifique gamelle garantie.

    Sinon j’adore les sports d’hiver hein, on vivait même en station pendant un temps. Je participe donc.

  8. Stéphanie says:

    Au domaine des 3 Vallées, Nous sommes partis à Meribel, à partir de la 2ème étoile les enfants sont équipés d’un dossard avec aimant géant qui les collent au siège du télésiège côté droit, quel soulagement pour les parents. Les flocons et 1ère étoile ne prennent pas les télésièges mais uniquement les télé-cabines…j’adore

  9. Stéphanie says:

    L’année dernière nous sommes partis au ski avec nos supers amis (Bertrand et Floriane que tu connais) nous sommes allées faire les courses entre filles et au retour nous avons emprunté un bout de piste plat pour rentrer à l’appartement et là je dis à Floriane : La vue est belle, dommage je n’ai pas mon appareil photo ! Et là je me suis gamellée comme jamais avec mes Moon Boots (chaussures pour la lune pas pour la neige !) et les courses dans mon dos ont été accidentées…pot de crème fraîche explosé, Danette chocolat explosées, grand fou rire, « petite goutte de pipi » hum…bref Floriane m’aide à me relever et là de nouveau crise de rire, elle avait de la Danette chocolat plein les gants qu’elle étalait sur son visage. Me voilà relevée et direction l’appart…petite descente pour accéder à l’immeuble….nouvelle grosse chute avec glissade qui ne s’arrêtait plus et perte du poireau qui était dans mon sac à dos pour faire notre soupe…nouvelle crise de rire. J’avais mal partout mais on a bien rigolé

  10. Adeline says:

    hello ! Bon je tente ma chance, d’autant plus qu on va passer une semaine en famille à la cluzat manigod en février !

    Anecdote de ski : je rechausse les skis alors que je n.y étais pas montée depuis que j’étais enfant. 1er télésiège, je commence à transpirer et à flipper comme à chaque fois en me faisant le scénario catastrophe de la montée sur le télésiège en retard ou avec le bâton qui se coince etc, j’arrive au niveau de l.embarquement et là un moniteur de ski insère 1 enfant à côté de moi comme il se fait souvent, on avance, on s’assied, j’essaie tant bien que mal d’aider le petit qui ne se met pas assez au fond du siège , il glisse je le rattrape tant bien que mal et en2secondes il se retrouve pendu, je le tiens par la capuche… Heureusement que les équipes ont vite réagi et arrête le télésiège et que le monsieur à côté de moi m’a aidé à le remonter…. Je vous dit pas l.angoisse de l.arrivee qui heureusement ne s’est pas trop mal passée…

  11. petits canaillous says:

    Hello, bon en fait je joue pas puisque je vais certainement partir aux ‘brasses’ une station pas connue, et qui n’est pas dans ta liste !
    Je viens juste squatter mon anecdote et faire la conversation ;)
    Donc, on part régulièrement près des brasses, station paumée en haute-savoie à 1000 m d’altitude !!! Etant donné que mes canaillous ne supportent pas les chaussures et ne font pas de cours de ski avec moniteur, c’est nous qui nous en chargeons, après les avoir tiré pendant 15 minutes et à suer dans la combi, nous parents avons besoin d’un bon remontant !!!
    Bref, pas trop de ski mais de la luge !!!
    Donc ma louloute 4 ans qui n’aime pas trop ça et n’aime pas la vitesse, nous avions trouvée une piste de luge parfaite bien bien pentue mais avec un peu de poudreuse pour la ralentir un peu. On sort la camera pour filmer sa gamelle… ma fille a la bonne idée à chaque fois de glisser sur les fesses sans luge et dès que ça va trop vite elle s’allonge… sauf que voilà, au lieu de ralentir elle va encore plus vite et dévale la pente à toute allure et nous parents indigne que nous sommes nous la filmons et nous rigolons de la voir dévaler aussi vite !!! A l’arrivée elle nous regarde la tête pleine de neige et nous crie, ça va j’ai rien ;)
    plus de peur que de mal et faire quand même attention aux glissades sans luges parce qu’il y a souvent des cailloux !!! Vive la montagne !!

  12. Nadja says:

    Coucou. Belle initiative et merci pour le concours.
    Anecdote : ma cousine a eu un accident de ski et cequii lui a permis de rencontrer (brutalement) l’homme de sa I vie

  13. coralie de cetaitcommentavant says:

    Ah mais oui je joue, en fan de ski que je suis (enfin ca c’était avant)
    Et puisque nous partons dans le dévoluy en mars, je ne dirai pas non à quelques forfaits !!

    Ah et puis j’en ai une bonne d’anecdote :
    Chéri en surf, pas très rassuré, assez novice.
    Moi en ski, a fond les ballons, sûre de moi et pas novice.
    Nous deux sur un télésiège
    Nos pieds qui s’emmêlent pendant la montée sur le « marche pied »
    La bride de la fix de cheri qui se coince dans une de mes fixations
    Des tentatives bien vaines de nous démêler
    Un peu d’anxieté à l’approche de l’arrivée du télésiège
    Une glissade (debout!) à deux à la sortie et une petite fierté d’être resté debout et unis dans la détresse :)

    J’aurai pu parler de notre semaine au ski l’an dernier, où les deux filles avaient décidé que c’était la meilleure semaine pour faire 40 de fièvre pendant 4 jours, et que nous avons adoré regarder le paysage par la fênetre de notre location, j’aurai pu…mais j’ai encore un peu d’amertume !

    Sinon…je croise !!
    Merci
    Bises

  14. Marion G says:

    Je revois encore la tête de mon petit frère de 6 ans dépasser en contrebas du départ du télésiège quand au lieu de s’assoir, il s’est fait pousser vers un trou. On en rit encore !
    Et vive Valloire !!!

  15. Clairon says:

    super ce concours (bon ce n’est pour l’instant pas une super année pour aller au ski, mais on va croiser les doigts !) J’habite en Haute Savoie depuis 2006, ce qui m’a permis de faire du ski de descente !
    Ma 1ère expérience, j’avais 20 ans, j’étais animatrice en centre aéré, j’avais fait l’été avec 1 CE du Jura et il cherchait quelqu’un pour 1 semaine en février pour 1 colo ski avec des gamins de 6 à 12 ans ! J’avais déjà fait du ski de fond (1 fois par an durant toute ma scolarité), j’avais l’équilibre ! Je me retrouve donc le 1er jour avec 1 groupe de 6 gamins débutant de 6 à 8ans et un moniteur en retraite. J’apprends comme les gamins à monter en escalier ou en canard, à glisser et à faire le chasse neige. Puis viens le moment de monter sur le télésiège, je suis au milieu avec à ma droite une petite de 6 ans et à ma gauche un ptiot de 8 ans. Arrivés en haut, le ptiot est descendu, mais je suis restée dessus avec la petite et nous nous sommes pris une gamelle, après avoir bloqué tout le monde. La galère pour me relever ! Ensuite on part tous les 8 pour faire une première descente et une autre petite de 6 ans, passe plus de temps par terre que debout. Elle a peur et se laisse tomber tout le temps. Le moniteur a fini par se barrer et me laisser seule avec la petite. J’ai fini par la mettre entre mes jambes et descendre en priant de ne pas me gameller. Je me suis retrouvée sur une jambe … mais je ne suis pas tombée et arrivée en bas, le moniteur était reparti avec le groupe. Il m’a laissé 1h seule avec une gamine. Depuis je me suis améliorée, mais je me suis pise des milliers de gamelle pour arriver à mon niveau. Mon petit poussin aura 3 ans dans 1 mois, nous le mettrons peut-être sur des skis pour la 1ère fois. Merci pour ce concours, on croise les doigts !

  16. sophie says:

    Toutes vos anecdotes m’ont fait bien rire, alors je viens partager les miennes…

    Vous avez déjà essayé de lécher un glaçon qui sort du congélateur ? Oui, le glaçon colle à la langue…
    Eh bien quand on a 7 ans et qu’un copain assis à côté sur le télésiège vous dit « même pas cap’ de lécher la barre du télésiège » et qu’il fait -10°C, ça donne pareil !

    Oh et puis quand vous avez 14 ans, que vous avez une envie pressante, que le seul endroit pour vous soulager est un sapin en bord de piste et que vous êtes une fille, ne gardez JAMAIS vos skis aux pieds. Culotte baissée, accroupie et bien concentrée, mes skis se sont mis à glisser et j’ai dévalé la piste les fesses à l’air, trainant dans la neige… Je ne vous raconte pas le moment de solitude quand il a fallu venir me ramasser (et me rhabiller), ni l’examen médical de mes pauvres fesses coupées et brûlées par le froid, et encore moins les soins qui ont suivi pendant 15 jours…

    Sinon, le ski c’est top ! ;-)

  17. Aloès says:

    Si je te dis que mon seul véritable bobo, ma seule vraie cicatrice de ma vie toute entière c’était un accident de ski ?! A 7 ans, la piste du téléski verglacé, j’ai lâché. Derrière moi, ma mère, un peu gauche en ski, tente de me récupérer… et plante son ski dans ma tête. Si si. Bon, rien de très grave, juste une descente en traineau, une grosse frayeur pour mes vieux et quelque points de suture et la fin de semaine à la garderie (j’étais trop dégoutée de ne pas pouvoir skier !). Mais dès l’année suivante, j’étais une des rares enfants (à l’époque) à porter un casque, rouge le casque ! Même que les autres il croyaient que je faisais de la compétition, puisque j’avais un casque.
    Tu imagines bien que mes enfants, déjà férus de ski, ont interdiction formelle de quitter leur casque !

    Merci pour ce chouette concours et des bisous !

  18. Mélanie says:

    Coucou

    J’ai bien rigolé avec tes anecdotes, surtout celle où tu te demandes si ton frère est resté une fois accroché au télésiège avec son blouson…Je me suis revue 15 ans en arrière avec des potes où je faisais le clown et où j’ai commencé à redescendre accrochée au télésiege avec mon blouson!!! Mais ça ne ma pas plus traumatisé que ça! Merci pour ce concours, c’est avec plaisir que j’utiliserai les forfaits en respectant bien les consignes de sécurite cette fois ci! (j ai 15 ans de plus!!!)

  19. Isabulle69 says:

    Alors je n’avais jamais mis les pieds sur un ski, un surf ou tout autre engin de glisse quand l’année de mes 24 ans, on m’offre à Nowel une semaine à la montagne, forfait compris.
    Je suis trouillarde, j’ai peur de la vitesse, de la glisse, j’aime pas le froid, le cadeau royal en somme.
    Je chausse donc les skis et m’en vais pour prendre le télésiège… avec la personne qui devait vouloir ma fin en m’offrant ce cadeau empoisonné.
    Je m’avance donc d’un pas (enfin d’une glissade devrais-je dire) peu sure devant le télésiège pour tenter d’y déposer délicatement mon postérieur engoncé dans une magnifique combinaison de ski rouge pompier achetée pour l’occasion (en espérant qu’on me verrait de loin, de très loin pour m’éviter…).
    La personne derrière moi ne trouve pas le moyen de s’enquiller son ski dans mon ski droit et me voilà embarquée sur mon télésiège, un ski en moins et paniquant tout le long de la montée en me demandant comment j’allais gérer l’arrivée sur un pied ou un ski en fait.
    Et bien il faut savoir que c’était finalement le moindre de mes soucis !!! Car, arrivée en haut des pistes, évidemment, le décapsuleur de ski m’avait récupéré mon ski que j’ai pu tant bien que mal rechausser.
    Me voilà donc partie pour attaquer gaillardement une petite piste bleu ou verte, voir même débutants, faut pas trop s’emballer non plus. Sauf que voilà… devant moi seulement 2 pistes : Une Rouge et Une Noire ! Sans autre moyen pour s’échapper d’ici que de prendre l’une ou l’autre. Et mon assassin de Nowel de me dire : t’inquiète le rouge, c’est psychologique !!!

    Bon ben il faut savoir que j’ai descendu la piste (instant de fierté inside me… ou pas) couchée sur le dos, hurlant et pleurant que je faisais un arrêt cardiaque, qu’il me fallait l’hélicoptère pour me sortir d’ici !!!
    La descente a pris 2h30, et je vous passe les regardes ahuris des skieurs chevronnés qui me croisaient sur leur route.
    Bref depuis cette unique expérience, je n’ai jamais retenté la montagne en hiver…
    Mais je ne m’avoue pas vaincue et c’est pour ça que je participe volontiers à ce concours.
    Merci à vous ! et très contente d’être revenue ici, vraiment :)

  20. Pariou says:

    ahah, trop drôle !! Super idée, les vidéos, je vais les montrer à mes enfants. Bravo, belle comm ! T’es vraiment super, continue comme ça !!!

    Bon, alors, je veux bien jouer, pour St- Pierre-de Chartreuse !

    Pour l’histoire, pas besoin de chercher loin. Je ne sais pas si ton frère s’est retrouvé suspendu par son blouson au télésiège, mais moi, c’est par le gant. Eh oui, ces petits élastiques bien pratiques qui permettent de ne pas perdre les gants, eh bien c’est ça qui m’a retenue… Mon gant était resté coincé je sais pas pourquoi dans le télésiège, et moi je n’ai pas pu me dégager du gant à cause de ces élastiques bien solides.et je me suis retrouvée suspendue au-dessus du vide (une belle falaise…), parce que le préposé fumait sa clope et qu’il ne regardait pas à ce moment-là. Bon faut dire que j’étais adulte, donc il pouvait aussi s’imaginer que je savais descendre du télésiège… Moi aussi, je le pensais, d’ailleurs :)

  21. ChaRivarri says:

    Les vacances à la neige… c’est je t’aime moi non plus ! M’enfin, depuis que je me mets moins la pression, en mode pas besoin de faire ouverture / fermeture des pistes, ni de skier quand il fait un temps de m****, ca va beaucoup mieux !

    Il y a quelques années, premier jour de ski, première piste (voire même premières minutes sur des skis), paf, je me fais renverser par un surfeur. Rouler bouler, le surfeur me rapporte mon ski. Je suis un peu sonnée mais tout va bien. Enfin… c’est ce que je crois, le surfeur me dit que je saigne de la tète… je tâte un peu, et je vois ma moufle toute tachée de sang. Direction le médecin de la station qui me fait quelques points de suture. Et ma cicatrice me titille encore parfois (alors que cette histoire est arrivée il y a bien 10 ans), histoire de ne pas me faire oublier cette histoire, et de mettre un casque.

    Merci pour ce concours et je crois les doigts très fort (je pars aux Saisies en Mars héhé)

  22. Petitenat says:

    La dernière fois que je suis partie quelques jours au ski , une invitée surprise s’était glissée dans les bagages … la grippe !!!! Elle a fait son apparition environ 1h après mon arrivée ! La grande loose !!

    Merci pour ce concours

  23. Miloufly says:

    Ah bah moi aussi il m’arrive à peu près TOUT à la montagne, mais j’aime ça, alors je recommence chaque année (enfin, presque) !
    Le pire (ou le mieux) qu’il me soit arrivé, c’était à 5-6 ans : au retour à la station, mes parents me criaient « ralentis, RALENTIIIIIIIS..! » , mais moi bien sûr je filait tout schuss sans rien voir ni entendre. Quand j’ai vu que j’arrivais vraiment trop vite, j’ai tenté de freiner mais sans aucune maîtrise, et je me suis donc empalée… dans les filet de protection qui séparait la piste de la route. Je te laisse visionner l’image : l’avant des skis de l’autre coté du filet, sur la route, mon corps enfoncé dans le filet rouge, et le maillage du fameux filet imprimé dans le moindre recoin de mon visage..!!! Ben ça fait mal ;-)
    Alors voilà, forte de cette révélation, je tente ma chance pour retrouver les sommets (et les filets).

  24. Virginie says:

    Bonjour,

    Je joue mais je n’ai pas (encore) d’anecdote… Etant donné que je n’ai jamais été au ski…
    Du coup si je gagnais ben ce serait l’occasion de m’en faire de belles !

  25. Marion says:

    Ma plus marquante… anecdote, au Ski, en Autriche à Schruns, ou j’ai juste zappé de descendre du télésiège à l’arrivé… J’ai du sauté dans le gros tas de poudreuse qu’il y après et je me suis péter les ligaments croisés…

    10 ans plus tôt, toujours en Autriche, en cours de ski, 2 enfant de 6 ans dans un télésiège 2 places, le pisteur qui est sensé baisser le garde-corps au départ du télésiège ne l’a pas lancé « assez loin » on s’est retrouvé avec les ski dans le vide, sans la barre pour se tenir et les bras trop court pour l’attraper, moi et une petite allemande, à attendre désespérément l’arrivée………… le télésiège le plus long de ma vie………….

  26. BBR GOUM'S says:

    moi ca sera 2 anecdotes pour le prix d’une et au passage l’un des tournants de modeste petite vie.
    Planton le décor : année 1993, en 5ème, classe de ski et en compagnie de cranemou en personne.
    étant redoublant, je n’avais pas ou peu d’amis, aussi difficile pour moi de m’insérer parmi des élèves se connaissant depuis des années que pour un jaune se mélangeant au rouge lors de la réunification de koh lanta, bref…
    je vous passe au moment du choix de la chambre, que je tombe avec les exclus, les marginaux dans la chambre toute pourrie du chalet.
    je ne pouvais pas compter non plus sur mon look as been même à l’époque des année 90, tout vêtu de bleu électrique en nylon et bonnet phrygien en guise de cache oreilles. au top de la classe.
    Et le ski dans tout ça, j’y viens, j’y viens… après avoir été rétrogradé du groupe des fort vers les moyens, oui j’avais surestimer mes capacités en ski lol
    mais même là je n’étais pas au niveau, oui je vous entend dire et l’anecdote dans tout ça, j’arrive j’arrive… lors d’une descente, pris pas mon élan, enivré par la vitesse d’un piste bleu, je voyais le drame arrivé, un immense canon a neige au centre de la piste, recouvert d’un matelas orange fluo. ma tête voulait aller à droite et mes jambes à gauche, résultats juste ma tête qui tape le canon, mon corps partant en 360 et m’écroulant sonné quelques mètres plus bas. et personne avec qui partagé ce moment, personne ? bah non, Matthieu, qui était dans mon groupe a vu toute la scène et il arriva mort de rire pour me relever. la glace entre nous était rompu, le dialogue amorcé.
    je ne peux pas vous parler de la classe de neige sans le concours lors du rituel de la boom de fin, concours de défilé de sac poubelle, hein Natacha tu vois bien ? des magnifiques sac poubelle bleu, tient comme mon manteau de ski, n’y voyais aucun rapport.., lors de cette soirée j’ai pu savourer mon nouveau « pseudo » statut de mec marrant sur des ski et ami des canon à neige.
    mais l’histoire ne s’arrête pas là, le dernier jour, quartier libre avec nos techniques de ski fraichement assimilées. Avec mon nouvel ami Matthieu, on décide de se faire une rouge, car on est des dingues. sauf que, on était pas les seul à avoir cet idée, un joyeux groupe de skieur en cours collectif, 12 pers pour être précis, pourquoi car je me lance sur la piste et arrivant a leur hauteur, et ne sachant pas m’arrêter, je me suis couché, enfin laisser tomber comme une crotte, meme avec ça j’ai mal visé, et je me suis pris les 24 spatules des skieurs dans le dos… oui dans le dos, le prof de l’esf planta alors le bâton juste sur mon flanc pour arrêter ma chute infernale. bon j’ai pas eu le verre de vin chaud après le planté du bâton mais des beaux bleu. Oui tout cela sous les yeux à nouveau de Matthieu, il n’en fallait pas plus pour sceller des souvenirs à jamais et un début d’amitié.
    alors pourquoi le tournant de ma vie ?
    Car grace à mon niveau de ski, je me suis fait un ami, et Matthieu, bah c’est mon frère maintenant, 20 ans plus tard, on continu de se voir tous les samedis, de partir ensemble en vacances, je suis son témoin de mariage, et lui du mien. il ne se passe pas une semaine sans se voir ni prendre des nouvelles. la cerise sur le gâteau… Matthieu et moi étions à la crèche ensemble. preuve en photo à l’appui et témoignages de nos parents. Alors qui peut prétendre avec (re)trouvé un ami, que dis-je mon meilleur ami, mon frère.
    35 ans d’amitié.

    • Stéphmax91 says:

      Bah voilà…je pleurs et je suis au boulot !
      C’est juste magnifique !
      Et grâce à toi j’ai trouvé l’amour de ma vie, le 11 mai 1994 : MATTHIEU et un super ami sur qui je peux compter et ma meilleure amie et 3 neveux et nièces !!!
      QUE DU BONHEUR !!!

  27. cat ouska says:

    L’an passé je pars avec ma petite famille pour une journée de ski
    Forfaits achetés au CE .. c’est parti
    Arrivé là-bas: j’avais oublié les forfait, les gants de la grande
    On loue le matos on s’éclate pendant 3 heures
    ensuite on rend le matos car on vois que du blizard arrive ..
    J’oublie ma pièce d’identité chez le loueur et on reste bloqué aux oeufs pendant une heure :-(
    avec bien entendu micro puce qui a envie d’aller au toilette (pas pipi hein ..)
    On est arrivés chez nous à 23h lessivés ….
    J’ai récupéré ma carte d’identité 10 jours plus tard grâce à un ami

  28. Marion says:

    Génial ce cadeau Natacha!
    Je pars justement avec mon numéro 1 pour tenter de lui faire partager ma passion. Faut y aller molo car on peut vite les dégoûter du ski nos petits loups!
    J y ai laissé un genou en février 2011.
    Après divers examens et 2 jours d hôpital j apprends médusée que je suis enceinte de mon 2ème garcon…

    Et… Comme disait (oui oui, il disAIT…) mon conjoint « tu skies comme tu vis, tu ne fais attention a rien… »
    Des bisous!

  29. Adélie says:

    Je veux aller au ski avant de partir 6 mois au TOGO !!! lol

    Je me souviens d’un séjour au ski en famille avec mes cousines et je me vantais de mes talents de skieuse hors-pair ! Première journée de ski avec ma tante et ma cousine je leur propose de faire du hors piste me voilà partie en tant que guide de haute montagne dans les chemins enneigés et bien poudreux… Des piquets délimitaient les chemins en voulant faire un slalom je commence à en casser un en 2 et puis prise de fou rire avec ma cousine je continue dans un chemin sauf qu’au bout de celui-ci un énorme sapin avec au moins 2m de neige… Je me suis enfoncée en dessous ma cousine m’a suivi pendant que ma tante nous cherchait… Mes skis se sont détachés sous la neige donc j’ai dû plonger pour les récupérer et puis une fois remise sur skis je me suis dit il faut que je fasse attention et je prends un autre petits chemin dans la forêt et là je n’avais pas vu un arbre que j’ai pris en pleine face avec une branche cassée sur le devant… Résultats : perte de connaissance une grosse bosse ensanglanté mais des fou-rires et des anecdotess à raconter. & ça me manque tellement cette ambiance que je rêverais d’y retourner avant les 50 degrés qui m’attendent dans 80 jours ! MERCIS :*

  30. Nanou says:

    J’avoue j’ai ri quand j’ai lu que vous aviez peur de vous prendre le mur de neige au bout des tire-fesses ! Ça a bien failli m’arriver ! La rondelle du tire fesses s’est coincé dans mon blouson au moment ou j’ai lâché la perche et mes skis on décollé du sol ! J’ai réussi à me décrocher in extremis après une grosse frayeur et surtout une grosse honte, car j’étais en voyage de ski avec ma classe de BTS !
    Un grand merci pour ce top concours, je croise les doigts ! Et je partage

  31. maudmaud says:

    Bonjour,
    Je souhaite participer!
    Mon anecdote: un grand classique: il y a bien longtemps une chute en tire-fesses o* j’étais bien emmêlée au milieu de la trace et le gars derrière moi qui n’a pas su m’éviter et qui me rentre dedans et tombe aussi!
    Mais ça c’est bien fini!
    Merci et bonne soirée!!

  32. nanou says:

    Cranemou, je vous kiffe !
    Je viens de prendre connaissance du mail reçu cet après-midi et je me retiens de reveiller les enfants pour leur annoncer !
    Ils veulent VRAIMENT aller au ski cette année, mais notre budget est plutôt serré en ce moment,alors là c’est un joli coup de pouce !

    Merci !
    Et merci également aux Domaines Skiables de France !

Laisser un commentaire