Le quiz 30 Millions d’Amis

J’ai eu un chien.

Un magnifique cocker que j’emmenais partout avec moi et qui était « le fidèle compagnon » de ma jeunesse.

A chaque fois que j’y repense, une énorme boule me sert la gorge et je peine à en parler oralement sans me laisser envahir par une peine immense. Ce chien, je ne l’ai pas perdu. J’ai dû le quitter.

M’en séparer définitivement pour qu’il vive une vie meilleure avec d’autres maitres que moi.

J’étais jeune et je me suis retrouvée dans une situation précaire, les galères s’accumulaient et il a fallu faire un choix. Un choix juste pour mon chien mais qui m’a brisé le coeur… et certainement à lui aussi. J’ose espérer que jusqu’à ce jour là, il m’a aimé un peu.

A l’époque, internet n’était pas aussi fourni, ni aussi rapide, je n’avais que peu de renseignements sur ce que je pouvais faire pour m’en sortir et garder mon animal. Alors je l’ai abandonné à une famille qui lui offrirait une vie un peu plus digne que celle que je commencais à mener.

Le temps a passé et je me suis jurée que plus jamais je n’aurai d’animal de compagnie. Trop de culpabilité me ronge pour ne pas penser à tout ce temps que nous aurions dû passer ensemble.

Aux enfants qui me réclament un chien, un chat ou un poisson, je réponds que je n’aime pas ça, que je suis allergique (ce qui reste vrai pour les chats, tout de même), que c’est trop compliqué.

Et puis qu’en ferait-on pendant les vacances ?

Aujourd’hui, les maitres peuvent s’informer à tous moments lorsqu’ils rencontrent un soucis avec leur animal. C’est ça aussi internet et les réseaux sociaux. On pose sa question et on trouve une réponse…

Comme chaque année, la fondation 30 Millions d’Amis a conçu un petit outil sympa pour organiser vos vacances avec votre chien/chat/Hippocampe ou peu importe votre animal de compagnie: Le Dico des Vacances Pas Bêtes 2013. Il contient tous les conseils pour partir tranquille ainsi qu’un questionnaire ludique.

La fondation 30 Millions d’amis veille à informer les proprietaires d’animaux et à mener des actions pour leur protection. Une aide qui m’aurait été certainement précieuse à une époque donc…

N’hésitez pas à y faire un tour pour mieux connaitre la fondation. Ils ont également une application Facebook pour faire le quiz des vacances et gagner des TShirts de la fondation.

Vous en êtes où chez vous avec les animaux ?

Article sponsorisé

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

10 comments

  1. nath says:

    J’ai eu un magnifique cocker également, le plus beau, le plus adorable et le plus humain tellement il était proche de nous…J’ai du le quitter également mais pas pour les mêmes raisons…Alors qu’il etait encore jeune, il est tombé malade, du jour au lendemain presque, gravement. Si rapidement, que j’ai eu du mal à imaginer que c’était la fin, si bien que j’ai cru en sa rémission; j’ai tout fait pour, mais son état s’est dégradé au point qu’il en a souffert, et que je lorsque j’ai compris, il était trop tard, il a souffert. J’ai dû provoquer son départ, avec toujours aujourd’hui, 5 ans après toujours cette même boule qui me noue la gorge… Je ne m’en suis toujours pas remise. Sincerement. Je recraquerai bien pour un cocker, cela ferait le plus grand bien à mon fils, mais la situation ne le permet pas. En effet, c’est une lourde charge de responsabilité, financièrement, mais aussi humainement : les vacances, la journée, les sorties… Un animal faut pouvoir le rendre heureux et l’assumer pleinement… Voilà c’était la minute pas très happy, désolée… mais ton texte et 30 millions d’amis disent tout! merci!

  2. nath says:

    ouah.. si j’ai plombé l’ambiance, je donne mon accord pour le retrait du commentaire, que j’ai écris sous le coup de l’émotion…

  3. clairettededie69 says:

    J’ai eu deux animaux dans ma vie, une petite chienne quand j’étais gosse chez mes parents, et un autre chien, un caniche (oui, j’ai été une « mémère à chien-chien » moi Mâdâme !) que j’ai assumé d’abord avec mon copain de l’époque (4 ans), puis seule (10 ans).
    chacun d’eux a été un véritable compagnon de vie, de chaque instant, un compagnon de jeux, un confident, une peluche, un miroir de mes émotions, un éponge pour mes grandes joies et mes gros chagrins.

    La chienne et moi avons grandi ensemble, elle était petite, alors j’ai joué à la poupée avec elle, elle se laissait faire ! on l’a toujours emmenée partout, absolument partout : on faisait beaucoup de randos en montagne à l’époque, on l’emmenait avec nous en refuge, elle a même fait la descente de l’Ardèche en kayak ! Mais pour cela, on avait choisi (enfin, presque choisi car c’était un cadeau) un chien de petit gabarit = adapté à notre appartement et à notre mode de vie. On n’a jamais eu besoin de la laisser ou de la placer pour partir en vacances, jamais.
    Quand elle est partie, le vide qu’elle a laissé m’a semblé incommensurable.

    Pour le caniche que j’ai eu ensuite, ça a été presque pareil; il m’a été plus difficile de l’assumer quand je me suis retrouvée seule avec lui. Mais là encore, son petit gabarit m’a permis de l’emmener au maximum partout où je le pouvais; sinon, j’avais la chance de pouvoir le laisser le plus souvent à mes parents (qu’ils en soient pleinement remerciés d’ailleurs). Il supportait que je ne puisse pas rentrer tous les jours pour le sortir, que e sorte le soir/la nuit et que je le laisse… Il a même supporté l’arrivée de mon bébé !
    Mais après lui, j’ai dit « stop »; malgré que mon fils (qui s’en rappelle) réclame des fois un animal, notre mode de vie a changé, ce ne serait plus compatible : reprendre un animal aujourd’hui serait égoïste, il ne serait là que pour notre bon plaisir, mais nous, nous ne pourrions plus nous consacrer à lui et il en serait forcément malheureux.

    Mais je m’égare… Tout ça pour dire qu’on ne devrait pas permettre à n’importe qui de pouvoir prendre n’importe quel animal; un animal, c’est un peu comme un membre de la famille, surtout quand il s’agit d’un chien ou d’un chat (moins évident si c’est un iguane !) : l’environnement compte, les moyens financiers pour s’en occuper (les soins, la nourriture…), les personnes pour en prendre soin, le sortir, jouer avec…
    Je n’ai jais compris qu’il n’y ait pas de système de « permis » à délivrer pour avoir un animal; on délivre bien des permis de chasse ou de pêche…

    Désolée, c’était un peu long… mais des fois, ces deux-là, ils me manquent…

  4. Lisbei says:

    Chez nous, c’est l’Arche de Noé … chiens, chats, poules et même cochons d’Inde … heureusement qu’on a des voisins sympas pour garder la ménagerie … et puis, on ne part pas tellement non plus … mais j’avoue que chaque année, savoir que les gens abandonnent leurs animaux pour partir en vacances, ça me rend malade et un peu enragée …
    Bises !

  5. Nounou says:

    Pas d’animaux pour moi. Je suis la pro pour tuer les poissons rouges alors hors de question de prendre plus gros. Imaginez, je peux même tuer des cactus… Je ne sais pas comment mon fils a fait pour survivre jusqu’à présent….

Laisser un commentaire