Maman, j’veux aller au ski moi aussi.

Soyons bien clair, le ski j’ai toujours plus ou moins détesté ça.

Quand t’es gosse, on te fout dans des groupes avec des enfants que tu ne connais pas et que tu ne connaitras jamais, parce qu’on a tous la même combinaison rouge moche ou bleue moche peu importe, avec un bonnet à pompon ridicule, un masque un peu trop grand rempli de buée et une écharpe qui gratte mais qu’il faut pas enlever sinon tu vas avoir la grippe c’est ta mère qui l’a dit.

Tu attends des plombes pour prendre un tire fesses qui te fait tomber systématiquement au bout de 10 pauvres petits mètres. Le cul gelé, tu dois redescendre et refaire la queue pendant que ton moniteur imite Heidi (pas Klum, l’autre, avec les tresses) en haut de la montagne en ayant pris soin de ne pas recompter le groupe et en t’oubliant. Tant bien que mal, tu ne lâche pas la perche et arrive en haut de la piste avec de la neige plein les poches, les gants, un ski sous le bras rapport que t’as déchaussé en cours de route. Le monsieur criait de lâcher la perche pendant qu’elle te trainait comme un lama mort mais tu es persévérant, il parait que c’est une qualité, t’avais vu ça dans Bumbo la petite automobile.

Une fois que tu arrives en haut, donc, le mono t’engueule un peu pour la forme. Tu pleures même pas, tes larmes sont gelées dans tes yeux façon bûche de chez Picard.

Il t’explique ce que c’est que l’amont et l’aval, mais toi tu t’en fous, tu te rends compte que ton savane aux pépites de chocolat est eu milieu de la montée du tire fesses et se fait écraser par tous les skieurs qui pestent que quand même, ces gosses, ils respectent pas la nature, sans même penser que c’est la neige qui a pu te labourer les poches comme un racketteur à la sortie de l’école.

Et puis ce nez qui coule et qui est trop froid, ces cheveux collés par la sueur, ces skis qu’il faut porter et qu’il ne faut pas croiser, ces chaussures trop lourdes…

J’aime pas trop le ski.

J’ai passé ma première étoile dans la souffrance en me disant qu’après ça, on ne m’y reprendrait pas.

Et comme on ne m’y a pas repris, j’ai skié avec mes parents, férus de descentes en tout genre et qu’il fallait suivre, coute que coute. Qui m’attendaient et repartaient aussitôt sans que je puisse respirer parce qu’il fallait bien profité ma chérie, tu comprends, c’est qu’une fois par an.

Je n’étais pas si mauvaise, à force. je suis même partie avec des copains, loué des appart trop petits qui sentaient les chaussettes humides et la tartiflette de la veille mais j’aimais les cafés en altitude et les gaufres au Nutella face à la montagne, le silence de la forêt étouffée par la poudreuse et les beaux garçons coincés avec moi sur le télésiège pendant dix minutes, le temps de se donner rendez vous dans le bar de la station le soir venu.

Aujourd’hui, je n’aime pas trop le ski mais j’aime bien la montagne, alors.

Mais la montagne me le rend peu, m’achevant de ses tarifs exorbitants je renonce souvent à m’y rendre, alors que je pourrai la voir de ma fenêtre si la pollution me le permettait.

Mais aujourd’hui je ne décide plus seule et N°1, lui, il aime ça le ski. Il aime avoir le cheveu collé et les doigts de pieds congelés, il se fiche pas mal de sentir la chaussette. N°1, lui, il veut des médailles. Des médailles en forme de flocon, de piou-piou, d’ourson, d’étoile des neige et de chamois d’or. Il les veut toutes, il veut que ça fasse bling blling (pas comme dans mon porte monnaie quoi). Parce que c’est chouette, les médailles. Alors je cherche à lui faire plaisir en trouvant une station qui nous accueillera pour deux jours de temps en temps afin qu’il puisse parfaire son schuss pendant que je boirai des chocolats chauds à 10 euros avec Clapiotte arnachée dans une luge en espérant qu’elle ne se prenne pas trop vite au jeu elle aussi.

Rien que d’y penser, je dépéris.

Pour la peine, je tente ma chance aux jeux concours que je trouve, parce qu’après tout, on ne sait jamais (nan parce qu’en étant invitée, je pense que je peux apprécier le concept du froid). du coup, je partage, je suis sympa et puis c’est joliment illustré par Astrid M.
C’est France Montagne et Famille Plus qui ont lancé un Jeu-Test intitulé « envoyez balader vos enfants« . Vous pouvez faire le test (je suis Wonder Maman », qui l’eut cru ?) et tenter de remporter un séjour pour 4 personnes. Pile poil ma famille. Coïncidence ? Je ne pense pas ! Venez tenter votre chance, au pire, on ira boire des vins chauds et on reprendra une part de fondue.

quiz_fm_page_home

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

9 comments

  1. Manu says:

    Hello,

    Moi non plus je n’aime pas franchement le ski. Je ne suis allée qu’en classe de neige avec l’école pour avoir ma 1° étoile, puis quand j’étais jeune femme, mais mes souvenirs sont exactement ceux que tu décris…J’ai arrété les dégats quand je me suis niquée le genou…

    Mon homme et mon grand adorent…
    J’ai pas forcé le second qui est un pantouflard mais qui a fait quelques heures à la petite école de ski (attention, il a son flocon, ou ourson? j’sais plus!), et je vais envoyer au moins une matinée quand même ma dernière chez les « Piou-piou » cette année, histoire qu’elle essaie…
    Oui parce qu’on y va bientot! Youhou!!!
    Et moi j’aime la montagne. Juste me promener.J’adore. Je case les gosses dans la luge familiale, je les lache dans un coin tranquille (non pas dans la luge sur une pente un peu raide), ils joueraient des heures, comme à la plage en fait, et moi je me cale le derrière dans la luge, face au soleil, et j’écoute le silence, le torrent et les gamins!

    Et les restos… top. Et l’ambiance… top.
    Et comme on loue toujours dans la même résidence, on sait que tout est à portée de main
    .
    Notre tour à la montagne est devenu vital y’a bien longtemps déjà. On a de la chance de pouvoir se le permettre, on en profite.
    Sauf que nous on a 10 heures de route pour rejoindre les Alpes! Mais bon, ça ne nous fait même plus peur, même avec les 3 gosses!

    Et bien moi j’ai hâte d’y être! (et j’entends la musique des Bronzés dans ma tête………..)

  2. mamandoudouce says:

    J’adore ton article!!! Moi, je ne sais pas skier… J’avoue que j’aimerai bien pour pouvoir y passer au moins une week-end mais bon! Ma fille n’est pas demandeuse pour l’instant (normal elle ne connait pas lol) donc on verra dans les prochaines années. Sinon, je ferai de la luge, mangerai de la tartiflette et boirai du vin chaud ;-)

  3. Manu says:

    Et je suis une « maman débordée » !!! (y’a des fois ou j’aurai bien mis 2 ou 3 réponses! très droles d’ailleurs les propositions!)

  4. bretzelle says:

    Je suis tellement d’accord!
    Moi non plus j’aime pas trop le ski mais j’aime bien la montagne. Je remercie ici publiquement mes parents qui durant toute mon enfance ne m’ont forcée à rien en partant au ski SANS moi, bien au chaud chez Mamie. Bon y’a aussi l’autre version: mes parents prenaient leur semaine égoiste de l’année au ski….de toute façon x années et 2 enfants plus tard je les comprend.
    Mais ici aussi n°1 aime le ski ….comme son papa d’ailleurs donc (presque) tous les ans c’est sports d’hiver mais à mes conditions: avec des amis, dans une petite station et dans un chalet si possible hors période scolaire. N°1 et 2 sont petits, je sais c’est mal mais ils loupent l’école publique au profit de l’esf (ca reste une école non?).
    Sinon j’ai joué!! wonder maman en force!

  5. Poulette Dodue says:

    J’ai ri, pardon !
    J’ai aussi connu le bonnet une couleur par groupe de niveau, fournit par l’organisme (CE par exemple !)
    Cacahouète apprécie sa séance hebdo de ski, on verra jusqu’où il veut glisser.
    Aux pieds des montagnes c’est plus facile, c’est sur.
    Vous êtes bienvenue les cranemou !!!

Laisser un commentaire