Toi aussi mets ton enfant dans un carcan

Depuis que Clapiotte est arrivée dans la famille, je découvre la mode enfantine avec un réel plaisir.

Y’a pas à dire, les fringues de garçon sont tout de même nettement moins sympathiques à associer, quoique je note tout de même une évolution depuis 7 ans, mais c’est encore assez classique pour ne pas avoir un orgasme à la vue d’un pantalon en velours côtelé beige.

Il y a un an, j’avais déjà parlé de mon soucis avec les stylistes enfants qui ont un réel soucis avec la réalité de la vie. (vous pouvez cliquer, j’aime bien cet ancien article, et pour une fois que je le dis, peut être que c’est vrai…).

Aujourd’hui encore, je me retrouve face à ce problème journalier qu’est l’habillage de nain en zone de stress, c’est à dire, entre 8h et 8h15, heure maximale de départ pour l’école.

De manière générale, N°1 s’habille seul. On note tout de même que la fermeture éclair à cet âge n’est pas franchement utile étant donné que la remonté ne fait absolument pas parti de ses priorités.

Pour Clapiotte c’est devenu bien plus compliqué.

Vous comprenez, Clapiotte, dorénavant propre (hiiihaaaa)(quoi qu’on m’a donné une culotte sale hier, mais passons) trouve de bon ton de se déshabiller seule afin de vaquer à des occupations naturelles obligatoires. Sauf que.

Défaire un bouton de jeans à deux ans et demi, c’est ultra compliqué. Du coup elle ne le défait pas, ce qui lui vaut une séance de contorsionniste hors du commun pour la plus grande joie de mon humour moqueur.

Comme il lui semble important de se dépoiler entièrement quand elle est sur son pot -je n’explique ce comportement que par un ennui mortel en attendant que ça se passe- nous avons régulièrement droit à un drame national. Parce qu’à partir du 3 ans, les encolures sont nettement moins larges qu’avant. Ou la tête plus grosse, mais comme je n’ai pas l’impression d’avoir mis au monde une hydrocéphale, je me dis que c’est tout de même de la faute du T-Shirt. Du coup, je me dois d’intervenir dans la seconde, retrouvant Clapiotte rouge de frustration et de hurlements, la narine droite encore coincée dans son collet, l’œil droit s’étirant jusqu’à l’arrière de la boite crânienne et la bouche façon Béart. Vison plutôt comique où je me dois de contenir un fou rire sans quoi elle ne voudra plus jamais se déshabiller seule avant ses 26 ans.

Sincèrement, depuis le temps que les marques créent de magnifiques petits ensembles pour nos marmots, je ne comprends pas qu’elles ne se soient pas encore penchées activement sur la question d’adapter les habits aux morphologies enfantines. C’est bien mignon de vouloir en faire des petits fashionistas mais si vous regardez des enfants de 4 ans monter sur un toboggan avec un jeans slim, je pense que vous serez d’accord avec moi si je vous dis que mon coeur s’arrête de battre en attendant que tout ce beau monde au Bieber style se vautre au niveau du troisième barreau.

A croire qu’en 2012, à l’ère de l’association des imprimés improbables et des matières bioniques, on n’est pas encore capable de s’adapter aux ventres rebondis, aux cous inexistants et aux bras qui ne passent pas par dessus les têtes.

A moins que le jogging ne soit l’accessoire indispensable de toutes les saisons, je crois vraiment que la mode n’aime pas l’enfant…. ou l’inverse.

Aller, viens, on va faire du tourniquet!

 


MERCI!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

14 comments

  1. solali says:

    rhooo ici c’est pareil, depuis qu’on est passé au 3 ans la tête ne passe plus et il y a toujours un bras qui veut pas passer… ne parlons pas des boutons de pantalons qui sont impossibles à ouvrir pour ma puce. sachant qu’en plus je suis obligée de lui rajouter une ceinture pour qu’elle ne l’ai pas aux genoux à chaque pas…
    Je remercie la maîtresse qui prend tous les jours le temps de tout ouvrir et fermer à chaque passage pipi !!!!

  2. maman est occupée says:

    Il est vrai qu’il est difficile de comprendre pourquoi les fabricants s’échinent à mettre des boutons en ferraille et des crochets aux pantalons des enfants. Après on s’étonne qu’ils se pissent dessus : sans aide, impossible de se défroquer aussi ! il faut les comprendre !

    Pour finir, la tenue de Suri sur la photo, surtout les pompes, comment dire…

  3. Lulu says:

    Tellement d’accord avec toi !!! En plus le mien est « délicat », il ne supporte pas les étiquettes ou quoi que ce soit qui dépasse, il ne veut pas de boutons aux encolures parce que « ça fait mal »… Elle a raison Clapiotte finalement, tous à poil !!!

  4. Flolasouricette says:

    Depuis que mon fils est rentré à la maternellr, je voue un culte au pantalon élastique ! Pas très fashion certes, mais au moins il permet à mon fils d’éviter de faire la queue devant la maîtresse et l’atsem après chaque pipi… Dans le même style j’ai adopté chaussures à scratch et tee-shirt à bouton (pas toujours facile à trouver tout ça)… Tant pis pour le look, de toute façon Grand Doux s’en fiche éperdumment. Je suis d’accord avec toi, ceux qui créent les collections n’ont vu des gosses qu’en photos ou quoi ???

  5. Coucoumaman says:

    Coucou,

    Suis d’accord aussi. Maintenant que mon fils est propre, j’aime mieux lui mettre des pantalons élastiques plus pratiques à mettre.
    Même s’il arrive à fermer son bouton de jean, j’aime mieux éviter de l’envoyer à l’école avec ça.
    Le mien sait mettre son blouson et ses baskets à scratch tout seul. Dans sa classe, il y en a qui viennent avec des chaussures à lacet (dont des converses montantes) et c’est la maitresse et l’ATSEM qui doivent leur remettre après la sieste.
    Si les stylistes pour enfants ne font pas bien leur boulot, y ‘a aussi les parents qui n’apprennent pas l’autonomie à leurs enfants.

  6. mon ménage à cinq says:

    La chance quand on a une fille : le caleçon !!! hop ça se baisse tout seul, pas de bouton, et ça se met avec tout un tas de fringues !! Bon pour le tshirt je n’ai pas ce problème de déshabillage intensif pour les toilettes… Mais à 2 ans je trouve que déjà la tête a du mal à passer, même des fois avec les boutons sur le côté… gloups… Pour les shoes, of course, le scratch !!
    A nous aussi de choisir intelligemment, car clairement les gnomes s’en cognent de leur look : du pratico pratique ou du … suri (berk!) ???

  7. chocoloute says:

    depuis qu’elle sait s’habiller toute seule, ma grande (bientôt 7 ans) se tortille pour défaire son pantalon. Impossible de lui faire comprendre que les boutons et la fermeture doivent être bougés pour enlever facilement ce saleté de pantalon ! Y’aurait bien la solution des collants… mais franchement j’y arrive pas, les trous aux genoux en à peine 1h pour cause de courses avec les garçons m’ont vacciné de l’idée de l’habiller en « vraie » fille…

    verbaudet fait quelques vêtements pratique pour les enfants, justement pour qu’ils apprennent à faire tout seuls mais le choix n’est pas énorme….

  8. Emmanuelle says:

    ici, c’est taille élastiquée et boutons-pression, et pour les minettes, legging-tunique… au moins, le lever-baisser de pantalon est simple, simple, simple…
    Pour les encolures, c’est effectivement galère, sauf s’il y a des pressions (héhé)
    Pour les pompes à lacets, tu mets des stoppeurs (comme sur les brides des capuches de k-way), mais t’oublies surtout pas de faire des noeuds au bout des lacets, pour que les schtroumpfs n’arrachent pas tout dès le premier essai… facile à serrer et déserrer, la maîtresse va adorer.

  9. ange-etrange says:

    A toi aussi tu trouves, ma babynette a 6 mois et je galère avec les pyjamas vert baudet, il faut qu’on déboutonne la moitié du dos pour enlever les jambes. Ok notre fille est « cuissue » mais pas ce problème avec les autres marques et ne parlons pas des pieds de taille très variables selon les marques.

Laisser un commentaire