J’aime ma famille

Alors, que ce soit bien clair, ce titre n’est pas une fiction. J’adore ma famille, en quasi presque totalité.

Surtout quand ils me font marrer… et même quand j’en prends plein la tête.

L’autre soir, on a fait une petite sauterie pour fêter l’anniversaire de mon beau-père. le père de Tony.

Le père de Tony, je l’adore, il n’a aucun tact, mais je l’adore.

Par exemple, le père de Tony, il m’a appelé Nathalie pendant 18 mois. Sauf que ce n’est absolument pas mon prénom. J’ai dû lutter comme une forcenée pour que mon prénom lui rentre dans le crâne! Et parfois, je sens qu’il galère (ça fait que 9 ans, hein, on va pas trop lui en vouloir)

Le mieux, c’est que le pèere de Tony, il en existe 3 comme lui. Ouais, le père de Tony, il est triplé. On aurait pu tripler Georges Clooney pour qu’un jour il croise ma vie, mais non, on a triplé mon beau père et son non-tact (c’est dans les gènes)(j’en ai la preuve avec Tony himself).

D’abord, je vous raconte pas le stress à chaque première échographie. Une quantité phénoménal de poulets ont dû être sacrifiés pendant ces périodes, alors que je priais pour ne pas abriter 3 personnes dans mon utérus.

Mais le summum, c’est quand ils sont tous les trois réunis. Là, tu te mets sous anti-dépresseurs si jamais tu ne veux pas finir par te pendre.

C’est ce que j’aurai dû faire à cette fameuse petite sauterie.

En pleine discussion avec ma coupette, un des frères Bogdanov me hêle:

« Hé! Toi! j’ai une question! »

« Plait il? »

« Voilà, Simone disait « on ne nait pas femme, on le devient », t’en pense quoi? »

Là, tout de suite, à cette heure là, je ne m’y attendais pas à celle-ci.

Je réponds que perso, moi, je me sens toujours pas femme, donc bon, voilà, je ne peux pas trop répondre, mais à priori, je suis assez d’accord, si on exclu le côté sexué de la question (oui, parce que tu es homme OU femme au départ, quand même)

On part dans de longues explications sur ce que la société entend par le mot « femme », on parle du fait de devenir mère mais qui ne rend pas forcément femme ( cf. mon propre cas), bref, on arrive à Hawaï de la question de base et il ne comprend toujours pas pourquoi je dis que je ne me sens pas femme.

Je lui explique, y’a plus que ça:

« tu vois, par exemple, t’es à un café, tu bois ton verre et je passe devant toi (et je sais que tu mates les nanas qui passent alors fais pas l’innocent). Là, comme ça, tu me vois, et tu te dis quoi? »

Je sais, je cherche la merde, hein, mais je voulais étayer mes arguments par un exemple.

« Bah (réflexion)… je te regarde… et … (réflexion)… Je me dis que….bah… t’es quelqu’un qui passe« 

Finalement, je n’ai pas donné suite à cette conversation, j’ai préféré finir la bouteille la plus proche.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

30 comments

  1. aggie says:

    On va dire qu’il est bassement pragmatique, hein, voilàààààààààà!
    (y’en a 3?!!!! La vache! Je crois que t’as une famille encore moins commune que la mienne)

  2. sandrine (Cambroussienne) says:

    C’est régulier les réunions de famille ? Sinon moi c’est ma belle-mère qui est une pépite à elle seule… Nous nous voyions juste après la varicelle de NuméroBis (cela faisait 2 mois qu’elle ne l’avait pas vue). Elle la regarde et me dit :
    – Bah, ça a l’air d’aller. Elle n’a pas trop de séquelles psychologiques !
    Je l’ai laisser discourir en pensant : « yeah, vu la grand-mère paternelle elle avait pourtant toutes ses chances !) »…

  3. Poulette Dodue says:

    Triple dose de BP yalaaaaaaaaa !! sinon pour étayer ta réflexion pour moi ce ne sont pas les bijoux ni même les louboutins qui font la femme ! (tu es une fort belle femme saches le mordel de mordel !)

  4. aurele says:

    mon beau-père en trois exemplaires….c’est du Stephen King…..
    Et c’est l’angoisse quand tu remarques que plus ton homme vieillit, plus il ressemble à son père, non?! Moi si!!!! Courage! :)
    ps : Pour la question Femme, un super livre très sérieux sur la question : « femme désirée, femme désirante » de Danièle Flaumenbaum.

Laisser un commentaire