Mange bébé, mange!

Fallait que j’en parle. Il fallait que ça sorte: Punaise que c’est compliqué de nourrir un enfant!

Sans blague, je ne parle même pas de l’aspect financier, mais qui aurait cru (et qui ne m’a pas dit) que ça allait être stressant, énervant, déroutant, exaspérant?

Moi qui pensais que tout se passerait comme dans une pub pour petits pots, que mon bébé serait dodu et souriant, attendant sans cesse que je lui mette au bec ce qui l’aiderait à bien grandir-bien grossir, bien se développer et devenir beau et intelligent (comme moi).

En vrai, non.

En vrai, déjà dans mon ventre, c’était compliqué, et sans m’en rendre compte, la pression (et pas celle que j’aurai voulu) commençait à s’installer, doucement, insidieusement.
Dans l’adage « tu ne boiras point et tu ne mangeras point de choses crues ou alors tu les auras rincé 5 fois avec du vinaigre et fait une incantation vaudou pour éliminer tous les germes », chacun traduis un peu ce qu’il veut (c’est comme la religion, un peu).

Perso, la première fois, j’ai traduit par: « PAS TOUCHE: alcool, crudités,viandes et poissons crus, fromage qui puent ». Ambiance. Surtout quand on sait que mon alimentation est basée sur des orgies de sushis, des repas exclusifs au fromage et des steaks tartares. Et je ne parle même pas du vin.
9 mois à ramer pour ne pas céder, mais jamais je n’ai failli. Mon fœtus avant tout, il ne fallait prendre aucun risque.
pour le deuxième, j’ai un peu revu mon jugement: pas d’alcool, mais bon, un petit bout de frometon de temps en temps et faire en sorte que ma viande ne ressemble pas à une vieille semelle.

Et puis, doucement arrive la fin, et le bébé pointe le bout de son nez.

« Tu vas l’allaiter? »
« Non »
Consternation, cris, menaces (j’exagère à peine).

C’est comme ça, dans ma tête, dans mon corps, dans ma perception des choses, on m’a offert un choix et j’ai choisis.

Alors même que je ne me posais plus cette question depuis des lustres, voilà qu’on tente de me mettre mon nouveau bébé au sein.
« Je ne veux pas allaité, j’ai bien dit que je souhaitais un allaitement artificiel »
« Mais Madame, enfin, c’est mieux pour votre petit »
« mais… »
« Et puis vous perdrez vos kilos »
« Mais… »
« et puis c’est beau, c’est mieux »
« mais… »

J’ai dû insister, lourdement, j’ai dû me battre contre cet acharnement, j’ai dû lutter pour ne pas céder stupidement pour un allaitement qui se serait passer dans la contrainte et la douleur.

Deux fois. La différence avec la première fois, c’est que la deuxième fois, la conversation a duré moins longtemps, j’étais plus sereine sur mon choix, plus aguerrie aussi de ce comportement qu’adopte certains membres du personnel hospitalier.

Mes enfants ont bien grossi, bien grandit, ils avaient la même santé que d’autres, ils étaient beaux comme personne.

Parfois, je me demande si un jour, sur leur CV, il faudra qu’ils spécifient qu’ils ont été nourris avec du lait en poudre, s’il leur faudra sans cesse déclarer que leur mère n’avait pas assumer sa maternité jusqu’au bout du téton, s’ils vivront dans des camps de réfugiés de la lactation en boite.


Le premier jour de ma première grossesse a signé la fin de ma liberté nutritionnelle. Et parfois je me demande jusqu’à quand…

(à suivre…)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

44 comments

  1. Maman Sioux says:

    Je comprends bien… Qu’on allaite ou non, on est emmerdées. Vive la maternité !
    Aliénées par nos petits (mais c’est une aliénation choisie et pleine d’amour) et aliénées par tous les quidam qui donnent leur avis.
    Et puis ça continue pour l’opposition petits pots / fait maison. Puis pour tout comme ça.
    Moi aussi pour grossesse n°2, je me ferai moins ch… avec les recommandations (à part l’alcool, là c’est tolérance 0 pour moi).

  2. Herminette says:

    Comme dans 10 ans, la mode sera le contraire d’aujourd’hui… autant faire comme on le sent ! Et essayer de déculpabiliser. Parce qu’un enfant vit plus mal une mère dans le doute, le remords ou l’angoisse, qu’une assiette de haricots 3 jours de suite !

  3. Dorice says:

    Ohhh que j’aime ton billet….;-)

    J’ai pris le choix de ne pas allaiter et je me rends bien compte que ça pose déjà des problèmes mais je ne céderai pas.. Je n’en ressens ni l’envie ni le désir. (et c’est à ce moment précis où l’on me prend pour une future mère indigne!!!)..

    • cranemou says:

      C’est exactement ce que j’ai ressenti, mauvaise mère avant même d’avoir accouché… Et puis au final, je me répétéais que c’était MON choix (puisque je l’ai eu, ce choix) et que MERDE les gens mal-pensants! (mais certaines remarques sont dures à encaisser en gardant son sang froid, je te souhaite bien du courage! ;) )

  4. Maviedemere says:

    Au début de la grossesse toxo oblige je me suis privée de tout.. Au fur et a mesure je me suis fais plaisir. Sauf niveau viande crue et alcool (quoi que alcool il m’est arrivé deux fois de prendre une mini gorgée dans le verre de LeMale..)

    • cranemou says:

      Je me suis aussi permis 2 fois 2 gorgées de champagne pendant la grossesse N°2… Peut etre que c’est pour ca que Clapiotte est un peu excitée!!! (???) ;)

  5. Moutonnette says:

    pfff LM/LA, c’est tjs et partout sans fin…en mm temps, ils veulent qu’on allaite, mais perso si j’avais eu un peu d’aide j’aurais pt perservéré!
    et pff les enfants au LA vont aussi bien que ceux aux LM, faudrait arrêter!!

    Par contre comme toi, dur la preière grossesse de ne pas manger de fromage au lait cru, de charcuterie, plus de suhis (arg), plus d’alcool (re arg), et la viande bien cuite (je vais vomir)
    Je me prendrais pt moins la tete pour le deuxieme, à part pour l’alcool et le poisson et la viande crue (mais je ferais mon cuire mon steack que pour le premier)..
    En fait, juste avant, je pense faire une orgie de sushis maki pour bien me degouter juste avant hihi

  6. Béatrice says:

    Faudrait qu' »on » arrête de pomper l’air de tout le monde (les futures mamans, les nouvelles mamans, les bébés, les gamins, les rondes les maigres, les papas ….) avec ces histoires de bouffe … faire attention à certaines choses ok (toxo, diabète) mais bon …. ;-)

  7. Nanette says:

    D’accord avec toi : on fait ce qu’on veut pourvu qu’on ai le choix. De mon côté, c’est le contraire, nos familles sont étonnées que j’allaite, voir pas emballées.
    Mais bon, comme j’en ai un peu rien à foutre…

    J’ai hâte de lire la suite, parce que ma soeur (qui a fils un peu plus vieux que Clapiotte), galère pour le faire manger…

  8. Kat/Boitatrucs says:

    Ah ben ça, les trucs emmerdants que ce soit à l’hosto ou dans l’entourage, quel que soit ton choix… (je parle de l’allaitement là hein)
    C’est vrai qu’avec la toxo, la listériose et tout le bataclan, globalement, la grossesse, niveau bouffe, c’est pire qu’un plateau d’hôpital.

  9. cleopat says:

    depuis de nombreuses années les mamans et futures mamans ont « subi » les obligations ,les « il faut que « et « il n y a qu à « !
    mais aujourd’hui il y a quand m^me un progrès les mamans peuvent exprimer leur ressentiment et se soutenir les unes les autres!
    car avant sans internet notamment c’ était plus diffcile, on gardait tout ça pour soi !
    nb: en me relisant j ai vraiment l impression de dire : moi de mon temps.. !! ;°)
    ouh là ça y est je suis une grand mère :(
    bon il est vrai que je suis mamie depuis l âge de 40 ans alors ça doit être ça lol

  10. LMO says:

    Punaise! C’est pas la première fois que je lis les contraintes et critiques que reçoivent celles qui ne désirent pas allaiter.

    Ce qui est fou, c’est que moi, j’ai voulu allaiter, et j’ai senti la pression inverse!!! (Pour Mouflette. Pour MissCouette bcp moins parce que je m’en fichais! :))

    Quand donc laissera t’on les femmes libres de leurs choix? C’est pas leurs seins qu’ils vont filer les gens, alors ils te laissent tranquille, c’est dingue ça!

  11. alorom says:

    Je n’ai JAMAIS allaiter!! Pour le Gros c’était par précaution sinon je partais direct pour une décompensation post partum sévère!!Ces salauds de british m’ont laissée avoir des montées de lait à noyer une vache!! Parce que, crois moi être française ET non allaitante c’était TRES mal perçu!!
    Pour les autres, c’était ( et c’est très con mais c’est comme ça!:D) pour ne pas faire de différence avec Le Gros!!
    Résultat?? Des enfants plutôt costauds et réussis sans souci d’alergies alimentaires ou autres, avec en revanche un potentiel de chienlit hors norme mais rien à voir avec la bouffe!!:D

    • cranemou says:

      héhé, c’est marrant, je m’atais fait cette remarque pour Clapiotte: « pas allaiter: comme son frere », genre tout le monde est égal… C’est con comme remarque, mais je me la suis faite!

  12. MissBrownie says:

    Tu sais l’allaitement, ce n’est pas rose non plus quand tu entends « ton lait n’est peu-être pas assez nourrissant » « tu n’as p-ê pas assez de lait » ou  » il a faim cet enfant! »

    • cranemou says:

      je sais bien. je pense que c’est même parfois humiliant tant vous devez en entendre, des remarques de ce genre… mais je ne peux parler que de ce que « moi » j’ai vécu!

  13. Maman Dodue says:

    Aaaaah, rien que le titre de ton billet me serre la gorge…
    L’alimentation des enfants, vaste sujet pour moi qui ait un rapport « compliqué » (doux euphémisme) avec la nourriture.
    Ça a d’ailleurs été ma toute première angoisse de femme enceinte : est ce que je vais réussir à permettre à mes enfants d’avoir un rapport sain avec leur assiette alors que je suis complètement déréglée avec ça ?
    Miraculeusement – et aussi un peu grâce à ma psy ;) – mon n°1 mange avec plaisir de tout ! N°2 n’est pas encore diversifié donc pour l’instant je suis plutôt relax mais dans un mois, ça sera une autre histoire…
    Et pour rebondir sur la question sein / bib, j’ai allaité mes deux enfants parce que j’en avais envie et aussi parce qu’en bonne nullipare naïve, je pensais que le sein c’était inné et facile. Tu colles le bébé dessus et hop il mange !
    Et à la naissance… Bienvenue dans le monde des vrais bébés pas en plastique qui n’arrivent pas à téter et ne se mettent pas d’office dans la position ballon de rugby !
    J’ai dû m’accrocher sérieusement parce que dès mes premières questions sur l’allaitement, on m’a tout de suite conseillé de passer au bib ! Merci la maternité pourtant choisie parce que « allaitement friendly »…
    Tout ça pour dire que j’ai l’impression que quoique tu décides, c’est forcément mal, tu commences à être mère en étant nulle d’office !
    Et pour finir ce com interminable, la « minute bisounours » : que les grincheux et autres rabats joie aillent râler ailleurs, chaque maman est différente et c’est ça qui est chouette ;)

    • cranemou says:

      rhalala, les problemes avec la bouffe, c’est vraiment l’horreur, à tous les stades. Je sors juste de la vaisite medicale de N°1, et ils ‘ont fait calculer l’IMC, savoir si il avait des risque d’obésité etc… il est sec comme un coup de trique (Speciale dedicace à Nanette pour le coup de trique… hannnn!!!), pourquoi on vient déjà l’emmerder avec ce genre de probleme???
      J’ai l’impression qu’on crée l’angoisse et que de l’angoisse nait les problemes… :s

  14. Poulette Dodue says:

    Mes gnous partagerons aussi les  » camps de réfugiés de la lactation en boite. »
    Comme Alo et toi je me suis aussi fait la réflexion »les 2 pareil » .Pis un allaitement efficace est un allaitement DÉSIRÉ !
    Dans le genre remarque symaptoche j’ai aussi du dossier :-D

  15. Leina says:

    Omg, comment je me retrouve dans cet article (d’ailleurs, j’ai prévu de parler de l’allaitement – ou du non-allaitement dans mon cas- sur mon blog). Le regard désespéré aux sushis, makis et autres sashimis. Le regard dégouté devant ma viande très (trop) cuite. Le regard effaré devant la liste des interdits. Et j’ai appris ensuite qu’étant immune à la toxo, je m’étais privée de trop de choses. Ho, chouette, merci madame gynéco dis donc!

    Sans blague, vous avez djéà choppé la listeria vous?

    • cranemou says:

      ah bah toi t’as fait pire!!! Etre immunisée et pas manger, rhoooo!!!

      pour la listeria, même remarque, si apres avoir mangé TOUTE ma vie du fromage au lait cru je n’ai rien attraper, je me suis permise quelques écarts… nan mais oh ;)

      • Leina says:

        Ouais, je sais, je suis boulette. Mais aussi, c’est la faute aux gences qui essayent de te faire peur, sans blague!

        M’en fous, pour le prochain, je me gave avec tout ce qui est interdit (déjà que je suis pas immune à la rubéole…)

  16. eddie says:

    Ce qui est terrible, c’est que quand tu ne veux pas allaiter, on essaie de te pousser à le faire, et si tu veux allaiter, on te laisse faire sans trop d’aide (enfin pour mes deux premiers), et si tu as le malheur d’allaiter plus de trois mois, alors là, c’est l’inverse et on te montre comme un monstre limite pédophile…

Laisser un commentaire