Mon périple anti-fuite

Je vous avais parlé de ma petite escapade parisienne-allemande il a de ça 10jours, il est temps que vous en sachiez un peu plus.

 

Paris, Lundi, 6heure du matin: bip bip, faut que je me lève, j’ai rendez vous à Gare de Lyon avec l’équipe des P’tites Pousses et plein de blogueuses. Destination: aéroport pour Francfort. On rempli une navette, comme en colo, sauf que là, on est toutes légèrement explosées de notre réveil si matinal.

 

12 litres de café plus tard, on tente de me foutre à poil au contrôle,j’ai les mollets qui affolent le  scanner… j’ai dû me faire autopsier par des aliens dans une vie antérieure, du coup, j’ai des restes de cryptonite dans le sang, je n’ai pas d’autre explication.

 

Après un petit vol de routine (mais si, parlez en à Virginie ou à Anne-Charlotte), on saute dans un taxi qui roule à toute bombe, limitation de vitesse non incluse, vers Schwalbach, que je rebaptise « Pampers Land ».

 

Nous rencontrons alors Heidi, directrice du centre de recherche Pampers et de René, notre chercheur-guide pour la journée. Que la découverte commence.
Après un petit brief sur l’univers du centre de recherche, on apprend qu’il circule ici environ 1200 parents testeurs habitants dans les environs de Pmpers Land. Les veinards (ou pas) viennent chaque semaine récupérer leur paquet de couches et une liasse de feuillets à remplir, dont certains sont à remplir à chaque change… la couche gratuite se paye, d’une manière ou d’une autre!

 

On comprend alors le principal problème des marques de couches, et on peut même extrapoler pour tout ce qui est puériculture: l’acheteur (les parents) n’est pas le consommateur (le bébé), et il va falloir quand même satisfaire tout le monde. Les recherches vont donc dans ce sens là: donner du confort au bébé tout en faisant plaisir aux parents.

 

René nous présente la couche comme un objet émotionnel. Ouias, moi, j’avais toujorus vu ça comme un sac à caca, mais pourquoi pas… après tout, je me rappelle avoir gardé une couche taille 0 de N°1 dans sa boite à souvenirs… René a tout compris. Et s’il a tout compris, c’est parce que cet homme est tout simplement passionné par son boulot. Le défi de plaire à chacun l’anime et après cette journée passée à ses côtés, j’aurai presque (j’ai dit presuqe) envie de m’installer à Pampers-Land pour y travailler tellement ça a l’air épanouissant: je deviens fan de l’absorption, je pense fuites et cacas mous, je m’imagine déjà avec la blouse blanche.

 

Pour que nos trolls aient le fessier doux comme la rosée fraiche du matin au bord d’un lac (oui, j’essaie de vous faire imaginer un truc super bucolique là), les tests commencent directement sur les enfants, via une mini crèche.
On teste ensuite le taux d’humidité de la fesse rose, environ 5 bébés passent dans la salle de test par jour (sachant qu’il faut compter que le change en question dure bien 20 minutes, les bébés sont plutôt coopératifs, je suis vraiment fascinée!…bon, on les gave de biscuits pendant le test, ça doit être motivant!)

 

Certains parents testeurs sont chargés de ramener les couches sales de leur têtes blondes, boulot de merde direz vous… on n’est pas loin. Les couches récupérées sont passées aux rayons X, pesées, disséquées sous les yeux de la brigade anti-fuite. On fait des calculs, on essaye une nouvelle fois sur la ligne de production du centre, on re-teste. Il y a même, dans une salle en sous sol, une dizaine de femmes qui créent des couches sur mesure, suivant la demande des parents testeurs. Un elastique plus haut, plus bas, moins large, elles sont les petites mains de Pampers, incroyable de savoir qu’une couche demande autant de travail, moi qui croyait il n’y a pas si longtemps, que les frites poussaient sur des arbres

 

Après 10 ans de recherches et plus de 60 brevets déposés, Pampers ose donc sortir une toute nouvelle technologie sur ses « Active Fit » et ses « new baby » (si comme moi, vous parlez pas Pampers, je parle donc des paquets jaunes et violets).

 

La technologie DryMax débarque dès la rentrée, 20% plus fine car moins de cellulose, mais qui permettent de rester 12h au sec. Les paquets resteront au même prix, et on nous signale qu’on pourra compter une couche de moins par jour (si évidemment, vos gniards ne sont pas comme clapiotte à vouloir de la couche neuve pour démouler son trop plein…cette gosse est loin d’être rentable! Je vais m’installer à Schwalbach moi!)

 

La visite était vraiment intéressante, je ne regrette vraiment pas, quant à la nouvelle couche, je suis conquise, même si j’attend de tester, car la finesse de la couche est tout de même assez déconcertante!

 

Avant de finir, nous avons eu la joie de passer dans la salle des bébés pour se mettre dans leur peau. Tout à leur échelle, assez incroyable. Evidemment, lorsque j’ai croisé le regard d’un matelas, je m’y suis jeter…pour m’exploser les reins, puisque, à l’échelle d’un bébé, un matelas est aussi dur qu’une table… Les autres blogueuses se souviendront de moi comme de celle qui a hurlé sa joie de perdre le coccyx chez Pampers!

 

Je vous laisse donc, sur ce, avec les photos de la journée. Oui, j’ai testé la couche aussi, je suis à fond dans mon travail d’investigation, tout ça pour vous… (comment ça, je fais juste le clown?).

 

je remercie l’équipe des P’tites Pousses de m’avoir permis de découvrir les secrets de la couche, ainsi que Oum, Isabelle, Virginie, Stéphanie et Carole qui m’ont accompagné fort agréablement. Bravo aussi à Julie pour ses explications et traductions so professionnelles et à René de m’avoir rappelé qu’être passionné par son travail, ça n’a pas de prix.

La crèche et la vitrine de l’évolution Pampers… dans le sachet en haut à droite, une couche de 1976, en bas à droite, les nouveaux DryMax

Virginie en chercheuse , Oum et l’équipe des p’tites pousses…oui, on avait toutes de trèèèès belles lunettes….


Je suis à l’échelle d’un bébé, adossée à ce fauteuil et dans cette couche, pile poil à ma taille!

 

A l’ancienne….

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

18 comments

  1. Christelle says:

    Coucou, je ne sais pas si tu vas un peu sur les forums de maman mais cette nouvelle couche a de très mauvais echos car certains enfants réagissent très mal et font d’énormes érythèmes. Je suis intéressée de voir comment réagira clapiotte. Tiens nous au courant.
    Autre question, les anciennes couches ne seront donc plus en vente à partir de la rentrée?

  2. cranemou says:

    @Christelle alors je n’etais pas du tout au courant. Je n’ai pas encore testé les couches, elles ne sortent qu’en septembre (en France), et oui, elles remplaceront les gammes jaune et violettes…. voilà voilà… je verrai les échos futurs et je ferai ma petite experience sur Clapiotte! Merci pour ton intervention en tout cas!

  3. Béatrice says:

    J’ai été une grosse consommatrice (enfin, mes 3 premiers gamins) de Pampers et puis j’ai « viré de bord » !!!
    Pour la « fesse fine », c’est raté chez nous !!
    La « salle des bébés » ça doit être très sympa, ça me plairait bien !

  4. bbflo says:

    alors là tu as quand même réussi un truc incroyable : me faire lire jusqu’au bout un article qui 1/ ne me concerne plus puisque mes mouflets sont grands 2/ ne m’a jamais vraiment passionné.
    Et en plus, j’ai trouvé ça super intéressant. Bravo !

  5. sabine says:

    très bon compte rendu (je sais on ne parle pas de vomi mais de caca/pipi)Madame Cranemou. la salle des bébés quel kif! moi aussi je suis assez pampers mais l’arnaque chez eux ce sont leurs couches simply dry, moins chères mais totalement nulles car ils ont du oublier d’y mettre les barrières anti-fuites! mais bon si les autres elle dry un max, je veux bien les essayer, enfin Milou, pas moi!

  6. Poulette Dodue says:

    Finito (quasi !!) les couches à la Casa !!!! J’ai lu avec plaisir ton billet trés bien fait !
    tu portes la coche à merveille !!

  7. cranemou says:

    @bea: arf, les couches lavables…je pourrai pas! faut vraiment du courage!

    @stephanie: essayes tu de me faire croire que tu adores vivre en Allemagne??? ;)

    @Virginie B: c’est sûr qu’on a bien rigolé!

    @bbflo: alors là, vraiment, je suis très très touchée par ce commentaire…tu me permets de l’encadrer au dessus de mon ordi??? Merci en tout cas!

    @sabine: oui, il y a eu de mauvais écho sur la fiabilité des simply dry là bas aussi… j’ai jamais essayer, pour cause: elles sont au même prix qu les vertes dans mon carrefour, donc, je vois pas l’interet!

    @choco: j’ai été faite pour ça!

    @Poulette: bah la classe quoi en couche! Merci pour ce gentil com!

    @Leonie Canot: mais quoi donc?

    @Bloody Mary: c’est bien la fashion week là non? bah voilà!!! ;)

  8. leoetlisa says:

    Heidi ? Tu as rencontré Heidi ? Trop de la chance, c’était mon idole petite, j’adorais ses sabots… on ne parle pas de la même ?

    Et j’adore vos looks ! C’était quoi ces lunettes ?

  9. VGD75 says:

    Bah, au début, je me suis dit « m’en fous, les couches c’est fini ici » mais j’ai quand même lu ton truc. Ils sont trop forts en marketing chez Pampers (tu devrais peut-être te faire embaucher pour leurs pubs?).

  10. Carole says:

    j’ai aussi eu chez moi un comm qui me disait les dry max étaient controversées aux USA… je n’ai pas encore eu le temps de lire l’article en question…

  11. bergie says:

    Je pensais t avoir fait un méga long commentaires (mais sans doute trop détaillé Hum hum) mais je n’ai qu’un chose à dire :
    sympa ton nouveau maillot de bain-couche, tu vas faire fureur cette été sur la plage -plus de problème de « Ou sont les toilettes ? »

Laisser un commentaire