Les Cranemou font du ski

Mercredi 10 février: coup de fil de ma maman:

« Allo??? Oui, c’est moi, dis, je pars au ski avec ton petit frère de 16 ans la semaine prochaine, et j’ai pas vraiment envie de me taper 1 semaine entière avec un ado qui fume des joints, qui pense qu’à sortir, qu’aux filles et qui abandonne complètement sa chère et tendre génitrice. Tu voudrais pas que je prenne N°1 avec moi? »

« ….(à ce moment là, je sautais sur le canapé, en dansant la danse de la joie) Ah bah oui, ça serait une bonne idée, pis ça lui ferait du bien (et à moi aussi!) »

« Tu lui en parles et tu me rappelles! »

Après discussion avec N°1 avec promesse de médaille ESF à la fin de la semaine, il est tout content de sa future semaine au ski.

« Allo, Maman, c’est bon, N°1 est rââââââvi! »
« Tu sais, j’ai réfléchi, ça serait bien que tu viennes avec nous aussi »

Mouais, j’avais pas prévu le couteau dans le dos, tu penses, partir seule avec son ado de fils et son petit fils au club des piou-piou, tu penses qu’elle avait trop peur de s’emmerder. En gros, j’ai pas eu le choix.
« Mais siiii, tu verras, ça va te faire du bien! »

Du bien de quoi?

J’avais tenté l’expérience avec N°1, 6 mois à l’époque… On a abandonné notre location au bout de 3jours 1/2, tellement c’était insupportable.
J’avais re-tenté avec N°1 à 18 mois, un week end cette fois. Pas vraiment mieux, mais on avait peut être abusé en partant alors qu’il avait une gastro.
Bref, j’avais conclu que bébé+altitude+froid+appart minuscule= grosse galère! Ne Plus Refaire. JAMAIS.

Et je suis retombée dans le panneau. Ne voulant pas priver mon N°1 d’une semaine chez les PIOU-PIOU racketteurs de fonds, je répond d’un oui pas enjoué pour un sou (que je n’ai plus, le sou, puisqu’en plus, c’est la faillite le ski!).

Le point positif de tout ça, c’est que nous sommes dans un chalet (nan, pas le nôtre, malheureusement), et c’est un chalet du genre « chalet de malade ». Mes appartements personnels se trouvent au dernier étage, 2 chambre doubles, un petit salon (plus grand que le mien tout de même) et une grande mezzanine qui sert de salle de jeu. Un grand balcon donnant plein sud, vue sur la montagne. Finalement, ça va peut être le faire.

Ou pas.

Dès notre arrivée, Clapiotte s’est mise à hurler comme un cochon, on l’aurait égorgé qu’elle n’aurait pas fait plus de bruit.
j’ai vite pris le pli d’essayer de la faire taire, dans mes bras, quitte à parcourir les escaliers des 3 étages 100fois par jour. J’ai vite compris que mon « salon » tout en haut avec la cuisine tout en bas, c’était pas vraiment pratique pour préparer les biberons (et je découvris l’utilité du thermos).

Clapiotte avait décidé, au final, et après avoir pris ses marques, qu’elle ne hurlerait que 2fois par jour et qu’elle se décalerait complètement.
Mes journées ressemblaient donc à ça:
4h: râlage pour cause de perte de sucette
4h30: râlage pour les mêmes raisons
5h: finalement, on se réveille, c’est plus fun
5h15: je regarde les jeux Olympiques en direct d’un oeil morne et cerné pendant que la princesse des neiges s’enfile son litron de lait, telle une affamée.
Évidemment, 5h40, on pose une vraie crotte molle histoire que je m’en foute de partout et que tout le pyjama et le body soit à changer… Je soupçonne la naine de se foutre de moi.
6h15: je me recouche (enfin)
7h30: tout le monde debout pour le petit déj’. N°1 doit se nourrir comme il se doit avant d’entamer sa journée. Vient ensuite l’habillage du Sieur Skieur… Le ski, c’est une vraie galère niveau fringue, c’est tout ce que j’ai à dire!
8h30: tout le monde se barre à la station, qui n’est accessible qu’en voiture, à 15minutes du chalet.

Je suis seule au monde.

Et il neige. Des flocons gros commes mes cuisses. Le jardin (ouais, y’a un jardin aussi) se couvre au fil des jours de 1metre, 1m50, 2m de neige… je me prend à rêver de faire faire un vol planer à Clapiotte  du haut du balcon quand il lui prend de se remettre à hurler sa colère. On entendrait un « froutch » à son atterissage…et on attendrait le dégel pour être sûr qu’elle se soit arrêté de pleurer. hurler.

En tout et pour tout, 5 jours en méga tête à tête. Elle, Moi et la montagne. Le matin, ils faisaient péter la dynamite pour provoquer des avalanches…je leur aurais bien prêté N°2, bien plus efficace je suis certaine!

Les autres ne rentraient qu’à 16h, on enchaîne avec les bains, la surrexcitation, les repas…brrrr, rien que d’y repenser, je m’emmerde encore!

Je suis sortie UNE fois. J’suis aller admirer mon fils sur ses skis. J’ai dû attendre la navette pendant 20minutes,, N°2 dans l’écharpe, avec les chasses-neige qui passent à 3cm de moi à toute bombe, je me suis délestée de 6euros pour ce fabuleux trajet. Arrivée là bas, j’ai trouvé N°1 en train de faire la queue pour une descente. Chouette, me dis-je, je vais voir si c’est un vrai Dahu mon gnôme. Ah non, quand vient son tour, le moniteur décide que le cours est fini, les enfants doivent aller se déchausser. Génial. J’ai donc vu N°1 faire 20 mètres à ski, déchausser, coller ses skis ensemble, et attendre son tour, tout en faisant une boule de neige. Quand je l’ai récupéré, il était en pleur, parce que dans la queue, il y avait Bertrand le petit con qui lui avait raflé la boule de neige. 20 minutes de consolations plus tard, ça allait mieux (j’ai dû lui prouver qu’il y avait suffisamment de neige pour réitérer l’expérience et faire bouffer de la neige sale à Bertrand).

Je savais bien où était la navette de retour, mais je suis quand même rentrée dans 3 commerces pour m’en assurer, juste pour parler à des humains.

Retour en navette (ma mère ayant pris N°1 pour monter dans la montagne), il re-neige, je viens de passer 1heure dehors, pour la peine, j’ai choper la crève!

Et puis il y a eu la fin de la semaine. N°1 m’a ramené sa médaille, trop fier, alors j’étais finalement contente du sacrifice (de toute façon, c’était fini). C’était sans compté sur le retour.

4h30 de voiture dont 2heures de bouchons, assises entre un cosy et un siège auto, j’en ai encore la marque de l’attache de la ceinture de sécurité incrustée dans la fesse gauche. J’ai cru mourir. Vraiment, je pétais un câble, engoncée entre mes deux chiards dont l’un avait décidé que c’était son heure de hurlements juste pendant le bouchon (devineras tu de qui je parle?)

Voilà, ça, c’était des vacances de la loose. A mon retour, j’ai retrouvé mon Tony avec une peau fraîche et rayonnante, pas de cernes à l’horizon. Je l’ai détesté sur le coup!

PLUS JAMAIS!

Bon, c’est pas tout mon ami, mais demain, j’espère que tu viens par ici, y’a du concours dans l’air (1 semaine avec Clapiotte à la neige à la clé! Youhou! Nan j’déconne, viens, reste, n’ai pas peuuuuurrrrr!!!!)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

17 comments

  1. Naelwynn says:

    heu… finalement je vais serrer les cuisses longtemps je crois… number 2 ne sortira pas! je compatis!!! au moins on va éviter le ski avec numéro 1! il y prendrait vite gout! :D

  2. Roxane says:

    Routarde

    Mais purquoi t’as pas demandé avant? Je suis une routarde du ski mit nains dès le berceau. Du genre que mon aînée cette année elle doit choisir entre Dubai et le ski, elle choisit le ski, tellement on se funne.

    Règle 1: partir à Pâques quand les dates des vacances le permettent. Plus de soleil, plus d’heures de jour, plus de degrés, BEAUCOUP moins de monde sur les pistes, aux terrasses, dans les magasins, et MOINS CHER.
    Règle 2: voir grand. Genre réserver un appart pour 6 quand tu pars à 4, et checker le nombre de m2 et de chambres séparées, histoire de pas devoir pioncer dans le couloir avec tronche dans les chiottes, ou dans le salon avec tronche dans la machine à laver qui va forcément tourner.
    Règle 3: Réserver skis et skipass pour se forcer à sortir et à skier. Se relayer pour monter la garde des nains.
    Règle 4: emmitoufler. Et prendre bb avec sur les pistes (pas trop haut, 1800 m c’est parfait pour nettoyer les petites bronches encombrées), planter son camp de base sur une terrasse ensoleillée, bouquiner pendant que bb dort dans son maxi. Surtout jamais rester seule au chalet, à ce rythme, on est mieux chez soi.
    Règle 5: inscrire les grands aux cours. Profiter de la matinée pur skier comme des oufs malades. Rentre manger au chalet le midi, faire une grosse pause, décider ensuite si on y retourne ou si on va se balader.
    Règle 6: une fois station idéale, chalet idéal trouvés, réserver en juillet pour l’année suivante, comme ça on est toujours sûrs de ce qu’on va trouver.
    Règle 7: alors que tout le monde se précipite sur l’autoroute pour rentrer, passer la journée à se balader ou à skier et prendre la route en fin d’aprem. (pareil pour l’aller: on part soit avant et on profite de la journée, soit après, vu qu’on sait ce qu’on va trouver, et qu’on a réservé cours et forfaits par internet)

    Je te jure, c’est super chouette le ski en famille! Des bises!

  3. bergie says:

    MAIS QUELLE HORREUR !!!
    tu as presque réussi à me dégouté des vacances à la neige
    tu aurais du dire non à ta mère! non mais!
    Je vais tout de même retenir les conseils de Roxane

  4. cétoile says:

    aille!

    allez, t’as forcé le trait, juste pour nous faire marrer!
    le pire: la queue pour la descente de ton fils…

    mais ton article est un super scénar pour court métrage ou agence de voyage genre: n’y aller pas, préférez Djerba!

    mais euh, cadeau, tu as dit cadeau?????

  5. music35 says:

    Madame Cranemou, je vous entends 5 sur 5. Je n’ai rien à rajouter, sauf qu’on ne donne pas assez de médailles aux héroïques mamans qui, non contentes de sacrifier leur faible énergie pour le bonheur de leurs chiards, sacrifient le reste (oui, il en reste toujours, malheureusement) à jouer les filles exemplaires auprès de leurs mères.
    Quand on apprendra à jouer les femmes libérées épanouies non culpabilisées, le monde aura perdu de grandes saintes non canonisées. C’est moi qui vous le dis.

  6. cranemou says:

    @La Mere joie: mais cette semaine faisait peur! vraiment!!! ;D

    @Sabine: merci! ;)

    @Naelwynn: mais nooonnn!!! Clapiotte est odieuse « seulemen » quand on la change d’environnement, ce qui inclus TOUS les endroits en dehors de sa maison…sinon ca se passe bien ;D hahaha

    @Evanescence: je survis uniquement pour prouver que c’est possible…mais vu ma tronche, ca sent le sapin!

    @emmA: Cours de Poneys Nageurs… sûr que je dirais ça!

    @Roxane: Merci mais euh, oui…euh….ben je sais pas hein, mais je pense qu’on appreciera plus quand >Clapiotte pourra faire partie des Piou-Piou elle aussi! Mais je prend note pour reserver en juillet, et plutôt à Paques… Cette fois ci, c’était plutôt une opportunité que j’ai saisi pour que N°1 puisse faire une semaine complete de cours.. (je préfère effectivement partir à partir de mi mars pour le temps!)

    @Djaj: en voilà une idée qu’elle est bonne…:D

    @Bergie: bah non, quand même pas! Oi, je pense que les conseils de roxanne sont tres bons aussi!!

    @Papillotte: le probleme chez moi c’est qu’on aime bien, le ski, et on aimerait pas que la gosse nous pourrisse nos vacances (enfin, les prochaines, parce que là, c’est fait!). Pour ce qui est des liens, faut que je mette à jour les miens, mais ça sera fait dans la semaine, quand l’école aura repris et que N°1 arrêtera de m’interrompre toutes les 5 minutes!

    @Cétoile: ben…euh…non, c’était vraiment comme ça o_O Mais j’aime beaucoup ton slogan!!! héhéhé

    @Music35: Je t’aime

    @Maman Bobo: à ce point là? tu peux pas coller tes mioches à ta mère siiiiii gentiiiille (dis lui que j’ai dit ça!;D ) et te barrer à Djerba?

  7. happylili says:

    ben bravo !!

    Toi, t’as eu les vacances pourries, et moi, je vais devoir relancer une lessive pour cause de tsunami dans la culotte !!

    C’est malin de faire se pisser dessus une dame de mon âge…

    Mais vu ma tendance masochiste et mon penchant pour les fesses humides, je vais quand même reviendre, juste pour le plaisir de constater que y a pas que chez moi que les mômes ont décidé de nous faire tourner chèvres.

    Merci madame pour ces 5 minutes de pur bonheur zygomatique.

Laisser un commentaire