I got the bluuuuuueeeeees…..

Vous l’aurez compris, j’ai passé 8 jours de pure folie dans le service maternité déserté de tous visiteurs, excepté les conjoints.

Mes amis et ma famille ont fait exploser leur forfait de portable pour être sûrs que je ne me pendais pas avec mes perfusions, j’ai pu me tenir au courant de plein de potins de stars complètement dingues (vous saviez que Zach Efron était sur le marché des célibataires?…et moi qui était clouée sur mon lit…). Je me suis nourrie essentiellement de yaourts natures, de biscottes beurrées et de cookies rapportés par Tony.

Toutes ces folles aventures ne m’ont pas empêché de sombrer, petit à petit, heure après heure, dans un inévitable sentiment d’impuissance, de nullité absolue. Une impression que j’étais la plus ratée des ratées, avec en plus la palme des plus moches, grosses et mal dans sa peau de toutes les accouchées. Pour couronner le tout, j’étais seule dans une chambre jaune poussin et verte pomme (me rappeler de ne jamais associer ces 2 couleurs!), accrocher aux barreaux de mon lit grâce à Miss Pee.

Bref, le Baby Blues me guettait, de son oeil pervers. Il s’est jeté sur moi alors que je trouvais que j’allais relativement bien, un soir, après un coup de fil à Tony pour dire bonne nuit à N°1…. N°1 que je n’ai pas vu pendant tout ce temps et qui me manquait. Je culpabilisais d’être là et de ne pas pouvoir m’en occuper. Lui, vivait sa vie de garçon de 4 ans et demi en continuant d’aller à l’école, et en se faisant gâter par ses mamies. La belle vie, en somme.

Pis parler à sa maman au téléphone, à 4 ans et demi, il fallait bien que je lui accorde que ça n’avait rien de transcendant. En gros, sur 8 jours, j’ai eu le droit à des « Oui » à toutes mes questions. J’ai seulement entendu son rire quand je lui expliqué que cet hôpital était très bizarre et que je n’avais pas le droit de manger du Nutella tant que je n’avais pas péter (les blagues de prouts sont toujours un succès chez nous).
J’ai appris à mon retour que toute l’école savait que je n’avais pas péter pendant bien 4 jours!

bref, tout cumulé, je me suis mise à pleurer comme un bébé, sans vraiment connaître la raison exacte à cet état lamentable dans lequel je me mettais. Ca me l’a fait 2 soirs de suite, et une fois en rentrant à la maison. Et là, j’ai une grande théorie sur ça:

Je me vidais du stress cumulé pendant la grossesse, de la fatigue de l’accouchement, de ma culpabilité d’avoir « encore » raté un accouchement, et de celle de ne pas gérer seule ma pauvre carcasse. Je pleurais pour évacuer la honte et l’humilition de ne pas pouvoir m’occuper pleinement et seule de moi même et de clapiotte. J’évacuais aussi la culpabilité de changer notre vie si harmonieuse jusque là et d’infliger à N°1 un changement radicale dans sa vie de petit garçon.

Je me suis sentie super nulle de pleurer pour toutes ces raisons, mais au fond, une fois la liste des culpabilités établies, je me suis sentie mieux, comme neuve (même si Miss Pee était toujours là, elle).

Le Baby Blues, c’est peut être ça, finalement. Une façon d’exterioriser nos craintes, nos peurs, nos sentiments de culpabilité par rapport à nous mêmes, nos enfants, nos familles. Comme si nous renaissions. Remettre les pendules à zéro, et essayer de tout recommencer.

Une fois que j’ai compris ça, je n’ai plus pleurer, et les choses ont commencer (enfin) à se mettre en place.

Et vous? le baby blues? il vous a aidé? saoulé? laissé indifférente?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tags: , ,

17 Réponses pour “I got the bluuuuuueeeeees…..”

  1. Roxane 16 janvier 2009 à 11:33 #

    Relatif pour le premier bb, puisque je me suis séparée de son père 3 semaines après la naissance, je ne sais pas bien quelles larmes attribuer au baby blues ou au reste. Pour bb 2, l’enfer, des séquelles physiques très importantes, un mari ne sachant pas trop quoi faire, un abandon total de la famille sous prétexte de ne pas me déranger, je ne connaissais personne dans le village, un hiver sans chauffage dans la maison… Pour BB3, plus léger, plus des larmes de joie qu’autre chose, j’y étais mieux préparée, il y avait le comité d’accueil amis-voisins à la maison, famille sur le pont, le blog aussi, beaucoup… moins de temps pour m’apesantir aussi sans doute… mais aussi comme toi cette impression de me « laver » pour renaître mieux!

  2. constouille 16 janvier 2009 à 13:43 #

    je l’ai eu cet été, 7 mois après avoir accouché. Il était bien violent comme il faut! Je me suis prise en main et me suis fait aider pour ne pas toucher le fond… Je pense qu’on l’a toutes à un moment où à un autre et qu’en effet, c’est plus l’expression de sentiments très forts qu’autres choses. Ah si, il y a la baisse d’hormones aussi! Courage, c’est difficile mais ça aide aussi à profiter après de nos bébés! bises

  3. frannso 16 janvier 2009 à 13:59 #

    Tu vas mieux ?
    J’ ai un peu pleuré les jours qui ont suivi la naissance de ma fille . La fatigue . J’ angoissais le soir à la maternité en pensant à la nuit qui m’ attendait . Ma fille pleurait beaucoup .
    En rentrant à la maison, tout est rentré dans l’ ordre .
    Et puis c’ est quoi ces histoires de rater un accouchement ? Tu as fait de ton mieux j’ imagine !
    Je t’ embrasse bien fort, ainsi que ta clapiotte .

  4. Roxane 16 janvier 2009 à 14:16 #

    J’oubliais: j’espère que tu vas mieux. Pense un peu: ta clapiotte va pouvoir faire le petit jésus dans la crèche!

  5. Aude Nectar 16 janvier 2009 à 14:19 #

    Oui avec la chute d’hormones, la césarienne qui fait souffrir, j’ai la larme facile ensuite. Courage, ça passe !

  6. Kahlan 16 janvier 2009 à 14:22 #

    Tu n’as pas « raté » ton accouchement, ce n’est pas comme si c’était quelque chose de conscient, et j’espère bien que personne ne t’a mis cette idée en tête.;)
    Je n’ai pas d’enfants, mais je suis sujette à la dépression, même si je ne suis plus dépressive depuis un sacré moment. Et justement, si une chose me fait peur, c’est bien le baby blues…

  7. djaj 16 janvier 2009 à 14:26 #

    pour n°1 j’ai frémi quand je me suis retrouvée seule avec elle à la maison, la première fois. Et ensuite, j’ai été épargnée, tant pour n°2 que pour n°3…
    Et… (mais c’est facile à dire quand on n’a pas vécu ce genre de complications, je le sais bien…) : tu es là, ta fille aussi, vous allez bien toutes les deux, alors qu’est-ce qui a raté, au fond ? (Mais je ne dis pas que ce n’est pas stressant ni anxiogène que tout ça ne se passe pas « comme prévu »…)

  8. Sophie L 16 janvier 2009 à 14:49 #

    Méga baby-blues pour gremlin 1, à tel point que j’ai eu droit à des petites pillules roses, ou bleues, je ne sais plus…

  9. liliceline 16 janvier 2009 à 15:26 #

    Moi je l’ai attendu le baby blues,je m’étais préparer à pleurer…on avait même ri avec une copine car en faisant ma valise j’avais mis des paquets de mouchoirs en vue de mon baby blues.Puis rien,pas de baby mega blues.Un petit craquage le dernier soir à la maternité après un appel de chéri pour dire « bonne nuit ».Mais j’ai pleuré car j’avais envie d’être à la maison(enfin il me semble??).
    En fait je crois que j’ai fait mon baby blues enceinte.9 mois de baby blues…sympa,hein?
    Toutes les questions,les peurs,les angoisses,et même les pleurs,je les ai eu avant l’accouchement!!(Au moins c’était fait!).

  10. music35 16 janvier 2009 à 15:52 #

    Je n’ai qu’une seule explication pour ce sentiment intense de découragement et de nullité: les hormones, encore et toujours les hormones, qui chutent brutalement au troisième jour après l’accouchement.
    Ceci dit, je ne vois vraiment pas pourquoi on devrait se sentir découragées quand on vient d’être vidée de l’intérieur, recousue, alitée forcée, coupée de chez soi et de ses petits réconforts habituels (un peu de gnôle, tout ça…), nez à nez avec un bébé qui pense qu’à dormir, péter (LUI) et pleurer pour bouffer sans aucune reconnaissance aucune, et enfin pour retourner au home sweet home avec la constatation qu’il va falloir veiller encore et encore, s’occuper de numéro 1 (voire 2 etc.), PLUS ranger la maison, faire les X lessives qui ont pris du retard, cuisiner, stériliser, changer les couches…
    VRAIMENT, je ne vois pas pourquoi on serait un tant soit peu découragée. On doit être si chochottes, nous les filles…

  11. La Mère Joie 16 janvier 2009 à 21:25 #

    C’est un superbe texte, tendre, sensible et très humain.
    La fatigue, la chute des hormones, un nouveau rythme, des places chacun à trouver etc. ont de quoi déstabiliser la plus blindée des personnes. Tu as su très bien l’exprimer à travers ton billet.

    PS : Nos enfants ont une grande chance, chez nous les césarisées, quoi qu’on en dise, ils apprennent très tôt à ne pas être étouffés par notre amour car nous sommes contraintes de laisser un tiers nous relayer. Et n’en doute pas, c’est quelque part une grande chance. ;-)

  12. EmmA 16 janvier 2009 à 21:31 #

    Tu n’as pas raté ton accouchement, je pense que nous les femmes ne sommes qu’un instrument au service de la nature, notre role est de faire naitre, d’un moyen ou d’un autre, tu a accompli ta mission puisque miss pee est là!
    J’ai fait 1 jour de babyblues, j’avais perdu le pyjama de mon fils, impossible de remettre la main dessus et j’avais des problèmes d’allaitement, j’ai passé cette journée à pleurer, de fatigue, de stress, d’incompréhension, de dénuement face à ce petit bonhomme que je ne connaissais pas, que je ne comprenais pas et qui pourtant n’avais besoin que de moi, lui qui me connaissais que moi.

  13. cécé 17 janvier 2009 à 13:05 #

    Pour la naissance de mes jumeaux, je n’ai pas eu le baby blues, je crois que je n’ai pas eu le temps! Par contre, j’ai connu la dépression post partum pendant de longs mois; ça je l’ai su très tardivement et du coup, je ne me suis pas fait aidée, ce que je regrette profondément maintenant, 2 ans et demi après….
    Courage à toi, j’espère que tu vas vite aller mieux!

  14. Ausecoursmonfils 17 janvier 2009 à 14:26 #

    Satanée culpabilité. Pourquoi elle vient avec la maternité ?
    Et vive les blagues de prouts. Et les prouts.

  15. MissBrownie 17 janvier 2009 à 16:19 #

    Le baby blues, je n’ai pas connu …
    Mais tu as l’air d’avoir vite surmonté la bête et c’est tant mieux!

  16. e-zabel 17 janvier 2009 à 17:23 #

    D’une banalité absolue tout ça ! hi hi
    Je te taquine ! Mais en même temps, que celle qui n’avait jamais babyblusé me jette la 1ere pierre !
    Bordel que c’est dur ! Avoir été séparée en plus si longtemps de numéro 1, moi j’ai pu heureusement ne rester que 3 jours et demi à la maternité alors que pour n°1 justement j’avais dû y rester 2 semaines (une avant, et une après césa)…
    Le babyblues… je l’ai eu pour n°1 surtout en rentrant à la maison, mais un peu avant aussi (marre également de la déco bleu cucu de la maternité)… et pour numéro 2, je croyais y avoir échappé mais c’est arrivé 3 mois plus tard et … très très fortement (idées noires and CO), du coup, j’ai filé chez le psy !
    Courage, on est là nous aussi si tu as besoin.
    Pour te marrer un peu, va voir la vidéo de Blogs en Scène (lien sur mon billet du jour), Sandrine sarroche aborde justement le baby blues !!

  17. Alice 18 janvier 2009 à 22:29 #

    J’ai eu le blues de la césarisé seule (avec mini s’touffant dans ses glaires -excuse du détail) dans sa chambre tous les soirs dès 21h à la clinique.
    Je n’avais pas compris que je pouvais me lever seule au second jour. Donc je n’osais même pas toucher à mon Pouic.
    Bref, ce blues a duré 10 jours, A la maison cela s’est transformé en vague à l’âme de 21h.
    Bizarre mais oui, tu vois pas la claque émotionnelle à gérer (en plus de la fatigue, stresse etc), faut lacher…

Laisser un commentaire