Ecarte la cuisse Simone ou la sexualité racontée aux enfants.

Puisque c’est d’actualité et que j’ai eu cette conversation hier avec une amie, j’ai bien envie de vous proposer un petit sujet à débattre pour voir où on en est et si vraiment tout le monde devient complètement fou dans ce monde aseptisé.

A l’ordre du jour donc : l’éducation, la sexualité, les enfants, les parents et les bien pensants.

Nan parce qu’avant de démarrer mon certainement trop long laïus à ce propos, qu’on se mette bien d’accord : le sexe, c’est quand même LE truc HYPRA cool dans nos vies. Avec le Milka au Daim en gros.
Quand l’homo sapiens est sorti de la primitivité et a surtout assumé le sexe pour ses bienfaits et pas qu’en terme de reproduction de l’espèce, on peut quand même se dire qu’on a vachement de chance d’être tombés de ce côté là sur l’échelle de Darwin.

Enfin, moi, en tout cas, je préfère très largement être humaine, quand on parle de sexe, que chatte, par exemple (ouais, je suis hyper fine dans mes exemples, je sais).

Quand j’étais petite, le sexe, c’était bouuuuh. Fallait pas trop en parler, fallait pas trop en rougir non plus. En fait, il fallait deviner qu’on en parlait pas publiquement mais que ce n’était pas sale non plus.
Avouons que quand on a six ans et qu’on découvre que faire du cheval sur un accoudoir de canapé n’a pas comme seule vertu l’ouverture à l’imaginaire, sans explication sur ce qui vient de rougir nos joues, on a un peu de mal à comprendre.

D’ailleurs, je n’ai rien compris.

Mais j’ai continué à faire du cheval sur des accoudoirs.

Et on n’a jamais pris la peine de m’expliquer, jusqu’à ce que le sujet sorte à une soirée pyjama entre copines à l’âge de 13 ans.

7 ans à croire que j’avais découvert un truc génial et interdit, bonjour l’angoisse, coucou Freud !

tumblr_mucpxwQOnF1rma5ipo1_500

Maintenant, je suis adulte, et je me dis que j’aurai grandement gagné en sérénité si on m’avait expliqué quelques bases concernant ce qu’il pouvait éventuellement se passer dans ma culotte.
J’aurai commencé par savoir que j’étais normale, et ça, pour démarrer dans une vie adolescente, ça aurait été un plus.
Ensuite, quand j’ai eu mes règles à 14 ans (ouais, je peux pas être précoce en tout), j’aurai bien aimé savoir exactement à quoi m’attendre et dans quelle sens il fallait positionner la serviette Nana volée dans la salle de bain de ma tante.
Ensuite, quand j’ai eu mes premiers rapports, j’aurai bien aimé aller en parler ailleurs que dans un bureau mal aéré du planning familial.
Quand j’ai voulu prendre la pilule, j’aurai adoré ne pas avoir à demander à la même dame du même planning familial.

J’ai appris la reproduction et tout ce qui allait avec à l’école, dans les courriers des lecteurs de Ok Podium et à pendant les écoutes tardive de Doc et Difool.

tumblr_mkohynhSFx1rma5ipo1_400

Et je trouve ça dommage, parce qu’on aurait pu m’expliquer ça dans un cadre plus rassurant, j’aurai dû me sentir accompagnée plutôt que seule.  J’aurai dû penser bien plus tôt que tout ce qui touchait à la sexualité n’avait pas forcément besoin de prendre un caractère grave et tabou.
J’ai cette chance d’être débrouillarde et pas trop bête, alors je me suis débrouillée sans être trop stupide.
Mais tous les ados ne sont pas forcément logés à la même enseigne en terme de vivacité d’esprit, malheureusement.

A l’heure du grand internet, de l’information à emporter, de l’hyper-sexualisation un peu partout, des pervers refoulés, je reste cette petite fille qui se demandait si elle n’allait pas finir en prison en ayant découvert la vie à l’angle d’un bout de cuir.

Je ne veux pas de ça pour mes enfants.

Je souhaite qu’ils sachent, chaque jour et à chaque fois qu’ils le voudront, qu’on ne fait pas les bébés par le nombril, que leur corps n’appartient qu’à eux, qu’il y a les choses de l’amour, les choses de la vie et que certaines découvertes, même gênantes, méritent d’exister.
La sexualité et sa découverte, dès très jeune, nous accompagne tout au long de notre vie, et j’estime que prendre le sujet avec toute la franchise qu’il mérite fera de mes enfants des adultes conscients, respectueux et responsables de leurs corps et de leurs actes.

Encore plus à l’heure où ce qu’ils trouveront sur la toile pourrait les induire en erreur quant à ce qu’est l’amour ou ce que représente le sexe.

Encore plus à l’heure où, chaque jour, ils sont confrontés à des propos homophobes ou du sexisme ordinaire que je mets un point d’honneur à leur expliquer afin de leur inculquer le respect de chacun et l’égalité de tous.

Alors, étant de nature bornée et pensant avoir raison quand je prends position, je voudrais bien savoir au nom de quelle drôle de théorie les bien pensants s’insurgent contre une éducation sexuelle adaptée à chaque enfant. Et en quoi une exposition (pour parler de ce qui fait jaser en ce moment) comme celle du Zizi Sexuel de Zep est le mal.

On ne parle pas de pornographie.

On parle de la vie.

titeuf

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite9 commentaires

J’ai conjugué « agacer » au subjonctif imparfait.

Et quand tu parles à tes enfants, ça donne « que vous agaçassiez ».

(J’ai vérifié pour être sûre)

On a bien rigolé.

Ils n’ont rien compris. Ça nous a détendu, c’était parfait.

Il faut dire que régulièrement, et je suis presque certaine que c’est pareil chez vous, toutes les petites choses qui nous titillent la patience à longueur de journée s’accumulent jusqu’au point de craquage. C’est ainsi que nous sommes agacés. Et que, peut être, éventuellement, parce qu’on n’aura pas dormi plus de 5h la nuit précédente, on PÈTE UN CÂBLE. Littéralement.

Jusqu’à parler au subjonctif imparfait. Pour se détendre.

Dans la liste de ces petites choses pas trop graves mais qui, mises bout à bout, nous donnent envie de crever des yeux de chatons avec leurs propres moustaches, il y a, en vrac :

 

– la rapidité relative : si tu pars pour Walibi à 8h du matin, tout le monde sera habillé-coiffé-chaussé à 7h45 pétante, te priant, en trépignant, de te magner avec ton brushing (qui sert à rien en plus, Maman, tu vas faire des manèges je te rappelle).
Par contre, si tu dois renouveler (en urgence) ton stock de PQ, là, il faut presque un tracto-pelle pour les faire sortir et arriver avant la fermeture du supermarché.
– la flemme relative : sur le même principe que l’idée précédente, l’enfant va se trainer comme un lamantin pubère pour faire quoi que ce soit nécessitant une dépense énergétique de plus de 15 Kcal alors qu’il arrive aussi bien à construire un château en origami en flinguant toute la ramette de feuilles (qu’on volera au bureau, la prochaine fois, pour la peine).
– la déconnexion wifi : Ce moment où tu parles à ta descendance mais que tu constates que le routeur s’est déconnecté. C’est exactement aussi agaçant que quand ton ordi perd le Wifi pendant que tu valides un article sur ton blog. SAUF QUE LUI IL PEUT PAS GÉRER CA PUISQUE JUSTEMENT C’EST UN ORDINATEUR.

– le réveil juste comme ça. Parce qu’il fallait demander quelle heure il était (pour être bien sûr que le réveil était bien réglé).

– La fausse bonne excuse. Récemment, j’ai eu le droit à « Maman, je ne trouve plus mon drap » comme excuse de réveil nocturne. Le drap, roi du cache-cache, donc. Qui était donc… à sa place, évidemment. Petit coquin, le drap.

– la question existentielle. Si possible à un moment adéquat, genre, quand on est avec sa copine pas vue depuis 7 mois et demi. Si possible, un truc auquelle nous-mêmes n’avions jamais pensé (et qui va nous retourner l’esprit une bonne partie de la nuit suivante, normalement).
Exemple : « les poils de nez ont ils une odeur ? »

– le sel sur la plaie : pile le jour où ton miroir te renvoie une image ignoble de ton reflet, que ta coupe de cheveux ressemble à celle de Rihanna (mais qu’on n’est PAS Rihanna), qu’on se rend compte que notre jeans est drôlement plus serré qu’hier  quand même. PILE quand on comprend qu’il va falloir se reprendre en main deux minutes, normalement, là, on a le droit à « Maman, c’est quoi CA ? » en pointant du doigt ce p’tain de poil noir qui nous pousse sur le menton depuis notre grossesse et ses poussées d’hormones qui jouent avec nos gènes cubains.

– la fonction replay. Tous les jours, on répète les mêmes choses. TOUJOURS les mêmes choses; Avec en tête « tes chaussures », les dents », « tu t’es lavé les mains ? AVEC DU SAVON ? » « Mange ! »

– En bonus : le livreur qui a encore dit qu’on n’était pas là ALORS QU’ON BOSSE A LA MAISON BORDEL !

 

C’est agaçant hein ?

Mais jamais plus que de conjuguer agacer au subjonctif imparfait.

Et j’aime cette relativité.

IMG_20140731_102746
Reste plus que ça de toute façon !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite4 commentaires

[Cam'Test] : présentations et portage en écharpe.

Une nouvelle rubrique s’installe sur ce blog à compter d’aujourd’hui : Le Cam’test (bon, ok, on va réfléchir au nom si vous n’aimez pas). Camille, c’est ma copine. Elle est fraichement maman, et elle a besoin d’en parler. Accessoirement, elle adore les trucs de bébés (hahaha, elle en reviendra) et évidemment, elle me fait rire. […]

Lire la suite6 commentaires

Ce que veulent les gosses…

Les enfants sont des êtres binaires. Ils aiment. Ou ils n’aiment pas. Les miens, ils n’aiment pas environ la totalité des légumes existants, marcher longtemps, quand je crie, quand je réponds que c’est leur chambre et que ce n’est pas à moi de la ranger, quand je leur fiche la honte (quoi que). Ils aiment, […]

Lire la suite3 commentaires

Tentation de Noël 2.0 : partie 1 : la Kidizoom Smart Watch

Si tout se passe bien, normalement, à cette époque de l’année, certains d’entre vous ont déjà dû recevoir dans leur boite aux lettres… un… un… un CATALOGUE DE JOUETS DE NOËL. Oui. Début octobre. A notre âge, on ne va pas se mentir, hein, ça ne nous étonne plus beaucoup. Pis de toute façon, moi, […]

Lire la suite5 commentaires

Les mains invisibles

Lundi, j’avais les pieds dans le béton. Et depuis lundi, des tas de mains invisibles sont venues se poser sur mes épaules pour me tirer de nouveau vers le haut. Je suis incroyablement touchée par tous ces messages que j’ai pu recevoir, par vos commentaires, vos petites blagues, vos calins virtuels. Pour quelqu’un comme moi […]

Lire la suite16 commentaires

Mon smartphone version Fort Knocks [sponso]

J’ai longtemps été addict à Apple concernant mon smartphone. Concernant mes ordinateurs aussi, mais plus, dans ce cas, parce que je suis loin de savoir réellement me servir d’un ordinateur et que les versions de la Pomme me permettent, en plus de me délester d’un paquet d’argent (c’est vrai, on en a toujours trop non […]

Lire la suite1 commentaire

Les pieds dans le béton

Je voulais écrire quelque chose d’ultra léger, pour aujourd’hui. Le lundi, on a souvent besoin de rire, et vous avez dû le comprendre, rire, c’est un peu mon truc. Seulement voilà. Parfois, l’humeur n’y est pas. Parfois, l’idée même de rire de la vie ne fonctionne pas. Tu rates tes blagues en les forçant à […]

Lire la suite60 commentaires

Guerre et Paix : quand le choix du prénom devient ludique.

Je ne sais pas si c’est parce que je suis une fille à tendance midinette depuis mes 10 ans ou si c’est parce que j’ai forcément toujours raison (et que tu n’as pas du tout intérêt à me contredire à ce propos d’ailleurs), mais quand il a fallu choisir les prénoms de mes enfants, je […]

Lire la suite3 commentaires

Bons plans : Le Mois Anniversaire [sponso]

Depuis que je vis seule, les économies sont mes amies. Bon, déjà, il faut savoir que je ne fais les courses QUE quand les enfants déboulent. le reste du temps, je me débrouille et mon frigo ressemble au Sahara mais en plus frais. Mais quand bien même, rien qu’en fonctionnant comme cela, j’économise pas mal, […]

Lire la suite5 commentaires
Page 1 sur 11512345102030Fin »